Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 00:35

Intervention du délégué syndical central Force Ouvrière lors de la visite de Koen Wilms le 13 mars au matin.

« Mon intervention s’adresse à Monsieur Koen Wilms.

Monsieur le PDG, bienvenue sur le site de 3M Beauchamp,  bienvenue sur un site à l’agonie.

Monsieur Wilms, la dernière activité manufacturing majeure arrivée sur le site, le Post-It, a tout juste 30 ans puisque c’était en 1984 !

Le site était riche du savoir de 1032 salariés… car ils étaient tous, opérateurs, employés, techniciens ou cadres: une richesse pour l’entreprise.

Aujourd’hui, trente ans après, la population manufacturing n’est plus que de 362 salariés, qui malgré leurs savoirs, n’entendent parler d’eux que comme des coûts !

L’inquiétude pour l’avenir est ici palpable au quotidien.

Les 670 suppressions de postes sont l’œuvre de vos prédécesseurs.

Les 52 emplois supprimés avec l’abandon en 2014 des rubans adhésifs « Scotch », produit emblématique de la marque,  seront votre pierre à l’édifice de désindustrialisation de 3M Beauchamp !

Vous êtes coresponsable de la descente aux enfers de ce qui était le plus grand site industriel de 3M en Europe.

La succession de produits abandonnés, mais surtout l’incapacité des Directions successives à faire venir des productions nouvelles depuis 30 ans ne peut pas être un hasard, cela ne peut pas être non plus le résultat d’une conjoncture occasionnelle défavorable.

Cela ressemble plutôt à une stratégie à dessein de la part des Directions 3M, visant à affaiblir le malade, en multipliant les saignées dites salutaires, pour toujours plus l’épuiser et l’emmener vers une mort certaine, sans vague, sans panique et surtout sans bruit.

Monsieur Wilms, au nom des très nombreux salariés du site de Beauchamp qui se sentent représentés par Force Ouvrière, et en hommage aux 670 emplois détruits sur le site par toutes les Directions depuis 30 ans, j’ai l’honneur de vous remettre, une plaque commémorative, qui nous l’espérons, rappellera à vos successeurs et vous-même que nous ne sommes pas, en tant que salariés, une variable d’ajustement,
que nos emplois, dans le cadre d’une société équilibrée et consommatrice, sont socialement utiles à tous, à commencer par les entreprises comme 3M, qui vendent des produits et ont besoin de consommateurs.

Monsieur Wilms, Ceux qui vont mourir vous saluent ! »

 

Plaque commémorative des 670 emplois détruits en 30 ans (1984-2014) remise à Koen Wilms.

plaque.jpg

Merci aux très nombreux salariés qui ont accompagné la déclaration par de vibrants applaudissements. Ils prouvent que notre message correspond bien à ce qu'ils ressentent.


Repost 0
Published by FO 3M France - dans inFO 3M Beauchamp
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 07:41

A l’issue de la réunion du 5 mars 2014, Force Ouvrière a dénoncé le marché de dupes qui résulte du « relevé de conclusions » signés par 3 organisations syndicales et le patronat.

Les masques tombent : si le Medef arbore fièrement sur le revers de sa veste 1 million d’emplois, il ne prend même pas la peine de l’inscrire dans les textes en termes de créations nettes. Le « relevé de conclusions » ne contient en effet aucun engagement chiffré sur la création d’emplois ou les salaires.

Le texte demande « poliment » aux branches professionnelles d’ouvrir des négociations ou des discussions.

Mais,

- que se passe-t-il si les branches n’arrivent pas à conclure ? RIEN

- que se passe-t-il si les engagements pris ne sont finalement pas tenus ? RIEN

- le texte parle-t-il de conditionner les aides à la création nette d’emplois ou à des augmentations de salaires ? NON

- Le texte évoque–t-il une réversibilité des aides à défaut de création nette d’emplois ? NON

Alors que la France compte plus de 5 millions de personnes inscrites à Pôle emploi, que la croissance est atone et la consommation des ménages est en baisse, les pouvoirs publics s’apprêtent encore à faire cadeau de plusieurs milliards d’euros aux entreprises.

C’est pourquoi face à la vague néolibérale, une autre politique est possible. Elle passe, notamment, par la relance du pouvoir d’achat, le développement des services publics, le développement de véritables investissements industriels et donc de la fin des politiques d’austérité.

C’est pourquoi, Force ouvrière appelle à la mobilisation de tous les travailleurs, lors de rassemblements et grèves le 18 mars prochain.

Repost 0
Published by FO 3M France - dans Actualité
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 23:27

Selon Bloomberg, 3M cherche à céder ses activités dans les composants électroniques qui couvrent notamment les supports de stockage, les écrans tactiles, la connectique informatique ou encore des solutions de protection, maintenance et sécurité pour les datacenter. 3M travaillerait actuellement avec Goldman Sachs sur un plan de cession par appartement, l’ensemble des activités ayant une valeur estimée à 1 milliard de dollars.

Lire ici l'article de ZDNet

Affaire à suivre...

Repost 0
Published by FO 3M France - dans inFO 3M France
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 09:53

le-18-mars-se-faire-entendre

Repost 0
Published by FO 3M France - dans Actualité
commenter cet article
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 00:24

Si l’impuissance des politiques successives devait avoir un emblème, c’est bien la courbe du chômage qui en serait le symbole.

Peu importe le cuisinier, si les ingrédients sont mauvais, le repas ne sera pas bon.

C’est donc encore un mois de hausse du chômage qui succède aux 32 mois précédents…

La machine s’est emballée et ceux qui réclamaient dans les années 1980 un « matelas » d’un million de chômeurs pour peser sur les salaires se retrouvent avec une population de base au bord de l’asphyxie économique et sociale, au pouvoir d’achat exsangue ou écrasée par les hausses d’impôts et de taxes.

Catégorie A : 3 316 200 demandeurs d’emploi, en hausse de 0,3% (+8 900)

Catégorie B : 648 100 demandeurs d’emploi, en baisse de 0,3% (-1 700)

Catégorie C : 965 600 demandeurs d’emploi, en hausse de 1,7% (+16 400)

Soit pour les catégories A,B et C un chiffre de 4 929 200 demandeurs d’emploi (+0,5%)

Catégorie D : 281 300 demandeurs d’emploi, en hausse de 1,1% (+3 000)

Catégorie E : 386 500 demandeurs d’emploi, en hausse de 1,3% (+5 000)

Pour les cinq catégories, le total dépasse pour la première fois 5 597 700 demandeurs d’emploi.

Une hausse sur un mois de 31 600 chômeurs, loin des 9000 annoncés dans les média.

Sur ces 5,6 millions de chômeurs, seuls 2 673 000 sont indemnisés (au titre du chômage ou de la solidarité nationale). Il est utile de le préciser pour éviter les commentaires de ceux qui pensent que les chômeurs sont des fainéants qui profitent du système.

En ce moment démarre la négociation sur le financement de l’UNEDIC pour la période 2014-2017. Le régime est actuellement déficitaire et il est facile de comprendre pourquoi. Moins de salariés pour cotiser et plus de sans emploi à indemniser…  Difficile dans ces conditions d’être en équilibre. 

Le patronat, toujours à la recherche de baisses de charges, demande plus de dureté envers les chômeurs ; dégressivité des aides, allongement de la durée de cotisation pour l’ouverture des droits, harmonisation par le bas…

Ce sont ceux qui licencient ou n’embauchent pas, alors qu’ils bénéficient de baisse de charge depuis les années 90, qui demandent à faire payer les victimes de leurs politiques visant à faire du travailleur une variable d’ajustement.

Et si l’on comparait la part du salariat et celle de l’actionnariat dans la redistribution des richesses créées ?

Et si l’on supprimait les baisses de charges qui visiblement ne crées pas d’emploi !

Et si simplement, le 18 mars, les salariés actifs, chômeurs ou retraités se levaient, se mettaient debout pour dire STOP ! Nous ne sommes pas de la marchandise ou des matières premières, nous sommes des êtres Humains.

Extrait de l’article 23 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme :

1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. 

2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal. 
3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale. 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on s’éloigne grandement de l’idéal pour revenir dans le féodal.

Comme tous les mois, les chiffres de la DARES sont en ligne : ici

Repost 0
Published by FO 3M France - dans Actualité
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 07:34

secu-18-mars.jpg

Repost 0
Published by FO 3M France - dans inFO 3M France
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 23:41

Jusqu'en 2013, les mutuelles santé souscrites par les entreprises pour leurs salariés n'étaient pas soumises à l'impôt.  C'est désormais chose faite et vous devrez déclarer en 2014, dans vos revenus 2013, la part payée par l'employeur dans la rubrique "avantages en nature".
Outre une véritable hausse, par ce biais, du revenu imposable, ne serait-on pas en train d'aller vers l'imposition générale de la participation patronale à la couverture sociale (maladie, famille, retraite) ?

Nombre d'entreprises incluent dans le contrat collectif une couverture santé complémentaire à laquelle elles ont souscrit.

Ceci concerne 3 salariés sur 4, environ 13 millions de salariés.
Par ailleurs, la loi du 14 mai 2013 relative  à la sécurisation de l'emploi, transposant l'ANI rédigé conjointement par le CFDT et le Patronat, prévoit une généralisation de la couverture complémentaire de frais de santé à l'ensemble des salariés, au plus tard le 1er janvier 2016.
A termes ce seront 18 millions de salariés qui seront concernés. Cela aura des conséquences sur leur déclaration de revenus et éventuellement le montant de leurs impôts.

La nouvelle législation réintègre dans le salaire imposable sous forme d'avantage en nature, la part payée par l'employeur. Ainsi, nombre de salariés verront leur impôt 2014 (sur les revenus de 2013) augmenter.

Cela sera particulièrement sensible pour les couples bénéficiant chacun d'une mutuelle d'entreprise, pour ceux qui bénéficient d'une mutuelle à coût élevé, où se trouvant déjà dans les tranches hautes du barème de l'impôt.

Par exemple, pour une cotisation mensuelle de 100 € prise en charge à 50% par l'employeur, la somme à réintégrer sera de 600€ par an. Un salarié dont le taux d'imposition est de 14% (tranche entre 11 991€ et 26 361€) verra ses impôts augmenter de 84€. S'il est imposable à 30% (tranche entre 26 361€ et 71 397€) la hausse sera de 180 €.

Le Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance maladie convient qu'il est aujourd'hui indispensable de bénéficier d'une complémentaire santé pour être bien couvert, compte tenu du désengagement de la sécurité sociale. Cette dernière ne rembourse plus que 50% des soins courants , et encore moins en dentaire, en optique ou en audio-prothèse.

Soumettre à l'impôt des ménages la part employeur d'une couverture santé devenue indispensable et bientôt obligatoire, imposé par un tiers, revient à faire payer aux salariés des impôts sur leur couverture sociale.

Après les cadeaux au patronat (C.I.R. pacte de responsabilité), la hausse de la TVA, l'allongement de la durée de côtisation pour la retraite, la refiscalisation des heures supplémentaires, il s'agit là d'une nouvelle attaque contre les salariés, sur leurs droits sociaux et sur leur pouvoir d'achat.

F.O. ne laissera pas faire.

18-mars.png

   

Repost 0
Published by FO 3M France - dans Actualité
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 23:30

resultats-Cofely.jpg

Repost 0
Published by FO 3M France - dans Actualité
commenter cet article
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 08:16

// ÉDITORIAL DATÉ DU MERCREDI 19 FÉVRIER 2014

Les échanges publics entre le président de la République et le président du MEDEF laissent croire qu’ils ne seraient pas d’accord. 

Et pourtant: 

- quand l’annonce du pacte de responsabilité est faite, des décisions sont annoncées pour les entreprises sans condition pour les obtenir. 

- s’engager sur des objectifs n’est pas une obligation de résultat! 

Le jeu de rôle continue donc au détriment des salariés actifs, chômeurs ou retraités. 

Qu’il s’agisse des salaires, de l’emploi ou du chômage, de l’avenir du service public républicain ou de la Sécurité sociale, les attentes et revendications sont légitimes et les inquiétudes ainsi que le mécontentement sont lourds. 

Il est du rôle d’une confédération de faire connaître largement les revendications et de permettre aux salariés de les exprimer, c’est l’objet de notre appel à des manifestations, rassemblements et à la grève le 18 mars 2014. 

La CGT a pris la décision d’être présente ce 18 mars également. Une réunion entre plusieurs organisations syndicales aura lieu prochainement. 

Il nous appartient de tout mettre en œuvre pour que cette journée soit réussie. On verra à partir de là la réaction des pouvoirs publics. Sont-ils enclins à entendre les salariés comme ils le font pour d’autres catégories? 

D’ici là nous continuerons à défendre nos positions, y compris à l’occasion de la réunion sur le pacte de responsabilité avec les organisations patronales le 28 février. Au-delà de la question des contreparties, sur laquelle nous nous sommes maintes fois exprimés, c’est la logique même du pacte qui pose problème. Penser qu’il est social de réduire les «charges» des entreprises pour accroître leur compétitivité-prix s’inscrit bien dans une logique de dumping. 

D’ailleurs, à l’occasion d’un contact récent à Tanger avec nos camarades marocains, le Secrétaire général de l’Union Marocaine du Travail m’expliquait que le patronat marocain avait aussitôt réclamé une baisse des cotisations patronales, à l’instar de ce qu’avait annoncé en France le président de la République. 

Rappelons, enfin, que diminuer les cotisations de Sécurité sociale, en les compensant par des réductions de dépenses, conduit à pénaliser les travailleurs et leurs familles. 

Autant de raisons de tous nous mobiliser pour le 18 mars. 

Repost 0
Published by FO 3M France - dans InFO
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 07:20

Depuis le début des années 80, le capital s’est accaparé une part toujours plus grande des richesses produites. Sur 30 ans, ce sont près de 40 000 milliards d’euros qui sont partis sur les marchés financiers au lieu d’aller dans les poches des salariés européens et donc réinvestis dans la consommation et l’économie réelle.

rapport finance-salariat

________________________________________________________________________________________________________

82,6% des embauches en 2013 étaient des Contrats à durée déterminée (CDD), un record depuis 15 ans. Un chiffre qui en dit long sur la précarité de l’emploi en France et une situation qui ne cesse de se détériorer puisqu’en 2000, les CDD représentaient moins de 68% des embauches.

courbeCDD.jpg

________________________________________________________________________________________________________

39,6 heures, c’est la durée moyenne réelle du travail en France. On est loin des stéréotypes qui voudrait faire passer les salariés de France pour des privilégiés, travaillant peu...

CHIFFRE-CLE-5.png

________________________________________________________________________________________________________

Au sein de l'Union Européenne, certains Etats membres ont depuis des années baissé considérablement leur taux d'imposition sur les bénéfices non réinvestits des sociétés (les dividendes) afin d'être le plus attractif possible pour les entreprises. C'est ce qu'on appelle le dumping fiscal. L'Irlande a ainsi baissé son taux de 12% et tous les autres Etats ont dû fire autant pour ne pas subir de délocalisations massives.

Résultat, le taux moyen d'impôts sur les bénéfices des sociétés est de 25% aujourd'hui en Europe contre 40% aux Etats-Unis !

Et jamais il n'y a eu autant de bénéfices réalisés, jamais l'impôt sur les bénéfices n'a été aussi faible. C'est le monde à l'envers.

chiffres-cles-6.jpg

__________________________________________________________________________________________

Ces chiffres et une partie des commentaires sont issues du site "Nouvelle Donne". Ceci est un partage de l'information, cela ne signifie pas que notre syndicat est en accord avec les solutions proposées ou évoquées par "Nouvelle Donne".

La page des chiffres clés est ici

Repost 0
Published by FO 3M France - dans InFO
commenter cet article