Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2019 2 05 /02 /février /2019 23:16

Nous, nous n’appelons pas la prime « pour le pouvoir d’achat » du nom de « prime Macron ». Nous préférons l’appeler « prime Gilets Jaunes » car ce n’est pas Emmanuel Macron qui l’a donné, mais les Gilets Jaunes qui l’ont obtenu.

Nous avions hâte d'entendre la Direction sur l'amplitude qu'elle donnerait à cette prime... Mais, une fois encore...

La Direction a décidé de jouer petits bras. Elle aurait, dit-on, confondu "Prime pour le Pouvoir d'Achat" avec "Prime pour le Pourboire d'Achat"...

Elle propose donc une prime de :

  • salaire inférieur à 25000 € par an : 450 €
  • Salaire entre 25000 € et 34999 € par an : 400 €
  • Salaire entre 35000 € et 44999 € par an : 300 €
  • Salaire entre 45000 € et 53000 € par an : 200 €

Nous qui imaginions que 3M profiterait du coté "non cotisé" et non imposable pour le salarié, pour faire un geste fort…

Il est vrai que 3M apprécie les gestes forts lorsque c’est à son endroit :
Des millions d’euros  de Crédit Impôt Compétitivité EMPLOI en quelques années, alors que l’entreprise délocalise les emplois, Du Crédit Impôt Recherche à qui mieux mieux, des aides de l’état ou de la région Nord- Pas de Calais pour les investissements de Tilloy.

Lorsque c’est pour sa Direction Générale, même avec des résultats lamentables en termes de défense de l’emploi, les Stocks Options tombent dans les fouilles de quelques privilégiés… Pas de notion de satiété pour eux, toujours plus pour quelques-uns et de moins en moins pour ceux qui produisent la richesse de l’entreprise, qu’ils soient ouvriers, techniciens, cadres ou vendeurs !

A 3M, si l’on veut obtenir, il faudra bien mettre à un moment ou à un autre, notre propre Gilet Jaune et bloquer la pompe à fric qui nourrit nos patrons !

 

3M Transforme La Prime Gilets Jaunes En Pourboire !

"C'EST NORMAL, LES PAUVRES C'EST FAIT POUR ÊTRE TRÈS PAUVRES ET LES RICHES TRÈS RICHES".

La Folie Des Grandeurs

Partager cet article
Repost0
3 février 2019 7 03 /02 /février /2019 14:30

Les DRH de grandes entreprises reprennent souvent ou se basent  sur les statistiques de l’INSEE pour poser, voir imposer, une vision de l’évolution du pouvoir d’achat des salariés.
Cela fait des années que ça dure et cela fait des années que l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques propage des chiffres bidonnés.

C’est donc une information fausse qui se propage par le biais d’un organisme d’état et des DRH qui répètent, à hue et à dia, le discours de l’INSEE.

En ces temps où certains voudraient créer une chasse aux informations jugées (mais par qui ?) fausses, les statistiques sur le pouvoir d’achat des français semblent bien appartenir aux fameuses fake news.
Mais peut-être seront-elles jugées vraies par un futur « ministère de la vérité » qui déterminerait une vérité officielle afin que le juge puisse condamner pour « hérésie » les contradicteurs de ces vérités officielles. (en rapport avec le Miniver du roman « 1984 » de George Orwell)

Mais en quoi les statistiques sur le pouvoir d’achat sont-elles fausses ?

D’abord, il y a un manque de transparence qui interdit de contredire la méthode utilisée. Comme on ne sait que très peu de choses sur le mode opératoire utilisé, il est difficile de démontrer la supercherie.

Pour autant des choses apparaissent tout de même.

D’abord, l’INSEE ne tient pas compte des impôts ou des crédits à la consommation. Tout le monde sait que les impôts entre 1975 et aujourd’hui n’ont pas augmentés bien sûr. Que les français ne se sont pas endettés durant les  50 dernières années....

L’effet Qualité vous connaissez ?
Si vous achetez un objet nouveau, le nouvel I-pad par exemple à 400 € et qu’il est à l’achat plus cher que l’ancien i-pad à sa sortie qui en valait 350, pour vous, c’est une perte de pouvoir d’achat de 50 €. Et bien pour l’INSEE, vous n’avez pas perdu de pouvoir d’achat, parce que l’INSEE prend en compte un effet qualité qui part du principe qu’il est plus puissant, qu’il a plus de fonctionnalités et donc, que vous en avez plus pour votre argent et que de ce fait, il n’y a pas de hausse des prix et l’INSEE entre dans sa base un prix inférieur que le prix étiquette payé par le consommateur.

Ainsi, le prix des ordinateurs est complétement faussé. Un ordinateur de bureau qui valait 6500 francs (1000 €)  en 1990, si l’on prend 1990 comme base 100, grâce à l’effet qualité, se retrouve divisé par 20 dans les statistiques. Donc pour l’INSEE, il vaut 50€…  On se rend compte de l’aberration…
Et l’effet qualité compte également pour vos vêtements, vos denrées à partir du moment où l’INSEE considèrent qu’ils sont améliorés qualitativement par rapport à l’ancienne référence. C’est un quart des produits qui servent à créer l’indice qui sont concernés.

Si l’on prend l’aspirateur le moins cher du catalogue de La Redoute 1965, il était à 125 Francs. Si l’on mesure la part des 125 francs par rapport au SMIC de l’époque, on a une valeur de mesure intéressante. On se rend compte que le prix de l’aspirateur le moins cher du catalogue de La Redoute en 2015 par rapport au SMIC de 2015 est inférieur. Il y a donc bien un effet technologique, mais pas aussi important que les statistiques de l’INSEE le laissent croire.

A l’inverse, si le saumon d’élevage est de moins bonne qualité que le saumon sauvage, l’INSEE prend l’intégralité de la baisse des prix pour une augmentation du pouvoir d’achat. L’effet « mauvaise » qualité n’existe pas…

Bon, on n’achète pas un ordinateur tous les ans, argument traditionnel des pouvoirs répété à souhait en NAO par des DRH bien formatés…

Mais la raison principale de la perte de pouvoir d’achat est dans les dépenses contraintes. Se loger, se déplacer, se chauffer.

Ainsi, le logement. L’INSEE considère que le logement représente 6% du budget des ménages. Dans l’indice des prix à la consommation, dans le panier de la ménagère comme on dit, se loger représente en moyenne 6%... C’est impensable...

... Mais comment l’INSEE s’y prend-elle pour arriver à ce résultat ?

D’abord, l’INSEE ne prend pas en compte les foyers qui accèdent à la propriété.
Pour elle, ce n’est pas une dépense, mais un investissement. Donc pour l’INSEE, 50% des français ne paye rien pour se loger. Et même ainsi, cela ne ferait que des loyers à 12% des revenus, ce qui est impensable puisque l’on est plus près dans la réalité, des 25% que des 12%.

Autre problème que cela pose, c’est que beaucoup de statistiques utilisent le pouvoir d’achat comme l’un des indicateurs pour établir d’autres indicateurs.
Ces autres indicateurs devenant donc faux par ricochets.

Les Fake news de l'INSEE

Pour en savoir plus, achetez le livre de Philippe Herlin « Pouvoir d’achat : Le grand mensonge » publié en octobre 2018.

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2019 4 17 /01 /janvier /2019 23:51

A 3M, il y a ceux qui sont trop connectés et ceux qui ne peuvent pas se connecter.

Ainsi, les salariés connectés ont un niveau d’information bien supérieur aux salariés en production qui n’ont, soit pas d’accès, soit pas de temps pour accéder aux informations. En production, ce n’est pas la machine qui suit l’homme, mais l’homme qui suit la machine… Et les aléas qui vont avec.

Cela pose problèmes en termes d’évaluation professionnelle, d’accès à la formation professionnelle et autres possibilités offertes aux salariés connectés.

Mais le droit à la déconnexion s’adresse avant tout aux salariés connectés.

Là, l’accord n’est qu’un tissu d’incantations, de jolies phrases, de discussions sur les outils de connexions (ordinateurs, smartphones, et autres gadgets high tech) loin de la vraie réalité du problème.

Si beaucoup se reconnectent le soir, c'est pour finir le travail qui reste après la journée de boulot.
Parce qu’ils savent qu’ils seront jugés bien plus sur les manquements que sur les réussites. Même si ces manquements sont liés à la charge de travail et non à leurs qualités professionnelles.

On retrouve donc là, le stress et les RPS décrits en partie sur Cergy.

La reconnexion n’est pas la cause, mais la conséquence, et l’on ne résout pas les causes en s’en prenant aux conséquences.
A un autre niveau, ce serait par exemple vouloir résoudre le chômage en s’en prenant aux chômeurs plutôt qu’aux employeurs qui les licencient (pour délocaliser les productions et augmenter les profits par exemple). NDLR

Si la Direction veut stopper les reconnexions tardives, qu’elle bloque les serveurs à certaines heures ou qu’elle interdise la sortie les portables aux non itinérants.
Un portable, c’est très bien pour travailler à son bureau, l’emporter pour la réunion programmée, pour sa journée de télétravail* aux horaires de bureau,  etc, mais pas pour finir le boulot une fois les enfants couchés le soir !

Il est inutile de signer quoi que ce soit lorsque l’on sait qu’il n’y a aucune volonté de mise en face du problème a résoudre.

Force Ouvrière n’a donc pas signé afin de ne pas cautionner les pratiques qui créent le problème et les fausses solutions qui ne les résoudront pas.

*Force Ouvrière n'avait pas signé l'accord de télétravail car il donnait un droit sans résoudre le télétravail illégal et pourtant connu de la Direction, le télétravail du soir non rémunéré.

 

F.O. ne signe pas l’accord de droit à la déconnexion.
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2019 4 17 /01 /janvier /2019 22:51

Cet accord était déjà mal parti.
D’abord parce que la Direction, lors de l’entame de la négociation,  n’avait de propositions que pour le site de Cergy, écartant l’usine de Tilloy.
Loin des yeux, loin du cœur, comme on dit.

Revenant en seconde séance avec une proposition plus globale, la Direction n’avait toujours pas réellement pris conscience de l’état de ses troupes…

Parce que, dans un site comme Cergy, ou un grand nombre de salariés a répondu à l’audit RPS il y a maintenant plus d’un an, la Direction qui palabre depuis des mois sur ce sujet, vient proposer des mesures de bien être, un autre audit… Du vent pour résoudre un problème réel.
Si 3M France était un cabinet médical, elle proposerait des séances de sophrologie pour cancéreux en phase terminale !

He oui, il ne suffit pas de mettre un babyfoot et des cours de « zenitude », pour que les RPS à Cergy disparaissent, c’est la charge de travail et le management qui doivent être revus.

Mais aussi, parce que sur un site comme Tilloy, ou de nombreux articles du code du travail ou de la convention collective ne sont pas respectés, on veut mettre des mesures de bien-être.
La réalité, c’est qu’à 3M Tilloy, des accidents en série blessent des salariés ou les exposent à des dangers.
Un mort pour maladie professionnelle, un intérimaire accidenté avec la main broyée dans un planétaire ou il n’y avait pas de système pour empêcher d’accéder à des pièces mécaniques en rotation.  Et la liste est longue… Mais aussi, alors que les salariés travaillent avec des produits dangereux, des douches inefficaces, (et même insalubres puisqu’il y avait des asticots qui remontaient dans les douches du fait qu’elles sont dans des Algecos  et que sous les Algécos, il y avait des rats crevés !), des vestiaires piteux, des salles de repas inexistantes alors que c’est une obligation depuis plus de 30 ans pour les salariés en cycles continus et semi continus…
Bienvenue dans une entreprise qui affiche « La science appliquée à la vie » mais qui n’a pas le respect de la sécurité, de la santé et au final, de la vie de ses salariés.

Pour Force Ouvrière, la sécurité et la santé au travail passent avant une pseudo qualité de vie au travail.

La CFE-CGC a également refusé de signer ainsi que la CFDT.

L’accord n’ayant l’adhésion que d’un seul syndicat, un protocole de désaccord sera établi.

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 17:33

... s'oppose aux mensonges des gouvernants français qui voudraient privatiser le rail.

L'émission "comme un bruit qui court" sur France Inter revenait en mars 2018 sur la volonté du gouvernement de privatiser des pans du rail français alors que le constat anglais démontre tout le mal que les britanniques subissent et que majoritairement, ils sont pour une re-nationalisation du rail.

Pour avoir un débat, il faut avoir accès à des sources diversifiées et à des faits.

Voilà bientôt 25 ans qu’une vingtaine de compagnies privées se partagent le réseau sans réelle concurrence ; et le bilan est assez catastrophique : outre les lignes surchargées, les tarifs y sont jusqu’à 6 fois plus chers qu’ailleurs en Europe. 

Ici des mots d’ordres comme « We own it » (« Ca nous appartient ») ou « Bring Back British Rail » en faveur d’une re-nationalisation des chemins de fer rassemblent 76 % d’opinions favorables, si bien que même Jeremy Corbyn l’a repris dans le programme de l’opposition Travailliste.

Une occasion pour nous d’aller juger sur pièce les promesses de la libéralisation, alors même que la législation européenne oblige la France à ouvrir son réseau de chemin de fer à la concurrence au plus tard en décembre 2019.

émission à écouter ici

Cela change de la messe néo libérale voulu par l'Europe et dite tous les soirs aux journaux de 20h...
 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2019 4 03 /01 /janvier /2019 11:39

Wolverine World Wide est un grand fabricant de chaussures US qui, durant des décennies a utilisé la chimie des PFSA, inventée par 3M et commercialisée sous la marque Scotchgard. 
La société Wolverine a utilisé cette technologie dans son ancienne tannerie de Rockford. Elle aurait acheté plus de la moitié du Scotchgard vendu aux tanneries du monde entier. Mais Wolverine a été condamnée pour la pollution des eaux souterraines du comté de Kent. En effet, l’entreprise a rejeté les déchets liés aux procédés de fabrication dans des décharges non revêtues et des gravières de la région de Rockford et de Belmont.  Les pluies ont lessivé les sols et emporté les effluents chimiques dans les nappes phréatiques.

Wolverine ne veut toutefois pas rester le seul responsable.  Après avoir tenté de réparer les choses en faisant installer des filtres et des conduites d’eau, la multiplication des plaintes et de la pollution a poussé Wolverine à impliquer 3M dans la procédure.

«3M l'a fabriqué, 3M l'a vendu à des milliers d'entreprises et à des millions de consommateurs pendant des décennies, et 3M ne veut pas assumer ses responsabilités vis-à-vis de Wolverine, de la communauté et de l'État du Michigan pour les impacts de Scotchgard», a déclaré M.Krueger. Wolverine a déposé la plainte en tant que tierce partie dans le cadre d'un dossier fédéral existant intenté contre la société par le département de la qualité de l'environnement du Michigan en janvier. Wolverine a également déposé un avis mercredi demandant instamment à l'État d'ajouter 3M en tant que défendeur dans l'affaire. 
Wolverine affirme que les filtres à eau qu'il a installés dans les maisons autour de la région l'automne dernier ont «pratiquement éliminé» les PFAS de l'eau du robinet, bien que les données de test publiées sur le site Web de DEQ montrent que les filtres n'éliminent pas toute contamination.
De plus, les filtres domestiques ne sont pas une solution viable à long terme pour les maisons où l'eau est toxique, car ils nécessitent un entretien continu.

L’ingestion de PFAS a été associée à des cancers, à des troubles de la thyroïde, à un taux de cholestérol élevé et à d’autres maladies chez l’homme.

«Wolverine a déjà démontré son engagement à aider nos amis, notre famille et nos voisins à résoudre les problèmes liés aux eaux souterraines en effectuant des tests d’eau approfondis et en fournissant des filtres à eau extrêmement efficaces. Nous prenons à présent les mesures nécessaires pour que 3M soit tenue pour responsable de sa conduite et participe aux efforts de restauration que nous menons depuis plus de 18 mois ", a déclaré M. Krueger.

Comment cette pollution s’est-elle installée ?

«À la fin de la journée, Wolverine a jeté les déchets», "La plainte déposée par Wolverine prétend que 3M avait convaincu la société de commencer à utiliser Scotchgard pour développer un marché pour la chimie, puis avait cacher le fait que le PFAS présentait des risques pour l’environnement.  Wolverine affirme avoir suivi les recommandations et les pratiques de 3M lors de l'élimination des déchets de tannerie.
Le fabricant de chaussures a annoncé que 3M avait annoncé publiquement un changement dans sa formule en 2000 afin d'éliminer l'APFO et le SPFO de Scotchgard, mais avait ensuite continué à vendre l'ancienne formule pendant deux années supplémentaires, affirmant que les produits chimiques ne posaient aucun risque pour l'environnement ou la santé.

Rappelons que 3M a déjà préféré négocier avec l’Etat du Minnesota en début 2018, et payer 850 millions de dollars (article à lire ici) plutôt que de risquer la condamnation.

Un autre article bien plus complet sur 3M et sur la gestion du risque PFSA existe et c'est une vrai article qui reprend l'histoire de ce produit et des implications sur la santé, mais aussi des éléments sur la stratégie 3M.

A lire avec intérêt :ici

Ethique, Confiance, Intégrité… Le verbiage 3M…. et la réalité…

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2018 3 19 /12 /décembre /2018 23:20

Le titre de Gauvain Sers résonne particulièrement bien avec l'ambiance de ces dernières semaines et avec ce que dénonce depuis près de 10 ans Christophe Guilluy sur la France périphérique, celle des campagnes oubliées par les services publics, celle désertée par les entreprises, celle où les citoyens, aux yeux de l'état, ne valent que 68 euros là ou le citoyen des villes en vaut 136, cette partie de territoire qui ne bénéficie de rien, ni grand Paris, ni plan banlieue, celle des maternités, des postes, des bureaux de CPAM, le centre des impôts qui ferment, celle des classes fermées et des élèves qui font 1h de bus par jour pour rejoindre l'école la plus proche.

Pourtant, sur tous ces bâtiments publics, y est écrit le mot "EGALITE" !

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2018 3 19 /12 /décembre /2018 17:07

Voici une petite histoire qui démontre comment « le marché » s’attribue des choses qui ne lui appartiennent pas.

Par le biais de multinationales, il dépose des copyrights sur tout et rien, et s’approprie le bien commun. Pour notre petite histoire, en cette période de Fêtes de fin d’année, nous allons évoquer une multinationale particulièrement bien connue des enfants : Disney.

En 2003, l’entreprise a déposé des droits sur l’expression « Akuna Matata » qui est la philosophie exprimée par Timon et Pumbaa dans son film  « Le Roi Lion ».

Ainsi, pour produire des objets ; tee-shirts, tasses et autres avec ces deux mots imprimés dessus, il faudrait demander l’autorisation (et probablement le paiement de droits) à Disney. Le problème, c’est que « Akuna Matata » est une expression swahili qui veut dire « sans souci ». Elle fait donc partie du bien commun de plus de 150 millions d’africains.  Disney n’a rien inventé, il a juste puisé dans une langue. Etre utilisateur d’un « morceau » d’une langue puis se croire propriétaire de ce même morceau de langue est pour le moins une attitude colonialiste.

Disney est pourtant une firme qui a abondamment puisée dans la littérature libre de droit pour créer ses dessins animés, que ce soit chez Grimm ou Perrault.

La firme a créé la marque déposée «  Mickey » en 1928. La loi U.S. attribuait alors les copyrights pour 56 ans… Mais la puissance des multinationales comme Disney ne semble plus avoir de limites. Ainsi en 1984, la loi a changé pour mettre une durée de 75 ans, sous prétexte d’alignement avec la réglementation européenne. Mais à la fin des années 90, bien évidemment, le même problème est revenu. Disney aura assez d’influence pour, une fois de plus, faire modifier la loi et la durée des copyrights est alors passée à 95 ans.

Cet exemple culturel n’est qu’un démonstratif, il y a bien longtemps que le marché s’est approprié d’autres biens, dont les génomes d’organismes vivants. La lecture d’un code génétique permettant donc de s’en attribuer des droits, comme si l’on en était l’écrivain..

Le marché tout puissant fait et défait les lois, s’approprie les biens naturels et culturels. Jusqu’où cela peut-il aller ?
Probablement jusque dans le cerveau des consommateurs. C’est ce que rend possible internet avec les algorithmes des moteurs de recherche qui privilégient l’apparition en haut de page de certains produits au détriment des autres. Que ce soit le fait de demandes réelles ou artificielles, le marché ayant la faculté d’acheter des « likes » ou des « vues » sur les sites, donc la faculté d’influencer les choix des consommateurs.

Il parait même que le marché pourrait choisir un jour un candidat à faire élire, sans aucun parti politique… Mais c’est probablement de la science-fiction écrite par Philip K Dick.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2018 1 17 /12 /décembre /2018 01:00

Le syndicat Force Ouvrière a ouvert une adresse mail externe afin d'avoir un lien durable avec les salariés victimes du plan de fermeture de l'usine de Beauchamp.

Ce lien vous permet de nous adresser vos questions et tout document qui vous semblerait demander des explications (doc a signer, demande spécifique dans le plan, solde de tout compte, feuille de paie avec des manques etc...)

Il est aussi un lien pour le syndicat lorsqu'il a besoin de vous transmettre une information importante par rapport au plan.

Pour que ce lien soit actif, nous vous demandons de nous contacter une première fois pour que votre adresse mail personnelle soit enregistrée dans notre base. Ainsi, vous serez destinataire des documents, informations, invitations à des réunions.

Vous pourrez bien évidemment être retiré de la liste de diffusion sur une simple demande.

Pour garder le lien, c'est simple :

suivifofermeture3mbeauchamp@bbox.fr

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 01:57

C’était ce mardi.
Morose journée dans ce site mortifère ou les murs transpirent la fin de vie.
Une journée de novembre ordinaire ou ici, l’envolée des feuilles des arbres concurrence l’expédition des feuilles de licenciements.
A cette ambiance morose, l’actualité faisait des gorges chaudes des turpitudes confédérales d’un syndicat. Il semble que c’est une constante des lieux de pouvoir quels qu’ils soient. Certains sont capables de comploter jusqu’à détruire, pour faire arriver leurs ambitions.

Mais ici, sur ce site sans devenir, ou l’avenir est aux abonnés absents depuis un matin de juin 2017, la principale pensée de la majorité des salariés était encore l’inquiétude des lendemains qui s’avancent à grands pas et à la possibilité future de retrouver un sens au mot « travail ».

Pourtant, certains étaient à d’autres pensées.

Voici qu’un groupe se forme à la machine à café.
C’est un groupe de managers d’ateliers, d’ordinaire peu expressifs, parfois transparents et pour certains sans relief.
Est-ce l’actualité, l’effet de meute ou la conjonction des deux, voici que l’un d’eux se prend d’un courage extrême en apostrophant le délégué syndical sur les « notes de frais « de sa confédération syndicale…
Il ne sait visiblement que ce que les journaux en disent, sans comprendre que les montants suspicieux ne sont qu’une infime partie des montants annoncés dans la presse. La grande majorité étant justifiée.
Mais c’est plus fort que lui, le voilà qu’il parle, fort, comme probablement ses propres patrons ne l’ont jamais entendu parler… Un courage soudain dans une carrière de servitudes polies.
Il ignore que celui qu’il apostrophe peut se vanter de n’avoir lui, jamais fait une note de frais à son employeur, quelques soient les déplacements et aucune note de frais non plus à sa confédération.

Mais peu importe, il vocifère en trépignant devant le distributeur de boisson, avec les haussements d’épaules et des coups de menton nerveux qu’on lui connait tous. Son visage transpire un mélange constitué d’une sorte de haine et de fierté.
Il se met enfin en avant devant ses collègues, il existe un peu.
Les autres sont partagés entre un amusement parfois feint et une réprobation cachée.
Avec l’effet de meute, il croit de
venir l’Alpha. Il ressemble hélas plus à un chihuahua aboyant de loin qu’à un loup.

Il relance sur la rémunération du secrétaire général de la confédération. Il semble incapable de comprendre que les chiffres annoncés font un salaire de 5500 à 6000 € par mois. Le Délégué lui répond qu’il y a des cadres dans la société qui gagnent bien plus pour un niveau de responsabilités bien moindre, et décide de ne plus répondre. Manquerait plus que ce personnage grotesque se cultive de nos arguments.

Puis la meute repart écouter sagement en salle de réunion la messe quasi quotidienne de leurs N+1.
Comme un personnage de Lewis Carroll, en franchissant la porte de la salle de réunion, le Chihuahua aboyant va se transformer en chat ronronnant. Le soudain courage va laisser la place à la servilité.

La grande majorité de cette meute n’a de toute façon pas les mêmes problématiques que les salariés qui viennent prendre conseils au syndicat. Le site n’est pourtant pas Lourdes ou Fatima, mais comme par miracle, ils avaient presque tous le profil pour être reclassé au C.T.C.
Lorsque l’on n’a pas d’idée, faut avoir des relations…

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2018 2 13 /11 /novembre /2018 08:43

En fermant l’usine de Beauchamp, 3M a supprimé vos emplois.

Pour les organisations syndicales, le motif économique sur lequel repose la suppression de vos emplois n’est pas réel.

Afin de vous informer sur les recours possibles pour faire reconnaitre le préjudice subi, nous organisons une réunion d’information.

Nous vous invitons donc :

Le vendredi 23 novembre 2018 à 17h00
à l’Union Départementale F.O. du Val d’Oise,
38 rue d’Eragny à Saint-Ouen l’Aumône.

 

Au cours de cette réunion, Maître Fiodor Rilov, avocat, ayant une grande expérience des plans de licenciement organisés par les multinationales, vous expliquera les différentes possibilités de recours devant la justice.

Nous vous attendons nombreux pour entendre et questionner Maître Rilov.

 

Cette fin n'est peut-être qu'un début...

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 22:44
AUX SALARIES DE 3M BEAUCHAMP

 

Que vous soyez portés en congé de reclassement, en formation, en période d'essai ou en création d'entreprise.

Que vous soyez mutés en reclassement interne sur d'autres sites 3M.

Pour les sites de S.O.A. et de Tilloy, vous pouvez vous rapprocher des élus Force Ouvrière de ces sites

Que vous soyez en congé de fin de carrière.

F.O. continuera de vous suivre durant la totalité de votre portage.

L'adresse mail de suivi du plan a été créée pour vous permettre de poser des questions personnelles, de nous envoyer des documents à examiner ou pour étayer vos demandes.

Elle sera régulièrement regardée. N'hésitez pas à laisser vos coordonnées et votre numéro de téléphone afin que nous puissions vous contacter.

suivifofermeture3mbeauchamp@bbox.fr

Notre délégué syndical central à déjà reçu plus de 120 personnes différentes au local syndical. Vous pouvez encore prendre rendez-vous sur cette adresse mail. Nous vous recontacterons pour caler ensemble ce rendez-vous.

A bientôt

F.O. 3M FRANCE

 

 

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 22:29

Mille milliards de dollars est un film d'Henri Verneuil de 1982.

Ce film est remarquable de clairvoyance et d'anticipation.

La scène la meilleure est tout de même celle ou le PDG mondial explique comment il fait son bénéfice en Suisse... 
 

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2018 2 30 /10 /octobre /2018 22:44
Partager cet article
Repost0
18 septembre 2018 2 18 /09 /septembre /2018 10:19

Combattre le risque chimique au travail !

Le rapport rédigé par le professeur de médecine du travail à Lille Paul Frimat devait sortir le 31 janvier, puis finalement après tergiversations il fut daté du mois d’avril et remis au premier ministre. Fin août, il n’est pas encore rendu public, mais a « fuité » dans la presse.

On comprend mieux ce « pas de deux » à la lecture de ce rapport sur la prévention des expositions des travailleurs aux agents chimiques dangereux (ACD) demandé par le gouvernement. Les vingt-trois mesures propositions formulées par le Pr Frimat ne vont pas dans le sens de la politique restrictive de ce gouvernement pro-business, qualifié par Muriel Pénicaud, ministre du travail(!).

Paul Frimat devait répondre à trois questions :

1/ comment améliorer la prévention de l’exposition des travailleurs aux agents chimiques dangereux ?

2/ comment opérer un suivi de l’exposition des salariés aux agents chimiques dangereux ?

3/ comment assurer la prise en compte des spécificités des agents chimiques dangereux dans les règles d’indemnisation ?

Enjeux importants car, comme le rappelle le rapport, un tiers des salariés en France a été exposé à au moins un agent chimique dangereux au cours de la semaine précédant la dernière enquête relative à la surveillance médicale des expositions aux risques professionnels (Sumer). Et un salarié sur dix l’a été à au moins un produit chimique cancérogène.

Paul Frimat recommande d’actualiser la liste des travaux interdits aux intérimaires et CDD du fait de l’exposition à certains produits dangereux, afin de la rendre plus exhaustive. Il propose également d’aller au-delà du seul respect des valeurs limites d’exposition (VLE) prévues pour certaines substances, en ajoutant au mesurage atmosphérique le suivi de données biométrologiques chez les salariés. Du côté incitatif, est évoqué la généralisation d’un système de bonus-malus sur la cotisation versée par les employeurs à la branche risques professionnels de l’assurance maladie. Le renforcement de la recherche, comme de l’information et de la formation des acteurs sont également mis en avant. Avec une idée originale : donner aux entreprises des repères en matière d’exposition dans le même secteur d’activité, de façon à ce qu’elles puissent mesurer l’efficacité de leur politique de prévention. Enfin, un dispositif de taxation des agents chimiques les plus dangereux, dans l’objectif de financer la toxicovigilance et la recherche, est aussi recommandé.

En matière de traçabilité, le rapport affiche aussi de réelles ambitions. Il propose de mieux assurer la conservation des documents uniques d’évaluation des risques réalisés par les employeurs, et d’en extraire les éléments sur le risque chimique afin de les transmettre aux services de santé au travail (SST). En parallèle, il préconise de créer un dossier numérique pour chaque entreprise, géré par les SST et pouvant être partagé entre eux, compilant toutes les données collectives relatives aux expositions aux agents chimiques dangereux (ACD). Au niveau individuel, le transfert de données sur ce type d’exposition du dossier médical en santé au travail (DMST) vers le dossier médical personnel (DMP) est envisagé, afin de faciliter une prise en charge coordonnée entre médecine du travail et de ville. Ainsi qu’une extension du dispositif de suivi médical post-professionnel à d’autres produits que les seuls cancérogènes.

Les dernières préconisations ont pour objectif de permettre aux travailleurs de mieux faire valoir leurs droits en termes de compensation. L’abondement du compte personnel de formation en cas d’exposition à des ACD sur une certaine durée est recommandé, en vue d’une reconversion, ainsi qu’un droit à la retraite anticipée pour les salariés atteints d’une maladie professionnelle. Le rapport propose aussi de renforcer l’accompagnement des salariés victimes d’allergies ou de syndrômes d’hypersensibilité suite à l’exposition à des produits chimiques, en vue de leur maintien dans l’emploi.

http://www.sante-et-travail.fr/rapport-frimat-propose-controle-renforce-du-risque-chimique

**********

FORCE OUVRIERE a rappelé à 3M ses obligations en la matière lors d'un CHS-CT de Beauchamp il y a près d'un an. A ce jour, des choses sont en train de se mettre en place pour les salariés qui quitteront l'entreprise dans le plan.

Tout salarié quittant l'entreprise doit pouvoir obtenir sa fiche d'exposition. C'est la loi ! Il semble que 3M n'ait jusqu'ici pas mis en place les structures nécessaires pour respecter la loi.

3M serait bien inspiré de généraliser l'émission de fiche d'exposition lors des départs de ses salariés.

Les salariés DOIVENT  demander cette fiche afin de faire reconnaitre, même pour le futur lointain, une possible origine professionnelle d'une maladie.

Cette recommandation vaut également pour le site de Tilloy qui n'est pas, loin s'en faut, irréprochable.

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2018 3 11 /07 /juillet /2018 07:09

Partager cet article
Repost0
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 09:09

Chaque année sont déplorés 500 accidents du travail mortels en France – chiffre le plus important d’Europe – auxquels s’ajoutent les victimes de maladies professionnelles et l’accroissement inquiétant des pathologies psychiques dont le lien avec le travail n’est que très rarement reconnu. Au-delà des chiffres : des femmes et des hommes dont la santé est dégradée du fait de leur travail, une souffrance souvent inaudible, des réponses encore insuffisantes des pouvoirs publics. Un constat inacceptable car évitable.

Au moment où doivent être publiés les résultats de la mission « Lecocq » sur la santé au travail, Force Ouvrière demande que l’ambition affichée d’une meilleure prévention des risques professionnels se traduise désormais en mesures concrètes, assorties des moyens nécessaires. Alors même que la prévention semble être un objectif partagé par tous – elle est une priorité du troisième Plan santé au travail, de la Stratégie nationale de santé, mais aussi dans la fonction publique – il est paradoxal de constater les contre-réformes successives de ces derniers mois. Le démantèlement progressif de la médecine du travail, comme la dilution du CHSCT dans une instance unique font disparaître des garde-fous, pourtant au plus proche du terrain et de la réalité des risques. Un choix d’autant plus inquiétant dans un contexte marqué par une intensification du travail et une organisation souvent pathogène.

Parce que la santé ne doit pas venir après le travail, Force Ouvrière attend de cette mission plus qu’une énième déclaration d’intention.

La première étape doit être de rendre l’accès à un service de santé au travail effectif pour tous : travailleurs du privé comme du public, y compris dans les plus petites structures, et demandeurs d’emploi.

Les travaux en cours peuvent être l’occasion de repenser la santé au travail dans une démarche plus globale, en lien étroit avec les enjeux de santé publique et de santé environnementale. Il est en effet indispensable d’agir sur tous les déterminants de la santé et de se donner les moyens d’une politique véritablement efficace de prévention.

En ce sens, les organisations syndicales doivent pouvoir prendre toute leur place dans la réflexion menée, faire valoir leur connaissance du travail réel pour permettre de répondre aux besoins des travailleurs et parvenir à concilier durablement santé et travail. Pour ce faire, Force Ouvrière juge indispensable le rétablissement d’une instance à part entière, dédiée aux questions de santé, sécurité et conditions de travail, ainsi que d’une médecine du travail pour tous. Aussi, notre Organisation trouverait intéressant et utile que des éléments issus de ce rapport fassent l’objet d’une négociation interprofessionnelle, en s’inscrivant ainsi dans un agenda social que nous proposons aux interlocuteurs sociaux d’engager dès septembre. 

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 09:01

Au motif de lutter plus efficacement contre la pauvreté, le président de la République veut « responsabiliser »… les pauvres. Haro donc sur les aides sociales.

Selon le président de la République, les minima sociaux coûtent un pognon de dingue au pays sans que l’on parvienne à endiguer la pauvreté. Sa solution ? Ne surtout pas s’interroger sur les raisons profondes de cette pauvreté persistante (chômage, précarité, salaires insuffisants, course aux profits et aux dividendes...), mais contrôler davantage les pauvres et accompagner et responsabiliser celles et ceux qui peuvent revenir vers le travail, mais qui ont eu le réflexe de s’installer dans une forme d’exclusion. Et de marteler : Nous avons aujourd’hui 50 % de celles et de ceux qui sont au RSA qui, après quatre années, sont toujours au RSA.

La confédération FO a immédiatement réagi par communiqué à ces propos tenus par le chef de l’État devant le congrès de la Mutualité à Montpellier le 13 juin, lui opposant des chiffres édifiants.

La confédération FO appelle à la plus grande fermeté pour préserver le modèle social et républicain

[…] Les deux tiers des adultes en situation de pauvreté ont un emploi ou en recherchent activement un ; un SDF sur quatre a une activité, indique notamment la confédération. De plus, rappelle-t-elle, ces aides permettent aussi à ceux qui se maintiennent juste au-dessus du seuil de pauvreté, mais aussi aux classes moyennes de ne pas sombrer dans la pauvreté lorsqu’ils sont confrontés aux aléas de la vie. Sans ces aides publiques, de source officielle, la part de la population en deçà du seuil de pauvreté exploserait de 14 % à 22 %.

Face à ce nouveau coup porté contre notre modèle social et républicain, la confédération FO appelle à la plus grande fermeté pour [sa] préservation

Partager cet article
Repost0
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 20:51

L'Emission, Savoir ; Politique, d'Hervé Gardette sur France-Culture recevait ce samedi Agnes Benassy-Quéré, économiste, présidente déléguée du Conseil d'Analyse Economique, professeur à l’université Paris 1.

C’est en raison de l’utilisation du dollar que les Etats-Unis s’apprêtent à sanctionner les entreprises internationales souhaitant commercer avec l’Iran.

Comment le « billet vert » est-il devenu, depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, un instrument majeur de la diplomatie américaine ?

Car depuis l’après-guerre, c'est LA monnaie des échanges internationaux.
Mais là où le privilège devient exorbitant, c'est que le billet vert est tout sauf neutre : il est le principal instrument d'influence de la première puissance mondiale, les Etats-Unis, qui ne pèseraient pas ce qu'ils pèsent sans leur monnaie.

Les menaces de sanctions contre les sociétés qui continueraient de commercer avec l'Iran sont là pour le rappeler.
Le dollar est un monarque absolu. Mais comme tous les monarques, il a ses faiblesses. 

Pourra-t-il encore longtemps exercer son pouvoir sans partage ? Ses rivaux sont-ils en mesure de lui en contester une partie ? 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2018 5 01 /06 /juin /2018 10:32

Le gouvernement a mis en place un espace citoyen concernant la réforme des retraites.

Cet espace peut permettre aux citoyens de s'exprimer.

Si par exemple vous pensez que les années en horaires alternants ou de nuits devraient engendrer des droits différents car ces horaires atypiques détruisent la santé et diminuent l'a durée de vie des salariés concernés, c'est le moment de l'écrire !

Vous devez vous inscrire préalablement.

https://participez.reforme-retraite.gouv.fr/

Cela n'empéchera pas de devoir lutter ensuite, mais on ne pourra pas nous rétorquer "Fallait jouer le jeu"...

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2018 4 24 /05 /mai /2018 13:21

DECLARATION DE LA COMMISSION EXECUTIVE

La Commission Exécutive réaffirme le soutien plein et entier de la Confédération aux actions et mobilisations menées par l’ensemble des travailleurs des secteurs public comme privé.

Tous partagent l’inquiétude d’une remise en cause profonde de notre modèle social et républicain, de surcroit dans un contexte d’explosion des inégalités. Tous partagent aussi le constat de politiques mises en oeuvre pour une minorité – les « premiers de cordée » – et laissant sur le bas-côté l’immense majorité. La persistance de l’austérité, de la modération salariale, et plus largement la non redistribution des richesses, mettent à mal les valeurs de solidarité et de justice sociale auxquelles Force Ouvrière est attachée.

La Commission Exécutive rappelle sa détermination à contrer la logique d’individualisation visant à « déprotéger » les travailleurs et à préserver nos statuts et droits collectifs.

La Commission Exécutive considère que le rôle de « contrepoids » des organisations syndicales est d’autant plus essentiel face à cette politique agressive et régressive. La détermination des cheminots en grève comme la journée de mobilisation du 22 mai menée à l’appel de l’ensemble des fédérations de fonctionnaires et avec la présence de toutes les Confédérations, constituent un signal fort. Le gouvernement se doit de l’entendre et de reconnaître la place des syndicats en répondant aux revendications au travers notamment du paritarisme, de la négociation interprofessionnelle et de la pratique contractuelle.

Face à l’aveuglement et l’obstination idéologique de l’exécutif, qui se refuse à prendre en considération les demandes légitimes des travailleurs, l’heure est à la résistance et à l’action en défense des revendications essentielles. Dans la cohérence du mandat donné par les 3500 délégués mobilisés lors du XXIVème Congrès confédéral de Lille, la Commission Exécutive propose aux autres organisations syndicales et de jeunesse de rechercher la plus grande unité possible pour créer dès à présent les conditions d’une action commune et d’un rapport de force interprofessionnel, y compris par la grève.

Paris, le 23 mai 2018

VOTÉE À LUNANIMITÉ

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2018 2 01 /05 /mai /2018 11:15

.

ATTENTION, VOUS AVEZ JUSQU'AU 11 MAI 2018 POUR TRANSMETTRE A LA D.R.H. LA DECLARATION D'INTENTION DE VOLONTARIAT EN COURRIER RECOMMANDE OU REMIS EN MAIN PROPRE.
Partager cet article
Repost0
1 mai 2018 2 01 /05 /mai /2018 10:39

Les droits des travailleurs n'ont jamais été obtenus par les urnes !

Même en 1936, c'est par la grève et les revendications syndicales qu'ils ont été obtenus !

Le 1er Mai est une journée de revendications, pas une "Fête du Travail", car on ne fête pas un système qui nous asservi.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2018 5 20 /04 /avril /2018 08:29

Vous trouverez ci-dessous la fiche de calcul des indemnités de licenciement pour la convention collective de la Chimie.

 

Force Ouvrière peut vous faire une estimation personnelle de vos indemnités légale et extra-légale, en mois ou en euros, suivant les différents scénarii du plan.

Pour ce faire, nous envoyer par mail ou venir aux permanences avec les renseignements ci-dessous.

Votre projet :

Départ en retraite immédiat.
Départ en congès de fin de carrière.
Départ en externe.
Création d'entreprise.

Pour une estimation en mois d'indemnité :

Date de naissance
Date d'entrée à 3M
Coefficient hiérarchique chimie.

Pour une estimation en euros, nous transmettre également votre salaire brut annuel 13ème mois, prime de vacances et primes d'horaire comprises, mais hors primes exceptionnelles ou remboursement de frais.

Discrétion assurée.

********************

OUVERTURE D'UNE PERMANENCE FORCE OUVRIERE LES :

JEUDI 3 MAI 2018 de 10h00 à 17h00

VENDREDI 4 MAI de 10H00 à 17h00

Au Local Syndical

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2018 1 16 /04 /avril /2018 15:33

Ce vendredi, Pascal Pavageau, le futur patron de FO, a planté sur Twitter la première banderille contre la ligne de son prédécesseur Jean-Claude Mailly.

Premier coup de griffe du remplaçant de Jean-Claude Mailly. Sur son compte Twitter, Pascal Pavageau, 49 ans, seul candidat à la succession du leader aux petites lunettes rondes, a décidé d’imprimer sa différence. « A tous ceux qui se mobilisent pour une juste répartition des richesses, pour garantir nos statuts et droits collectifs et pour résister à une logique d’individualisation de la société visant à « déprotéger » les travailleurs, j’apporte mon soutien plein et entier » écrit-il.

Le message est clair et tranchant. Il s’agit désormais pour celui qui sera le nouveau visage de FO le 27 avril prochain - à l’issue du congrès de Lille - de rassurer des troupes déboussolées par les positions « molles » du secrétaire général sortant.

« Mon tweet n’est pas une fake news, c’est ma ligne, a-t-il expliqué au Parisien-Aujourd’hui en France. Et je ne suis pas en campagne, étant le seul candidat», insiste cet ingénieur diplômé des travaux publics, engagé à FO depuis 1991 et qui se prépare depuis 2011 à prendre les rênes de la troisième confédération syndicale.

« Par définition il est normal pour un secrétaire général de soutenir les camarades dans l’action, comme les cheminots, les fonctionnaires, les salariés d’Air France, de Carrefour… » assène-t-il comme une évidence.

« Mailly s’est fait macroniser »

Une pique adressée à son prédécesseur. Il y a quelques jours, Jean-Claude Mailly avait déclaré que les cheminots FO ne représentaient pas grand-chose au sein de la SNCF. « Ça râle dans les rangs. Le Mailly 2018 n’est plus sur le front comme il l’était en 2006 avec le CPE. Il n’a pourtant rien à perdre maintenant, il devrait défendre ceux qui se bagarrent et taper sur la politique injuste défendue par le gouvernement. Pourquoi ne le fait-il pas ? » s’insurge un haut responsable de FO, persuadé que Mailly « s’est fait macroniser ».

« Je ne suis pas le clone de Jean-Claude Mailly » avait prévenu Pascal Pavageau en décembre 2017. Les militants ne vont pas être déçus ! S’il compte assurer la continuité du « réformisme constructif » dans l’ADN de FO depuis Marc Blondel, il entend aussi rétablir la notion de « convergence des luttes » rayée du vocabulaire de la maison depuis quelque temps.

« On va résister, revendiquer et reconquérir pour défendre notre monde »

« Cela fait un an qu’il y a un problème avec notre ligne, depuis l’élection présidentielle. Demain on va résister, revendiquer et reconquérir pour défendre notre monde, celui qu’on a bâti et qui repose sur un modèle social » prévient-il. Et d’ajouter sûr de lui : « Dans une semaine je serai très surpris que l’ensemble des camarades ne soutiennent pas cette logique de rassemblement de l’ensemble des revendications. Le modèle du chacun pour soi du gouvernement n’est pas le nôtre ! »

Pascal Pavageau succèdera officiellement à Jean-Claude Mailly le 27 avril. 

LP/Arnaud Journois

Source: http://m.leparisien.fr/amp/economie/le-nouveau-patron-de-fo-pascal-pavageau-durcit-le-ton-13-04-2018-7662963.php?__twitter_impression=true

Partager cet article
Repost0