Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 21:19

Manworking, Roumanie-Interim, NJmultiservices, Yojob...

...Les agences d’intérim proposant au patronat des travailleurs détachés de Pologne, de Roumanie ou d’ailleurs fleurissent, au point qu’une publicité télévisée a même été diffusée il y a peu sur les grandes chaines françaises.

Logiquement, l’intérimaire détaché est payé au même tarif que le salarié qu’il remplace. Dans les faits, c’est plus difficile à vérifier.

Le gain pour le patronat est fait sur le salaire différé. Ainsi, les cotisations sociales ne sont pas versées aux organismes sociaux français.

C’est véritablement une attaque contre la solidarité mis en place avec la Sécurité Sociale par le Conseil National de la Résistance à la fin de la seconde guerre mondiale.

Un peu d’histoire…
Son but était de protéger les individus des conséquences d’évènements ou de situations ne leurs permettant plus de subvenir à leurs besoins par le travail (Maladies, accident, vieillesse, famille).

Le financement de la sécurité Sociale est donc assuré par une part du salaire qui se nomme le salaire différé.

Lorsqu’un gouvernement diminue les cotisations patronales, il prend une partie du salaire des travailleurs.
Lorsque les gouvernements autorisent les entreprises de travailleurs détachés à ne pas payer de salaire différé en France, ils appauvrissent les salariés de France, le système social français et casse la solidarité entre les travailleurs.

Les attaques ont été nombreuses depuis 1944, ainsi :

- Dans les années 1960 les remboursements dentaires et optiques ont été fortement réduits.

- Le remboursement des soins courants est passé progressivement de 80 % à 65 % (augmentation du ticket modérateur)

- Un forfait hospitalier a été mis en place et régulièrement augmenté jusqu'à atteindre 18 euros

- Des médicaments de confort ont vu leur taux de remboursement réduit ou supprimé.

- Une participation forfaitaire (laissée à la charge de certains assurés) a été mise en place pour chaque visite chez le médecin et pour chaque acte médical de radiologie ou biologie. Instituée le 1er Janvier 2005 sous le gouvernement Raffarin.

- Une franchise de 0,50 € a été instituée sur le remboursement de chaque boîte de médicaments et d'un acte paramédical, et de 2 € pour un transport sanitaire instituée sous le gouvernement Fillon en 2008.

 

En mettant en concurence sur le sol français des salariés sans droits et des salariés avec des droits sociaux, les "responsables" politiques successifs ont détruit cette solidarité lié au Conseil National de la Résistance.

 

Le statut de salarié détaché est donc une forme de « dumping social » acceptée par nos gouvernants successifs et le patronat.

Ainsi, la plaquette du ministère du travail qui informait (encourageait) les employeurs de cette opportunité :

http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/dilti-ETTE-International-F.pdf

Ou cette plaquette polonaise à destination des entreprise françaises : http://detachement.pl/sites/default/files/download/bulletin_1_2013.pdf

L’Europe est devenue un paradis pour ceux qui veulent des paradis fiscaux et du salariat sans droits sociaux.

 Regardez ce paradis vendu par publicité télévisée.
C’est de la mort de vos emplois et de vos droits dont il s’agit !


   

La paupérisation et le non droit pour norme....

Travailleurs-detaches-exploitation-mondialisee

Partager cet article

Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 11:53

De plus en plus de personnes en France vivent dans la pauvreté et dans la précarité.

On entend dire, ici ou là, que ça ne peut pas durer, que la base va se révolter… Un jour….

Retourner dans la pauvreté devrait être un élément déclencheur de troubles. Pourtant, rien ne se passe à part quelques épiphénomènes.

Regardons le retour vers la pauvreté des peuples grec ou espagnol et constatons que de révolte, il n’y a point. Des manifestations houleuses, et au final, les plans qui saignent les plus pauvres s’appliquent, avec la régularité des notes sur du papier musique, le tout orchestré par une finance au dessus de tous pouvoirs.

Par quel miracle arrivent-ils ces financiers à faire accepter au plus grand nombre, les contraintes et la paupérisation ?

Les pauvres seraient donc les responsables de cette crise ou les riches continuent de s’enrichir ?

On nous le dit, on nous le rabâche, à la télé, dans les journaux, alors la masse le croit.
Le peuple acquiesce et courbe l’échine, il retourne à sa condition première, celle d’un siècle précédent, celle d’avant les droits sociaux.
Il retourne à une forme de féodalité ou l’autorité centrale s’associe aux seigneuries,  locales ou  internationales,  pour défendre contre les peuples, les intérêts financiers et politiques des uns et des autres.

Comment la classe la plus pauvre peut-elle accepter cela sans se révolter ?

Cette question, je me la suis posée nombre de fois…

J’ai trouvé la réponse il y a peu, en lisant le livre de Jean-Pierre Rioux sur Jean Jaures.

Jaures « monte » à Paris pour la première fois et s’étonne en découvrant la misère du peuple ouvrier parisien. Il écrit ceci :

« Dans la ville immense, j’éprouvais une sorte d’épouvante sociale. Il me semblait que des milliers et des milliers d’hommes qui passaient sans se connaître, foule innombrable de fantômes solitaires, étaient déliés de tous liens.  Et je me demandais avec une sorte de terreur impersonnelle comment tous ces êtres acceptaient l’inégale répartition des biens et des maux, et comment l’énorme structure sociale ne tombait pas en dissolution.
Je ne leur voyais pas de chaînes aux mains et aux pieds, et je me disais : par quel prodige ces milliers d’individus souffrants et dépouillés subissent-ils tout ce qui est ?
La chaîne était au cœur, la pensée était liée, la vie avait empreint ses formes dans les esprits, l’habitude les avait fixées. Le système social avait façonné ces hommes, il était en eux, il était en quelque façon devenu leur substance même.
Ils ne se révoltaient pas contre la réalité parce qu’ils se confondaient avec elle. »

Voilà donc le prodige. Les pauvres acceptent leurs maux car le système façonne leurs pensées.
La messe dite aujourd’hui par les journaux et la télé  a remplacé la messe d’hier, dites par un curé, priant d’accepter le sort décidé par dieu.
On accepte nos maux en se nourrissant de leurs mots.

 Ceux qui se revendiquent de Jaures aujourd'hui, sont les premiers à trahir le peuple aux profits des puissants.

 

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 17:38

Les Etats-Unis sont au pied du mur fiscal… Ou au bord de la falaise fiscale comme le dit Ben Bernenke.

Ils doivent trouver entre  600 et 700 milliards de recettes fiscales ou d’économies avant janvier 2013.

 

S’ils optent pour les économies plutôt que sur une hausse d'impôts des plus riches, se seront des millions d’emplois qui seront sacrifiés.

700 milliards, c’est une contraction de leur PIB de 5% !
Proportionnellement, c’est la hauteur de ce qui a été demandé à la Grèce.

Cela plongerait les Etats-Unis dans une récession, et avec eux, le reste du monde dans la crise économique.

Une étude faite par Thomas Hungerford, économiste, pour le Congressional Research Service et basée sur l’histoire fiscale des 65 dernières années démontre qu’aucune des baisses d’impôts accordées aux riches n’a de corrélation avec une relance de l’économie.
On y apprend qu’aux USA, 1% des plus riches détiennent 33 % des richesses. Un niveau jamais atteint depuis 1913 !

On y apprend également que l’écart entre les riches et la classe moyenne n’a cessé de se creuser depuis 1977.


Aux USA, comme partout dans le monde ou s’applique ce modèle, il est grand temps que la répartition des richesses soit rééquilibré.
Ce modèle est à la fois celui des états, mais également de la gouvernance des entreprises !

Lorsque les salariés dans leur plus grand nombre n’auront plus de pouvoir d’achat, alors la consommation s’effondrera et les entreprises n’auront plus de commandes….

La récession entrainera une récession encore plus forte.

L’Avidité des puissants, jusqu’au bout !

 

Ajout du 1er janvier :
Républicains et Démocrates viennent de trouver un accord pour...
Reculer l'échéance de deux mois... Donc toujours au bord de la falaise...

 

Partager cet article

Repost0