Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 20:57

Le groupe industriel diversifié 3M publie des bénéfices trimestriels supérieurs aux attentes et relève ses prévisions annuelles, encouragé par la forte demande pour l'électronique grand public et les masques respiratoires.


Le groupe américain, qui fabrique une large gamme de produits allant du ruban adhésif aux télévisions LCD, a fait état d'un bénéfice net de 957 millions de dollars (638 millions d'euros) au titre du troisième trimestre, ou 1,35 dollar par action, contre 991 millions, ou 1,41 dollar lors de la période correspondante un an plus tôt.


Hors éléments exceptionnels, son bénéfice par action ressort à 1,37 dollar. Son chiffre d'affaires a diminué de 5,6% à 6,2 milliards de dollars.

Les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice par action de 1,11 dollar, un bénéfice par action hors exceptionnels de 1,17 dollar et sur un chiffre d'affaires de 5,77 milliards de dollars, selon une enquête Thomson Reuters I/B/E/S.

Le groupe a relevé ses prévisions pour l'ensemble de l'exercice et prévoit désormais un bénéfice compris entre 4,50 et 4,55 dollars par action, contre une fourchette comprise entre 4,10 et 4,30 dollars précédemment.

Ses ventes de produits de santé, qui incluent les masques respiratoires très demandés avec l'épidémie de grippe A, ont augmenté de 4,7%, permettant de compenser la baisse enregistrée dans d'autres secteurs comme la bureautique.

L'action prend 2% en avant-Bourse après avoir clôturé mercredi à 76,33 dollars à New York.

James B. Kelleher, version française Gwénaelle Barzic


http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-10-22/3m-bat-le-consensus-au-3-trimestre-et-releve-ses-previsions/916/0/388215


Partager cet article

Repost0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 22:51



































Si vous désirez une version papier de ces chiffres, rapprochez-vous de vos délégués F.O.

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 10:30
Spirel-Somfy, suppression de l'usine: la décision du patron en direct»

http://www.force-ouvriere.fr/page_principal/multimedia/index.asp?id=920


Partager cet article

Repost0
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 06:10


Pour la Direction, la faim de dividende justifie les moyens... 3M n'ayant plus aucune vision industrielle, ne nous étonnons pas que la seule logique financière l'emporte.
Acheter, Virer, Revendre...
Le dernier qui a vu  3M France obtenir la manufacture d'un nouveau produit est proche de la retraite...


Partager cet article

Repost0
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 19:18
ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU MERCREDI 21 OCTOBRE 2009
L'éditorial de Jean-Claude Mailly


D’une certaine manière, ce qui se passe à France Télécom est symptomatique des évolutions économiques en vigueur depuis une quinzaine d’années. Anciennement partie prenante des PTT, France Télécom a été ensuite séparé de La Poste pour devenir une société anonyme. Ce fut la privatisation d’un service public, privatisation mise en œuvre au nom de la libéralisation décidée au niveau européen.

Pour un salarié qui avait fait le choix de travailler dans la fonction publique, se retrouver dans une entreprise où le culte de la compétitivité a été hissé au plus haut point, c’est par définition une rupture. Au moment du changement de statut, il n’était pas rare de voir des agents voulant rester fonctionnaires être mis à l’écart ou considérés comme ringards ou fermés à ce qui était présenté comme la modernité.

Cette évolution du secteur public ou privé est également perceptible en tant que consommateur. La notion de service au public s’est diluée, pour disparaître avec la privatisation. Qui plus est, au fil des années, la compétitivité-coût est devenue la priorité, avec comme deuxième priorité les évolutions technologiques. Résultat: le social, les conditions de travail sont devenus la variable d’ajustement. Réduction drastique des effectifs, mobilités forcées, déclassement, contrôle s’apparentant à du flicage, objectifs individuels, rien d’étonnant malheureusement dans la situation que traverse l’entreprise. Et ce ne sont pas quelques ajustements qui permettront de résoudre les problèmes.

De manière urgente, il faut que la direction de France Télécom recrute, remette en place un système de cessation anticipée d’activité, renonce aux contrôles permanents sur les salariés. Par ailleurs, il faut revisiter le modèle de gestion et ses priorités. C’est notamment ici que la question des conditions de travail est centrale.

On ne la réglera pas en embauchant des spécialistes pour apprendre à gérer son stress, mais en mettant en place une organisation du travail diminuant le stress et en réintroduisant du collectif.

Mais il n’y a pas que France Télécom, la pénitentiaire, l’ex-ministère de l’Équipement, la banque ou la police nationale connaissent aussi des suicides de salariés.

C’est le modèle économique qu’il faut revoir. Ce modèle a conduit à la crise sous tous ses aspects. En sortir suppose que l’on change de modèle. Or, à entendre aujourd’hui certains responsables ou experts, tout semble repartir comme avant. La vie des hommes et des femmes ne doit en aucun cas être subordonnée au profit et à la satisfaction des actionnaires.

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 16:12
Un article paru sur le site ami d'Ortog.

Au regard du nombre de salariés restant à 3M France S.A.S. et du flou entretenu par la Direction sur la route à suivre, cette image est l'exacte représentation de notre vision.


Partager cet article

Repost0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 09:35
Communiqué Force Ouvrière, daté du vendredi 9 octobre 2009

Paris les 8 & 9 octobre 2009

Réuni les 8 et 9 octobre 2009 à Paris, le Comité Confédéral National de la CGT-Force Ouvrière réaffirme son profond attachement à l’indépendance du syndicat qui est à la base de toute action revendicative dans la négociation comme dans l’action.

Le CCN rappelle que l’action commune n’est pas une fin en soi mais un moyen permettant de créer un véritable rapport de force face au patronat et aux pouvoirs publics afin de faire aboutir les légitimes revendications des travailleurs. Par conséquent, le CCN rejette toute forme de syndicalisme rassemblé qui ne vise qu’à interdire le pluralisme, donc la démocratie et à étouffer la voix du véritable syndicalisme libre et indépendant incarné en France par la CGT-Force Ouvrière.

Situation économique

Le CCN réaffirme que la crise qui frappait l’économie mondiale bien avant la crise financière n’est pas qu’une crise financière mais bien le produit du système capitaliste. En France, alors que les plans de soutien aux banques, au secteur automobile, etc. se multiplient, la situation ne cesse de se dégrader pour le monde du travail.

A ce titre, le CCN revendique, plus que jamais, une véritable politique de relance de la consommation par l’augmentation générale des salaires, des retraites, des pensions, de la valeur du point d’indice dans la fonction publique, ainsi qu’une revalorisation de 15% du SMIC et des minima sociaux.

Le CCN exige que l’Etat respecte de plein droit la parole donnée concernant les accords signés en Outre-mer entre autre sur les salaires.

Il met en garde les pouvoirs publics contre toute volonté de réduire l’endettement en sacrifiant les dépenses publiques et sociales. Alors qu’un nombre croissant de salariés, de retraités et de chômeurs souffre de la crise, le CCN estime que le gouvernement n’a pas pris les mesures qui s’imposaient sur la réglementation des activités financières et bancaires. Le CCN exige l’interdiction des profits scandaleux de la spéculation financière et réclame la taxation des transactions financières.

Pour le CCN, face à une crise mondiale, la réponse doit aussi être internationale. Ainsi, le CCN revendique des politiques économiques créatrices d’emplois productifs respectant les normes internationales de l’OIT. Cela demanderait une politique coordonnée au plan international redistribuant les richesses vers les travailleurs (maintien des services publics, renforcement de la protection sociale, augmentation des salaires).

A cet effet, le CCN estime que les questions essentielles, à l’origine de la crise, telles que la répartition des richesses, la réglementation des activités financières, la monnaie, le respect indispensable des normes internationales du travail, n’ont pas fait l’objet au G20 de Pittsburgh de décisions contraignantes seules à même de pouvoir sortir durablement de la crise. Qui plus est, la politique budgétaire annoncée pour 2010 s’avère généreuse pour le capital et les entreprises, restrictive pour les travailleurs et les citoyens.

Fiscalité

Alors que l’on constate l’incohérence et les choix injustes de la politique du gouvernement en matière fiscale, qu’il s’agisse de la taxe professionnelle, du scandale du détournement de la baisse de la TVA dans la restauration ou des ambiguïtés de la mise en place de la taxe carbone, le CCN, dans cette situation économique et sociale, estime que la question d’une véritable réforme fiscale alliant justice sociale et redistribution est indispensable.

Le CCN rappelle son attachement à la croissance économique et à sa redistribution, conditions du progrès social.

A cet égard, si le CCN soutient la nécessité de préserver l’environnement, il estime qu’une hausse des taxes sur l’énergie n’est pas acceptable dans la mesure où elle frappe principalement les salariés.

Par conséquent, le CCN revendique la généralisation d’un chèque transport obligatoire payé par l’employeur afin de compenser l’augmentation du prix des carburants qui frappe les travailleurs devant utiliser leur véhicule personnel faute de transports collectifs. Le CCN juge par ailleurs inacceptable la compensation qui s’opérerait par une réduction de l’impôt sur le revenu.

A cet effet, le CCN exige la suppression du bouclier fiscal ainsi que la réhabilitation de l’impôt sur le revenu en renforçant la progressivité. Il considère ainsi que l’impôt sur le revenu doit redevenir l’instrument majeur d’une politique fiscale basée sur l’égalité républicaine et la justice sociale.

Emploi - travail

Alors que le nombre de chômeurs risque d’augmenter de près de 800 000 sur un an, le CCN réaffirme sa détermination à lutter contre les conséquences pour les travailleurs de la dégradation de l’emploi.

Le CCN condamne les stratégies d’entreprises entraînant des plans de licenciement multiples jetant des milliers de salariés dans la précarité. Il rappelle son exigence de mise en place d’une véritable politique industrielle permettant le maintien des emplois existants et la création de nouveaux emplois.

Il revendique l’arrêt des licenciements et le remplacement de l’ensemble des postes de fonctionnaires partant en retraite.

Il revendique également :

La remise en place de l’autorisation administrative de licenciement ;

Le conditionnement des aides publiques par des engagements écrits en termes de maintien de l’emploi et de véritables accords de salaire ;

Un vrai emploi et un vrai salaire.

Par ailleurs, le CCN exige une véritable négociation sur les relations entre donneurs d’ordre et les sous-traitants.

Concernant le régime paritaire d’assurance chômage qui a été créé et remplit cette mission depuis 50 ans, les faits confirment avec force le bien-fondé de l’opposition de la CGT-Force Ouvrière à la fusion ANPE/ASSEDIC sous l’égide du gouvernement. Face aux conséquences graves tant pour les chômeurs que pour les personnels du processus de fusion, le CCN revendique des recrutements en CDI et le report de la mise en place des sites mixtes.

Le CCN appuie fortement ses demandes, il rappelle son attachement à la séparation indemnisation-placement des chômeurs, qui participe du maintien et de l’exercice de droits démocratiques. Il condamne les externalisations d’activités, notamment le placement de 320 000 chômeurs par des organismes privés.

Le CCN demande le rétablissement définitif de l’allocation équivalent retraite (AER) qui permet à des chômeurs en fin de droit et dans l’attente de liquider leur retraite à taux plein, d’améliorer leur revenu de remplacement.

Il revendique également une amélioration de l’allocation spécifique de solidarité (ASS) en élargissant ses conditions d’accès et en augmentant son indemnisation.

Alors que le chômage des jeunes a augmenté de 50 % en un an, le CCN revendique la mise en place d’une allocation d’insertion pour les jeunes de moins de 25 ans ainsi qu’une allocation jeune salarié (AJS) permettant à un jeune entrant dans l’emploi de faire face à des frais d’installation : de logement, d’habillement et d’outil de travail.

Alors que de nombreux travailleurs dit seniors sont licenciés, le CCN demande la remise en place de préretraites-FNE, le rétablissement de l’ARPE, la prise en compte des métiers pénibles dans le cadre de la cessation anticipée d’activité et la création d’une allocation de solidarité intergénérationnelle (ASI) permettant à un senior d’assurer une fonction tutorale tout en réduisant progressivement son temps de travail jusqu’à l’âge de la retraite.

De même, le CCN exige l’abrogation de la loi TEPA sur les heures supplémentaires.

Le CCN demande l’abrogation de la loi du 10 août 2009 sur le travail du dimanche qui ne fait que légaliser des ouvertures dominicales jusque là pratiquées illégalement. Cette extension ne visant, à terme, qu’à généraliser le travail du dimanche à l’ensemble des secteurs d’activité qu’ils soient privés ou publics.

Pour le CCN, ce texte est porteur d’injustices sociales et économiques et ne fera qu’accroître la pression sur des salariés déjà touchés par la précarité. Le CCN demande à toutes les structures de la CGT-Force Ouvrière de rester mobilisées afin de combattre cette banalisation du travail du dimanche et d’aider les syndicats qui vont être confrontés à ce nouveau dispositif, en ayant pour premier objectif de faire respecter le principe d’égalité de rémunération entre les salariés.

Le CCN condamne : L’extension du recours à l’intérim aux CDD;

La précarisation de l’emploi, notamment les plus jeunes, qui se trouvent de ce fait exclus du droit du travail, des droits aux prestations sociales.

A ce titre, il invite les syndicats à s’investir auprès de ces salariés en revendiquant leur intégration dans les effectifs en CDI, ce qui passe également par leur syndicalisation.

Liberté syndicale

Le CCN confirme sa condamnation de la loi du 20 août 2008 qui est une atteinte à la liberté syndicale et de négociation, ainsi qu’à la hiérarchie des normes, bases de notre édifice républicain en matière sociale. Il demande l’abrogation de cette loi liberticide et anti-démocratique. Le CCN s’oppose au projet de loi portant « rénovation du dialogue social dans la fonction publique » transposition de la loi du 20 août 2008.

Le CCN revendique le rétablissement de la libre désignation des délégués syndicaux par les organisations syndicales, la liberté de négocier, de contracter et de revendiquer. Il mandate le bureau confédéral pour toute initiative y compris juridique pour défendre les libertés fondamentales et prendre contact en ce sens avec les confédérations non signataires de la position commune.

Le CCN rappelle que la branche constitue le niveau de négociation privilégié qui garantit l’égalité entre tous les salariés d’un même secteur d’activité. Le CCN s’oppose ainsi à toute remise en cause des conventions collectives nationales.

Il dénonce la collusion du gouvernement avec les signataires de la position commune qui, sous la pression, refuse au niveau des branches des dispositions favorables à la représentation des salariés.

Le CCN invite tous ses syndicats, dans le cadre du principe de faveur, à négocier des accords collectifs pour introduire des dispositions plus favorables que celles prévues par la loi.

Le CCN considère que le recueil des résultats des élections professionnelles, nécessaire à la reconnaissance en 2013 de la représentativité nationale interprofessionnelle et de branche, appelle à une vigilance accrue de la part de ses militants. Il invite fortement ses militants à faire du développement de leur structure un enjeu central.

Le CCN dénonce les tentatives d’intégration des syndicats par le biais de démarches de type RSE (responsabilité sociale des entreprises), de professionnalisation des militants, etc.

Le CCN constate une forte augmentation du classement sans suite de plaintes pour délit d’entrave à l’exercice du droit syndical. Le CCN condamne et combattra les multiplications de licenciements des salariés protégés et des militants syndicaux.

Fonction publique et entreprises publiques

Le CCN constate que la mise en œuvre de la RGPP et de la réforme de l’administration territoriale de la fonction publique constitue une véritable entreprise de démantèlement des services publics et de la fonction publique. Le CCN demande l’abandon de ces contre-réformes.

Le CCN condamne la loi du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels des fonctionnaires qui porte atteinte au principe républicain de neutralité et de continuité du service public, quel que soit le pouvoir en place, garantissant le service rendu aux citoyens. Pour le CCN, ce texte attaque délibérément le statut de la fonction publique avec l’introduction du licenciement suite à la suppression de postes et de missions, par la restructuration de services, ainsi que la mise en place des emplois à temps non complet et le recours à l’intérim.

Le CCN demande l’abrogation de cette loi. Il demande l’arrêt de la RGPP qui conduit à fragiliser ou remettre en cause le service public républicain en supprimant des missions de service public, en démantelant son organisation, et en détruisant également, les emplois, les statuts des fonctionnaires et l’égalité des droits des citoyens.

Le CCN s’oppose au projet de loi Balladur-Marleix de réforme territoriale qui est l’expression de la RGPP sur les collectivités territoriales et qui met en cause le maillage des services publics et de leurs personnels notamment avec la suppression du département.

Le budget 2010 poursuit les suppressions massives de postes (34 000). Près de 100 000 postes ont été supprimés en 3 ans. Le CCN exige l’arrêt des suppressions de postes dans la fonction publique. Le CCN affirme que tout doit être mis en œuvre pour que soit garantie l’unité de la fonction publique républicaine qui repose en particulier sur la défense de la valeur unique du point d’indice. Le CCN condamne le projet de loi sur la rénovation du dialogue social dans la fonction publique. Ce projet, destructeur du statut général de la fonction publique est directement issu des accords de Bercy de juin 2008 que FORCE OUVRIERE n’a pas signé.

Il s’oppose à la mise en œuvre de la loi HPST qui, en voulant gérer l’hôpital public comme une entreprise privée, veut rentabiliser la santé au détriment des malades et des agents hospitaliers. Il refuse également le changement de statut de la Poste, première étape de sa privatisation. Le CCN exige, en outre, de l’Etat le financement des missions de service public assurées par l’entreprise publique.

Attentif à ce qui se passe dans les services publics, le CCN condamne les restructurations des entreprises publiques qui n’ont pour but que leur libéralisation conformément aux directives de l’union européenne au nom du dogme libéral.

Protection sociale

Le CCN rejette par avance toute initiative tendant à reporter l’âge légal de la retraite et met solennellement en garde les pouvoirs publics et les représentants patronaux sur la tentation d’une réforme globale du système en 2010 qui ne saurait répondre aux enjeux financiers et à la pérennité de notre système de retraite par répartition.

Il refuse par avance la mise en place d’un étage supplémentaire par capitalisation à caractère obligatoire.

En outre le CCN condamne toutes les formes de destruction de droits tels que la suppression de l’Indemnité Temporaire de Retraite (ITR) en Outre-mer.

Fort des revendications arrêtées lors du 21ème Congrès confédéral, le CCN réaffirme que le financement de nos retraites est compatible avec ses règles, son architecture et ses mécanismes de solidarité actuels et revendique notamment l’augmentation des salaires, la compensation intégrale des exonérations et l’affection des ressources nouvelles issues d’un meilleur partage des richesses, d’un élargissement de l’assiette des cotisations et d’un abondement plus important du Fonds de réserve des retraites.

Dans ce cadre, le CCN confirme ses revendications :

Le rétablissement des 40 annuités pour le taux plein, préparant le retour à 37,5 ans pour tous, public-privé;

Le maintien du droit au départ en retraite à 60 ans et des droits statutaires dans le service public;

Le retour au calcul sur les dix meilleures années pour le secteur privé et le maintien des six derniers mois pour le secteur public;

Le maintien de l’AGFF;

L’indexation des pensions sur les salaires.

Le CCN condamne la proposition d’un « Grenelle des retraites », qui aurait pour conséquence de faire exploser nos régimes de retraites basés sur la solidarité intergénérationnelle.

C’est pourquoi, à ce stade de l’élaboration du PLFSS 2010, le CCN enregistre favorablement les modalités retenues pour répondre à la nécessité d’égalité de traitement des hommes et des femmes en matière d’attribution des majorations de durée d’assurance (MDA). Toutefois il demeure vigilant et exige que tout soit mis en œuvre pour préserver la MDA au profit des femmes salariées.

Pour le CCN, cette exigence s’inscrit donc dans le respect de l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes qui participent à l’égalité professionnelle pour tous. A cet effet, le CCN rappelle ainsi sa position en faveur du strict respect des obligations légales en matière d’égalité homme/femme.

Concernant l’assurance maladie, le CCN rappelle son opposition à la loi HPST qui, à travers la mise en place des ARS, consacre l’étatisation de la gestion des régimes de base et prive les salariés du droit de gestion de leur salaire différé.

Le CCN s’oppose à la généralisation du contrôle des arrêts maladie par des médecins mandatés par l’employeur et considère que l’accroissement des indemnités journalières trouve sa source dans la détérioration des conditions de travail.

Pour le CCN, les malades ne doivent pas payer la crise et il s’oppose fermement à toute mesure de hausse du forfait hospitalier et de baisse de remboursement du médicament. En outre, le CCN s’oppose également à toute fiscalisation des indemnités journalières d’accident du travail alors qu’elles visent à réparer le préjudice subi par le salarié du fait de son inactivité forcée.

Concernant la branche du recouvrement, le CCN dénonce la volonté de régionalisation du réseau des URSSAF. Par ailleurs, au-delà de la compensation intégrale des exonérations de cotisations que la CGT-Force Ouvrière continue d’exiger, le CCN revendique une véritable remise à plat de ces mesures qui n’ont pas prouvé leur efficacité en terme d’emploi et ont contribué à l’appauvrissement de la protection sociale.




Pour le CCN, seule l’expression, libre, indépendante et déterminée du rapport de force est à même de faire aboutir les revendications légitimes des travailleurs. C’est pourquoi, la CGT-Force Ouvrière ne s’inscrit pas dans des actions ambiguës de canalisation des travailleurs visant à répondre à des logiques d’appareil et d’institutionnalisation du syndicalisme.

Le CCN réaffirme que la CGT-Force Ouvrière, sans confondre action commune et unicité syndicale est prête à s’inscrire pleinement dans une action interprofessionnelle déterminée, ce qui devrait dans un premier temps prendre la forme d’un appel préparé et commun à 24 heures de grève interprofessionnelle A cet effet, le CCN donne mandat au bureau confédéral et à la commission exécutive pour prendre toutes les initiatives nécessaires en ce sens.

Le CCN apporte son soutien aux syndicats et aux travailleurs du secteur public confrontés à des contre-réformes et à ceux du privé qui se battent tous les jours contre la dégradation de leurs conditions de travail, les restructurations, les licenciements qui s’amplifient et aboutissent de plus en plus à des fermetures d’entreprises.

Le CCN appelle tous les travailleurs attachés à la liberté et à l’indépendance et déterminés à faire valoir leurs droits à rejoindre les rangs de la CGT-Force Ouvrière.

Adoptée à la majorité avec 6 contres et 2 abstentions

Paris, le 9 octobre 2009

http://www.force-ouvriere.fr/

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 18:42

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 15:07
Article paru dans 'Le Monde".

Des masques pour tout le monde... sauf pour les salariés du fabricant 3M
LE MONDE | 12.10.09 | 17h55  •  Mis à jour le 12.10.09 | 17h55

l n'y en aura pas pour tout le monde ! La direction de 3M France, fabricant de masques respiratoires, n'a pas prévu d'en équiper tous ses salariés en cas de pandémie grippale. Sa commande totale est aujourd'hui de 120 000 masques, passée aux usines 3M de Grande-Bretagne.

 

Or, en France, l'effectif du groupe est de 3 000 salariés, répartis sur treize sites. Si la pandémie devait durer huit semaines, il en faudrait le double, chaque personne devant en principe recevoir dix masques par semaine. Et plus encore si la pandémie durait douze semaines. "Une société qui produit des masques devrait quand même pouvoir en doter tous ses salariés, y compris durant les trajets !", s'insurge Christophe Bignier, secrétaire CFE-CGC du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du siège, à Cergy-Pontoise (Oise).

En réalité, la direction du groupe "avait initialement prévu 220 000 masques", témoigne M. Bignier. Le problème, c'est qu'elle a passé tardivement commande. Conséquence : elle n'a pas été servie en priorité. Et mi-septembre, elle n'avait qu'un stock de 40 000 masques. Du coup, elle a réduit sa commande totale à 120 000 masques.

Mais, même pour parvenir à ce total, 3M semble à la peine. Les livraisons s'effectuant depuis mi-septembre au rythme de 5 000 par semaine, seize semaines sont nécessaires pour disposer des 80 000 masques restants.

La direction conteste être en retard. "Nous avons bâti un plan de continuité de l'activité (PCA) professionnel et responsable, assure-t-elle. Nous serons en mesure de tenir huit semaines, et même douze, et d'équiper les salariés fragiles." L'information qui permettrait de le vérifier est le nombre de personnes que 3M compte doter de masques. Mais la direction refuse de fournir cet élément, indiquant que seront équipés les personnels "en contact direct avec l'extérieur, tels que les forces de vente et les salariés qui reçoivent les transporteurs de marchandises".

Un projet de télétravail

"Rien ne prouve que ces derniers sont prioritaires, puisqu'ils n'apparaissent même pas dans le PCA !", déplore Alain Doublet, membre FO du CHSCT de l'usine de Beauchamp (Oise). Selon lui, les mesures organisationnelles du PCA de ce site "ne portent que sur le télétravail, les chefs et les techniciens de flux. La continuité de la production n'a pas été étudiée". Résultat : le CHSCT n'a pas rendu d'avis sur le PCA, obligeant ainsi la direction à lui présenter un nouveau plan, le 15 octobre.

A Cergy, c'est le projet de télétravail qui est grippé. Le CHSCT veut un accord global, "sinon, précise M. Bignier, après la grippe A, le télétravail risque d'être institué, voire étendu à des conditions non négociées". La direction, qui refuse une telle négociation, représentera au CHSCT un projet le 19 octobre.


Francine Aizicovici
Article paru dans l'édition du 13.10.09

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 21:13

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 22:06

ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU MERCREDI 7 OCTOBRE 2009
L'éditorial de Jean-Claude Mailly

L’augmentation importante des déficits publics en France comme ailleurs (et plutôt moins en France qu’ailleurs) est d’ores et déjà l’objet de débats pour l’avenir.

Il y a ceux qui, bien avant la crise, considéraient non seulement qu’ils étaient trop importants, mais qui assimilent les déficits publics et sociaux à la place trop grande prise par les services publics et la protection sociale collective.

Pour eux, il suffit de réduire le nombre de postes, les prestations sociales et certains services publics et sociaux pour que la dette se réduise. Ils sont bien entendu dans une démarche purement idéologique et n’attendent qu’une seule chose: que tout reparte comme avant en plus fort, c’est-à-dire en pire!

Il y a ceux, dont nous sommes, qui pensent non seulement que pour réduire l’endettement il y aura plus d’inflation, mais surtout qu’une hausse des recettes fiscales nécessite obligatoirement une réforme fiscale d’ampleur, guidée par l’égalité de droit et l’équité.

On ne peut pas se féliciter pendant la crise de l’existence d’amortisseurs sociaux et leur taper dessus ou les remettre en cause à la moindre éclaircie précaire.

Ce débat-là est et sera conflictuel dans les semaines et mois à venir.

En attendant, il faut également faire face à l’augmentation du chômage, aux privatisations larvées (cf. La Poste ou la Révision générale des politiques publiques, RGPP), aux sanctions contre les assurés sociaux (indemnités journalières des accidents du travail, arrêts de travail, forfait hospitalier, déremboursement de médicaments).

De ce point de vue, le projet de budget 2010 est significatif.

Il accumule les réductions de charges pour les entreprises (-11 milliards d’euros avec la taxe professionnelle, par exemple), crée de nouveaux impôts, telle la taxe carbone payée par les citoyens, mais ne cherche en aucune façon à transformer le système fiscal.

Pire, il reste dans la logique précaire en réduisant de plus de 33 000 le nombre de postes de fonctionnaires.

On sent poindre les velléités de remise en cause profonde des services publics et de la protection sociale collective.

Ce qui serait bien entendu intolérable et inacceptable.

C’est à un renversement des priorités qu’il faut s’atteler.

C’est dans cet esprit que nous demandons une réforme fiscale, tout comme nous devons maintenir l’intégralité de nos revendications en matière de pouvoir d’achat des salaires et retraites, d’emploi, de chômage ou de politique industrielle.

Garder le cap du syndicalisme libre et indépendant est indispensable pour marquer des points pour les travailleurs.


Partager cet article

Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 08:09
Réuni le 28 septembre 2009, le bureau Confédéral de Force Ouvrière décide de ne pas signer le projet d’accord sur la modernisation de la médecine du travail.

Force Ouvrière considère que le patronat n’a pas su répondre aux attentes nombreuses de revalorisation et modernisation de la médecine du travail.

Pour la Confédération, deux points durs incontournables subsistent :

1. la remise en cause de la procédure d’inaptitude n’a rien à faire dans un accord traitant de la modernisation de la médecine du travail, dans le seul but de sécuriser uniquement les entreprises face au nombre de contentieux perdus par celles qui ne respectent pas la procédure d’inaptitude. Suite à la recherche de reclassement, le salarié déclaré inapte est licencié dans un délai de 21 jours. Force Ouvrière s’est insurgée contre le refus des employeurs de prendre leur responsabilité en se défaussant sur la sécurité sociale. Force Ouvrière fait valoir que c’est aux employeurs de payer les salariés en attente de licenciement qui, bien que déclarés inaptes, ne sont plus en situation de maladie, et pas encore en situation de chômeur, mais toujours avec un contrat de travail.

Le syndicat demande au pouvoir public d’agir dans ce sens.



2. le projet d’accord prévoit de passer d’une visite médicale périodique tous les 2 ans, à une visite tous les 3 ans.

La Confédération appelle au sérieux ; le passage d’une visite annuelle à une visite bisannuelle n’a pas « sauvé » la médecine du travail et a même déresponsabilisé l’Etat en matière de numerus clausus et du développement de la spécialité et surtout de sa mise en valeur. C’est la raison pour laquelle nous n’avions pas signé l’accord du 13 septembre 2000 sur la santé au travail et la prévention des risques professionnels.

Force Ouvrière considère qu’il est impossible de détecter les « risques émergents » le plus en amont possible s’il n’y a plus de visite médicale régulière et rapprochée. Comment détecter les risques psychosociaux, par exemple, si les salariés ne sont pas vus régulièrement par le médecin et qu’aucun diagnostic n’est rendu possible ?

Nous n’acceptons pas que la pénurie des médecins du travail justifie une médecine « au rabais » pour les salariés et un affaiblissement de la prévention des risques professionnels.


La Confédération en appelle d’ailleurs au Ministère du Travail pour que la médecine du travail soit revalorisée et pérennisée comme elle le mérite et comme tous les salariés y ont droit.


Partager cet article

Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 19:00

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 17:37

Encore une fois, nos patrons aux visions uniquement financières, vont tuer l’industriel sur l’autel du profit.

 

Encore une fois, après Pithiviers (150 emplois détruits à 3M), Le PMD de Beauchamp (72 emplois sacrifiés aux profits d’un sous traitant Allemand), S.O.A. 210 salariés transformé en sous prolétariat dans une convention collective pour gueux, c’est donc au tour des camarades de Cuno – Calais de passer sous le couteau de nos financiers de patrons …

 

Toujours les mêmes mensonges financiers pour justifier la destruction en règle de l’emploi, des familles qui y sont associées, aux privilèges de l’actionnariat U.S.

Nos patrons transforment en trop forte capacité de production le fait qu’ils soient incapables de trouver les nouveaux marchés et les nouveaux clients. Doit-on appeler à une baisse drastique de notre productivité pour ne pas risquer la surcapacité de nos sites ?

 

Il serait préférable que nos financiers de patrons se sortent les doigts du nez (pour rester soft), et qu’ils embauchent une flopée de vendeurs. Il n’y a pas que les grands comptes qui soient importants, les petites rivières font les grands fleuves et lorsque l’une de ces petites rivières s’assèche, l’impact est bien moins grave pour les salariés.

Certes, les restaurants en compagnie des patrons des grands comptes sont plus huppés…

Mais là, on touche au standing de quelques nantis…

 

Le travail n’a plus de valeur pour nos patrons, seul le profit compte.

Le travail des vendeurs ? Ils n’en ont rien à battre !

Le travail des supports à la production ? Ils s’en moquent !

Le travail des opérateurs ? Ils s’en tapent le coquillard !

 

L’avenir d’une entreprise comme 3M France, dont l’un des M a pour origine le mot « Manufacturing », sera-t-il encore assuré lorsque nous ne produirons plus rien, que 3M sera devenue une entreprise sans usine, avec de la facturation et des services clients délocalisés en Roumanie, des produits manufacturés importés du tiers monde est-européen ou asiatique, expédiés directement de Germany ?

 

La réponse est NON bien sur.

 

Cuno, acheté il y a quatre ans, commence à être dépecé par l’équipe du douzième. Ce n’est qu’un début pour eux, et une question de temps avant que les autres sites 3M soient sacrifiés.

 

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 17:53

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 10:00
Le 3 octobre 2009, une votation aura lieu près de chez vous, sur les marchés, devant les bureaux de poste ou les mairies.

Malgré l'opposition de 2/3 des Français, le gouvernement tente de passer en force.

Conscient de l'impopularité de la décision, le gouvernement a décidé d'utiliser la procédure simplifiée de la lecture unique pour éviter tout débat.

C'est à cette puissante institution qu'est La Poste, présente sur tout le territoire, que s'attaquent les lobbies du tout privé et de la concurence à outrance.

Pourquoi casser ce qui marche bien ? (La Poste a fait 650 millions de bénéfices en 2008, 1 milliard en 2007)

Pourquoi briser le lien social qu'elle apporte sur le territoire ?

Les prix des services postaux vont-ils s'envoler comme partout en Europe où la privatisation a déjà eu lieu ?
Des dizaines de milliers d'emplois ont été supprimés dans ces mêmes privatisations, Devons-nous accepter la même chose en France ?

La Privatisation ne fait pas baisser les prix et n'améliore pas la qualité des services. Elle ne permet que la prise de dividendes par les fonds privés.

Alors le 3 octobre, C'est à nous de choisir !

A l'appel des Syndicats C.G.T, Sud, F.O. et C.F.T.C. et de plus de 80 organisations ou partis, rendez-vous pour cette consultation unique.

Renseignez-vous près de chez vous.
Pour Beauchamp, la consultation aura lieu devant la Poste de 9h30 à 12 heures.


Partager cet article

Repost0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 09:06

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 06:37

COMMUNIQUÉ DATÉ DU MERCREDI 23 SEPTEMBRE 2009
Fiscalisation des Indemnités journalières d’accident de travail

Alors que le déficit de l’Etat dépassera 104 milliards d’euros en 2009 et que le régime général de la sécurité sociale devra supporter quant à lui 20 milliards d’euros de déficit, le Gouvernement et la majorité parlementaire annoncent leur souhait de fiscaliser les indemnités journalières versées aux victimes d’accident de travail et ce pour récupérer quelques 150 millions d’euros.

Il s’agit certes d’une somme non négligeable, mais dans le même temps l’administration fiscale vient de rembourser 458 millions d’euros aux ménages bénéficiant du bouclier fiscal. Force Ouvrière réaffirme son attachement à l’aspect redistributif de l’impôt sur le revenu auquel le Gouvernement à fortement porté atteinte. A titre de comparaison, les stocks options représentent un manque à gagner de 3 milliards d’euros en terme de cotisations sociales.

Le gouvernement avance qu’il s’agit avant tout par cette mesure de revaloriser le travail par rapport aux revenus de remplacement. Force Ouvrière tient à rappeler que le versement des indemnités journalières résulte de l’exercice de l’activité professionnelle et non d’un choix délibéré du salarié. Nous rappelons à ce sujet que les employeurs sont tenus en terme de santé et de sécurité au travail d’une obligation de résultat à l’égard de leurs salariés.

Une telle mesure révèle toute l’ignorance des difficultés et de la pénibilité au travail de la part de nos dirigeants qui préfèrent pénaliser les plus fragilisés. Au nom de cette soit disant « justice fiscale » il n’est plus tolérable d’accepter de tels errements et Force Ouvrière exige une remise à plat du bouclier fiscal. Comme l’an passé nous nous opposerons farouchement à cette mesure qui relève d’une véritable injustice sociale.

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 06:34

ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU MERCREDI 23 SEPTEMBRE 2009
L'éditorial de Jean-Claude Mailly

D’aucuns commencent à parler de sortie de crise, notamment les banquiers et les financiers, qui n’attendent qu’une chose: refaire comme avant, comme si de rien n’était, en quelque sorte. D’où la nécessité de réglementer toutes les activités financières et bancaires, ce qui est très loin d’être le cas. Mais on sent aussi que les discours sur le refrain: «ça commence à aller mieux» font ressortir tous ceux qui, par exemple, jugent inacceptable l’explosion des déficits publics et sociaux et appellent d’ores et déjà à serrer la vis. Cela n’est pas tolérable.

L’augmentation de la dette publique est le fait de la crise et des aides massives accordées aux banquiers. Il n’y a donc aucune raison pour que les citoyens en fassent les frais. D’autant que ceux qui nous disent que la reprise est là avaient déjà ce discours à l’été 2008 et n’ont rien vu venir. Ne pas avoir vu la crise arriver n’est pas un atout pour entrevoir sa sortie!

Quant à l’augmentation des «déficits» sociaux, elle est due à la diminution des recettes du fait de la crise. Elle est aussi due au 1,5 milliard d’euros déjà déboursé par la Sécurité sociale pour acheter des masques et des vaccins en prévision de la grippe A.

Dans ces conditions, vouloir dérembourser des médicaments, augmenter le forfait hospitalier, repousser l’âge de la retraite sont autant de projets inacceptables et provocateurs. De la même manière, vouloir individualiser les rémunérations des salariés de la Sécurité sociale relève du cynisme, qui plus est lorsqu’on connaît les faibles coûts de gestion.

N’oublions pas non plus qu’en France comme ailleurs, si l’on cherche des économies, la dégradation des conditions de travail coûte chaque année 4 points du PIB, soit en France 80 milliards d’euros. Attaquer d’une manière ou d’une autre la protection sociale collective, c’est se rendre complice des responsables de la crise. Nous ne l’accepterons pas.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 18:19

Bonsoir

Les personnes voulant s'abonner à FO Hebdo peuvent le faire avec le bulletin ci dessous
18€ pour les adhérents FO
54€ pour les non-adhérents FO

Bulletin à envoyer à
FO Hebdo
141 Avenue du Maine
75014 Paris

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 22:17

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 12:30
 

Le 15 septembre, la Direction a convoqué le CHS-CT pour, entre autres choses, avoir un avis sur le plan de continuité d’activité du site en cas de pandémie.

 

Ce plan prévoyait notamment :

 

-            Salle de pause – Machines à café :

Supprimer les tables, chaises, tabourets situés à proximité et indiquer par une pancarte aux personnes de ne pas stationner sur place mais de retourner avec leur boisson dans leur zone de travail pour éviter les rassemblements et respecter la règle des deux mètres.

 

Cette mesure est illégale sur les sites industriels. Ce type de pratique nous valait jusqu’à aujourd’hui, au mieux une remarque, au pire un avertissement.

La pause est un droit pour les salariés postés donné par l’article L 3121-33 du code du travail et un plan de continuité d’activité n’est pas une autorisation à bafouer les lois de la république.

 

Puis plus loin :

 

 - En cas de symptômes au travail :

Masques Chirurgicaux

Ces masques sont à porter par une personne infectée pour éviter de propager la contamination. Ils ne présentent d’intérêt que si une personne se présente comme malade à l’infirmerie.

 

Ce qui est en totale opposition avec les recommandations légitimes de la médecine du travail qui, pour préserver l’intégrité du service médical, demande de ne surtout pas venir à l’infirmerie, mais d’appeler l’infirmière qui se déplacera avec les précautions nécessaires.

 

Le plan de continuité de l’activité prévoyait également des mesures de télétravail qui posaient des questions par rapport à l’accord national interprofessionnel du 19 juillet 2005.

 

Visiblement, les documents présentés pour avis au CHS-CT de Beauchamp par la Direction du site n’étaient qu’une copie inapplicable du plan de continuité du site de Cergy sur lequel la Direction du Site avait changé le titre du document ! ! !

 

Cela démontre le respect que la Direction a des élus du personnel et par la même, du personnel lui-même. Cela démontre également le professionnalisme avec lequel les dossiers sont traités par la Direction du site incapable de faire convenablement un copier-coller.

 

Rassurez-vous, si vous bossez avec le même professionnalisme en tant que salarié, vous serez notés 2 ! ! !

 

Le plan de continuité de l’activité  sera, à la demande des élus, réexaminé dans un

CHS-CT extraordinaire ultérieur.

 

La Direction est priée de revoir sa copie.

 

 

FO.3M.Beauchamp

16 Septembre 2009

 

P.S. : Vous avez été nombreux à nous signaler la pro-activité de la Direction du site à appliquer les mesures liées à la pandémie de H1-N1.

 

Il est en effet prévu par la Direction de ne plus se serrer la main entre collègues de travail pour se saluer. Force est de constater que la Direction du site applique à la lettre cette mesure depuis des années sur le site en ne disant quasiment jamais bonjour en entrant dans les ateliers.

 

Peur du virus ou peur de se salir les mains ?... Allez savoir !
 .


Partager cet article

Repost0
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 21:32

 

1 . Non, le salarié qui tombe malade avant ses congés payés les conserve même s’il est malade pendant toute la période de prise. Ses congés sont reportés à son retour de maladie. Attention, si le salarié est malade alors qu’il est déjà en congés, l’arrêt maladie ne recule pas les congés. C’est donc le premier arrêt qui prime.

 

2. Non, Rien légalement n’oblige votre employeur à vous accorder une pause pour aller fumer. Cependant, il doit accorder une pause de 20 minutes après 6 heures de travail.

 

3. Non. C’est l’employeur qui décide de recourir aux heures supplémentaires. Lorsqu’il le décide, vous êtes tenu d’effectuer ces heures sup’, sauf si le délai de prévenance est trop court.

 

4. Oui. Mais attention, l’alcootest ne peut pas concerner l’ensemble du personnel. Il ne vise que les salariés qui, par la nature de leur travail, sont susceptibles d’exposer les personnes ou les biens à un danger. La possibilité de recourir à l’alcootest doit être prévue dans le règlement intérieur. Ce règlement doit indiquer les modalités du contrôle qui en permettent la contestation.

 

5. Oui, sauf le 1er mai qui est forcément chômé. A moins que votre convention Collective ne l’interdise, votre employeur peut vous faire travailler les autres jours fériés.

 

6. Non. Sauf pour des raisons particulières justifiées, votre employeur ne peut vous interdire totalement d’utiliser l’internet ou la messagerie à des fins personnelles. Attention, cette utilisation personnelle ne doit pas dégénérer en abus ou nuire à l’exécution ou la qualité de votre travail.

 

7. Oui. La convention collective de la chimie article 14 précise qu’à partir du troisième mois de grossesse, les femmes enceintes bénéficieront chaque jour d’une réduction d’une demi-heure de leur horaire normal de travail, qu’elles utiliseront à leur convenance, notamment par des pauses en cours de journée. Cette réduction d’horaire ne devra entraîner aucune diminution de leur rémunération.

 

8. Oui. Dés lors qu’il vous a dispensé de l’exécuter, l’employeur doit vous payer le préavis (salaire et avantage) comme si vous aviez travaillé durant cette période.

 

9. Oui. Les pères ont droit pour chaque naissance d’un enfant à trois jours de congé, auxquels s’ajoutent éventuellement les 11 jours de congé paternité (18 en cas de naissances multiples). Ces trois jours, payés par votre employeur, n’entrainent aucune réduction de rémunération et n’ont pas à être pris nécessairement au moment de la naissance, mais dans un délai de 15 jours entourant la naissance.

10.  Oui. Le salarié ne fournissant pas de travail, il ne perçoit pas non plus son salaire. Cependant, la retenue sur salaire doit être strictement proportionnelle à la durée de l’arrêt de travail, sinon il y aurait sanction pécuniaire et  les sanctions pécuniaires sont interdites.


11.
 Non. En principe, seules les personnes involontairement privées de leur emploi peuvent bénéficier des allocations chômage. Hors, la démission est un départ volontaire, à l’initiative du salarié. Cependant, la loi du 25 juin 2008 a institué un nouveau mode de rupture du contrat, la rupture conventionnelle homologuée qui, elle, permet au salarié de bénéficier de l’assurance chômage.


12. Oui. Un stage d’une durée de plus de trois mois exige une rémunération : Une gratification, dont le montant horaire est fixé à 12,5% du plafond horaire de la sécurité sociale, et ce dès le premier jour de stage. En revanche, lorsque la durée du stage est inférieure à trois mois, aucune gratification n’est obligatoire.


13.
Oui. Tout message émis sur la messagerie professionnelle est présumé à caractère professionnel et peut dès lors être consulté par l’employeur sans votre autorisation. En revanche, tout mail identifié comme « personnel » a le caractère d’une correspondance privée. L’employeur ne peut y avoir accès sans porter atteinte à votre vie privée et au principe du secret des correspondances, même si une utilisation de la messagerie à des fins privées est proscrite par l’employeur.


14. 
Oui. Mais dans le respect de certaines règles. Non seulement vous devez avoir donné votre accord, mais vous devez également avoir été averti de votre droit de vous y opposer et d’exiger la présence d’un témoin. De plus, seules des circonstances exceptionnelles peuvent justifier de telles mesures. La fouille ne doit donc pas être systématique.


15. N
on. En principe, la façon de se vêtir relève du seul choix du salarié, toutefois une tenue décente peut être exigée. De plus, dans certains établissements ou certaines professions le port d’une tenue vestimentaire obligatoire peut être requis sur le lieu de travail.


16.
Non. Votre mise au chômage partiel n’est pas une modification de votre contrat de travail, qui nécessite votre accord pour être mis en œuvre.

17. 
Oui. Sous réserve de respecter les durées maximales de travail (à défaut, salarié et employeur sont passibles de sanctions pénales) et de ne pas travailler pendant les périodes de congés payés. De même, le salarié doit respecter son obligation de loyauté et ne pas contrevenir à la clause d’exclusivité qu’il peut tenir d’un des deux contrats de travail. Cependant, le cumul d’emplois n’est pas autorisé avec un emploi public.


18. 
Oui. Mais sous certaines conditions. En effet, le reçu pour solde de tout compte acquiert valeur libératoire pour les sommes qui y sont inscrites si le salarié ne l’a pas contesté dans les six mois de sa signature. Pour le contester, il suffit d’envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception à son employeur dans un délai de six mois.


19. 
Non. Il ne peut vous l’imposer. En effet le passage d’un horaire de nuit à un horaire de jour  (ou inversement) constitue une modification du contrat de travail qui nécessite l’accord exprès du salarié. Attention, votre refus pourrait cependant entrainer votre licenciement.


20. 
Non. En aucun cas, les erreurs de caisse ne peuvent être comblées par le porte-monnaie de l’hôtesse de caisse. Cela constitue une sanction pécuniaire interdite. 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 18:26
ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU MERCREDI 9 SEPTEMBRE 2009
Interview de Jean-Claude Mailly parue dans Le Parisien du lundi 7 septembre 2009


Comment s’annonce cette rentrée sociale?

Jean-Claude Mailly. Que l’on soit bien clair, la crise se poursuit malgré tout ce qu’on raconte. Elle sera finie le jour où les investissements et les créations d’emplois reprendront. Nous en sommes malheureusement encore loin. On s’attend à 800 000 chômeurs de plus cette année. Il y a de plus en plus de plans sociaux et de suppressions d’emplois. Ce qui me frappe, c’est la perte de confiance des salariés et un sentiment de révolte profond contre l’accroissement des inégalités. Que le gouvernement et le président de la République fassent attention, ils sous-estiment beaucoup ce sentiment d’injustice. Maintenant les syndicats doivent regarder ensemble ce que l’on peut faire pour être efficaces et se faire entendre. 


Irez-vous à la réunion souhaitée par la CGT et la CFDT, et qui pourrait se tenir demain ou, au plus tard, dans les prochains jours?

On verra, mais pour faire quoi? J’ai déjà dit que, le 8 septembre, nous ne pouvions pas. Tout semble vouloir être arrêté d’avance. La CGT n’a pas attendu pour appeler les salariés et les autres centrales à une mobilisation le 7 octobre prochain contre la crise. Ça ne marche pas comme ça. D’autant que, le 7 octobre, c’est avant tout une date arrêtée dans le cadre de la Confédération syndicale internationale pour sensibiliser sur les normes du travail. On fera un colloque, comme prévu, pas une manifestation. Comme l’an dernier, FO ne mélangera pas les choses. 


Entre FO et les grandes centrales, le courant ne semble plus passer. Qu’est-ce que cela cache?

Est-ce la rentrée des classes qui veut cela? On a un peu l’impression de chamailleries dans la cour de récréation. L’heure n’est pas à la polémique, mais il faut se poser les vraies questions. Quelle est la situation des salariés? Comment être efficace syndicalement? L’unité d’action est un levier, mais cela suppose que l’on soit d’accord sur les revendications et sur les objectifs. Par exemple sur les modalités, nous avons des positions différentes. 


Vous réclamez une grève de vingt-quatre heures, ce qui vous oppose à la CGT et la CFDT. Pourquoi privilégier ce mode d’action?

Au printemps dernier, après le succès des deux premières manifestations du 29 janvier et du 19 mars, nous avons considéré qu’une de plus ne ferait pas bouger le gouvernement et finirait surtout par lasser les salariés. C’est ce qui s’est produit lors de la journée du 13 juin. Aujourd’hui le débat demeure. Une manifestation de plus dans le contexte actuel, cela va servir à quoi? FO n’est pas une armée avec un général et des troupes qui répondent aux ordres.


L’unité syndicale est donc bien morte…

L’unité d’action n’a pas vocation à être permanente. Elle peut s’arrêter et reprendre à tout moment. Pour FO ce n’est pas une obligation d’afficher un communiqué commun tout le temps, notamment si le but recherché, représentativité et congrès obligent, est surtout de montrer que le syndicalisme rassemblé ça marche. Je n’ai jamais cru au syndicalisme rassemblé. Chaque syndicat doit être libre.


Les divisions ne sont pourtant pas payantes...

C’est vrai, mais dans le même temps les journées de manif à répétition non plus, ce n’est pas payant. Si l’objectif est de sortir les drapeaux, ce n’est pas la façon dont FO voit les choses. Cela ne nous empêche pas d’être sur le terrain auprès des salariés et d’avoir des initiatives. Au mois d’octobre nous allons réunir quelques centaines de délégués syndicaux d’entreprises en difficulté pour débattre et entendre ce qu’ils attendent. On n’est pas au cinéma, on est dans la réalité sociale. 


Dans les conflits durs de cet été, comme New Fabris ou encore Continental, les leaders syndicaux se sont vu reprocher de ne pas être aux côtés des salariés. Qu’en pensez-vous?

Je me refuse à des visites pour faire des opérations de com. Les salariés attendent des réponses et il faut pouvoir leur en donner. Cela ne veut pas dire qu’on ne fait rien. Dans certains de ces dossiers, il m’est arrivé d’intervenir auprès des PDG et d’activer tous les réseaux possibles. 


Vous condamnez les actions radicales, comme les séquestrations?

Non, car je les comprends, à condition que cela se fasse dans la dignité. Mais je ne dis pas qu’on appelle les salariés à faire cela. Une chose est sûre, il y en aura d’autres. Comment peut-il en être autrement?

Propos recueillis par Catherine Gasté-Peclers

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 18:01

Partager cet article

Repost0