Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2017 3 08 /11 /novembre /2017 21:05

Les salariés de la société 3M, à Nivelles, ont décidé ce matin à l'unanimité de bloquer l'entreprise. Ils dénoncent à nouveau le blocage des négociations avec la direction. Le magasin d'expédition restera fermé jusqu'à mercredi, 15 novembre, jour de la prochaine rencontre.

Lire la suite : ici

Pour notre part, l'intersyndicale communiquera par écrit en fin de semaine. Nous attendons la réunion de négociation du 15 novembre à Cergy pour déterminer de la suite des évènements.

Les salariés de 3M Nivelles en grève jusqu'au 15 novembre
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2017 2 07 /11 /novembre /2017 21:25

Syndicats et direction ne sont pas arrivés à un accord lors des discussions de mardi soir (7/11/2017 ndlr)

Les discussions entre la direction de 3M et les syndicats sont dans l’impasse: mardi en soirée, les parties se sont quittées sans avoir trouvé d’accord sur un plan social, alors que la direction avait annoncé en juin son intention de fermer son site de Nivelles. Dans le zoning de Nivelles Sud, l’entreprise emploie 107 travailleurs.

 

La suite de l'article à lire  : ici

 

La Direction France ferait bien d'en prendre bonne note car nous saurons également bloquer ce qu'il sera judicieux de bloquer si la méthode reste la même... A bon entendeur....

Blocage syndical annoncé du site de  3M Nivelles
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 10:04

Suite au tract diffusé par Force Ouvrière le 23 octobre 2017( à lire ici ), la Direction du site à fait un communiqué le 24 octobre 2017 afin de rassurer les salariés du site.

La lecture de ce communiqué ne devrait pourtant rassurer personne puisque c'est un pur exemple de xyloglossie. On y évite soigneusement de présenter la réalité par l'utilisation de tournures de phrases et d'expressions usuelles.

Le pire arrivant en fin de texte :
" Les produits susceptibles de contenir des amines aromatiques et des solvants chlorés sont inclus dans ces démarches, elles-mêmes dictées par l'engagement de la Direction pour la préservation de la  santé et de la sécurité des collaborateurs de notre établissement, en association avec les acteurs et les instances concernées que sont les fournisseurs, la médecine du travail, les représentants du personnel dont les membres du CHS-CT"

Dans cette communication, l'E.H.S. semble bien absent... C'est quand même le moteur de la sécurité dans l'entreprise.

Le CHS-CT semble y être un acteur mais lorsqu'il y a un avis de la CARSAT, il n'est pas informé.

Enfin, en termes de sécurité, rappelons que 3M Tilloy est un exemple, c'est tout de même le seul site ou lorsque l'on fait un exercice de sécurité incendie, on se retrouve avec 5 blessés dont 3 transportés à l'hôpital par hélicoptère... ( à relire ici : ).

Il n'est probablement pas facile de reprendre les rênes après une gestion calamiteuse de la sécurité sur le site, surtout lorsque le principe de Dilbert a été érigé en mode de gestion d'une partie du personnel d'encadrement... (D'ailleurs certains se sont retrouvés en Suisse malgré l'accident cité plus haut). Mais d'autres sont encore en place. L'employeur ayant, en matière de sécurité, une obligation de résultat, il serait peut-être temps que la Direction de 3M France S.A.S et du site de Tilloy cessent d'écouter les thuriféraires qui vivent à ses dépends.

 

xyloglossie ou xylolalie, du grec xylon : bois et glossa : langue ou λαλέω / laleô : parler) est une figure de rhétorique consistant à éviter de présenter une réalité par l'utilisation de tournures de phrases et d'expressions usuelles.

C'est une forme de communication qui peut servir à dissimuler une incompétence ou une réticence à aborder un sujet en proclamant des banalités abstraites ou pompeuses. elle sert à éluder le sujet afin d'éviter de répondre à une question ou un sujet embarrassant. La xyloglossie est plus communément appelée "Langue de bois".

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2017 4 26 /10 /octobre /2017 14:44

Les travailleurs de l’usine 3M de Nivelles mèneront ce jeudi matin une action devant le siège de la filiale belge de la multinationale à Diegem.

Les syndicats dénoncent les conditions de départ pour les 107 travailleurs du site nivellois, la société Went Boart, dont l’entreprise a annoncé la fermeture en juin.
3M est célèbre pour les marques scotch ou Post-it.

Les syndicats (CSC-CNE-Setca-FGTB-CGSLB) jugent que le plan social proposé pour le site nivellois est « indécent » et estiment que la direction a les moyens de proposer d’avantage.

Les travailleurs de l’entreprise 3M, à Nivelles, mèneront ce jeudi, à 7 h 30, une action de protestation devant le siège de la filiale belge à Diegem, a annoncé mercredi le front commun syndical CSC-CNE-Setca-FGTB-CGSLB.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 11:25

Il ne faut plus que cela se reproduise…

 

Il y a juste un an, nous apprenions une triste nouvelle, le décès de notre ami et collègue Olivier Boufflers.

Olivier se battait contre la maladie, une tumeur maligne détectée en septembre 2015. Les spécialistes de la médecine sont alors formels, ce type de tumeur survient chez les fumeurs et les personnes âgées de plus de 50 ans.           

Seulement voilà, Olivier avait 42 ans et il ne fumait pas !

Cette incompréhension pousse la famille d’Olivier à chercher le facteur déclencheur de sa maladie, en ayant de sérieuses raisons de penser qu’il pouvait y avoir un lien avec son travail. Une reconnaissance de maladie professionnelle est demandée par l’épouse d’Olivier.

Après réception des pièces (notamment les fiches de données de sécurité) l’enquête de la CARSAT reconnait comme maladie professionnelle le 30 août 2017 le décès d’Olivier et son verdict est sans appel :

 « Il y a lieu de retenir un lien direct et essentiel entre l’affection présentée et l’exposition professionnelle ! »

 En effet, l’exposition aux amines aromatiques et dérivés chlorés a participé au déclenchement du cancer d’Olivier !              

 

A l’heure de la diffusion de ce tract aucune information, ni mesure, ne sont mises en place par la direction de 3M en direction des salariés.

Le CHSCT et son secrétaire n’ont même pas été mis au courant par la direction de 3M des conclusions de l’enquête ; instance, qui doit obligatoirement être saisie et informée pour ce genre de situation.

N’oublions pas, que nous ne sommes pas obligés d’avoir une exposition directe pour être touché. Olivier n’était pas en production.

 La direction se réfugie trop souvent derrière l’obligation du port des EPI pour se dédouaner de la sécurité en nous faisant signer « des feuilles de formation », mais n’oubliez pas monsieur « l’employeur » que vous avez une obligation de résultat, et que les EPI ne doivent-être mis en place qu’en dernier recours.

Force ouvrière a par conséquent le devoir d’avertir les employés de « 3M Tilloy » sur ces situations dangereuses et malheureusement tragiques. N’hésitez pas à informer vos élus pour tout questionnement concernant l’altération de votre santé au travail, nous vous aiderons.

Messieurs de la direction, prenez vos responsabilités et les mesures qui s’imposent. Vous commettez  un délit d’entrave caractérisé en n’ayant pas convoqué dans l’urgence le CHSCT à l’annonce des conclusions de l’enquête diligenté par la CARSAT !

Vous ne daignez même pas avertir les salariés des risques de l’exposition !

N’oublions pas… en seulement une année, la maladie aura eu raison d’Olivier à cause de son engagement et de son dévouement au sein de société 3M.

Force Ouvrière est de tout cœur avec la famille d’Olivier, nous l’épaulerons et l’aiderons jusqu’au bout.

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 22:24

Lors de la réunion du 19 octobre, la Direction a enfin communiqué sur les postes promis.

Des postes d'opérateurs, de techniciens et quelques postes de cadres.

Dans un contexte difficile de fort chômage, ou le Val d'Oise fait figure de pire département de la région Ile de France, cette annonce était plutôt attendue. Elle oriente une partie de la négociation en cours. Savoir motiver un changement de région ou de convention collective n'est pas inutile si, comme le prétend la Direction, elle souhaite éviter les licenciements.

La liste ne tient pas compte des postes déjà ouverts et affichés et des futurs départs de salariés sur les différentes entités.

Cette liste est également ouverte aux salariés de Bricolage et Bâtiment.

La nature des postes nous a été communiquée et sera publiée par la Direction prochainement.

Voici les sites concernés ;

Tilloy Lez Cambrai : 31 postes (3M France S.A.S) : Nord (59)

Cergy : 9 postes (3M France S.A.S.) : Val d'Oise (95)

Saint-Ouen l'Aumône : 44 postes (SOA Logistics) : Val d'Oise (95)

Pontchâteau : 52 postes (3M télécommunication) : Loire Atlantique (44)

Coquelles : 2 postes (3M Purification) : Pas de Calais (62)

Mazères sur Salat : 2 postes (3M Purification) : Haute-Garonne (31)

Niedermodern : 10 postes (EMFI) : Bas Rhin (67)

Haguenau : 1 poste (EMFI) : Bas Rhin (67)

soit 151 postes

Certes, la négociation prend du temps, nous en sommes conscients, mais entre procrastination et précrastination, il y a un temps qui est le temps nécessaire à la négociation.

A ceux qui ont publié sur Beauchamp un torchon non signé, lorsqu'ils utilisent un mot qu'ils ne maîtrisent pas, qu'ils commencent par le recopier comme il faut ...

 

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 07:00

Lors de la réunion du 10 octobre, la Direction a enfin dévoilé un calendrier d'arrêt des différentes productions qui sera présenté aux salariés lors de la réunion du 12 octobre.

Par contre, et pour F.O.  c'est un point bloquant pour la poursuite des négociations, la Direction est toujours dans l'incapacité de démontrer la réalité des créations de postes de reclassements annoncés.

Nous ne savons donc toujours pas où sont les postes créés, le nombre réel et pour quelles catégories sociaux professionnelles.

Comment négocier sérieusement sur le sujet du reclassement interne dans ces conditions là ?

Nous craignons qu'il y ait bien plus de postes d'opérateurs et très peu de postes de techniciens et de cadres, or, ces deux catégories sont en droit d'attendre des possibilités de reclassement.

Cela pourrait jouer sur le périmètre du plan (en ouvrant du volontariat sur d'autres sites). La Direction ne veut pas en entendre parlé parce que cela semble contrarier ses objectifs de diminution des effectifs par "attrition naturelle"...

Pour le reste, des écarts importants restent a combler dans les prochaines réunions. Pour l'instant, le compte n'y est pas.

Le 12 octobre, lorsque la Direction sera en face de vous, n'hésitez pas à poser vos questions.

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 15:33

Les salariés de 3M Bricolage et Batiment de Longvic sont en grève depuis plusieurs jours.

Afin de les aider à maintenir la pression sur 3M, ils ont besoin de votre soutien.

Vous trouverez ici la cagnote internet qu'ils ont mis en place pour recevoir vos soutiens

https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-les-salaries-de-longvic-en-greve

Merci d'avance pour eux.

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 06:58

L'article ne dit pas si leur code du travail avait été réformé...

Miwa Sado, 31 ans, qui couvrait l'actualité politique à Tokyo, avait été retrouvée morte dans son lit en juillet 2013. Un an plus tard les autorités japonaises avaient conclu que sa mort était due à un nombre excessif d'heures supplémentaires. Elle n'avait eu que deux journées de repos dans le mois qui a précédé son décès.

Lire l'article ici

Si la traduction est exacte, la phrase "Nous sommes désolés d'avoir perdu une excellente journaliste et prenons au sérieux le fait que sa mort ait été reconnue comme liée au travail" est terrible. Ce n'est pas l'être humain qui est regretté mais uniquement ses capacités et qualités de travail.

 

 

Japon :  une journaliste meurt après 159 heures sup' en un mois
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 14:08

Probablement là....

Il est ou l'pognon, il est ou ?
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 13:24

Les salariés des sites de Veyziat et Longvic sont en grève.

Ils réclament :

  • une prime de collaboration de 1000 à 1500 € pour motiver les salariés et finir le travail.
  • une prime de Noël de 500 € pour l'ensemble des salariés de B&B
  • La suppression des trois jours de carence maladie.

A ce jour, la Direction de 3M fait la sourde oreille et refuse le dialogue.

La Direction démontre que les salariés ne représentent rien pour elle, pour elle aussi, ce sont des gens qui ne sont rien.

Par contre, lorsqu'il sagit de remonter les dividendes de B&B  par dizaines de millions d'euros vers 3M France S.A.S., la même Direction ouvre grand les portes du coffre fort.

Ce n'est pas à leur humanité qu'on reconnait les faussoyeurs d'emploi, mais à leur avidité.

 

VEYZIAT

VEYZIAT

LONGVIC

LONGVIC

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 13:04
Appel unitaire des branches chimie F.O. -  C.F.E.-C.G.C. et CGT
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 22:16

Un sondage inédit, réalisé par CSA Research pour le compte de la délégation interministérielle à la langue française pour la cohésion sociale, indique que ce phénomène touchant 1,5 million de personnes en emploi est sous-estimé et que les correctifs font défaut. Un scandale, surtout à l'ère de la révolution numérique.

Un scandale, une honte, un fléau... L'illettrisme, néologisme inventé en 1981 par ATD Quart-Monde pour qualifier les personnes qui ont été scolarisées en France mais n'ont pas une maîtrise suffisante de la lecture, de l'écriture et du calcul pour être autonomes dans la vie, est plus répandu qu'on ne le croit.

 

La suite est à lire sur  : Le Figaro

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 09:10

Réuni le 05 septembre 2017, le Bureau Fédéral de la Fédéchimie FO considère, qu’après analyse des ordonnances rendues publiques le 31 août dernier, que ces dernières ne sont ni plus ni moins que l’aggravation de la loi El-Kohmri que notre organisation syndicale a combattu en 2016 et dont nous demandons toujours l’abrogation.

Ces ordonnances mettent de nouveau à mal notre code du travail et nos conventions collectives, socles de garanties dont bénéficient les salariés dans leur branche d’activité.

 L’inversion de la hiérarchie des normes gagne encore du terrain en privilégiant les accords d’entreprises au détriment de la branche (par exemple : primes ancienneté, nuits, paniers, 13ème mois, etc….

 Dans les entreprises de moins de 20 salariés, la possibilité sera donnée maintenant au chef d’entreprise de négocier avec un salarié non mandaté par une organisation syndicale et non protégé, pour valider des accords qui remettront en cause les acquis et les droits dont bénéficient les salariés.

 Le plafonnement des indemnités prud’homales à 20 mois de salaire après 30 ans d’ancienneté et plus, ainsi que la réduction des délais de recours de 2 à 1 an ne sont ni plus ni moins qu’une remise en cause de la justice prud’homale qui à terme, risque de disparaitre.

 Le contrat de «chantier ou d’opération », qui pourra être étendu dans toutes les branches, permet de se séparer d’un salarié à la fin d’une mission sans pour autant payer les 10% de prime de précarité, risque de devenir la norme en remplacement des CDD et CDI.

 La « rupture conventionnelle collective », va permettre dorénavant de contourner les Plans de Sauvegarde de l’Emploi, et d’embaucher si besoin dans la foulée, d’autres salariés à moindre coût.

La fusion des Instances Représentatives du Personnel (CE, DP,CHSCT), va réduire considérablement les prérogatives des élus ce qui, de facto, s’en ressentira pour la défense des droits des salariés, leurs conditions de travail et leur sécurité.

 Etc …

Non content de détruire notre code du travail, l’exécutif s’attaque aux plus démunis en baissant les APL, à la Sécurité Sociale en augmentant la CSG tout en baissant les cotisations sociales et à l’emploi en réduisant considérablement le nombre de contrats aidés.

La Fédéchimie FO considère donc que ces ordonnances et ces nouvelles attaques contre le pouvoir d’achat méritent une riposte à la hauteur des coups portés.

C’est pourquoi, la Fédéchimie FO appelle ses syndicats, sections syndicales, adhérents FO et sympathisants, à participer aux grèves et manifestations, notamment celle du 12 septembre prochain, sous la bannière FO pour le retrait des ordonnances travail …

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 16:00

Mercredi 6 septembre matin, une délégation Force Ouvrière a été reçue au Ministère de l'économie et des finances pour aborder la fermeture du site de  3M Beauchamp et 3M Longvic.

Durant plus de deux heures, nous avons pu aborder ce sujet avec des représentants de l'Etat, Le niveau d'écoute et l'intérêt que ces derniers ont porté a nos arguments nous laisse penser que cet entretien ne restera pas vain.

L'impact social certain que des populations majoritairement âgées auront à affronter a, entre autres choses, été abordé.

La délégation Force Ouvrière était composée de :

Hervé Quillet, secrétaire de la Fédéchimie F.O.

Isabelle Siourilas, Déléguée Syndicale Centrale de 3M Bricolage et Bâtiment

Alain Doublet, Délégué syndical central de 3M France S.A.S.

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 10:08

Le gouvernement vient de rendre publiques les ordonnances sur la réforme du travail.

La confédération FO a annoncé que dans les instances consultatives qui se tiendront dans les quinze jours où seront présentées ces ordonnances, elle votera contre.

L’Union Départementale FO partage totalement cette position et exige le retrait des ordonnances dans la continuité de son combat pour l’abrogation de la loi El Khomri.

Celles-ci vont encore plus loin dans la remise en cause de la hiérarchie des normes. Pas étonnant que les organisations patronales applaudissent. Il sera possible d’installer dans les branches des conditions moins favorables que le Code du Travail en matière de recours aux CDD, à l’intérim où aux contrats de chantier. Il sera possible de discuter et conclure des accords dans les entreprises moins favorables que la convention collective en matière de primes, treizième mois, congés supplémentaires…

Les conventions collectives devront prévoir des droits différents pour les salariés des petites entreprises (moins de 50) et le ministère pourra refuser d’appliquer une convention dans toutes les entreprises si elle « porte une atteinte excessive à la libre concurrence ».

Autre satisfaction pour les patrons, il sera possible de négocier des accords directement avec des élus non syndiqués dans les entreprises de moins de 50 salariés et même dans les moins de 20 de faire « ratifier » directement un accord par les salariés. C’est une brèche ouverte au monopole des organisations syndicales à négocier qui date de 1936. C’est une attaque directe contre les confédérations syndicales : « sans syndicalisme libre, pas de démocratie ! ».

Dans la continuité de la loi Rebsamen, CE, DP et CHSCT seront désormais fusionnés dans toutes les entreprises dans un « comité social et économique » : moins d’élus pour défendre les salariés, moins de moyens à leur disposition. Les CHSCT vont disparaître dans les entreprises de moins de 300 salariés

Pour faciliter les licenciements économiques, les multinationales ne devront justifier que de leur santé économique en France.

Pour faciliter les licenciements individuels, un barème de dommages intérêts en cas de licenciement abusif est créé qui permettra aux patrons de provisionner. Sans compter, que l’employeur pourra modifier la lettre de licenciement. La légère augmentation des indemnités légales de licenciement, qui par ailleurs sont déjà présentes dans de nombreuses conventions collectives, ne peut constituer une compensation.

Enfin, le compte pénibilité qui rencontrait l’opposition du MEDEF est remplacé par un compte prévention, bien moins favorable.

Dans la continuité de sa mobilisation contre la loi El Khomri, le bureau de l’Union Départementale FO exige le retrait des ordonnances.

Celles-ci se situent dans un ensemble de mesures d’austérité contre les salariés que le gouvernement a décidées et que FO combat :

  • suppressions d’emplois de fonctionnaires,
  • gel du point d’indice,
  • augmentation de la CSG,
  • remise en cause des APL,
  • mise au chômage de centaines de milliers d’emplois aidés…

Dans le même temps où le Président Macron fait mine de mener une bataille contre les travailleurs détachés, il ferme les yeux sur les entreprises qui délocalisent comme 3M Beauchamp, Semperit, etc.

L’Union départementale FO mettra tout en oeuvre pour préparer une mobilisation la plus large possible pour les revendications claires :

  • Retrait des ordonnances travail,
  • Abrogation de la loi El Khomri
  • Augmentation Générale des salaires et du point d’indice,
  • stop aux suppressions de postes

St Ouen l’Aumône, le 4 septembre 2017

ADOPTE A L’UNANIMITE

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 19:56

TECHNICIEN, CADRE,

ce message est pour toi.


Les vacances se terminent. C’est l’heure du retour.
Faut-il reprendre les mêmes habitudes ? Courber l’échine et se taire…

Ce message s’adresse à tous ceux, et ils sont nombreux, dont le travail ne semble jamais s’arrêter. Ceux qui terminent à la maison, qui se reconnectent tardivement, ceux qui ont toujours « un truc » à finir mais qui auront encore des choses à faire une fois cette dernière tâche finie.

Oui, c’est de toi, technicien ou cadre dont on parle.

Un jour, tu as fini plus tard que ce qui est autorisé, un jour tu n’as pas terminé ton travail à temps, alors tu t’es reconnecté de la maison, c’était, tu te l’étais promis, une exception, pour finir un dossier…

Au départ, tu t’es rendu responsable de ce fait, tu t’es dit : « Je n’ai pas eu le temps de finir ».
Le « Je » te faisait porter la responsabilité de la non-exécution de ton travail. Tu t’es jugé au lieu de juger la charge de ton travail.

Sur ces faits, les départs non remplacés de collègues ou la réactivité  toujours plus forte qui t’est demandée ont ajouté aux pressions. Le « je n’ai pas le temps de finir » est, d’exceptionnel, devenu récurant.

Il te fallait aussi échapper aux jugements d’une évaluation professionnelle dévoyée. Devenir irréprochable pour limiter la sanction, les remarques désobligeantes et la perte de pouvoir d’achat. Alors la solution la plus simple a été de rouvrir toujours plus souvent l’ordinateur portable à la maison.

Le travail a mangé petit à petit des morceaux de ta vie privée.

Le travail a des vertus. Celui qui n’a pas d’emploi, et ils sont nombreux de nos jours, n’est pas heureux. Il reste isolé, replié sur lui-même, perd des liens sociaux importants.

L’absence de vie privée est encore plus pesante. Elle peut se transformer en isolement. Tu finis par mieux connaitre les collègues de travail que ta propre famille. Tu les vois le temps de relever « la tête du guidon » avant de la replonger dans le travail.

Certains trouveront ce message exagéré. Peut-être parce qu’ils n’ont pas encore passé le point de rupture… D’autres parce qu’ils préfèrent s’aveugler.

Toi qui es concerné, n’oublies pas que l’on travaille pour vivre, mais on ne vit pas pour travailler.
Le travail est un moyen, ce n’est pas un but.

Le Cœur a ses raisons que le labeur ignore.

Alors écoutes ton cœur, profites de la vie, exerces tes passions, rencontres des amis, sois en amour.
La vie est trop courte pour n’appartenir qu’au travail.

Bonne rentrée à tous.

                                                                                                                                                            F .O. 3M France

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 10:58
Stand Spontex au LECLERC Trie-Chateau

Stand Spontex au LECLERC Trie-Chateau

Bon, ce n'est pas un stand 3M....

3M est une entreprise commerciale qui considère qu’appâter le client est un coût sans retour sur investissement…

3M est passé de 80% de part de marché à moins de 20%.... mais nos patrons en sont certains, leur stratégie est la bonne….
Commercialement, on peut en douter… par contre, si c’est pour nous virer, c’est certain !

Partager cet article
Repost0
24 août 2017 4 24 /08 /août /2017 10:54

La lecture d'un article récent dans "Les Echos" nous montre ce que fut le parcours de ce dirigeant de 3M et l'océan qui le sépare de ceux qui nous dirigent aujourd'hui...

lire l'article : ici

"Des erreurs seront faites. Pourvu qu'elles le soient par des personnes compétentes, ces erreurs auront bien moins de conséquences néfastes que les erreurs commises par un management dictatorial".

William McKnight, PDG 3M (1944)

L'article ne reprend pas cette phrase mais elle en dit long sur la facon de diriger l'entreprise aujourd'hui.

Lorsque l'on pense que les dirigeants des filiales ont un peu près le même pouvoir qu'un sous chef d'atelier, que les annonces descendent de tout en haut sans capacité à défendre les filiales.

Décision arbitraire comme les 1500 suppressions de postes annoncés en 2015 dont l'unique réussite fut de faire gagner encore plus d'argent à Inge Thulin et Marlène McGrath (http://www.fo3mbeauchamp.com/2016/02/3m-l-ethique-a-tous-les-niveaux-ou-presque.html)
Décision de revendre certaines branches d'activité, décisions de fermer des sites en Europe prises par des nababs européens dorlotés a grand coup de stock options et d'émoluments généreux par le grand Moghol de Saint Paul.

McKnight touchait aussi des stock options, mais la valeur de l'action était liée à l'activité de l'entreprise et non aux propres rachats d'actions par 3M :

22 milliards de dollars sur 5 ans http://www.fo3mbeauchamp.com/article-3m-une-vision-purement-boursiere-121797672.html

et 49 milliards de dollars en 10 ans pour ne contenter que nos patrons actionnaires : http://www.fo3mbeauchamp.com/2017/03/hausse-de-6-de-la-remuneration-a-3m.html

Pour eux, la finance n'est plus un outil mais un but.

La variable d'ajustement, c'est le coût des emplois. Payer un salarié en France ou trois salariés en Pologne ?

Article sur William McKnight
Partager cet article
Repost0
6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 23:47

Les salariés avaient gagné. Le P.E.E. 3M n'était pas égalitaire dans le traitement entre les cadres et les non cadres.

3M a gagné en cassation et demande le remboursement des sommes reversées aux plaignants.

Il n'y a pas de petites économies chez 3M... Il faut dire que le P.E.E. de 3M France ressemble peut être trop à celui de 3M santé pour prendre le risque de voir d'autres procédures de ce genre. 

Lire l'article pour bien comprendre : http://www.larep.fr/pithiviers/justice/2017/08/04/d-anciens-salaries-de-3m-ont-huit-jours-pour-rembourser-8-688-d-indemnites_12507261.html


 

 

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 18:01
Partager cet article
Repost0
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 10:41

Les nouveaux articles L4624-7, R4624-45 et suivants du code du travail ont changé la donne pour le salarié.

En 2016, un salarié  de 3M Beauchamp, syndiqué F.O., avait contesté l'avis du médecin du travail devant le médecin inspecteur du travail.et obtenu gain de cause.

Les articles cités au dessus modifient cette possibilité de recours.  Le salarié devra dorénavant :

Dans les quinze jours suivant l'avis médical, saisir la formation de référé du conseil des Prud'hommes pour désigner un expert. La formation du référé statuera et son avis s'imposera aux parties.
Le salarié qui conteste devra consigner une somme pour la rémunération de l'expert auprès de la caisse des Dépôts et Consignations qui en avertira le greffe des Prud'hommes. La formation de référé pourra charger le médecin inspecteur régional d'une mission, mais uniquement après avoir désigné un médecin-expert.

D'une procédure simple et gratuite, la loi met en place une procédure prud'homale complexe, éventuellement coûteuse avec des délais de contestation contraints.
L'employeur qui conteste pourra bénéficier de ses supports habituels (RH, cabinets externes...) et des moyens financiers de l'entreprise, là ou le salarié devra se débrouiller...
Une raison de plus de se syndiquer !

Contestation de l'avis du médecin du travail : La loi contre les salariés
Partager cet article
Repost0
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 14:31

10 novembre 1970, la République pleure la mort d'un grand chêne....

Pages d'Histoire....

1er trimestre 2019, 3M fait mourir le site de Beauchamp...

Pages d'Histoire....
Partager cet article
Repost0
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 16:44

Ce 12 juillet, Jean-Claude Carré (CFE-CGC), Hervé Galichet (CFDT) et Alain Doublet (F.O.) ont été reçus au Ministère du travail.

Pendant une heure et quart, nous avons pu échanger avec Mme Guern (DGEFP) et Monsieur Ivon sur le PSE annoncé à Beauchamp.

Le suivi et la vigilence sur ce plan seront de mise. Notre sentiment commun pour les organisations syndicales a été d'avoir été écouté par nos interlocuteurs. Nous resterons en contact avec le ministère pour faire, le cas échéant, avancer/débloquer les négociations.

 

Les Délégations Syndicales au Ministère du travail
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 11:35

En ouverture du Comité d'établissement le syndicat F.O. a fait la déclaration suivante, en présence du Directeur industriel et du DRH groupe.

************************************************************************************************

Déclaration F.O.

au Comité d’Etablissement

extraordinaire du 7 juillet 2017

 

La note d’information publiée par 3M sur le projet de réorganisation industrielle concernant les productions du site de Beauchamp nous semble un non sens.

Certes, une organisation syndicale ne saurait faire une contre étude des chiffres et de l’évolution du marché sur les différentes activités. Pour autant, le raisonnement de la Direction nous semble tronqué.

Chaque produit créé vit, évolue au grés des marchés et de la concurrence et fini par devenir obsolète. Heureusement, chaque produit en fin de vie ne fait pas fermer un site. Or la logique expliquée dans la note par 3M conduit à la fermeture du site de 3M Beauchamp.

A chaque arrêt d’activité sur le site, le syndicat F.O. a dénoncé le chemin pris par 3M qui conduit à la fermeture du site. L’impact des frais fixes du site sur des produits vieillissants a été abordé à de multiple reprises, l’impérieuse nécessité de diversifier les productions afin de ne plus être dépendant pour l’essentiel du seul marché Grand Public a été dit et répété depuis des années.

Ce n’est donc pas forcément aux seuls faits du marché que l’on doit le manque de compétitivité exposé par la Direction, mais également et pour une part qu’il resterait à établir avec une vue objective, la conséquence de décisions stratégiques prises en dehors du périmètre de 3M France S.A.S.

Le manque de compétitivité évoqué par 3M ne semble toucher que la partie Manufacturing, puisque seule l’usine sera impactée. Or l’usine de Beauchamp reçoit ses ordres du C.O.E. en Suisse. Les prix attendus en sortie de production lui sont fixés, elle ne peut choisir les fournisseurs de matières premières puisque c’est le même COE en Suisse qui achète. Les coûts de vente, de marketing etc…ne semblent pas être en question puisque la note ne concerne que le site de Beauchamp. Il n’y a aucun impact sur l’emploi ailleurs.

C'est-à-dire que la note économique met responsable de la situation un site qui n’a la main sur aucune décision.

 

Force Ouvrière redit ici que la fermeture du site, avec cette stratégie mortifère, était inévitable !

Force Ouvrière redit que cette fermeture n’est pas économique mais stratégique.

En 30 années, 3M n’aurait pas trouvé de nouvelles activités à produire ici, alors que l’entreprise se targue d’avoir des dizaines de milliers de produits !

Le seul coté économique du raisonnement 3M est de remonter la marge des produits fabriqués actuellement sur Beauchamp en les délocalisant vers des pays à bas coûts sociaux et salariaux.

Mais la note se garde bien d’expliquer pourquoi une société comme 3M, aussi riche de produits diversifiés sur des marchés aussi différents, ne localise pas des produits haut de gamme ou le coût de la main d’œuvre est moins impactant, sur le site de Beauchamp !

Pourquoi n’y a-t-il pas de solution alternative à la fermeture du site 3M ?

La bonne gestion d’une entreprise s’entend au-delà de la gestion des portefeuilles produits et des marchés, mais doit aussi concerner la bonne gestion des salariés qui n’ont pas à être une variable d’ajustement aux résultats financiers d’un groupe ultra milliardaire !

La société 3M, en préparant de longue date le manque de nouveaux produits sur Beauchamp, et donc en hypothéquant l’avenir du site, a été déloyal envers les salariés du site. Elle connaissait le scénario prévisible car ce scénario a été écrit par elle et elle seule !

Les salariés du site ont exécuté à la lettre toutes les directives de 3M, ils ont accepté tous les modes de management, se sont investit dans tous les modes de fonctionnement, du Scope au Lean, ils ont relevé tous les défis demandés par 3M comme la mise en place de SAP. Tout cela pour finir par une fermeture de site qui aura forcément des conséquences sociales dans les familles, dans le tissu local, dans les sous-traitances.

Pour Force Ouvrière, les responsables de l’entreprise 3M France qui ont conduit à ce désastre et qui depuis des lustres ont (ou devrait avoir d’après leur niveau hiérarchique) une part dans les décisions de l’entreprise ou d’une de ses filiales, que ce soit la PDG de 3M France,  son directeur industriel et bien d’autres, doivent tirer les conséquences de leurs incapacités à influer sur le scénario et à représenter l’entreprise 3M France, dans son intégralité, c'est-à-dire à défendre également la production.

A la vue de l’ancienneté de nos dirigeants et des nombreux postes occupés par eux durant des décennies, il ne serait question qu’ils se dédouanent en étant désolés du sort des autres.
Les multiples fermetures de sites démontrent que les salariés et l’activité ne sont pas défendus par nos dirigeants qui au delà des congratulations qu’ils s’adressent à chacune de leurs multiples nominations,  vivent de l’entre soi sans ce soucier du sort des autres et de l’activité réelle de l’entreprise 3M France.

Ils doivent tirer les conséquences de leurs incapacités ici avérées, car elles sont de nature à menacer d’autres emplois dans l’entreprise. Le comité de Direction n’a pas dirigé et défendu l’entreprise 3M France et ses salariés comme il aurait dû le faire, qu’il en tire les conclusions qui s’imposent et ait au moins le panache de démissionner !

 

Cette déclaration sera à intégrer au Procès Verbal du cette réunion de C.E.

 

 

Partager cet article
Repost0