Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 13:42

Le tract diffusé jeudi 13 à Beauchamp et mardi 18 octobre sur Cergy.

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 20:07

Nos camarades commencent à écrire une nouvelle page dans leur parcours professionnel.

 

C'est ici : http://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/0211337970945-axyntis-reprend-un-site-de-3m-et-vise-lequilibre-en-2018-pour-son-usine-de-calais-2032802.php

 

Bon courage à vous, tenez-nous au courant et bonne chance.

 

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 13:57

L’entreprise RPC Promens, basée à L’Aigle dans l’Orne, a fermé définitivement ses portes au mois de septembre 2016. Spécialiste de l’extrusion-soufflage pour la production des emballages plastiques rigides à haut degré de complexité, l’usine est présente depuis plus de cinquante ans dans l’Orne.

C’était une entreprise qui avait tous les indicateurs au vert, assure à Normandie-actu, Jean-Pierre Guérin, le responsable de l’Union locale CGT de L’Aigle, qui a suivi le mouvement des salariés d’RPC Promens. Mais son principal client, qui représentait 93% du chiffre d’affaire de l’usine, délocalise en Pologne pour produire moins cher…”

Il semblerait, d'après certaines sources, que le client qui représentait 93 % du chiffre d'affaire de cette entreprise ne soit autre que 3M. L'entreprise RPC Promens fabriquait les poches PPS 3M.

44 victimes de plus au grand jeu de la mondialisation et de l'appat du gain de quelques-uns. Des victimes collatérales...

 

L'article de presse est ici : http://www.normandie-actu.fr/dans-l-orne-44-licenciements-dans-une-entreprise-de-transformation-plastique_226666/

44 licenciements dans l'Orne : Sont-ils liés à une décision de 3M ?

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 18:22

Ce jeudi 22 septembre, il y avait un C.C.E.

 

En fin de réunion, le représentant de la Direction a annoncé que ceux qui ont travaillé sur la mise en place de SAP allaient être récompensés par des primes allant jusqu'à 1100 euros.

 

Mais pas tous, le montant dépendant du niveau et du temps d'implication... Et pour certains, le plus grand nombre, ce sera rien...

 

Les élus F.O. se sont étonnés. En février 2016, la responsable R.H. de ce projet était venue sur Beauchamp et avait pourtant bien expliqué que "TOUS les salariés étaient impliqués"...

Ainsi la Direction estime que l'effort des salariés des usines à produire plusieurs mois d'avance avant le passage du Go Live et celui de mettre la théorie en application sur l'outil de production ne vaut RIEN ! NADA ! QUE DALLE ! DES QUEUES DE CERISES !

 

La Direction 3M, on le sait, parle toujours de mérite quand ça l'arrange et déroge à ses règles lorsque cela l'arrange aussi. Autant dire le niveau de crédibilité qu'elle a auprès des employés.

 

Pourtant, pour la grande masse des collaborateurs, 3M pouvait choisir d'offrir, au dela des personnes principalement impliquées sur la mise en place du logiciel, des chèques cadeaux sans charges pour une hauteur de 150 euros par salarié. 
Au delà du montant, il y a la crédibilité. Comment avoir un message motivant cherchant à fédérer les équipes et l'ensemble du personnel et ensuite d'avoir un message de remerciement ciblé sur les acteurs principaux, mais ignorant les plus nombreux ?

 

Notre message n'est pas de diminuer les primes des principaux impliqués, mais de refuser la négation de l'effort fait par les autres...

 

Madame la P.D.G., votre crédibilité est en jeu et la balle est dans votre camp.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 09:44

Le départ à la retraite contraint le salarié à respecter un préavis (art. L 1237-10 du code du travail).

Le préavis est, en principe, un délai préfix, c’est-à-dire un délai dont l’échéance ne peut être reportée. Cela implique qu’il ne peut être, sauf exceptions, ni interrompu ni suspendu.

Ainsi, à titre d’illustration, la survenance d’une maladie d’origine non professionnelle, n’entraîne pas le report du terme du préavis (Cass. soc., 28-6-89, n°86-42931).

En revanche, un accident du travail ou une maladie professionnelle durant le préavis de licenciement ou de démission, engendre le report du terme de préavis (Cass. soc., 18-7-96, n°93-43581 ; Cass. soc., 15-2-06, n°04-42822).

La même solution s’applique-t-elle en cas de départ à la retraite ? C’est à cette question que la Cour de cassation a été récemment confrontée (Cass. soc., 25-5-16, n°15-10637).

En l’espèce, le 30 septembre 2010, un salarié a notifié à son employeur son intention de partir à la retraite au 31 décembre 2010.

Le 1er octobre 2010, l’intéressé a été en arrêt de travail à la suite d’une rechute d’un accident du travail. La date du départ à la retraite a été considérée par l’employeur comme effective au 31 décembre 2010 (date initialement indiquée par le salarié).

Le salarié, quant à lui, considérait que la survenance de son arrêt de travail reportait le terme de son préavis. Celui-ci a donc saisi le conseil de prud’hommes afin de faire requalifier la rupture de son contrat de travail à la date du 31 décembre 2010, en licenciement sans cause réelle et sérieuse.

La cour d’appel a accueilli l’argumentation du salarié. Ainsi, l’employeur devait être considéré comme ayant mis d’office le salarié à la retraite le 31 décembre 2010. Cette mise à la retraite a été déclarée nulle car effectuée en violation des dispositions protectrices applicables aux victimes d’accident du travail (art. L 1226-9 du code du travail).

Un tel raisonnement a été censuré par la Cour de cassation.

La Haute Cour considère que « lorsqu’un salarié a notifié à son employeur son intention de partir à la retraite en respectant un préavis dont il a fixé le terme, le préavis dont l’exécution a été suspendue pendant la durée de l’arrêt de travail consécutif à un accident du travail n’est susceptible d’aucun report ».

En d’autres termes, le salarié ayant notifié à son employeur la date de son départ à la retraite ne dispose pas d’un droit au report de ladite date du fait de la survenance d’un arrêt de travail résultant d’un accident du travail durant la période de préavis.

A ce titre, la Cour de cassation se base principalement sur les deux points suivants.

En premier lieu, les juges se rattachent à la définition du départ à la retraite à savoir : « Un acte unilatéral par lequel le salarié manifeste de façon claire et non équivoque sa volonté de mettre fin au contrat de travail ».

En second lieu, la chambre sociale se base sur le code de la sécurité sociale prévoyant que « le service d’une pension de retraite (…) est subordonné à la rupture de tout lien professionnel avec l’employeur » (art. L 161-22 du code la sécurité sociale).

Le visa de cet article L 161-22 permet, fort heureusement, de ne pas donner à cet arrêt une portée trop importante.

En effet, il semblerait que l’absence de report du terme du préavis en cas de survenance d’un arrêt de travail d’origine professionnelle concerne exclusivement le départ à la retraite.

La jurisprudence rendue en cas de démission ou de licenciement permettant de se prévaloir du report du terme semble ainsi préservée.

 

 

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 19:47

Le ministre des finances, de la casse sociale et des bus réunis a donc quitté le gouvernement.

L'Enarque, inspecteur des finances et chargé d'affaire de Rothschild, chouchou des journalistes parisiens à fait les gros titres de la presse la semaine dernière en quittant le navire de Bercy dans une vedette sur la Seine. Lui qui rêve d'être une vedette et se met régulièrement en scène....

 

Mais ce que les journaux commentront moins, c'est le premier arrêt d'une ligne de bus "Macron" dans la Creuse.

 

Flixbus, seule société d'autocars à proposer des lignes depuis Guéret (Creuse), a suspendu ce lundi son activité dans la région, rapporte France Bleu.

La société avait lancé en mars des lignes Guéret-Bordeaux à prix canon : 9 euros l'aller simple. Mais "la ligne ne sera pas assez rentable pendant l'hiver", a expliqué Pierre Gourdin, directeur général de Flixbus. L'entreprise a également suspendu les lignes faisant escale à Montluçon.
Ces lignes ne sont cependant pas définitivement supprimées. Étant davantage attractives l'été, elles pourraient être à nouveau activées dès le printemps 2017.  

 

Voilà donc la notion de service public du "marché". Ce dernier veut bien assurer le métier lorsqu'il n'y a pas de risque et que cela rapporte, mais laisse les trajets et les périodes basses à la seule charge du service public.

Les trains des compagnies privées qui empruntent le réseaux ferré de France (RFF) font de même. Elles laissent aux services publics les coûts pour ne prendre que les gains. Les mêmes politiques qui ouvrent les marchés aux sociétés privées nous expliqueront ensuite qu'ils faut en finir avec les services publics trop déficitaires...

 

Déjà, si le prix de 9 euros était rentable, c'est uniquement parce que ces lignes de bus sont subventionnées (donc prennent de l'argent public) alors qu'elles n'assurent aucune mission de service public.

La casse des services publics fragilise les plus pauvres et la République, car il n'y a pas de République sans services publics !

 

 

 

 

Macron est parti...mais pas en bus !

Partager cet article

Repost0
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 00:22

Petit florilège de publicités sur les produits de l'usine de Beauchamp...Du temps ou il y avait de l'avenir...

Le joint d'isolation était produit à l'industrie Tapes.

Scotch coiffure a été produit à Beauchamp sur des découpeuses avec des molettes spéciales..
 

Il n'existe hélas pas de vidéos sur les produits de l'IGT pour la réprographie.

Les innombrables rubans électriques et les produits du calandrage étaient destinés à l'industrie et n'ont bénéficié que de publicités en presse spécialisée.

 

 

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 19:32

Le gouvernement communique uniquement sur les demandeurs d'emploi en catégorie A. 3 525 000 personnes.

Les journaleux reprenent la propagande.

Pour rappel, un salarié est, d'après  les conventions, une personne capable de vivre dignement du fruit de son travail. Se nourrir, se vétir, se loger, fonder un foyer et subvenir aux besoins de ses enfants.

 

Ils oublient donc :

- les personnes ayant une activité réduite courte de moins de 78 heures dans le mois (catégorie B). Comment ne seraient-il pas chômeurs avec si peu de revenu.

Tout le monde n'est pas coiffeur à 10000 euros par mois pour quelques dizaines d'heures mensuelles.

- les personnes ayant une activité réduite longue de plus de 78 heures dans le mois (catégorie C).

- Les personnes envoyées en formation dans des cases qui ne débouchent jamais sur un emploi mais qui diminuent les statistiques de la catégorie A.(catégorie D +11% en trois mois, le plan formation du gouvernement pour inverser la courbe du chomage...)

-Les personnes en emploi aidé ou de sécurisation. Catégorie E, artifice statistique également.

-Les personnes non tenues de rechercher un emploi car à moins de 3 ans de la retraite à taux plein alors que l'âge de retraite ne cesse de reculer....

- Les demandeurs d'emploi des DOM/TOM (La misère serait-elle moins pénible au soleil comme le chante Aznavour...)

 

C'est donc 6 503 000 demandeurs d'emploi inscrrit qu'il faut compter.

 

Ajoutons y aussi toutes les personnes en fin de droits qui ont abandonné l'inscription car ayant compris que Pôle Emploi ne résoudrait pas leur problème de chômage.

 

Il parait que cela va mieux...

 

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 15:09

Dans la vie tout à une fin…L’expérience de l’existence nous l’enseigne.

Il faut savoir tourner les pages du livre de son histoire personnelle.


Aujourd’hui, est venue l’heure où je dois vous dire au revoir. En effet, c’est plein d’émotion, de souvenirs que je quitte 3M.
Ces 35 années parmi vous, dont plus de 23 avec un mandat syndical, ont été une formidable expérience humaine pour moi.

J’ai toujours eu cette phrase en tête comme représentant des salariés et délégué syndical :

« Entre le passé où sont nos souvenirs, et l’avenir où sont nos espoirs, il y a le présent où sont nos devoirs »

Et nous avions comme devoir, mes Camarades et moi-même, de faire en sorte que l’usine de Tilloy avance en recherchant les meilleurs compromis avec la direction sans pour autant se fourvoyer  !

 

Maintenant il faut savoir laisser la place à de jeunes Camarades plein de motivation et de projets.

La relève est assurée et je garderai toujours un œil sur l’activité sociale et syndicale de Tilloy en n’oubliant jamais qu’il faut servir la cause des travailleurs et ne pas se servir de la cause !!
Je souhaite donc juste vous dire merci en quelques mots simples et sincères.

 

Au soir de ma carrière chez 3M, je veux vous exprimer mon amitié et ma reconnaissance.
Ce message de remerciements s’adresse à chacun de vous, quel que soit sa fonction ou son niveau de responsabilité dans l’entreprise.
Soyez sûrs que je ne vous oublierai pas.

A tous, je souhaite de garder une énergie à toute épreuve, un esprit ouvert et curieux et la volonté de faire progresser vos droits (en adhérant à FO par exemple)

Bien à vous…

Votre collègue qui vous quitte le cœur joyeux et amical.

 

Jacques Vélu

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 14:22

L'organisation internationale - dont la finalité est de promouvoir la paix sur la planète - s'est exprimée via son comité des droits économiques, sociaux et culturels (CESCR).

Sur le  projet de loi travail le CESCR réagit : «Le comité est préoccupé par les dérogations à des protections acquises en matière de conditions de travail proposées dans le projet de loi travail", notent ses experts, qui engagent la France à «s'assurer que les dispositifs proposés pour accroître la flexibilité du marché du travail n'ont pas pour effet la précarisation du travail et la diminution de la protection sociale du travailleur».

 

UNE SEULE POSSIBILITE !

 

LE RETRAIT !

 

Partager cet article

Repost0
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 15:38

Alors que depuis plusieurs années 3M ferme des usines en Europe, la V.P. International Supply Chain, Valérie J. Young, annonce le lancement d’une unité de production en Arabie Saoudite.

3M Juge donc judicieux d’ouvrir une unité de production dans un pays ouvert à la pluralité et au modernisme…

 

L’Arabie Saoudite, c’est un pays ou :

Le meurtre, le reniement de l’Islam, le trafic de drogue, le blasphème et l’homosexualité sont punis de la peine de mort.

Ou l’adultère et les relations avant le mariage sont punis de coups de fouets

Ou le bras et le pied sont amputés en cas de vol.

Ainsi, 150 personnes ont été décapitées en 2015 et 47 dans la seule journée du 2 janvier 2016.

 

C’est un pays ou l’égalité de la femme n’est en rien respectée puisqu’elle est considérée comme une mineure sous l’autorité de son époux, son père ou son frère.

Valérie J. Young n’a certainement pas fait le déplacement puisque la mixité n’est pas de mise dans ce pays. La mixité est ainsi interdite dans les restaurants et les transports en commun et certains lieux publics comme les parcs ou les plages ne sont accessibles qu'à des heures différentes selon le sexe.

Les femmes peuvent voter aux élections municipales depuis 2015 en Arabie Saoudite. Il faut dire que les partis politiques sont interdits et qu’il n’y a pas d’élection au niveau national. Ça laisse un droit très modéré.

 

Il n’y a bien sûr pas de syndicat.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a déclaré qu’il n’existait pas une seule organisation syndicale en Arabie saoudite puisque la loi n’autorise pas leur existence.

« Les salariés n’ont que le droit de créer des “comités de travailleurs” auxquels le gouvernement et l’employeur doivent participer. Les syndicats, la négociation collective, les grèves et même les manifestations publiques sont interdits. » (Ce dernier point devrait plaire à Manuel Valls…).

En dépit de l’interdiction de faire grève, quelques mouvements non autorisés ont lieu. En octobre de l’année dernière, 16 travailleurs chinois ont été arrêtés pour leur participation à une grève à laquelle ont pris part au moins 100 Chinois à l’œuvre dans un projet de construction ferroviaire. Les grévistes exigeaient des augmentations salariales et de meilleures conditions de travail et de vie », a expliqué Sharan Burrow.

Le rapport révèle aussi que la législation discrimine ouvertement les femmes qui, dans de nombreux cas, doivent obtenir l’autorisation de leur « gardien » pour être employées. Les rémunérations des femmes sont 84 % inférieures à celles d’hommes ayant des postes similaires.

Toutefois, ce sont les 8,3 millions de travailleurs migrants, et surtout le million et demi de femmes employées comme domestiques, qui subissent le plus d’abus ; bon nombre vit en effet dans des conditions proches de l’esclavage.

« Des milliers de travailleurs migrants sont torturés, travaillent de longues heures, vivent dans des lieux confinés et sont, en général, privés de leurs libertés fondamentales. Les autorités saoudiennes n’ont jamais tenté de résoudre le problème et de sanctionner les infractions graves qui restent impunies », poursuit Sharan Burrow.

L’Arabie saoudite a bâti sa richesse et a gagné son statut sur le dos de travailleurs et de travailleuses qui subissent des actes de violence et de torture, et qui sont privés de leurs libertés fondamentales. Il est temps de nettoyer l’économie saoudienne et d’accorder à tous les travailleurs le droit de s’organiser, de négocier collectivement et de faire grève. »

 

C’est donc là que l’investissement 3M ira.

Ici, les patrons nous disent « Vous avez trop de droits »…

Il est certain qu’avec des modèles sociaux comme ceux des Chinois ou des Saoudiens, les pauvres d’ici sont des privilégier.

L’entreprise 3M qui nous rabat les oreilles avec son « Ethique » à deux balles serait bien inspirer de regarder où elle met ses deniers.

En d’autres temps, de grands patrons américains avaient financé des régimes tout aussi respectueux des droits.

Plus ça va, plus on peut avoir honte de nos dirigeants !

 

Partager cet article

Repost0
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 21:00

Cinquante emplois seraient menacés, deux machines fermeraient,

Déjà, en février, un premier plan de sauvegarde de l’emploi avait touché 28 postes de l’usine Viskase.

Le sort de l’entreprise inquiète également les voisins de Spontex, qui utilisent les mêmes matières premières pour leurs éponges. Les deux entreprises n’en formaient qu’une jusqu’en 1979, sous le nom de Novacel.

Les 250 salariés de Spontex travaillent toujours en étroite collaboration sur le même site. Viskase paie à Spontex 40 % de frais fixes : le loyer, l’amortissement des bâtiments, la restauration, la chaufferie...

Au milieu des années 1970, à son apogée, le site historique de Beauvais employait jusqu’à 1 800 salariés.

http://www.courrier-picard.fr/region/beauvais-50-emplois-menaces-chez-viskase-ia186b0n801366

 

Partager cet article

Repost0
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 13:42

lire sur ce lien

Débrayage prévu ce jeudi matin dans l'usine chimique 3M Santé, à Pithiviers

Partager cet article

Repost0
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 12:47

Partager cet article

Repost0
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 09:13

Le Blog F.O. 3M semble avoir vu juste en publiant dès le lendemain de la manifestation du 14 juin, un article sur "La Tentation de la manipulation".

http://www.fo3mbeauchamp.com/2016/06/la-tentation-de-la-manipulation.html

 

Une pétition vient d'être mise en ligne sur Change.org pour réclamer une enquête afin de savoir réellement qui est l'unique homme qui a cassé à coups de masse les baies vitrées de l'hôpital Necker".

 

Pour ceux qui ne savent pas ce que sont les appariteurs...

Partager cet article

Repost0
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 23:30

En 1926, le congrès de la CGT revendique le droit à des congés payés.

Les travailleurs attendront 10 ans pour que la revendication se transforme en réalité pour eux.

Cette année 1936 est marquée par l'arrivée au pouvoir du "Front Populaire".suite aux élections du 3 mai.

Les syndicats et les travailleurs ayant compris que les promesses n'étaient pas des acquis (déjà à l'époque ?), plus de deux millions de travailleurs se mettent en grève dans les entreprises.

Dans la nuit du 7 ou 8 juin 1936, les accords de Matignon sont signés sous la pression des travailleurs. Sous la présidence de Léon Blum, Président du conseil, la Confédération Générale de la Patronat Français (CGPF), la Confédération Générale du Travail (CGT) et l'état signent cet accord qui prévoit une augmentation générale des salaires de 7 à 15%, la présence de Délégué Syndicaux dans l'entreprise.

Ils obtiennent également par des lois la création des conventions collectives et la semaine de 40 heures.

La loi du 20 juin 1936 institue un congé payé annuel de 15 jours.

Les Congés Payés ont 80 ans

Partager cet article

Repost0
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 22:40

La Commission Exécutive de Force Ouvrière dénonce les propos du Premier ministre qui, face à un projet de loi multi minoritaire (contesté par 60% de syndicats représentatifs et imposé au 49.3 en première lecture à l’Assemblée Nationale), refuse tout dialogue social.

En surfant sur des violences inacceptables que Force Ouvrière a toujours fermement condamnées, en accusant les syndicats et en menaçant d’interdire les manifestations, le Premier Ministre manque de sang-froid et de responsabilité.

Depuis plusieurs mois Force Ouvrière met, en particulier, l’accent sur les points les plus dangereux du projet de loi dont l’inversion de la hiérarchie des normes qu’elle n’acceptera jamais.

La Commission Exécutive appelle les pouvoirs publics à se ressaisir et, plutôt qu’invoquer le dialogue social, à pratiquer sérieusement et concrètement la concertation indispensable dans une démocratie. Force Ouvrière a déposé des propositions précises.

D’ores et déjà la Commission Exécutive de Force Ouvrière prévient que s’il prenait l’idée au gouvernement de passer en force à l’Assemblée Nationale en juillet avec le 49.3, elle ne lâcherait pas, y compris à la rentrée.

Adoptée à l’unanimité

 

Partager cet article

Repost0
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 23:28

Le pouvoir agonisant tente d'imposer sa loi libérale par tous les moyens.

Le Premier Ministre et le Chef de l'Etat tentent même d'interdire les manifestations.

Selon eux, les services d'ordre des syndicats, constitués de militants sans lacrymogène, sans harnachement anti émeute, sans matraque, sans bouclier, sans service de renseignement devraient donc faire le boulot en lieu et place de l'Etat (Encore une privatisation masquée ?)

Pour interdire, ils ont besoin d'émouvoir, dans un monde de plus en plus axé sur la réaction que sur la réflexion, centré avant toute autre considération sur l'émotion.
Ainsi, depuis le 14 juin au soir, c'est la réaction sur le "caillassage" de l'Hopital Necker/Enfants Malades qui dirige les pensées.

 

Que s'est-il passé à Nécker ?

 

L'Hopital semblait bien protégé... et aurait dû le rester !

 

La tentation de la manipulation.

Crédits photo : © Jacky Naegelen / Reuters/REUTERS

On pourrait imaginer que les forces de Police ont été caillassées... et que les pavés ont cassé les baies vitrées !

Cela ne résiste pourtant pas longtemps à la vue de l'image sur les mêmes baies vitrées....

La tentation de la manipulation.

On remarque une chose : Les impacts sur les baies vitrées sont tous à la même hauteur !

Etrange tout de même...

Les médias publient pourtant peu le film fait par Pierre Trouvé, journaliste au "Monde". On y voit que les baies vitrées sont cassées par un seul homme muni d'une masse. Un peu devant lui un homme avec un casque sur la tête, une matraque sous le bras droit et un brassard sur le bras gauche ne réagit pas.. Peut être même protège t-il le malfaiteur ? Un second jeune met un coup de pied dans une des vitres et se fait reprendre par un manifestant qui lui dit que c'est un hopital pour enfants...

 

La tentation de la manipulation.

La vidéo est plus parlante : Pas d'intervention, pas d'arrestation, pas de réaction de la police pour protéger ce bâtiment sensible.

Le fauteur de trouble a une masse, il aurait pu avoir une bombe...

Le but de cet article n'est pas de dire qu'il n'y a pas eu de casses en marge de la manifestation, mais de dénoncer l'utilisation de l'émotion, pour asseoir une volonter de baillonner la contestation à ce projet de loi.

 

Pour faire taire la rue, il n'y a pas de 49-3,
mais il y a l'émotion.

 

Jusqu'ou ira ce pouvoir pour faire passer cette loi voulue par l'Europe ?

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/05/26/31001-20160526ARTFIG00104-l-union-europeenne-assume-la-loi-el-khomri-c-est-elle.php

 

Diffusez la vidéo sur vos réseaux sociaux, montrez l'envers de l'information légale.

Après l'Etat d'Urgence, le pouvoir veut interdire les manifestations, légifère sous 49-3,.. Et quoi encore ?

Il va en falloir encore beaucoup pour que le peuple réagisse massivement ?

 

Partager cet article

Repost0
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 23:03

14 juin 2016, CONTRE LA  LOI "TRAVAIL"

Salariés, retraités, chômeurs, jeunes, étudiants,

 

RENDEZ-VOUS PLACE D'ITALIE à 13H00

 

Pour défendre vos droits, ceux de vos enfants, pour le progrès, contre le recul social et le dumping social organisés par les gouvernants et le MEDEF, avec la complicité de certaines organisations dites "syndicales".

 

MANIFESTEZ !

 

Partager cet article

Repost0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 13:44

Partager cet article

Repost0
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 18:36

Le syndicat FO des employés et cadres du commerce du Val d’Oise a assigné en référé la société d’ameublement Ikea en vue, notamment, de l’enjoindre d’accorder à chacun de ses salariés les repos légaux obligatoires et de respecter les durées de travail conventionnelles.

Une demande de dommages et intérêts à verser à titre de provision à FO en réparation du préjudice subi consécutif aux infractions constatées est également demandée.

Le premier épisode judiciaire a consisté à faire admettre que l’action de FO était recevable. La cour d’appel avait estimé l’action de FO irrecevable dans la mesure où, notamment, FO n’établissait ni la réalité des violations à la législation relative au temps de travail ni ne démontrait en quoi les constatations effectuées par certains salariés constituaient une atteinte à l’intérêt collectif de la profession.

Ce raisonnement a, fort heureusement, été cassé par la Cour de cassation (Cass. soc., 9-7-15, n°14-11752).

La Cour de cassation a rappelé que « l’intérêt à agir n’est pas subordonné à la démonstration du bien-fondé de l’action et que le syndicat se prévalait de la méconnaissance par l’employeur des dispositions d’un accord collectif ».

Par ailleurs, la violation d’une règle d’ordre social destinée à protéger les salariés suffit à rendre l’action recevable. Il importe peu que seuls quelques salariés soient concernés par la violation.

L’action en justice étant recevable, l’affaire a donc été renvoyée devant la cour d’appel de Versailles (CA Versailles, 12-5-16, n°15/07723).

Pour démontrer les nombreuses infractions au temps de travail, FO s’appuie sur une étude réalisée à partir des états de badgeage dans le magasin de Franconville obtenus par les délégués du personnel au titre de leurs prérogatives prévues par l’article L 3171-2 du code du travail.

Cette étude porte sur un panel de 84 personnes qui représentent 18 % de l’effectif du magasin.

La cour d’appel constate ainsi « la réalité de nombreuses infractions relative au temps de travail ». Ces « manquements constituent un trouble manifestement illicite et peuvent laisser craindre la répétition imminente de nouvelles infractions ».

Les juges du fond refusent cependant d’ordonner les mesures sollicitées par FO « qui consistent à voir rappeler à l’employeur l’ensemble des dispositions applicables, à l’enjoindre de les respecter dans tous les magasins de la société, à l’égard de l’ensemble des salariés et à assortir cette injonction d’une astreinte ». Selon la cour d’appel, ces mesures « s’analysent, par leur caractère général et non limité à l’établissement dans lequel un nombre de manquements a été constaté, en un rappel à la loi, allié à une mesure de contrainte disproportionnée au regard de l’objectif visé. A défaut d’identification précise du trouble allégué ou du dommage imminent, de démonstration de manquements déterminés, intentionnels, nombreux et/ou persistants, l’injonction sollicitée (…) n’est pas une mesure de remise en état ni une mesure conservatoire », susceptible d’être prescrite par le juge des référés.

Pour faire droit à la demande de provision formulée par FO, la cour d’appel estime que : « Il résulte nécessairement de la violation des règles relatives au temps de travail un préjudice pour le syndicat. L’étude réalisée n’a porté que sur un panel de 85 salariés, mais elle permet de retenir, par projection, qu’un plus grand nombre de salariés ont été privés du bénéficie des règles d’ordre public et des règles conventionnelles applicables ».

Néanmoins, pour minorer le montant des dommages et intérêts versés, la cour d’appel constate que « la société Ikea a modifié depuis 2014 son logiciel de planification, qui intègre désormais les règles relatives à la durée du travail et empêche que des plannings soient réalisés en violation de ces règles. Ainsi, les salariés pourront-ils demander en directe leur temps de travail. Des efforts de formation des collaborateurs et managers ont été parallèlement déployés ».

Cette victoire obtenue après de longues années de combat, rappelle que la défense de l’intérêt collectif de la profession trouve pleinement écho devant le juge.

 

 

Partager cet article

Repost0
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 00:22

Du 17 au 27 mai 2016 : 9h00-12h00 et 14h00-17h du lundi au vendredi uniquement.


SOS Impôts FO au 01 40 52 84 00


foimpot@force-ouvriere.fr

Partager cet article

Repost0
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 14:37

En octobre 2014, la Direction 3M France communiquait avec force d'argumentaires modernistes sur le nouveau site "3M Direct".
Ceux qui critiquaient ce "nouvel outil" étaient des passéistes à la limite du réactionnaire.

 

Les mondes de Oui-Oui et des Bisounours étaient réunis pour "Enchantez chaque client" comme disait en son temps une ancienne PDG de 3M France. (K.W.)

 

 

3M, Une entreprise qui sait mettre en valeur ses produits...

Il suffisait de cliquez ici pour accéder à tout cela....

 

18 mois après, la Direction informe de l'arrêt du site "3M Direct"...

Remarquez qu'en termes d'arrêt de sites, la Direction 3M France s'y connait plus que pour en ouvrir...
Peut-être le site internet était-il géré par un contrat d'intérim de 18 mois ?... Allez savoir, faut s'attendre à tout avec notre Direction...

Bref, voilà donc encore un échec pour nos Directeurs qui, il y a quelques mois, ne comprenaient pas nos doutes sur l'ampleur de marché à prendre.

Mais cet épiphénomène aurait pu être acceptable si nous savions vendre de manières plus traditionnelles et avec du talent, nos produits "grand public", en mettant en avant et en vedette nos produits.

Ce n'est hélas pas le cas. pour preuve le triste spectacle rencontré au centre Leclerc de Trichateau (27) la semaine précédente. Au rayon des "Promotions", un stand rutilant d'éponges gratteuses…

3M, Une entreprise qui sait mettre en valeur ses produits...

Hélas, ce n'est pas notre marque, mais la marque concurrente...

Ceci dit, le rayon est large, achalandé jusqu'en haut, le prix bien visible et attrayant… Encore Spontex….

 

…Jusqu’à ce que, en presque bout de rayon, à la limite de la tête de gondole, apparaisse le magnifique stand 3M Scotch-Brite !

Là, il y a de quoi être scotché devant l’ampleur des moyens mis en œuvre pour mettre en valeur nos produits et le travail des salariés qui, sur 3M Beauchamp, fabriquent le produit.

Un stand au niveau des ambitions de 3M.
Si nos patrons étaient rémunérés avec le même niveau d’ambition, ils feraient surement un peu plus la gueule !

3M, Une entreprise qui sait mettre en valeur ses produits...

Même le prix n'est pas indiqué, l'emplacement ridiculement petit, dans un coin sombre et assez minable...

Comme rien n'est jamais de la faute ou de l'incompétence de ceux qui nous dirigent, le système va continuer jusqu’à ce que la décision d’arrêt arrive des US.

Le meilleur moyen d’arrêter une production étant de faire en sorte qu’elle ne se vende pas (comme disait Coluche ; « il suffirait qu’on arrête d’en acheter pour plus que ça se vende »), nous ne doutons pas que nos Dirigeants se satisferont de ce triste spectacle.

3M : Mauvais dans le Marché virtuel et Médiocre dans le réel !

Partager cet article

Repost0
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 16:58

Claude Didry, Sociologue, Directeur de recherche au CNRS et auteur du livre "L'institution du travail" aux éditions "La Dispute" était l'invité de France Culture samedi 16 avril lors de l'émission "La suite dans les idées".

 

A réécouter avec intérêt :

 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 17:15

A voir absolument,

Voici le modèle social de l'Europe !

 

Partager cet article

Repost0