Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 07:21

Jean-Claude Mailly, secrétaire générale de Force Ouvrière, a critiqué mercredi sur Europe 1 les demandes de réforme de la Commission européenne.

"Les annonces de Bruxelles sont plus que des conseils. Ce qu'ils exigent, c'est le retour aux 3 % de déficit en 2015. La Commission européenne dit 'on vous donne deux ans de plus, mais par contre, il va falloir que vous fassiez ces réformes, et ont va les surveiller.' D'une certaine manière, la Commission européenne écrit la partition, le gouvernement est chargé de la jouer."

Pour Jean-Claude Mailly, la réponse de François Hollande, qui avait affirmé un peu plus tôt que

"Les annonces de Bruxelles sont plus que des conseils. Ce qu'ils exigent, c'est le retour aux 3 % de déficit en 2015. La Commission européenne dit 'on vous donne deux ans de plus, mais par contre, il va falloir que vous fassiez ces réformes, et ont va les surveiller.' D'une certaine manière, la Commission européenne écrit la partition, le gouvernement est chargé de la jouer."

Pour Jean-Claude Mailly, la réponse de François Hollande, qui avait affirmé un peu plus tôt que "la Commission n'a pas à dicter ce que nous avons à faire", n'est "que de la communication" : "Les deux ans sont accordés avec des engagements de réforme. Ce n'est pas un hasard si le gouvernement explique que le dossier des retraites doit être bouclé cet automne. C'est pour répondre à ce que demande Bruxelles. Il n'y a pas de différence entre ce que demandent François Hollande et José Manuel Barroso (le président de la Commission, ndlr)"

A lire aussi : link

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 06:47

 prof foi 1pro foi 2

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 06:09

LA CSI DÉNONCE L’INERTIE DES GOUVERNEMENTS DEVANT LES ACCIDENTS MORTELS DU TRAVAIL

Article paru dans FO Hebdo 3075

Chaque année, près de deux millions de travailleurs meurent des suites d’une maladie professionnelle et près de 360.000 d’un accident du travail.

«L’année 2013 livre un bilan accablant en termes d’accidents du travail ayant entraîné la mort», dénonce la CSI (Confédération syndicale internationale) qui, le 28 avril dernier comme chaque année, a organisé avec l’OIT (Organisation internationale du travail) une «Journée internationale de commémoration des travailleurs morts et blessés au travail». Tragique ironie du sort, cinq jours auparavant un immeuble abritant plusieurs ateliers de confection s’était effondré à Savar, au Bangladesh, provoquant la mort de 550 ouvriers.

Pour la CSI, l’organisation d’une journée de commémoration internationale, marquée par diverses initiatives dans une centaine de pays (arrêts de travail, rassemblements, manifestations, sessions de formation...), a pour objectif d’attirer l’attention sur «le rôle crucial joué par les syndicats, une réglementation forte et l’application effective de la loi pour garantir des lieux de travail plus sûrs».

Selon les statistiques officielles, qui sous-évaluent la réalité, près d’un million de travailleurs et de travailleuses sont blessés chaque jour au travail. On compte chaque année 360.000 accidents du travail mortels, mais aussi près de deux millions de décès liés aux maladies professionnelles. Selon les estimations de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), la présence d’amiante provoque encore le décès de quelque 107.000 personnes chaque année.

«Que font les gouvernements? interroge et s’indigne Sharan Burrow, Secrétaire générale de la CSI. Ne se rendent-ils pas compte que quand des travailleurs sont amenés, jour après jour, à devoir choisir entre leur propre vie et la subsistance de leur famille, c’est d’un échec systémique qu’il s’agit?»

Le cas du Qatar, où se déroulera la Coupe du monde de 2022, est mis en avant par la CSI pour démontrer à quel point l’existence de syndicats est déterminante pour combattre l’insécurité au travail. Dans ce pays où les travailleurs migrants ne jouissent d’aucun droit, surtout pas celui de se syndiquer, des centaines d’entre eux perdent leur vie chaque année en travaillant et le bilan des morts et des blessés ne cesse de s’alourdir au fur et à mesure que s’intensifient les préparatifs de la Coupe du monde.

Mais la situation dans les pays les plus développés, y compris en termes de réglementation, est loin d’être satisfaisante. Au nom de la compétitivité, mais aussi de la réduction du déficit public, constate la CSI, les gouvernements imposent des plans d’austérité qui affaiblissent progressivement des instruments de régulation vitaux pour la protection des travailleurs et de leurs familles. "Au lieu de procéder à des coupes drastiques dans les prestations sociales et les services publics, conclut Sharan Burrow, les dirigeants devraient accorder plus d’attention aux pertes phénoménales encourues par l’État lorsqu’il permet à ce massacre de perdurer et privilégier la prévention et l’application effective d’une réglementation robuste en matière de santé et de sécurité."
 
 
Partager cet article
Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 07:01

Loin des promesses de Christine Lagarde lors de la fusion des Assedic et de l'ANPE, les chiffres de dossiers par agent ne permet absolument aucun suivi sérieux des salariés sans emploi.

Le Parisien a publié dernièrement les statistiques officielles de Pôle Emploi.

On remarque, entre autre, la difficulté du Val d'Oise qui a la moins bonne moyenne de toute l'Ile de France. La promesse lors de la fusion Assedic/ANPE était de 50 à 60 chômeurs par agents... Mais les promesses, d'ici ou d'ailleurs n'engagent que ceux qui y croient...

 

pole-emploi-chiffres-france.jpg

 Source : http://www.leparisien.fr/event/pole-emploi_chiffres.php

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 18:31

Ce 13 mai, J.C. Mailly était l'invité de C+

 

«Il y a quelques dossiers qui ne vont pas être faciles», a estimé Jean-Claude Mailly sur Canal+, quelques heures avant d'être reçu à Matignon pour préparer le rendez-vous des 20 et 21 juin.

Outre le dossier des retraites, le prochain sommet social sera l'occasion d'aborder «toute une série de dossiers conflictuels», a-t-il estimé, en citant «la question du pouvoir d'achat, la question du service public et la question de l'emploi bien entendu».

Pour assurer le financement des retraites, «il n'y a aucune raison qu'on augmente encore la durée de cotisation, elle est déjà en augmentation trop forte selon nous. On est partisans même d'une réduction de cette durée», a déclaré M. Mailly. Si on l'augmente, les générations futures de retraités «partiront avant, avec une décote», a-t-il fait valoir.

«L'espérance de vie en bonne santé depuis le début de la crise a diminué d'un an en France, 62 ans pour les hommes, 63 ans pour les femmes. Et on va continuer à faire travailler plus longtemps. Ce n'est pas possible», a souligné le chef de file de FO.

Un éventuel bras de fer dans la rue avec le gouvernement sur le dossier des retraites «n'est pas exclu, ça dépend de ce que le gouvernement entend faire».

Pour M. Mailly, «le gouvernement s'est mis dans la seringue de l'austérité» avec le pacte budgétaire européen. «Tant qu'on n'aura pas une croissance économique plus forte, le chômage ne va pas diminuer. Il faut une autre politique», a-t-il déclaré. (Source AFP)
Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 09:11

Les faits :

Trois médecins du travail sont confrontés à des plaintes auprès du conseil de l'Ordre des médecins déposées par des entreprises qui souhaitent faire invalider des certificats médicaux établis par eux, au sujet de la santé psychique de salariés.

Ces trois médecins du travail sont les docteurs Delpuech exerçant dans l'Ain, Huez et Berneron d'Indre-et-Loire,

Le Dr Dominique Huez, qui travaille à la centrale nucléaire de Chinon, est convoqué mardi 7 mai devant une commission de conciliation de l'Ordre des médecins d'Indre-et-Loire à Tours, pour y rencontrer des avocats du plaignant, un sous-traitant d'EDF.

Un des deux autres médecins poursuivis, le Dr Elizabeth Delpuech de Bourg-en Bresse, a déjà reçu un blâme de son Ordre départemental et a fait appel devant le conseil national.

La cause :

Comment l’employeur peut-il remettre en cause l’avis médical d’un médecin du travail ?
Cela a été rendu possible par la modification par décret du code de la santé publique.
Le Décret n° 2010-344 du 31 mars 2010 du code de la santé publique fait entrer le mot « notamment » dans le texte de loi. Ainsi, alors que le patient seul pouvait auparavant porter plainte auprès du conseil départemental de l’ordre des médecins, le simple mot « notamment » a ouvert la porte aux employeurs qui s’y engouffrent.

Alors que l’employeur est tenu à une obligation de résultats en matière de santé au travail, la possibilité pour ceux-ci de porter plainte auprès du conseil de l’ordre des médecins va modifier profondément les pratiques.

Que restera-t-il aux médecins du travail comme indépendance pour délivrer un certificat ?

L’ordre des médecins sera-t-il complice de la détérioration de l’état de santé des salariés ?

N’est-ce pas pour l’employeur une manière de contourner ses obligations de protection et de santé au travail ?

Ce décret (donc passé sans vote parlementaire et en catimini par le gouvernement précédent) est une nouvelle inversion normative qui remet en cause les droits des salariés.

D’autres inversions normatives, issues de la transposition de l’Accord National Interprofessionnel de janvier 2013 vont venir s’ajouter et faire perdre des droits aux salariés. Pour ces derniers, ce sera sous le gouvernement actuel et avec la complicité des centrales syndicales CFDT, CFTC et CFE-CGC.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 20:50

 Comme régulièrement hélas, une liste des plans de licenciements du mois.

(lire aussi sur ce même sujet en mars : Ici et en décembre ici)

 

Certains plans de licenciements sont annoncés le 1er mai, jour de la fête du travail… Aucun scrupule…

 

- Telemarket, le plus ancien livreur de courses à domicile (lancé en 1985 avec la vague Minitel) vient d'être placé en redressement, victime de la crise. Une centaine de salariés sur la sellette. lire ici

 

-Le tribunal de Nancy a donné la liquidation judiciaire des librairies Stanislas de Nancy et de Lunéville ... 10 personnes iront à Pole Emploi.

- Le groupe Ducher avec 6 librairies papeteries et 90 salariés a été placé en redressement judiciaire par le tribunal de Bar le Duc.

* Rappel: les Librairies Chapitre en mobilisation à Paris contre les 271 suppressions de postes, lire ici -

Confirmation: le groupe textile Albany va virer au total 200 personnes en France sur deux sites. lire ici

 - Le Portugal va virer 30.000 fonctionnaires . Lire ici

 - Les fonctionnaires portugais qui ne seront pas virés passeront de 35 heures à 40 heures semaine et l'âge du départ à la retraite à taux plein passe de 65 à 66 ans. Lire ici

  - Pire que prévu: Phonehouse fermera toutes ses boutiques dans 7 mois, 1200 salariés virés, sans parler des sous-traitants,

  - Edison (l'Edf de Californie) vire 730 salariés de plus. Lire ici

 - Harris Corp a annoncé le 1 mai qu'il virait 400 ingénieurs et salariés .Lire ici

- Ecolab vire 500 salariés. Lire ici

- Rose Garden à Portland vire 900 personnes. Lire ici

- Festo, sous-traitant automobile va virer 125 personnes sur 250 aux Etats Unis. Lire ici

- Sutter Health vire 170 personnes. Lire ici

- BuySeasons, vêtements sur le web vire 90 personnes. Lire ici

- Le bureau du travail de Pennsylvanie vire 100 personnes le 1er mai. Lire ici

- Le papetier américain The Boise Inc. va virer 265 ouvriers. Lire ici

- Les helicoptères Bell virent 140 ingénieurs. Lire ici

- Duke vire 585 jobs salariés de la centrale nucléaire Crystal River. Lire ici

- Medtronic, équipements médicaux, vire 230 ingénieurs de plus. Lire ici

- Caterpillar vire 300 salariés de plus (ça n'en finit plus...). Lire ici

- Tower International, défense, vire 190 ingénieurs. Lire ici

- Confirmation, hélas: 20.000 militaires virés de l'Armée française. Lire ici

- Forte chute des offres en travail temporaire en mars, Lire ici 

- Fermeture définitive de SI Group chimique à Ribécourt. Lire ici

- Straumann en Suisse vire 200 personnes. Lire ici

- Sidérurgie: Valtimet (Vallourec) annonce la suppression de 32 emplois en Côte-d'Or. Lire ici

- Le Rectorat d'Amiens va supprimer tous les postes d'assitants pédagogiques de Picardie. Lire ici

- Osisko supprime environ 45 emplois. Lire ici

- Rio Tinto supprime encore des emplois de bureau à Londres et Johannesburg. Lire ici

- La Poste suisse va supprimer 61 postes.

- Allons-y gaiement. Air France pourrait supprimer de nouveaux postes. Lire ici

- Un plan de 700 départs volontaires chez Peugeot, lire ici

- L' équipementier automobile Godart, situé à Fumay, est menacé de fermeture, il y a 81 emplois menacés.  Lire ici

Et ce n'est qu'une faible partie des plans annoncés sur le derniers mois.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 09:12

Du Mur des Cons du syndicat de la Magistrature aux sanctions demandées par le Syndicat CGT de France3, un problème d'indépendance du syndicat sur la pensée politique.

 

Le Syndicat de la Magistrature :

 

Un syndicat corporatiste, le syndicat de la Magistrature,  vient de se faire épingler par un journaliste de France 3.
Clément Weill-Raynal a filmé dans le local syndical ou il avait été autorisé à entrer pour réaliser l’interview de la Présidente du Syndicat de la Magistrature, Françoise Martres, un « mur des cons ».

 

La mise en place d’un « Mur des Cons » par des magistrats n’est pas une blague de potache.
Un syndicat quel qu’il soit se doit être apolitique (ou devrait l’être, mais c’est tellement rare…) Le syndicat de la Magistrature devrait l’être encore plus.

A l’égard du personnel politique : Il devrait y avoir autant de cons à gauche qu’à droite ou qu’au centre ? Là, le syndicat des magistrats axe clairement l’échiquier politique en fonction de sa « pensée politique », les cons sont clairement à droite. D’où un problème d’indépendance vis-à-vis du personnel politique.

 

Au delà du personnel politique, il y a plus grave : Parmi les cons, figurent deux pères de victimes qui ont eu l’outrecuidance de critiquer les dysfonctionnements de la justice dont Philippe Schmitt dont la fille, Anne-Lorraine, a été tuée après que des magistrats aient remis en liberté un multirécidiviste. Le syndicat de la magistrature en plus de n’être pas neutre politiquement, catégorise dans les cons, les personnes qui ont un débat critique sur le fonctionnement de la justice.

 

La Garde des sceaux, Christine Taubira, voulant jouer l’apaisement, a saisi le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM). Béatrice Brugère, secrétaire adjointe de F.O. Magistrat, syndicat minoritaire dans la branche, s’étonne de ce choix puisque le CSM est composé de membres du Syndicat de la Magistrature (SM) et de membres de l’Union Syndicale de la Magistrature (USM).
Pour elle, la solution ne peut pas être trouvée en interne.

 

Le Syndicat CGT-SNJ (Syndicat National des journalistes) :

 

Ce syndicat demande à la Direction de France3 des sanctions sur Clément Weill-Raynal.
Ce syndicat qui devrait défendre un salarié de sa corporation préfère au contraire, demander des sanctions !
Et la Direction de France3 d’entamer aussitôt une procédure disciplinaire sur le journaliste…

 

Que lui est-il reproché ?

Le SNJ "rappelle que l'utilisation d'images volées dans un lieu privé, en l'occurrence les locaux du SM, est contraire à la déontologie professionnelle la plus élémentaire".

 

Mais où était donc le Syndicat CGT-SNJ lorsque l’émission « Les Infiltrés » a été diffusé ?

Où était-il lorsque des réunions internes de partis politiques (FN et UMP) étaient filmées en caméras cachées ?
Ce qui le dérange ce syndicat, n’est-ce pas plutôt que ce sont les pratiques d’un autre syndicat qui sont dénoncées ?

Les deux Syndicats, SNJ-CGT et SM, ne brillent pas par leur indépendance alors que les professions qu’ils représentent sont des pouvoirs reconnus.
Il y a une déontologie dans ces professions, ces deux syndicats devraient aussi en appliquer une dans le fonctionnement de leurs instances !

 

 

 

libre-independant.jpg

Partager cet article
Repost0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 08:32

hausse-du-chomage-mykaia.jpgLe record du nombre de chômeurs qui datait de janvier 1997 est tombé.

C’est le 23ème mois consécutif de hausse du chômage.
11 mois sous l’ancien gouvernement et 12 mois sur le nouveau.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les mêmes politiques économiques crées les mêmes maux.

Changer les têtes et les cerveaux pour en mettre d’autres qui ont les mêmes dogmes économiques ne sert à rien. Economiquement, ce n’est plus de changement que la France et l’Europe ont besoin, mais d’une rupture.

Demandeurs d’emploi en France métropolitaine 

Catégorie A : 3 224 600 (+11,5% en 1 an)
Catégories B et C : 1 516 500 (cat B : +12,7%  / 1 an -  Cat.C : + 2,3% / 1 an)
Catégories D et E : 607 400 (Cat. D : -1,6 %  / 1 an - Cat. E :  – 0,3% / 1 an)

Le rapport de la DARES est : ici 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 19:15

Ce mercredi a commencé la mise à mort de l'appareil productif d'Arcelor-Mital de Florange. La vingtaine de délégués Force Ouvrière ont déposé une stèle en mémoire des promesses non tenues et de la trahison.

"Cette stèle est le symbole des promesses non tenues de Hollande et du manque de courage du gouvernement qui a capitulé face à Mittal", a déclaré à cette occasion Frédéric Weber, de FO.

"Notre usine, ici derrière nous, était maintenue dans un coma artificiel depuis des mois. Ce matin, ils ont coupé les machines, et à partir de maintenant les hauts-fourneaux ne respirent plus", a ajouté un autre délégué FO, Walter Broccoli.

En haut de la stèle déposée à l'une des entrées de l'usine, le mot trahison a été gravé en lettres capitales dans le marbre, suivi de la phrase "Ici reposent les promesses de changement de François Hollande faites aux ouvriers et à leur famille".


stele-FO-Florange.jpg

 ( photo : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Une stèle similaire avait été érigée à Gandrange pour enterrer les promesses non tenues de Nicolas Sarkozy. 

Les mêmes politiques économiques entrainent les mêmes maux, qu'importe les hommes qui les portent...

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 15:40

La grande majorité des salariés du commerce n'accepte de travailler le dimanche, que pour améliorer les salaires. Le commerce est le secteur ou il y a le plus d'emplois à temps partiel et donc de smic amputés...

Les patrons du commerce prétendent vouloir préserver ainsi l'emploi, mais investissent dans des caisses automatiques... Chercher l'erreur....

Ne soyez plus un consommateur du dimanche ...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 15:31

ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU MERCREDI 17 AVRIL 2013

L’affaire dite «Cahuzac» conduit à mettre en lumière les questions de fraude fiscale et de paradis fiscaux d’une manière générale. Des sommes importantes sont citées. Ainsi, on estime à 50/60 milliards d’euros annuels ce qui échappe au budget en France. Soit l’équivalent de la réduction des dépenses publiques annoncée pour cinq ans par le gouvernement!

Le chiffre de 1.000 milliards d’euros est évoqué pour l’évasion fiscale dans la zone euro.

Force est de constater –et personne ne le nie– que ces paradis fiscaux existent toujours et qu’en profitent des entreprises, des banques et des particuliers fortunés, toutes celles et ceux qui appellent à la réduction des dépenses publiques et à la rigueur/austérité!

Ces paradis fiscaux ne sont pas uniquement situés sur des îles exotiques. Il s’agit aussi d’un État des États-Unis (le Delaware), du Luxembourg, de la Suisse, de Jersey, Guernesey, etc. Ces trous noirs de la fiscalité sont donc aussi au cœur de la zone euro.

Y mettre fin est donc une urgence qui appelle une détermination sans faille aux niveaux international, européen et national. Et ce n’est pas gagné, compte tenu de la pratique de dumping fiscal inhérente au capitalisme financier et libéral.

C’est la logique d’un système qui est en cause, logique qui s’est développée dans les années 1980 avec son cortège de libéralisation, de privatisation, de déréglementation et qui a conduit à l’éclatement de la crise en 2007.

Les marchés financiers ont dicté la conduite des gouvernements. Ces derniers ont même renfloué à coups de milliers de milliards les banques et établissements financiers, conduisant à une augmentation importante des dettes publiques. Dettes qu’il faudrait réduire aujourd’hui en imposant à tous l’austérité!

Il est donc urgent de casser ce cercle vicieux en délibéralisant et en réglementant.

Le fait que quelques ministres mettent publiquement en cause l’austérité est un élément intéressant même si, pour autant, le président et le Premier ministre confirment la politique économique actuellement suivie...

Le social-libéralisme a la vie dure. Les débats sur les allocations familiales en sont une illustration. L’objectif n’est pas de s’interroger sur la nature des allocations (politique de sécurité sociale ou politique publique), mais bien de faire 2 milliards d’économie, ce qui conduirait à pénaliser ceux que d’aucuns appellent les classes moyennes.

Quand la politique monétaire relève d’une Banque centrale indépendante, quand la politique budgétaire s’inscrit dans un pacte budgétaire contraignant sur le plan européen, le social au sens large devient la principale variable d’ajustement. D’où la réduction des dépenses publiques et sociales, la flexibilité accrue, la pression sur les salaires.

C’est aussi pourquoi le 9 avril nous avons réaffirmé notre opposition au projet de loi dit de sécurisation de l’emploi.

Le patronat n’a pas tort de dire que ce projet n’a fait que grignoter l’ANI du 11 janvier. Mais cela signifie que les députés n’ont pas une grande faim sociale.

Nous continuerons donc à dénoncer la flexibilité sociale qui accompagne la rigidité économique. En toute liberté et avec détermination.
Partager cet article
Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 15:20

 

Article paru dans FO Hebdo 3072

Si la consommation en France a baissé en 2012, elle a carrément chuté au premier trimestre 2013 selon différentes études répercutées par une presse qui ne cache pas son inquiétude.



Les Échos:
«Un smartphone et une tablette de chocolat. En cette période de crise, seuls quelques rares produits échappent aux restrictions que s’imposent les consommateurs français.» Résultat: «La consommation, dernier moteur de la croissance française, est tombée en panne. Derrière les inflexions macroéconomiques apparemment légères constatées par l’Insee, se cache un effondrement des ventes depuis le début de l’année pour de nombreux secteurs de consommation courante pour les ménages.»

Le Figaro:
Et on se serre littéralement la ceinture puisque «si l’alimentaire a résisté à la crise l’an passé, il s’enfonce à son tour dans la récession depuis cet hiver. “Les hypers et supermarchés sont pour la première fois dans le rouge depuis 2008 avec un recul des volumes de 0,2% de décembre à fin février”, constate Jacques Dupré, directeur Insight chez IRI, qui analyse les tickets de caisses.

L’Usine Nouvelle:
«2013 ne devrait pas être meilleure. L’ANIA (Association nationale des industries alimentaires) prévoit une stagnation du chiffre d’affaires, à +0,5%, un recul de la production industrielle de 1% et 5.000 suppressions de postes sur le premier semestre.» À trop amaigrir, à la fin les Caddie ne se remplissent plus.

Le Monde:
Et là, on tape dans le dur: «En 2012, l’industrie agroalimentaire est restée le premier secteur industriel français avec un chiffre d’affaires total de 160,9 milliards d’euros, en progression de 2,3%, selon le bilan annuel publié mardi 16 avril par l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA). Son solde commercial atteint 9,2 milliards d’euros, porté par les vins et spiritueux.» En France, on n’a pas de pétrole mais...

Le Parisien
Reste que la voiture «est désormais le deuxième poste budgétaire du foyer, juste derrière le logement, et devant l’alimentation. D’après les données recueillies par l’association Automobile Club, le budget annuel consacré à la voiture a flambé en cinq ans, alors même que les Français roulent moins... pour faire des économies». Rouler moins pour payer plus.

Challenges
On peut choisir de rester chez soi, un endroit pas vraiment donné: «Les locataires considèrent que cette dépense pèse de plus en plus lourd sur leur budget. Ils sont effectivement 60% à considérer que la part des revenus du foyer consacrée au logement est trop importante. Ce chiffre était de 45% l’année dernière.»

20 minutes
Résultat: «Par rapport à 2012, les locataires accentuent les arbitrages au détriment de leur épargne (+11% par rapport à 2012), des dépenses de loisirs (+9%), des vacances (+6%) et des dépenses d’amélioration du logement (+11%). De plus, près des deux tiers des locataires déclarent que le budget logement a un impact important sur leurs dépenses alimentaires et sur celles consacrées à l’habillement.» Bref, ils se serrent la ceinture.

Nota F.O. 3M : Monde un peu fou, axé sur la consommation, où ceux qui s'engraissent en faisant des marges sur des produits manufacturés sont également ceux qui diminuent le pouvoir d'achat des salariés consommateurs...
 
Partager cet article
Repost0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 06:21

Attachez vos ceinture qu'il disait....

L'ANI dans sa version loi arrive à grand pas à 3M.

Depuis un mois, pas une réunion en centrale.
La Direction affuterait-elle ses couteaux ?

 

521480 10151435156874313 2000837228 n

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 18:36

L’abandon de la classe ouvrière…

 

Avec la fermeture des derniers hauts fourneaux de France, c’est la validation de l’abandon des ouvriers par le pouvoir  politique.

 

Après Gandrange et la trahison du pouvoir précédent, c’est Florange et la trahison du pouvoir actuel.

 

"C'est une journée de deuil", a déclaré le délégué FO, Walter Broccoli. "On a perdu, le gouvernement nous a trahis, Mittal a gagné."

 

Pour tous ces dirigeants, beaux parleurs, diffuseurs de promesses, l’industrie, c’est déjà du passé. Seule  la finance trouve grâce à leurs yeux. Ils admirent l’industrie Allemande et sacrifient la notre.

 

Comment exprimer autre choses que du dégout…

 

Les hauts fourneaux près de Saint-Etienne ont fermé il y a déjà pas mal d’années. Leurs fermetures ont inspiré Bernard Lavilliers qui y avait travaillé… « Mains D’Or ».

Bravo aux Camarades de Florange pour leur combat !

Un grand soleil noir tourne sur la vallée
Cheminée muettes - portails verrouillés
Wagons immobiles - tours abandonné
Plus de flamme orange dans le ciel mouillé

On dirait - la nuit - de vieux châteaux forts
Bouffés par les ronces - le gel et la mort
Un grand vent glacial fait grincer les dents
Monstre de métal qui va dérivant

J'voudrais travailler encore - travailler encore
Forger l'acier rouge avec mes mains d'or
Travailler encore - travailler encore
Acier rouge et mains d'or

J'ai passé ma vie là - dans ce laminoir
Mes poumons - mon sang et mes colères noires
Horizons barrés là - les soleils très rares
Comme une tranchée rouge saignée rouge saignée sur l'espoir

On dirait - le soir - des navires de guerre
Battus par les vagues - rongés par la mer
Tombés sur le flan - giflés des marées
Vaincus par l'argent - les monstres d'acier

J'voudrais travailler encore - travailler encore
Forger l'acier rouge avec mes mains d'or
Travailler encore - travailler encore
Acier rouge et mains d'or

J'peux plus exister là
J'peux plus habiter là
Je sers plus à rien - moi
Y'a plus rien à faire
Quand je fais plus rien - moi
Je coûte moins cher - moi
Que quand je travaillais - moi
D'après les experts

J'me tuais à produire
Pour gagner des clous
C'est moi qui délire
Ou qui devient fou
J'peux plus exister là
J'peux plus habiter là
Je sers plus à rien - moi
Y'a plus rien à faire

Je voudrais travailler encore - travailler encore
Forger l'acier rouge avec mes mains d'or
Travailler encore - travailler encore
Acier rouge et mains d'or...
 
Partager cet article
Repost0
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 06:24

Société Générale va virer entre 600 et 700 salariés... " lire ici Capital.

- La Bank of America a viré 469 personnes dans son siège de Newark et 1.320 dans l'Etat de New York lire ici New Jersey.com et ici Fox news

- La Roma Bank vire 57 salariés lire ici New Jersey.com

- Barclays Bank va virer 243 personnes en France lire les échos, -

La distrubution automobile craint 15.000 supressions d'emplois lire ici Reuters ,

- Les gâteaux Papy Brossard cassent leur pipe, et 90 salariés risquent de se retrouver à Pôle Emploi lire ici ,

- Les polos Lacoste licencient en Espagne lire ici le Monde ,

- US Cellular vire 600 personnes lire ici Chicago Business

- Caterpillar va virer 460 salariés de plus lire ici Chicago Business

- Bls Cargo (transit ferroviaire entre Italie et Allemagne via la Suisse) licencie du personnel "car une dizaine d'aller-retours par trains ont été supprimés par jour, signe d'un gros ralentissement du commerce intra européenlire ici Le Nouvelliste

- Thomas Cook France va virer 150 salariés et supprimer la marque Thomas Cook pour ne garder que Jet Tours, lire ici le Journal du Net ,

- Aprochim (groupe Chimirec) va supprimer 21 emplois lire ici Le Maine Libre ,

- Saintronic pourrait licencier 47 salariés lire ici Sud Ouest ,

- La société d'éoliennes Novéol tombe, avec 9 personnes, lire ici ,

- Walt Disney ferme sa société Lucas Art avec 150 licenciements lire ici Kotaku ,

- Licenciement de 40 personnes dans l'industrie du jeu vidéo chez High Moon lire ici Jeux Video ,

- Moncigale supprime 74 postes lire ici les Echos ,

- Darty va fermer ses 43 magasins en Espagne, 650 emplois vont disparaître lire ici le Monde ,

- Sega ferme ses studios en Australie lire ici jeux Videos ,

- Il était une fois en Picardie: alors que le Conseil régional de Picardie, comme chaque année, célèbre le printemps de l'industrie, à grand coût de communication, c'est plutôt en hiver que se situe l'industrie. Le mois de mars 2013 a enregistré de multiples plans sociaux. -

Le 1er mars, les 60 derniers salariés de l'ex-entreprise STILL à Montataire ont été licenciés. -

Le 13 mars, les 117 salariés de Juy SA à Crépy-en-Valois ont été licenciés.

- Le 15 mars, le 242 salariés de Merck à Eragny-sur-Epte ont reçu leur lettre de licenciement. -

Le 27 mars, 320 employés de l'usine Goss de Montataire sont menacés par une fermeture envisagée par le propriétaire du groupe Shangai Electric.

Ce désastre économique s'accompagne bien sûr d'un véritable désastre social et humain dans un département où le chômage ne cesse de grimper plus vite que la moyenne régionale et nationale. lire ici ,

- Finmeccanica ferme 25 usines et supprime plus de 2.500 emplois lire ici Reuters ,

- Gascogne Woods supprime 23 emplois lire ici ,

- Walt Disney va licencier dans sa division de produits dérivés et de ses studios d'animation lire ici Morandini ,

- La chaîne de restaurants américains Texas De Brazil va virer 85 personnes pour compenser le manque de clients lire ici Chicago Business

- Aar Mobility Systems vire 130 personnes et Ansell HwakEye (defense) lire ici Ipr Radio et ici Wcbi.

- Briljent Communication licencie 100 salariés sur 200 lire ici Ibj.com

- Kmart licencie 76 personnes avec le début de fermeture de magasins lire ici Chicago Business

- Ciba Vision Corp va virer 260 personnes lire ici Chicago Business

- Laval. 56 emplois sont menacés à l'association familiale d'aide à domicile lire ici Ouest France ,

- Le New York Observer vire 11 journalistes lire ici WWD

- Fisker Automotive va virer 75% de ses salariés, soit 150 salariés lire ici CNN Money

- United Space Alliance licencie 68 autres ingénieurs lire ici Floriday

 

- Vlaemynck, mobilier de jardin, terrasses et piscines, a été placé en redressement judiciaire. lire ici La Voix du Nord ,

- Tecumseh Europe vire 62 personnes lire ici le Dauphine ,

- Rhône-Alpes: le bâtiment craint une perte de 4.000 emplois en 2013 lire ici Lyon Pole Immo

 

La litanie des plans de licenciement n'a pas besoin de commentaire....

Partager cet article
Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 12:22

Vous avez largement reconnu le bilan positif de l'équipe sortante.

Défense des salariés, présence terrain, très bonne gestion du C.E.

Merci à tous pour vos votes.

                 
  C.E 1er collège     D.P. 1er collège    
    Titulaires     Titulaires  
  F.O. 68,42%   F.O. 68,42%
  C.F.D.T. 31,57%   C.F.D.T. 31,57%
C.E 1er collège   D.P. 1er collège  
  Suppléants     Suppléants  
  F.O. 68,81%   F.O. 68,42%
  C.F.D.T. 31,18%   C.F.D.T. 31,57%
C.E 2ème collège   D.P. 2ème collège  
  Titulaires     Titulaires  
  F.O. 71,01%   F.O. 71,01%
  C.F.D.T. 28,98%   C.F.D.T. 28,98%
C.E 2ème collège   D.P. 2ème collège  
  Suppléants     Suppléants  
  F.O. 72,06%   F.O. 60,86%
  C.F.D.T. 27,94%   C.F.D.T. 39,13%
C.E 3ème collège   D.P. 3ème collège  
  Titulaires     Titulaires  
  F.O. 33,33%   F.O. 35,48%
  C.G.C. 66,66%   C.G.C. 64,51%
C.E 3ème collège   D.P. 3ème collège  
  Suppléants     Suppléants  
  F.O. 35,48%   F.O. 35,48%
  C.G.C. 64,51%   C.G.C. 64,51%  
                 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 23:56

/// ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU MERCREDI 20 MARS 2013

Le Bureau confédéral a décidé, à l’unanimité, de signer l’accord sur les retraites complémentaires.

Comme les autres régimes sociaux, les régimes complémentaires sont victimes de la crise et de l’austérité qui plombent les recettes. Depuis quelques années, s’agissant des retraites complémentaires, nous puisons ainsi dans les réserves.

Les régimes paritaires, gérés par accord interprofessionnel entre syndicats et patronat, sont donc en difficulté financière. Ne rien faire, c’est se retrouver sans réserves en 2016 à l’AGIRC, en 2019 à l’ARRCO. Ce qui imposerait soit une baisse drastique des pensions versées, soit la fin des retraites complémentaires, deux schémas inacceptables. Ne rien faire, c’est ouvrir en grand la porte à une réforme globale ou systémique des retraites, ce à quoi nous somme opposés.

Dans ce contexte, tout le monde comprend que la négociation a été difficile.

Le patronat demandait un gel sur trois ans des pensions et un relèvement du taux d’appel (une augmentation de la cotisation n’ouvrant aucun droit aux retraités futurs).

Par principe, il refusait toute augmentation du taux dit contractuel, celui qui ouvre des droits. Lors de la dernière négociation en 2011 nous n’avions pas réussi à obtenir une augmentation, même modeste, des cotisations, ce qui, au passage, a aggravé la situation financière des régimes.

Au final, nous finissons par obtenir sur trois ans:

- une augmentation de la cotisation contractuelle (+0,1 point en 2014, puis +0,1 point en 2015), répartie 60/40 entre employeurs et salariés, ces augmentations étant pérennes;

- pas d’augmentation du taux d’appel;

- un maintien du rendement (ce à quoi donnent droit les cotisations);

- la garantie de l’AGFF jusqu’en 2018;

- une mensualisation du versement des entreprises, générant des recettes pour les régimes.

Reste l’évolution des retraites. Nous avons accepté une revalorisation temporaire un peu moins forte par rapport à l’inflation.

Ce n’est pas la première fois. Dans les années 1994 à 1997 ce fut déjà le cas, y compris à l’époque avec deux années de gel pour l’AGIRC.

D’aucuns en tirent pour conséquence que le gouvernement pourrait s’en inspirer pour les retraites de base (ce qu’il n’avait d’ailleurs pas fait dans les années 1990). Nous ne sommes pas d’accord, tout simplement parce que les plus petites retraites sont dans le régime de base (retraite maximale de 1.400 euros mensuels), les retraites complémentaires, comme leur nom l’indique, viennent en complément!

Ce qui peut valoir pour elles temporairement ne le vaut donc pas pour les retraites de base.

S’agissant des retraites complémentaires, contrairement à ce qu’on lit ou entend ici et là, il n’y a ni baisse des pensions, ni gel.

Concrètement en 2013:

- Pour la plus petite retraite ARRCO, il y aura une revalorisation mensuelle inférieure à 42 centimes à ce qui aurait pu être fait;

- Pour une retraite moyenne ARRCO, la différence sera de 1,82 euro;

- Pour une retraite AGIRC moyenne, l’écart sera de 3,82 euros.

Attachée au paritarisme –rempart contre l’étatisation et la privatisation–, attachée aux régimes par répartition, opposée à toute réforme dite systémique qui s’apparente à une implosion des régimes des retraites et pensions, Force Ouvrière prend en toute liberté de comportement ses responsabilités, comme elle l’a toujours fait pour assurer l’objectif de pérennité des retraites complémentaires.

D’une manière plus générale, il est clair que si en France comme en Europe nous ne sortons pas de la logique d’austérité, ce sont les services publics, les régimes sociaux, l’emploi qui seront de plus en plus menacés.

C’est ce que nous avons rappelé au rassemblement syndical à Bruxelles le 14 mars. L’austérité est suicidaire socialement, économiquement et démocratiquement.


Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 07:48

- La direction met tous les sujets sur orbite, on survole tout et l’on approfondit aucun des sujets à l’ordre du jour. -

Les organisations syndicales signataires de l’ANI du 11 janvier 2013 n’ont pas souhaité aborder ce sujet maintenant. Preuve qu’elles ne sont surement pas très fières de ce que leurs centrales « syndicales » ont pu signer. Pour autant, aucune d’elles ne semblent avoir protesté par écrit auprès de leurs centrales.

 Qui ne dit mot consent…

Emploi des séniors :

La Direction souhaite continuer son plan unilatéral avec la possible entrée en vigueur d’une mesure de mi-temps volontaire sur un an.

Nous avons remonté vos questions sur ce sujet :

- Les primes d’ancienneté, de 3x8, sont elles incluses dans la rémunération ?

- La gratification de fin d’année est-elle versée pour un montant plein ou est-elle amputée ?

- Que deviennent les congés payés ? Combien de jours obtenus par mois la dernière année ?

La Direction est dans le flou le plus total : Et comme disait une « Martine » célèbre « lorsque c’est flou, c’est qu’il y a un loup… »

Des résultats médiocres pour des objectifs médiocres :

A l’examen des trois années écoulées depuis la dernière « négociation plan sénior», qui n’en était pas une, le moins que l’on puisse dire, c’est que la Direction sait se fixer les objectifs les plus modestes.

Ainsi, les salariés les plus âgés qui sont partis en retraite depuis trois ans ont été naturellement remplacés dans la catégorie 55-60 par ceux qui en début de plan avaient entre 52 et 54 ans. Le nombre de sénior est donc stable, dans un effectif global qui est en constante diminution, puisque le gel des embauches perdure.

Avec ce simple glissement de la pyramide des âges, la Direction, sans aucun effort, arrive à ses objectifs.

Cette méthode fonctionnant parfaitement, la Direction l’a reprise pour le plan « égalité professionnelle ». Ainsi, au regard de la pyramide des âges, il y aura plus de salariés hommes qui partiront en retraite que de salariées femmes. Ce simple glissement permettra également à la Direction de rattraper les quelques points de pourcentage fixés unilatéralement dans son plan d’action « égalité professionnelle»

Contrat de génération :

La Direction est pressée par le temps et souhaite aborder vite et en survol, le contrat de génération. Si l’idée du tutorat entre un jeune et un futur retraité peut sembler sympathique, il semble difficile de l’appliquer chez 3M avec le gel des embauches,

On peut s’interroger plus globalement sur le rôle que doit avoir le partenariat social. Les législateurs, de tous bords politiques qu’ils soient, nous enferment dans des réunions à négocier la lutte contre l’exclusion du monde du travail : Egalité dans l’accès au travail selon le sexe, égalité au travail pour les séniors, égalité au travail pour les jeunes….

Et si le vrai problème était le manque de travail ?

Comment négocier dans l’entreprise 3M ce type d’accord alors que les effectifs fondent comme neige au soleil ?

Ce qui est aujourd’hui inacceptable, c’est que des entreprises comme 3M ne jouent plus le rôle social qu’elles devraient jouer. Elles remontent du cash et continuent de dégraisser les effectifs, au détriment des salariés restants dans l’entreprise, de délocaliser des productions.

Il n’est pas du rôle des organisations syndicales de choisir si le chômeur doit être jeune, sénior, entre deux âges, homme, femme…

La première des discriminations, elle est dans le fait d’avoir du travail ou pas !

C’est donc dans des revendications d’embauches que nous devons aller, et non dans la gestion des exclusions.

Une énième réunion ou il n'y avait rien à négocier et ou la Direction avait décidé de ne rien entendre.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 07:55

Pour la réunion centrale du vendredi 15 mars 2013, la Direction des Relations Sociales a mis à l’ordre du jour deux points :

 

·        Analyse des dispositions de l’Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013.

·        Contrats de génération / Révision  de l’accord sénior.

 

On ne peut que remarquer l’empressement de la Direction à vouloir se saisir de l’accord du 11 janvier 2013.

Les trois organisations signataires de cet accord scélérat, qui détricote des pans entiers du code du travail au profit des employeurs, sont présentes à 3M France S.A.S. : La C.F.D.T., la C.F.T.C. et la C.F.E.-C.G.C.

C’est dire si sur cet accord, la Direction joue sur du velours, puisqu’elle dispose de trois alliés potentiels.

 

Pour Force Ouvrière, il n’y a pas d’urgence à ouvrir le débat sur cet accord puisque les députés ne s’en sont pas encore saisis afin de le traduire dans le code du travail. Pour autant, la satisfaction annoncée de Laurence Parisot à la sortie du ministère du travail il y a deux semaines, laissait à penser que le pouvoir allait entériner une « bonne » part de cet accord ; la part la plus mauvaise pour le salariés.

 

Nous vous invitons à vous replonger dans les quatre pages distribués sur l’ensemble des sites de 3M France S.A.S. pour vous remémorer les méfaits de cet accord. Cliquez ici 

 

Et n’imaginez pas que la section C.F.D.T. 3M, la section C.F.E.-C.G.C. 3M ou la section C.F.T.C. 3M ne supportent pas cet accord. Les trois confédérations ont signé et ces signatures  engagent les sections syndicales dans les entreprises, y compris à 3M France !

 

Pensez-y lorsque vous donnerez votre voix lors des prochaines élections à 3M Tilloy ( le 27 mars), 3M Pithiviers ( le 26 mai) et 3M Beauchamp (début  juin).

 

Salariés, le patronat et les syndicats « réformateurs » veulent réformer sur votre dos !

Partager cet article
Repost0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 20:37

Attention : certains salariés ont eu la désagréable surprise de découvrir sur la feuille de paie de février que la mutuelle n’était pas au tarif habituel.

 

Pour un de nos syndiqués 406,50 € au lieu d’environ 36 € ordinairement.

 

Voir avec Mme Perraudin à Cergy ou avec la DRH du site pour signaler l’erreur.

 

Merci de nous remonter votre cas personnel via Gilles ou François ou en laissant sur cet article un commentaire (qui ne sera pas publier).

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 07:23

21ème mois consécutifs d'augmentation du chômage en France !

43900 chômeurs de plus en catégorie A (+1,4%) par rapport à décembre 2012 !
 (En France métropolitaine)

4 967 500 chômeurs dans les catégories A, B, C sur l'ensemble du territoire.

5 294 800 chômeurs dans les catégories A,B,C,D et E, en France métropolitaine.

Etrangement, le rapport de la DARES n'indique pas ce chiffre pour l'ensemble du territoire de la République. La République est pourtant une et indivisible...

Comme tous les mois, le rapport de la Dares est en ligne ici

Comme nous l’indiquions les mois précédents, la politique d’austérité imposée produit ses effets sur l’emploi. A court terme, c’est aussi le financement de la sécurité sociale, des retraites et du chômage qui est menacé, puisque ceux-ci sont financés par le salaire différé des salariés en activité, et qu’il y a de moins en moins d’activité dans le pays.

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 16:27

Grâce à la seule signature de Force Ouvrière, une prime d’intéressement sera versée aux salariés en mars 2013 pour les résultats de l’année 2012.

La prime  s’élève donc à un montant moyen de 270€ pour les salariés des usines et  d‘un montant moyen de 75€ pour les autres salariés.

 

Une des revendications de Force Ouvrière était d’inclure un objectif de résultat industriel pour minimiser le seul objectif de chiffre d’affaire (C.A.) non atteint depuis plusieurs années.
Ainsi les efforts dans les usines seraient reconnus.

La Direction avait proposé un objectif en ce sens incluant 3 indicateurs (dont l’absentéisme) qui auraient permis de déclencher la partie résultat industriel.

Ce que vos élus Force Ouvrière ont fermement combattu ; considérant que le salarié en arrêt maladie ne doit pas être, en plus, rendu  « coupable » de la non atteinte d’un objectif !
La Direction a accepté de retirer cet indicateur.

C’est donc sur la base de ces négociations que Force Ouvrière a été la seule organisation syndicale à apposer sa signature sur cet accord.

Vos élus Force Ouvrière sont satisfaits d’avoir signé cet accord et de permettre ainsi aux salariés de recevoir sous forme d’intéressement une partie de leurs efforts fournis en 2012.

La signature de Force Ouvrière avait été jugée par une autre organisation (dite) syndicale –CFDT- comme une compromission avec la Direction...

(lire sur le blog éphémère de la cfdt 3M, qui ne vit que le temps des campagnes électorales à Cergy)

Force Ouvrière prouve ainsi que grâce à ses revendications  tous les salariés vont recevoir une prime d’intéressement !

Tout le monde ne peut pas en dire autant !!!!

Force Ouvrière sera particulièrement vigilant sur la détermination des objectifs 2013 qui seront négociés dans les semaines à venir.

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 21:28

Sans-titre.JPG

Partager cet article
Repost0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 13:20

Mardi 5 février 2013, la Direction Générale de 3M France est venue « à la rencontre » des salariés du site.
L’ambiance était morose à souhait. Un peu comme lorsque l’on visite un malade en fin de vie alors que l’on ignore s’il sera encore en vie l’année suivante, tant son état laisse peu d’espoir.

 

Jeudi, la distribution du 4 pages sur l’accord de « FLEXI-sécurité » nous a permis de voir en quelques heures l’ensemble des salariés du site. Ceux-ci, avec un recul de 48 heures, nous ont exprimé ce qu’ils retiraient de cette visite.

 
L’un des intervenants a prononcé 154 fois  l’expression « en fait »… Ce qui en dit long sur l’intérêt de son message, puisqu’ils ont préféré compter…

Décryptage : Les salariés des usines de Beauchamp savent que les produits développés par le C.T.C. ne sont pas pour le site. 
Pour faire un comparatif, les produits qui sortent du Technocentre Renault ne sont pas forcément pour les usines Renault en France.

Le passé nous démontre que vous nous leurrez.


Un autre intervenant a expliqué aux salariés présents la définition du mot « notoriété ».
Nous espérons que cette leçon ne fasse pas partie du plan de formation.
Les salariés ont assez mal pris cette « leçon » de vocabulaire.

 

Il est probablement le professeur de Français le mieux payé de France !

Le P.D.G. est passé complètement à coté de son sujet. Si le but était d’insuffler de la confiance, de l’espoir ou simplement de la motivation, le résultat est piteux. Loin de ce qu’on peut attendre de son niveau de rémunération…


Qui peut croire que le comité de Direction de 3M France ne sache pas ce que l’usine Turque va produire ?

Qui peut croire qu’ils n’en ont pas discuté avec leurs supérieurs européens ou lors du récent voyage aux USA du PDG France ?

 

Pourquoi le PDG est-il resté dos tourné aux salariés du site lors de la séance des questions ?
Le dédain ou la peur de regarder en face les condamnés ?


Pour le coup, les salariés vous ont jugé durablement et ont une vision plus claire de ce qu’est l’avenir des productions de 3M Beauchamp.

Même l’annonce du DRH groupe du déclenchement d’une prime d’intéressement (rendu possible grâce à F.O.) n’a pas suscité de réaction. Les salariés étaient trop affligés par la prestation des intervenants précédents.

Faudrait-il profiter de la prochaine venue du N° 2 mondial pour lui poser les questions auxquelles le PDG France ne répond pas ?

Toutes les options sont possibles….

Partager cet article
Repost0