Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 22:04

Mercredi 10 Mars, pour honorer la venue du Directeur Général de 3M France SAS sur le site de production de Beauchamp, le syndicat Force Ouvrière distribuait depuis 4h15 du matin un tract sur la désindustrialisation du site depuis 20 ans.

 

Pour accompagner le tract, six affiches avaient été accrochées sur le portail de l’usine dénonçant la location de morceaux du site (morceaux loués à une filiale d’Otis) et évoquant ce qui pourrait être le sombre avenir à moyen terme, la vente de l’usine…

vue-generale-2-copie-2.jpg

 vue-generale.jpg


La Direction, rendue furieuse par l’arrivée imminente du P.D.G., a alors demandé à deux « responsables » de la sécurité du site, de retirer de gré ou de force l’affichage.


protection3 floutéC’est donc à trois qu’ils sont venus décrocher les pancartes, n’hésitant pas à bousculer à plusieurs reprises et sans ménagement notre délégué syndical qui tentait de s’interposer pour protéger le matériel syndical.

 

Notre délégué est donc depuis ce jour, en arrêt d’accident du travail pour agression physique ayant entrainé une réaction psychologique nécessitant un traitement et un suivi prolongé.

Une main courante à été faite au commissariat de police.

 


Au moment ou l’entreprise se dit vouloir entamer des négociations sur les risques psycho-sociaux, force est de constater que la méthode employée sur le site de Beauchamp relève plus de la voyoucratie que du respect du code du travail.
Notre entreprise, fusse-t-elle américaine, mérite autre chose qu’un management de cowboy...

 

Le syndicat F.O. 3M Beauchamp soutenu par l’union départementale du travail Force Ouvrière se réserve le droit d’entamer les procédures juridiques appropriées après contact avec son avocat.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 15:47
Article complet des Echos : Ici

Stress au travail : Darcos distribue les cartons rouges

Le ministère du Travail publie la liste des bons et des moins bons élèves sur le sujet. GSK, 3M France, Continent, France Loisirs, sont notamment pointées du doigt en Ile-de-France.      

La sanction médiatique sera-t-elle aussi efficace que la sanction financière ? Le ministère du Travail en fait le pari. Feu rouge pour celles qui n'ont rien fait, feu orange pour celles qui sont en train de travailler le sujet, et feu vert pour celles qui l'ont bouclé : la rue de Grenelle a publié jeudi en fin de matinée sur son site internet la liste des entreprises de plus de 1.000 salariés auxquelles Xavier Darcos a demandé d'engager avant le 1er février des négociations sur le stress si elles ne l'avaient déjà fait. Au total, environ 1.700 entreprises étaient concernées.

Sur les 900 entreprises qui ont répondu, 33% sont classées en vert, plus d'une entreprise sur deux (55%) a déclaré avoir engagé une ou plusieurs réunions de négociation d'un accord de fond ou de méthode , et 600 entreprises n'ont pas répondu et sont donc classées en rouge.

Parmi ces mauvais élèves, 407 entreprises sont dans le rouge, rien que dans la région Ile-de-France. Parmi les noms emblématiques dans cette catégorie, des industriels, comme le laboratoire GSK et 3M France, des distributeurs, Continent, France Loisirs, Toys R Us, et un assez grand quota d'entreprises de technologie ou de médias, dont GFI Informatique, Motorola, Numéricable, Sunmicrosystems France, etc.

" Si nous sommes sur la liste rouge, c'est du fait de la définition du ministère : nous n'avons effectivement pas signé d'accord, et les réunions formelles n'ont pas encore été engagées. Mais nous mènerons ces discussions, programmées de longue date, avec des représentants du personnel en mars prochain. Le projet de réorganisation lancé à l'automne [GSK s'apprête à supprimer 500 emplois en France, NDLR] était prioritaire. Et, en parallèle, nous avons déjà beaucoup de mesures mises en place, et un observatoire du stress qui fonctionne depuis 2001, après la fusion entre Glaxo et SmithKline Beecham ", se défend-on chez GSK.

La liste sera régulièrement actualisée, promet-on au ministère du Travail. Il faudra donc attendre encore un peu pour savoir jusqu'où le fait de voir son nom livré en pâture à l'opinion publique peut avoir un impact sur la stratégie sociale des entreprises. Dans un autre rapport remis hier à François Fillon, la responsabilité des entreprises était aussi pointée du doigt. Le Premier ministre avait demandé en novembre à trois " praticiens ", un syndicaliste, Christian Larose, et deux dirigeants d'entreprise, Henri Lachmann et Muriel Pénicaud, de lui faire des propositions pour " améliorer les conditions de santé psychologique au travail ".

Partager cet article
Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 23:11
CLUSES (HAUTE-SAVOIE)
Mouvement de grève chez 3M-Pouyet
par La Rédaction du DL | le 04/03/10 à 11h52
Une partie des salariés de l'entreprise 3M-Pouyet est en grève depuis ce matin. Ce sont les employés du secteur production qui sont concernés. Ils protestent contre les méthodes d'évaluation au sein de l'entreprise et conteste les notes obtenues qui selon eux ne leurs donnent pas droit à des augmentation.

 

Les salariés ont installé des banderoles à l'entrée de l'entreprise.

Article du Dauphinè Libéré : Ici


Ras-le-bol et grève chez 3M à Cluses
La production est arrêtée depuis ce matin boulevard du Chevran. En cause, pour les employés : les méthodes de management.

 

L'équipe de production du site clusien de Pouyet-3M s'est mise en grève ce matin dans sa presque totalité, soit 30 personnes. En cause, pour les salariés de cette entreprise spécialisée dans les produits pour les entreprises de télécommunication, le management : modifications incessantes, pressions, et ce qui a fait déborder le vase ce matin : les notations annuelles. Nombre de salariés se sont aperçus avoir récolté un "2", symbole de très faible aumentation et d'un "plan d'action" de suivi du salarié. Le ras-le-bol était patent ce matin, alors que les discussions avec la direction de site se déroulaient.

Article du messager :Ici


Partager cet article
Repost0
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 22:03

Politique salariale 2010 

Conclusion de la réunion
de négociation salariale du 13 Janvier.

 

 

 

Après diverses échanges et propositions réciproques
entre les partenaires sociaux et de la direction,
les dernières propositions sur lesquelles la direction
et les partenaires sociaux se sont entendus sont :

 

·       2,95% d’augmentation de la masse salariale qui se
décompose comme suit :

 

 

-      2,5% lié aux augmentations au mérit 2009. 
Avec dans cette enveloppe, la garantie d’une augmentation 
de 2%  aux salariés notés « 3 ».

 

-    0,35% alloué au budget des promotions

-    Création d'une prime de transport pour les salariés ne pouvant
bénéficier des transports en commun et de la prise en charge de
la moitié de la carte orange.
Le montant de cette prime de transport est de 200 €/an pour les
salariés postés de Tilloy, Beauchamp et SOA ainsi que ceux ne
disposant pas de transport en commun en journée.

*
   
La réévaluation de la prime de vacances de 600 à 650 €.

*    
Augmentation de la prime d’horaires décalés de 2,95%

Les heures faites en 2009 seront ou payées ou récupérées,
au choix du salarié, dans un délai de 3 mois. 
Le reliquat des heures 2008 sera payé pour ceux qui ne les
ont pas récupéré.

La Direction souhaite faire le point sur le nombre d'augmentations effectives après le mois de mai afin de
mettre sur une date unique l'ensemble des salariés d'ici à 2011.


*****************************************************

Merci à tous les salariés qui se sont mobilisés sur l'ensemble des
sites de 3M France S.A.S.
Votre aide a été précieuse pour faire aboutir, même partiellement, 
un certain nombre de nos revendications (voir tract F.O. du 12/01/2010).

 



 

 

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 07:31

bann_05.jpg


Politique salariale 2010. Le compte n’y est pas !

 

Après une première réunion de présentation des chiffres concernant la rémunération chez 3M et le marché des politiques salariales à venir, nous sommes entrés dans le vif du sujet lors de la deuxième réunion du 10 décembre.

FO a annoncé la couleur en posant ses revendications :

-         augmentation générale des salaires de base de 4%.

-         date d'augmentation 01 mars 2010.

-         prime de vacances portée à 690 €.

-         séparation des promotions et des augmentations salariales

-         clarification de l'enveloppe "jeunes diplômés".

-         journée de solidarité chômée payée.

-         instauration d'une prime transport.

o      Cergy - SOA - Beauchamp ==> idem carte orange en ce qui concerne le kilométrage (zones).

o      Tilloy ==>     0 - 15 kms = 25€ / 15 - 30 kms = 40€ / 31 et plus = 50€

 

En réponse aux revendications la direction propose :

-         maintien du principe au mérite

-         enveloppe générale d’augmentation de la masse salariale de 2,5% comprenant

o      un budget pour les salaires

o      un budget pour l’égalité hommes / femmes

o      un budget pour les jeunes diplômés jeunes embauchés

o      et un budget pour les notés 4 -5 des ECDP 2008 !!!!

-         prime de vacances reste à 600 €.

-         pas de talon d’augmentation (c'est-à-dire pas de mini)

-         augmentation de la PHD (Prime d’Horaire Décalé) du montant de l’enveloppe

-         pas de journée de solidarité chômée payée

-         accord pour discuter du chèque transport mais sans que cela ne génère de cotisations sociales.

 

Autrement dit après avoir remonté plus de 40 millions d’€ à l’actionnaire en septembre, après avoir gavé d’actions gratuites les JG14 et plus (plus value moyenne 15000$), après que les salariés aient effectué des milliers d’heures supplémentaires, après les plans PMD, CUNO Calais et la filialisation de SOA, la direction demande aux notés 3 des ECDP 2009 de payer pour les notés 4 et 5 des ECDP 2008.

Augmentation moyenne 2010 pour un noté 3 en 2009 avec cette proposition = 1,5%.

 

 

Nous appelons d’ores et déjà les salariés de tous les sites de 3M France

à débrayer le mercredi 13 janvier,

jour de la prochaine réunion de discussions salaires.

 

Pour Beauchamp, de 11h à 12h et de 13h à 14h.

Regroupement à la cafétéria !

 

Force Ouvrière 3M France.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 22:12

noel2.gif
Les élus Force Ouvrière de 3M France
vous souhaitent
de joyeuses fêtes de fin d'année.

bann_02.jpg

 noel2.gif

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 22:23

Voici les revendications sur les salaires présentées par F.O. lors de la réunion de N.A.O. du jeudi 10 décembre 2009.

 

            - Augmentation générale des salaires de 4%

            - Augmentation de la prime de vacances à 690 euros

   - Création d’un chèque transport afin de limiter l’impact du prix des     carburants sur les salariés.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 22:23
3M connaît les exigences des salariés

Si les négociations se passent mal, les salariés promettent des actions dures.

 

La première réunion de négociations entre la direction de 3M et les délégués du personnel de Cuno s'est achevée hier soir.

L'écart entre les demandes des salariés et les propositions de la direction est important. Mais les salariés sont déterminés Les salariés de Cuno et les élus politiques ont une nette impression d'être mis sous pression depuis l'annonce de la fermeture du site de production de filtres des Attaques, le 30 septembre. Les propriétaires de 3M ne sont pas en phase avec ce sentiment, «  nous voulons au contraire prendre tout notre temps... Les salariés ont jusqu'en juin pour trouver des solutions. Et d'ici là, nous serons à leurs côtés. » souligne Catherine Hamon de la direction de la communication du groupe 3M. Si le plan de sauvegarde de l'emploi prévoit une fermeture du site fin juin, avec un départ des premiers salariés en mai, suivi du gros de la troupe en juin, il indique aussi que toutes les modalités doivent être bouclées pour le 8 décembre.

Une enveloppe moyenne de 50 000 euros
Et l'étape qui a commencé hier en début d'après-midi est primordiale dans ce processus : les négociations sur toutes les mesures d'accompagnement. Le plan de sauvegarde proposé par les salariés lors du dernier comité central d'entreprise est le premier sujet de discussion : « Nous ne comprenons pas comment nous pouvons discuter d'un PSE alors que nous n'avons pas de réponse sur notre plan de continuation. » explique Jean-Marc Way, le délégué CGT. La direction serait encore en cours d'analyse... Mais le syndicaliste ne se fait aucune illusion sur les suites de leur proposition.
Si la direction veut entamer le plan par le dernier chapitre, les plus de 50 ans, les représentants du personnel demandent une analyse méthodique du PSE.
Ainsi sont passés en revue le plan de formation, le reclassement, les frais de mobilité, les compensations salariales, les frais de déplacement... Et la prime supra légale. « Ils ne comprennent pas le montant demandé. Mais ils oublient que l'on a tout donné pour notre entreprise... C'est une compensation financière pour la perte de notre emploi, mais aussi pour le coup porté à notre vie, à notre moral. » Les représentants du personnel ne veulent pas donner de chiffres, mais l'enveloppe demandée pour chaque salarié tournerait autour de 50 000 euros. En moyenne. Plus ou moins en fonction de l'ancienneté. Les négociations s'annoncent chaudes. « Le désaccord est profond sur ce sujet. » explique un délégué du personnel. « C'est simple, 3M pensait nous proposer moins que les précédents plans. » La direction de 3M a enregistré les différentes demandes. Elle doit chiffrer l'ensemble des revendications : « Si le grand patron ne prend pas de salaire pendant un an, ils ont l'argent pour nous dédommager. » Il est 19h30, la première réunion est bouclée. La seconde ne reprendra que cet après-midi à 13h00.

Des salariés calmes... Pour l'instant

Ce matin, les délégués du personnel rencontreront les salariés dans la cour de l'usine. Ils feront un point sur les premières heures de négociations. «  Nous mettons une forte pression pour qu'aucun débordement ne vienne entacher les négociations... » Ils réussissent à tenir les salariés en jouant la carte de la communication : « Mais si 3M reste sourd à nos demandes... Nous ne répondrons plus de rien. » Les employés pourraient alors cesser le travail et entamer un mouvement dur. « Nous sommes prêts à aller loin pour montrer notre mécontentement... » explique l'un des salariés.
Tous les élus du Calaisis ont adhéré à la cause des salariés. Jacky Hénin a fait parvenir des courriers au Premier ministre François Fillon et au ministre de l'Industrie Christian Estrosi, et au commissaire européen de l'Industrie, Gunther Verheugen. Il les informe que les causes de cette fermeture évoquée par la direction de 3M, une baisse des commandes et une pression des clients sur les prix sont contestées par les salariés et surtout par l'audit financier.
Gilles Coquempot, le député de la 7e circonscription se charge d'alerter les principaux clients de l'entreprise : «  Ceux-ci doivent savoir qu'en 2010, les commandes qu'ils passeront avec Cuno ne seront plus fabriquées aux Attaques... Ces clients ont des noms prestigieux. Ils n'apprécieront pas de ne pas avoir la même qualité. » explique son cabinet. De son côté Natacha Bouchart a, elle aussi, alerté les cabinets ministériels. Et jeudi matin, les délégués du personnel seront reçus par le sous-préfet de Calais.

Ces démarches seront-elles efficaces ? Les salariés en doutent. Mais ces actions ont le mérite de mettre au grand jour la stratégie de destruction de 3M : fermer une entreprise pour faire plus de profit et transférer la production vers une entreprise américaine en difficulté.

Philippe HENON
Partager cet article
Repost0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 22:19

Les négociations entre direction et représentants du personnel rompues
Les salariés, mécontents, entament une grève générale et illimitée.

 

Les représentants du personnel sortent la mine défaite. Déçus. Ils ont quitté la table
des négociations du PSE et du congé de mobilité.

La direction de 3M n'entend pas la souffrance des salariés de Cuno.
3M veut fermer un site, après avoir pillé les brevets, sans trop puiser dans ses réserves financières. Tout au moins, en proposant aux salariés des bases inférieures aux précédents plans sociaux que la marque américaine a appliqués cette année sur d'autres sites français.
Perdre son emploi, subir la fermeture de son entreprise est une souffrance, alors « ils n'ont pas le droit de se moquer de nous. C'est irrespectueux » soufflent les représentants du personnel.

45 minutes de réunion
Avant de rencontrer les salariés, l'intersyndicale prépare un courrier : « Cet après-midi, nous devions travailler sur les propositions que nous avions faites mardi. La réunion qui devait durer deux heures s'est terminé au bout de 45 minutes. » Gabriel Berly est chargé de la lecture du courrier : « En guise de dialogue, la direction a choisi la provocation et le mépris. » Pour eux, 3M n'a pas mesuré les conséquences de ses actes, « ils nous font une contre proposition inférieure à celle annoncée dans le PSE initial... » Pour résumer, la direction de 3M propose aux salariés de choisir entre le congé de mobilité ou l'indemnité supplémentaire. « Compte tenu des moyens dont dispose 3M, c'est indécent et intolérable que ce groupe ne prenne pas en compte le préjudice subi. » La divergence entre les deux parties est trop importantes, les négociations deviennent impossibles : «  Nous sommes arrivés à un point que nous n'espérions pas atteindre. Mais nous avons une direction irresponsable en face de nous. » Il adresse ce message à sa direction : « Jusqu'à ce jour, l'ensemble du personnel du site a été responsable et correct... Mais aujourd'hui, devant cette attitude, nous appelons à la grève générale et illimitée. » Les salariés sont en phase avec leurs représentants. Les protestations fusent : « C'est à nous d'arrêter de jouer », « On se met à l'arrêt tout de suite », « Personne ne travaille, pas même les intérimaires », « Il faut monter sur Cergy ! » , « Manifester à Calais. » Tant que 3M ne fera pas une proposition correcte, la grève sera maintenue.

Ce matin, une délégation rencontrera le sous-préfet de Calais. Puis l'ensemble des salariés se réunira vers 13h30 pour mettre en place les différentes actions à entreprendre.

Philippe HENON
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 19:55
Voici le tract de l'intersyndicale de Cuno.

http://www.scribd.com/doc/23140191/Tract-25-11-09


Les O.S. de 3M France S.A.S. se réunissent vendredi après midi.

Force Ouvrière mettra à l'ordre du jour la solidarité des salariés 3M France avec ceux de Cuno (Nous avons les mêmes patrons).

Un mot d'ordre générale pourrait être à l'ordre du jour...

Affaire à suivre.



Partager cet article
Repost0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 19:44
Philippe Blet et Natacha Bouchart ont reçu les représentants des salariés de Cuno. 

Philippe Blet et Natacha Bouchart ont reçu les représentants des salariés de Cuno.

 

Enfin ! Le président de Cap Calaisis, Philippe Blet, et le maire de Calais, Natacha Bouchart, ont reçu les représentants du personnel et les représentants syndicaux de Cuno.

L'annonce de la fermeture de cette usine date du 30 septembre. Il aura donc fallu deux mois pour que cette entrevue puisse prendre forme. Un rendez-vous à quelques heures des premières négociations du plan de sauvegarde de l'emploi : « C'est une entreprise qui est proche de l'agglomération dont la plupart des salariés sont des habitants du Calaisis... » explique Philippe Blet. «  Nous devions surtout savoir comment nous pouvions les aider au cours des prochaines étapes. » Les deux élus ont compris que la fermeture de ce site n'est pas due à la crise. La centaine de salariés de Cuno sont victimes de 3M qui, cinq ans après avoir racheté l'entreprise et s'être approprié différents brevets, ferme le site. « Cette stratégie, de faire peser toutes les charges sur l'usine des Attaques n'est pas correcte, et quand on a affaire à une société voyou, il faut le faire savoir. » Natacha Bouchart promet de contacter les services de l'Etat pour les aider dans les différentes mesures et contacter le sous-préfet de Calais pour qu'il puisse recevoir une délégation. Le maire de Calais préviendra les ministères concernés pour tenter de sauver ce qui peut l'être.

Sur le site, la direction de 3M parcourt les ateliers pour prêcher leur analyse financière. Cet après-midi et mercredi, les représentants du personnel rencontreront leur direction pour entamer les négociations du plan de sauvegarde. Étonnant que cette étape soit maintenue, alors que lors du comité central d'entreprise, les salariés ont présenté un plan de relance, crédible, basé sur le non-remplacement des départs volontaires et des FNE, soit 25 % du personnel. La flexibilité permettant à l'unité de production de tourner. « Notre entreprise n'est pas larguée. Il faut le faire savoir. » Elle possède surtout un savoir-faire que les prochains sous-traitants ne sont pas prêts d'avoir.
Philippe HENON

 

Nord Littoral
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 21:58


Comme nous le laissions entendre dans notre article du 12 novembre 2009, la Direction n’a pas obtenu d’avis du CHS-CT sur le télétravail lors du CHS-CT extraordinaire du 16 novembre.

 

Les textes imposent aux employeurs de vérifier et de mettre en conformité les installations électriques des collaborateurs devant faire du télétravail. Ceci n’est pas prévu dans le plan 3M. La Direction du site ne pouvant répondre aux questions posées d’une manière motivée, le CHS-CT n’a logiquement pas pu émettre d’avis.

 

Les élus de Tilloy-Lez-Cambrai n’avaient pas, pour la mêmes raisons, donnés d’avis.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 09:09

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 22:32

Le Directeur du manufacturing est venu en CCE ce lundi pour répondre aux questions sur le PMD et la reprise de l’activité par les « Hauptexperten des Eindruckes » Allemands.

 

Nous lui avons posé des questions plus générales sur les productions à venir.

 

Nous ne devons rien attendre, aucun produit majeur nouveau, peu ou pas d’investissement pour la production en France et donc pour Beauchamp.
Nos patrons n’ont aucune envergure et leur vision étriquée manque sérieusement d’un angle industriel.  

 

Ils ont une vision de l’entreprise qu’au travers d’un Juda financier. Comment s’étonner qu’ils ne sachent que trahir les salariés ?

 

Alors nous allons jouer cartes sur table avec la Direction.

 

Elle veut fermer à terme 3M Beauchamp ?

 

Alors soyez certains que notre « mort » ne se fera pas sans dommages collatéraux pour elle.

 

Le chemin qu’elle trace pour nous, nous le connaissons depuis longtemps. Un site ne passe pas de 1200 salariés à 400 (il faut retirer le CTC) sans qu’il y ait une envie de désindustrialisation de la part d’une Direction.

 

La Direction a aimé Pithiviers ? Elle va adorer Beauchamp !

 

Prenez donc votre temps, Messieurs de la Direction, pour préparer votre affaire, car vous n’imaginez pas la fécondité des cerveaux de vos salariés et ce dont ils pourraient être capable.

 

A bon entendeur…

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 06:10


Pour la Direction, la faim de dividende justifie les moyens... 3M n'ayant plus aucune vision industrielle, ne nous étonnons pas que la seule logique financière l'emporte.
Acheter, Virer, Revendre...
Le dernier qui a vu  3M France obtenir la manufacture d'un nouveau produit est proche de la retraite...


Partager cet article
Repost0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 18:42
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 15:07
Article paru dans 'Le Monde".

Des masques pour tout le monde... sauf pour les salariés du fabricant 3M
LE MONDE | 12.10.09 | 17h55  •  Mis à jour le 12.10.09 | 17h55

l n'y en aura pas pour tout le monde ! La direction de 3M France, fabricant de masques respiratoires, n'a pas prévu d'en équiper tous ses salariés en cas de pandémie grippale. Sa commande totale est aujourd'hui de 120 000 masques, passée aux usines 3M de Grande-Bretagne.

 

Or, en France, l'effectif du groupe est de 3 000 salariés, répartis sur treize sites. Si la pandémie devait durer huit semaines, il en faudrait le double, chaque personne devant en principe recevoir dix masques par semaine. Et plus encore si la pandémie durait douze semaines. "Une société qui produit des masques devrait quand même pouvoir en doter tous ses salariés, y compris durant les trajets !", s'insurge Christophe Bignier, secrétaire CFE-CGC du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du siège, à Cergy-Pontoise (Oise).

En réalité, la direction du groupe "avait initialement prévu 220 000 masques", témoigne M. Bignier. Le problème, c'est qu'elle a passé tardivement commande. Conséquence : elle n'a pas été servie en priorité. Et mi-septembre, elle n'avait qu'un stock de 40 000 masques. Du coup, elle a réduit sa commande totale à 120 000 masques.

Mais, même pour parvenir à ce total, 3M semble à la peine. Les livraisons s'effectuant depuis mi-septembre au rythme de 5 000 par semaine, seize semaines sont nécessaires pour disposer des 80 000 masques restants.

La direction conteste être en retard. "Nous avons bâti un plan de continuité de l'activité (PCA) professionnel et responsable, assure-t-elle. Nous serons en mesure de tenir huit semaines, et même douze, et d'équiper les salariés fragiles." L'information qui permettrait de le vérifier est le nombre de personnes que 3M compte doter de masques. Mais la direction refuse de fournir cet élément, indiquant que seront équipés les personnels "en contact direct avec l'extérieur, tels que les forces de vente et les salariés qui reçoivent les transporteurs de marchandises".

Un projet de télétravail

"Rien ne prouve que ces derniers sont prioritaires, puisqu'ils n'apparaissent même pas dans le PCA !", déplore Alain Doublet, membre FO du CHSCT de l'usine de Beauchamp (Oise). Selon lui, les mesures organisationnelles du PCA de ce site "ne portent que sur le télétravail, les chefs et les techniciens de flux. La continuité de la production n'a pas été étudiée". Résultat : le CHSCT n'a pas rendu d'avis sur le PCA, obligeant ainsi la direction à lui présenter un nouveau plan, le 15 octobre.

A Cergy, c'est le projet de télétravail qui est grippé. Le CHSCT veut un accord global, "sinon, précise M. Bignier, après la grippe A, le télétravail risque d'être institué, voire étendu à des conditions non négociées". La direction, qui refuse une telle négociation, représentera au CHSCT un projet le 19 octobre.


Francine Aizicovici
Article paru dans l'édition du 13.10.09
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 21:13
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 17:37

Encore une fois, nos patrons aux visions uniquement financières, vont tuer l’industriel sur l’autel du profit.

 

Encore une fois, après Pithiviers (150 emplois détruits à 3M), Le PMD de Beauchamp (72 emplois sacrifiés aux profits d’un sous traitant Allemand), S.O.A. 210 salariés transformé en sous prolétariat dans une convention collective pour gueux, c’est donc au tour des camarades de Cuno – Calais de passer sous le couteau de nos financiers de patrons …

 

Toujours les mêmes mensonges financiers pour justifier la destruction en règle de l’emploi, des familles qui y sont associées, aux privilèges de l’actionnariat U.S.

Nos patrons transforment en trop forte capacité de production le fait qu’ils soient incapables de trouver les nouveaux marchés et les nouveaux clients. Doit-on appeler à une baisse drastique de notre productivité pour ne pas risquer la surcapacité de nos sites ?

 

Il serait préférable que nos financiers de patrons se sortent les doigts du nez (pour rester soft), et qu’ils embauchent une flopée de vendeurs. Il n’y a pas que les grands comptes qui soient importants, les petites rivières font les grands fleuves et lorsque l’une de ces petites rivières s’assèche, l’impact est bien moins grave pour les salariés.

Certes, les restaurants en compagnie des patrons des grands comptes sont plus huppés…

Mais là, on touche au standing de quelques nantis…

 

Le travail n’a plus de valeur pour nos patrons, seul le profit compte.

Le travail des vendeurs ? Ils n’en ont rien à battre !

Le travail des supports à la production ? Ils s’en moquent !

Le travail des opérateurs ? Ils s’en tapent le coquillard !

 

L’avenir d’une entreprise comme 3M France, dont l’un des M a pour origine le mot « Manufacturing », sera-t-il encore assuré lorsque nous ne produirons plus rien, que 3M sera devenue une entreprise sans usine, avec de la facturation et des services clients délocalisés en Roumanie, des produits manufacturés importés du tiers monde est-européen ou asiatique, expédiés directement de Germany ?

 

La réponse est NON bien sur.

 

Cuno, acheté il y a quatre ans, commence à être dépecé par l’équipe du douzième. Ce n’est qu’un début pour eux, et une question de temps avant que les autres sites 3M soient sacrifiés.

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 08:54


" La grandeur d'un métier est peut-être avant tout d'unir les hommes : il n'est qu'un luxe véritable, et c'est celui des relations humaines"
Saint Exupery (Terre des Hommes - février 1939)

Message caché pour certaines personnes des Ressources Humaines...


Partager cet article
Repost0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 17:00

   Le PDG mondial de 3M, passe la pommade !    

 

  

Dans une très longue communication, le PDG mondial de 3M se gargarise des résultats du deuxième trimestre.

 

Il n’oublie pas pour autant de remercier les collaborateurs pour le travail fait, il est vrai que la brosse à reluire ne lui coûte pas cher puisqu’il a imposé un gel des salaires dans la plupart des filiales, que les très zélés patrons de la filiale française ont appliqué sans sourciller.

 

Il faudrait peut-être lui expliquer que la vaseline doit être mise avant et non après le forfait. Nous oindre l’oignon à postériori n’est d’aucune utilité.

 

Mais le plus fantastique vient en toute fin d’intervention.

Après quatorze mois d’une crise du système capitaliste, qui n’a fait que prouver l’incapacité de ce système à s’autoréguler, ou des millions de travailleurs de part le monde ont perdu leurs emplois, plongeant dans la précarité et la pauvreté des millions de familles, il nous donne à lire un discours politique de Margaret Thatcher !

 

Elle et Ronald Reagan ont été les moteurs de la mondialisation et de la dérégulation des systèmes et ce PDG trouve le moyen de l’encenser après ce qui vient d’arriver ! 

 

On voit bien que la crise ne l’a pas touché personnellement.

 

Il nous cite Thatcher, peut-être faudrait-il lui citer Audiard.

Ce dernier a une très bonne définition d’un type de personnes qu’on reconnaît au fait qu’ils osent tout !

 

 


 

F.O. 3M France

2 septembre 2009

Partager cet article
Repost0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 16:15
Un article du Figaro ou 3M joue les victimes...

Peut-être que les 150 salariés de Pithiviers que 3M a viré auraient pu produire des masques...

Mais le Directeur Manufacturing est bien plus fort pour fermer les unités que pour en ouvrir.... On peut pas gagner sur tout....

http://www.lefigaro.fr/sante/2009/08/28/01004-20090828ARTFIG00013-proteger-d-abord-le-personnel-en-contact-avec-le-public-.php


Partager cet article
Repost0
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 08:43

La Direction aurait-elle agit suite à la lecture de notre blog ?

 

En tout cas, l’imprimeur Suisse qui vendait de vrais-faux Post-It a fermé sa page web !

 

http://www.imprimes-services.ch/post-it-fr11.html


Et la remplacé par une autre page ou il ne fait plus référence au Post-It :
http://www.imprimes-services.ch/note-stix-fr11.html

Reste à ce qu’elle fasse fermer l’autre page, celle de l’imprimeur français qui fabrique, lui aussi des vrais-faux Post-It en 90 grammes.

 

Lire l’article ICI : 

En attendant, cela ne donne pas une réponse de fond au problème sur la surveillance de la concurrence.

 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 19:30
Encore un imprimeur qui fabrique des notes repositionables avec la marque Post-It...

Là aussi, notre marque est utilisée comme un nom usuel.

C'est chez les suisses que ça se passe...

http://www.imprimes-services.ch/post-it-fr11.html

5 fois le mot Post-It sur la page et même dans l'adresse de la page !

Allez Patron ! Au boulot ! ! ! Tu en as viré pour moins que ça au P.M.D. !



Partager cet article
Repost0
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 16:30

Mais que fait notre Direction pour protéger nos marques et donc nos emplois ?

 

Quand il s’agit de faire un plan de licenciement, il y a du monde !

De la Direction des Ressources Humaines au comité de Direction.

 

Par contre, pour surveiller ce qui se fait à l’extérieur, surveillez que nos marques soient bien exposées (voir article sur les éponges 3M/Spontex) ou surveiller nos concurrents, là, il y a nettement moins de moyens.

 

Notre Délégué Syndical avait déjà alerté Bernard Cicut sur la vente en France de pads « Post-It » Made In China utilisant les marques Post-It et Super Stiky il y a deux ans.

 

Aujourd’hui, on trouve en ligne un site fabriquant du Post-It Imprimé qui n’est visiblement pas du Post-It !

 

Le papier est un 90 grammes (nous n’encollons au mieux que du 80 grammes) et les bandes de colle sont plus larges (18 mm chez eux, 11 chez nous)

 

La Direction compte-t-elle laisser nos concurrents utiliser nos marques ou compte-t-elle mettre enfin des ressources pour contrôler ce qui se fait ailleurs ?

 

Essayez donc d’ouvrir un restaurant nommé Mac Donald’s… Vous allez voir que les patrons de Mac do ne rigolent pas avec leur marque !

Nous attendons de nos patrons la mêmes attitude, pour préserver nos emplois…

 

http://www.lesgrandesimprimeries.com/impression/post-it/8134

Le mot post-It apparait 11 fois sur cette partie de page.... !

Partager cet article
Repost0