Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 23:41

Jusqu'en 2013, les mutuelles santé souscrites par les entreprises pour leurs salariés n'étaient pas soumises à l'impôt.  C'est désormais chose faite et vous devrez déclarer en 2014, dans vos revenus 2013, la part payée par l'employeur dans la rubrique "avantages en nature".
Outre une véritable hausse, par ce biais, du revenu imposable, ne serait-on pas en train d'aller vers l'imposition générale de la participation patronale à la couverture sociale (maladie, famille, retraite) ?

Nombre d'entreprises incluent dans le contrat collectif une couverture santé complémentaire à laquelle elles ont souscrit.

Ceci concerne 3 salariés sur 4, environ 13 millions de salariés.
Par ailleurs, la loi du 14 mai 2013 relative  à la sécurisation de l'emploi, transposant l'ANI rédigé conjointement par le CFDT et le Patronat, prévoit une généralisation de la couverture complémentaire de frais de santé à l'ensemble des salariés, au plus tard le 1er janvier 2016.
A termes ce seront 18 millions de salariés qui seront concernés. Cela aura des conséquences sur leur déclaration de revenus et éventuellement le montant de leurs impôts.

La nouvelle législation réintègre dans le salaire imposable sous forme d'avantage en nature, la part payée par l'employeur. Ainsi, nombre de salariés verront leur impôt 2014 (sur les revenus de 2013) augmenter.

Cela sera particulièrement sensible pour les couples bénéficiant chacun d'une mutuelle d'entreprise, pour ceux qui bénéficient d'une mutuelle à coût élevé, où se trouvant déjà dans les tranches hautes du barème de l'impôt.

Par exemple, pour une cotisation mensuelle de 100 € prise en charge à 50% par l'employeur, la somme à réintégrer sera de 600€ par an. Un salarié dont le taux d'imposition est de 14% (tranche entre 11 991€ et 26 361€) verra ses impôts augmenter de 84€. S'il est imposable à 30% (tranche entre 26 361€ et 71 397€) la hausse sera de 180 €.

Le Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance maladie convient qu'il est aujourd'hui indispensable de bénéficier d'une complémentaire santé pour être bien couvert, compte tenu du désengagement de la sécurité sociale. Cette dernière ne rembourse plus que 50% des soins courants , et encore moins en dentaire, en optique ou en audio-prothèse.

Soumettre à l'impôt des ménages la part employeur d'une couverture santé devenue indispensable et bientôt obligatoire, imposé par un tiers, revient à faire payer aux salariés des impôts sur leur couverture sociale.

Après les cadeaux au patronat (C.I.R. pacte de responsabilité), la hausse de la TVA, l'allongement de la durée de côtisation pour la retraite, la refiscalisation des heures supplémentaires, il s'agit là d'une nouvelle attaque contre les salariés, sur leurs droits sociaux et sur leur pouvoir d'achat.

F.O. ne laissera pas faire.

18-mars.png

   

Partager cet article
Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 23:30

resultats-Cofely.jpg

Partager cet article
Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 08:16

// ÉDITORIAL DATÉ DU MERCREDI 19 FÉVRIER 2014

Les échanges publics entre le président de la République et le président du MEDEF laissent croire qu’ils ne seraient pas d’accord. 

Et pourtant: 

- quand l’annonce du pacte de responsabilité est faite, des décisions sont annoncées pour les entreprises sans condition pour les obtenir. 

- s’engager sur des objectifs n’est pas une obligation de résultat! 

Le jeu de rôle continue donc au détriment des salariés actifs, chômeurs ou retraités. 

Qu’il s’agisse des salaires, de l’emploi ou du chômage, de l’avenir du service public républicain ou de la Sécurité sociale, les attentes et revendications sont légitimes et les inquiétudes ainsi que le mécontentement sont lourds. 

Il est du rôle d’une confédération de faire connaître largement les revendications et de permettre aux salariés de les exprimer, c’est l’objet de notre appel à des manifestations, rassemblements et à la grève le 18 mars 2014. 

La CGT a pris la décision d’être présente ce 18 mars également. Une réunion entre plusieurs organisations syndicales aura lieu prochainement. 

Il nous appartient de tout mettre en œuvre pour que cette journée soit réussie. On verra à partir de là la réaction des pouvoirs publics. Sont-ils enclins à entendre les salariés comme ils le font pour d’autres catégories? 

D’ici là nous continuerons à défendre nos positions, y compris à l’occasion de la réunion sur le pacte de responsabilité avec les organisations patronales le 28 février. Au-delà de la question des contreparties, sur laquelle nous nous sommes maintes fois exprimés, c’est la logique même du pacte qui pose problème. Penser qu’il est social de réduire les «charges» des entreprises pour accroître leur compétitivité-prix s’inscrit bien dans une logique de dumping. 

D’ailleurs, à l’occasion d’un contact récent à Tanger avec nos camarades marocains, le Secrétaire général de l’Union Marocaine du Travail m’expliquait que le patronat marocain avait aussitôt réclamé une baisse des cotisations patronales, à l’instar de ce qu’avait annoncé en France le président de la République. 

Rappelons, enfin, que diminuer les cotisations de Sécurité sociale, en les compensant par des réductions de dépenses, conduit à pénaliser les travailleurs et leurs familles. 

Autant de raisons de tous nous mobiliser pour le 18 mars. 

Partager cet article
Repost0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 07:20

Depuis le début des années 80, le capital s’est accaparé une part toujours plus grande des richesses produites. Sur 30 ans, ce sont près de 40 000 milliards d’euros qui sont partis sur les marchés financiers au lieu d’aller dans les poches des salariés européens et donc réinvestis dans la consommation et l’économie réelle.

rapport finance-salariat

________________________________________________________________________________________________________

82,6% des embauches en 2013 étaient des Contrats à durée déterminée (CDD), un record depuis 15 ans. Un chiffre qui en dit long sur la précarité de l’emploi en France et une situation qui ne cesse de se détériorer puisqu’en 2000, les CDD représentaient moins de 68% des embauches.

courbeCDD.jpg

________________________________________________________________________________________________________

39,6 heures, c’est la durée moyenne réelle du travail en France. On est loin des stéréotypes qui voudrait faire passer les salariés de France pour des privilégiés, travaillant peu...

CHIFFRE-CLE-5.png

________________________________________________________________________________________________________

Au sein de l'Union Européenne, certains Etats membres ont depuis des années baissé considérablement leur taux d'imposition sur les bénéfices non réinvestits des sociétés (les dividendes) afin d'être le plus attractif possible pour les entreprises. C'est ce qu'on appelle le dumping fiscal. L'Irlande a ainsi baissé son taux de 12% et tous les autres Etats ont dû fire autant pour ne pas subir de délocalisations massives.

Résultat, le taux moyen d'impôts sur les bénéfices des sociétés est de 25% aujourd'hui en Europe contre 40% aux Etats-Unis !

Et jamais il n'y a eu autant de bénéfices réalisés, jamais l'impôt sur les bénéfices n'a été aussi faible. C'est le monde à l'envers.

chiffres-cles-6.jpg

__________________________________________________________________________________________

Ces chiffres et une partie des commentaires sont issues du site "Nouvelle Donne". Ceci est un partage de l'information, cela ne signifie pas que notre syndicat est en accord avec les solutions proposées ou évoquées par "Nouvelle Donne".

La page des chiffres clés est ici

Partager cet article
Repost0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 06:46

Les salariés low-cost de 3M Logistics refusent de faire l'aumône.

Lire le tract :

 

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 10:22

La deuxième réunion de négociation s'est déroulée vendredi 31 janvier à Cergy.

Propositions de la Direction :

Augmentations au mérite suivant le placement sur la grille MRP
Enveloppe de budget de 1,45% de la masse salariale répartie ainsi :

Moins de 90% du MRP ==> 1,8%

Entre 90% et 110% du MRP ==> 1,2%

Au dessus de 110% du MRP ==> 1%

Ces augmentations sont pour les notés 3. Budget complémentaire pour les promotions de 0,3% de la masse salariale.

Prime de vacances de 750 € (sans augmentation)

Prime d'essence de 200 € (obtenue il y a quelques années sur les revendications F.O.)

Transfert d'une partie (20%) des primes d'horaires décalés dans le salaire de base.

Renégociation en 2014 du temps de travail et du PEE.

==============================================

Propositions de Force Ouvrière :

Prime de vacances à 1000 €.
Le budget vacances est l'un de ceux qui subit le plus d'augmentation et touche toutes les familles, que l'entreprise note le salarié 2 ou 3.

Un talon d'augmentation salariale à 600 €.
Tout salarié augmenté ne pourrait avoir moins de 50 € d'augmentation par mois. En effet, 1% d'augmentation comme le propose la Direction correspond à une fourchette de 15 à 21 € pour les salaires les plus bas. 

Prime d'essence à 200 €.
Cette revendication F.O. accordée il y a quelques années est basée sur le montant sans charge autorisé par l'URSAFF. Celui ci n'a hélas pas été augmenté.

Augmentation de la part enployeur sur les repas au restaurant d'entreprise à 4,45€. (aujourd'hui à 3,40 € sur les usines)
Pour un salarié ne disposant pas d'un moyen de restauration dans l'entreprise, le code des impôts autorise une déduction de 4,45 € par jour. 3M s'aligne sur le barême d'impôt pour les frais kilométriques, nous proposons qu'elle en fasse de même pour la restauration. Le repas du salarié étant au moins aussi important que son transport.

Affaire à suivre..... Prochaine réunion début février.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 07:45

Vous en avez marre d’être les plumés du système ?

Vous en avez ras le bol d’être la variable d’ajustement des financiers ?

Vous n’en pouvez plus des sacrifices des plus pauvres qui enrichissent les plus riches ?

Vous ne supportez plus d’être des cocufiés post-électoraux depuis des décennies ?

Assez de la libre concurence qui enchaine les salariés ?

 

Hausses de la TVA et des impôts pour le peuple, baisses des charges pour le patronat !

Mise en concurrence déloyale des salariés au profit des employeurs !

Licenciements des salariés pour les profits des actionnaires !

Recul de l’âge de la retraite et augmentation du nombre de trimestre pour les vieux !

Chômage et précarité pour les jeunes !

Faire subir aux salariés pour gaver le système financier !

1975 – 2015 : 40 ans de « crise » ! Ca suffit !

 

Le printemps arrive…

 ... et au printemps,

 

c’est dans la rue qu’ça s’passera !

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 07:04

Contre l’austérité et ses conséquences dramatiques, la confédération Force Ouvrière a rassemblé 5000 militants à la Halle Freyssinet, à Paris.

 

Jean Claude Mailly a rappelé qu’un an plus tôt, la confédération tenait dans la même Halle Freyssinet, un meeting de solidarité contre l’austérité européenne avec des syndicalistes belges, espagnols et grecs. Depuis un an, malheureusement, la politique menée a aggravé les effets délétères pour l’emploi, la croissance, les salaires, le creusement des inégalités et la remise en cause du service public républicain. Ainsi, des dizaines d’années de progrès et d’acquis sociaux qui se sont évaporés notamment pour les peuples grecs, portugais ou espagnols. 

 

La Troïka comme les marchés financiers exigent toujours davantage de dérégulations, de réformes structurelles, de baisses des salaires. Ce sont donc les travailleurs qui, à nouveau, sont contraints de renflouer le capital. Dénonçant cette logique d’abaissement, intolérable et suicidaire, Jean Claude Mailly a rappelé qu’en France, elle prenait dorénavant la forme du «socialisme de l’offre» et que cette logique portait un nom : le dumping social.

 

La confédération rappelait, il y a un an que l’austérité était triplement suicidaire : socialement, économiquement et démocratiquement. Aujourd’hui sur le plan économique, la croissance est faible voire quasi nulle. Sur le plan social, les salariés attendent toujours le changement promis et sur le plan démocratique, les mouvements politiques de rejets de l’autre prennent racine. C’est le résultat concret de la logique néolibérale de la construction européenne.

 

«Emploi, salaires, services publics, sécurité sociale, voilà mes chers camarades, ce que nous devons revendiquer, ce que nous devons défendre, ce que nous devons exiger.» (JC Mailly)

 

Pour lutter contre cette logique, une manifestation ou une interpellation n’y suffiront pas. C’est pourquoi le mot d’ordre de la journée du 29 janvier était «combattre l’austérité, une urgence sociale et démocratique». 

 

Pour FO, le combat contre l’austérité doit être mené à tous les niveaux. Au niveau européen tout d’abord ; comme d’autres organisations syndicales de toute l’Europe, la CES s’est prononcée contre le pacte budgétaire européen et milite pour une politique européenne ambitieuse de relance. Ainsi « l’Europe ne doit plus être facteur de contraintes ou de sanctions mais de progrès social » a rappelé le secrétaire général. La directive détachement en est une illustration : la révision de cette directive est insuffisante et ce qui prime dans cette directive, c’est liberté de prestation de services et non les conditions sociales des travailleurs européens. Changer les modalités de la construction européenne est donc un enjeu central.

 

Au niveau national, la confédération a également appelé à la rupture. Le secrétaire général a rappelé les combats pour la reconnaissance du repos dominical, contre la réforme de l’inspection du travail, les enjeux des négociations sur l’assurance-chômage. Il a également dénoncé le pacte de responsabilité annoncé par le président de la République. Ce pacte, salué par la Commission Européenne, est cohérent avec le pacte budgétaire européen mais « en contradiction avec le pacte républicain ». Dénonçant «l’axe Hollande-Gattaz», Jean Claude Mailly s’est interrogé sur le syndrome de Stockholm dont semble souffrir le président de la République, naguère ennemi de la Finance autoproclamé.

 

 

Le secrétaire général a donc proposé, au nom de la commission exécutive confédérale unanime, d’élargir la journée de grève prévue le 18 mars dans la Sécurité Sociale et d’en faire «une journée de rassemblements et de manifestations» interprofessionnelles. Il s’est enfin adressé aux autres organisations pour leur proposer de «faire de ce 18 mars une journée de grève interprofessionnelle».

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 23:29

Toujours dans le déni total, le gouvernement ne trouve comme élément de communication que des incantations et un mensonge répété: "L'inversion de la courbe du chômage est bien amorcée"

Catégorie A : 3 303 200 (contre 3 293 000 en novembre 2013 +0,3% (+10200)).

 Catégorie B : 645 400 (contre 640 400 en novembre 2013 +0,8%  (+5000 )).

Catégorie C : 949 500 (contre 942 700 en en novembre 2013 +0,7%  (+6800))

Le total des catégorie A, B et C augmente de 22000 demandeurs d'emploi sur un mois et une augmentation de 278700 chômeurs de plus en un an. Ces chiffres ne tiennent bien sur pas compte des radiés pour divers motifs.

Catégorie D : 280 900 (contre 281 700 en novembre 2013 -0,3% (-800))

Catégorie E : 384 700 (contre 378 200 en novembre 2013 + 1,7% (+6500))

La somme des cinq catégories donne le chiffre record de 5 563 700 demandeurs d'emploi.

Soit 324500 chômeurs de plus en un an ! 

Pôle emploi a procédé à plus de 60000 radiations administratives ! C'est le record sur l'année ! 

Les baisses de cotisations sociales accordées aux patrons par le gouvernement en échange de promesses d'embauches est une vaste fumisterie.  Gattaz fils a refait la même tromperie que son père, à la tête du CNPF dans les années 70 ! 

Les promesses n'engagent que ceux qui y croient. Le Président de la République actuel aurait dû le savoir puisqu'il a lui même utilisé la même méthode en prométtant de renégocier un traité européen (ce qu'il n'a pas fait), de ne pas augmenter la TVA (ce qu'il vient d'augmenter), d'inverser la courbe du chômage (ce qui lui est impossible) etc..  afin de se faire élire !

Pourquoi les promesses du MEDEF d'aujourd'hui seraient-elles plus vraies que celles du CNPF de l'époque !

L'année 2014 risque hélas d'être du même cru. La même politique ne risquant pas de produire autre chose que ce qu'elle produit depuis 35 ans !


Le rapport de la DARES est : ici

cartoon-pauvres

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 17:28

Editorial daté du mercredi 22 janvier 2014

Comme nous l’indiquions dans le dernier FO Hebdo, le président de la République a confirmé l’ancrage libéral de la politique économique et sociale mise en œuvre. Il s’agit même d’une accélération. 

S’adressant essentiellement aux entreprises, se référant à la logique libérale de l’offre, confirmant les diminutions drastiques de dépenses publiques (donc la réduction des effectifs concernés), il mise pour l’emploi sur le bon vouloir des entreprises auxquelles il vient d’accorder, via une suppression d’ici à 2017 de la cotisation patronale d’allocations familiales, 10 milliards d’euros de diminution de «charges» (formule patronale utilisée par le président), à ajouter aux 20 milliards à recycler du crédit d’impôt compétitivité-emploi. 

En quelque sorte il donne les clés du camion au patronat –qui s’en félicite– en demandant aux syndicats de monter dans la remorque. 

Nous avons contesté cette logique pour au moins trois raisons: 

1. Elle s'inscrit dans une démarche concurrentielle de dumping, qui fait de l'allègement du coût du travail et des dépenses publiques et sociales l'alpha et l'oméga de la politique économique.


On oublie ainsi la compétitivité hors coût (innovation - recherche - travail en filières). On oublie aussi de préciser qu’en moyenne, le coût du travail représente 25% du coût global de production. Dès lors 5 points de cotisations patronales en moins, c’est un allégement de 5% de la masse salariale et de 1% du coût global. 

Les coûts de l’énergie ou du capital sont beaucoup plus importants, mais pas touche! On est donc bien dans la politique d’austérité que nous condamnons. 

2. En indiquant vouloir transformer le CICE, c'est une reconnaissance de l'échec de ce crédit d'impôt dont on ne pourra au mieux mesurer l'impact sur l'emploi que dans trois ans.

Mais qu’adviendra-t-il des allocations familiales? Le président dit qu’on n’y touchera pas, mais comment seront-elles financées, par quelles économies et quelles seront les conséquences de leur fiscalisation intégrale et de leur étatisation?

3. Après avoir répondu positivement au patronat, il demande aux syndicats de négocier les contreparties 

Qui peut obliger une entreprise à embaucher? Qui peut l’obliger à augmenter les salaires? 

Cela ressemble fort à un marché de dupes. Le patronat d’ailleurs ne parle que d’objectifs, pas d’engagement. 

Autant on peut exiger des contreparties à une entreprise ciblée sur une aide ciblée, autant cela relève de l’illusion quand il s’agit d’une aide générale. 

En termes de méthode, le président a parlé de compromis historique, de pacte responsabilisant tout le monde (gouvernement, patronat, syndicats, parlementaires). Pour Force Ouvrière, quel que soit le contenu, il n’en est pas question. Nous ne nous enfermerons dans aucun pacte, nous ne confondons pas négociation et concertation, liberté de comportement et unité nationale anesthésiante. 

Dans un tel contexte, plus que jamais, il nous faut réaffirmer nos revendications en matière de salaire, d’emploi, de service public républicain et de protection sociale collective. C’est ce que nous ferons lors de notre meeting national du 29 janvier prochain à la Halle Freyssinet. 

Ce pacte de responsabilité, qui découle du pacte budgétaire européen, risque d’être rapidement en contradiction avec le pacte républicain. 

View image on Twitter

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 07:36

Les stages sont ouverts aux syndiqués F.O.

Le stage "Découverte" doit être fait en premier.
Pour certains stages, il faut avoir des fonctions électives dans l'entreprise ou des fonctions dans le bureau du syndicat (trésorier, secrétaire etc..)
Merci de vous rapprocher de votre syndicat F.O. pour vous inscrire. 

 

Connaître ses droits 31 mars au 4 avril 2014 12 février 2014
Prud'homme  12 au 16 mai 2014 15 mars 2014
S'organiser 19 au 23 mai 2014 25 mars 2014
CE 16 au 20 juin 2014 25 avril 2014
Découverte de FO 23 au 27 juin 2014 25 avril 2014
Se développer 22 au 26 septembre 2014 30 juin 2014
Découverte de FO  13 au 17 octobre 2014 30 juin 2014
 Travail et Handicap 24 au 27 novembre 2014 30 septembre 2014
 Connaître ses droits 8 au 12 décembre 2014 10 octobre 2014
 CHS CT 16 au 18 décembre 2014 20 octobre 2014

Tous ses stages se dérouleront à l'UD. Afin de t'inscrire il convient de te rapprocher de ton secrétaire de syndicat. 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 21:27
Article paru dans FO Hebdo 3101

C’est un royal cadeau que le gouvernement a fait aux patrons du bricolage en publiant un décret, le jour de la Saint-Sylvestre, les autorisant à déroger au repos dominical. Du moins jusqu’au 1er juillet 2015, avant une remise à plat de règles jugées trop confuses par ce même gouvernement. Un provisoire qui peut aussi durer le temps nécessaire à l’installation de mauvaises habitudes. Le ministre du Travail n’a même pas attendu les négociations sur les contreparties à prévoir pour les salariés travaillant le dimanche et qui ont démarré le 9 janvier. FO et la CGT ont fait savoir qu’elles ne signeraient pas l’accord. «C’est open bar et l’on rase gratis», s’insurge la Fédération FO des Employés et Cadres, qui voit dans ce décret «la première pierre du rapport Bailly lancée sur les salariés». 

RAPPORT BAILLY: LÉGALISER L’ILLÉGAL 

C’est en octobre dernier, après une fronde très orchestrée des Bricoleurs du dimanche, que Jean-Paul Bailly, ancien P-DG de la RATP et de La Poste, a été sollicité par le gouvernement en vue de «clarifier le cadre juridique» du travail dominical. Dans son rapport remis le 2 décembre, il énonce d’emblée que «la spécificité du travail du dimanche doit être respectée», tout en préconisant une évolution de la réglementation qui conduirait en fait à légaliser les pratiques illégales. Ainsi, de cinq ouvertures autorisées par an on passerait à douze –sept fixées par le maire et cinq par le commerçant–, le souci de simplification risquant surtout d’étendre les dérogations. 

Comme le souligne FO, il s’agit moins de répondre au besoin du consommateur pressé d’acheter un marteau le dimanche, que de permettre à Leroy Merlin, Castorama et Bricorama de continuer à prendre des parts de marché aux petites enseignes et aux commerces indépendants, voués du même coup à disparaître. 

Marie-Laure Schisselé
Partager cet article
Repost0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 12:25

Ce premier janvier, la Lettonie devient le 18ème pays de la zone Euro.

Une facilité de plus offerte aux délocalisations puisque le SMIC en Lettonie est de 284,74 €.

Au lieu d'ouvrir tous les marchés à tout, il serait urgent d'offrir un droit social européen aux salariés de l'eurozone. Mais comme cela déplairait aux puissances d'argent, les "responsables" laisseront les peuples s'appauvrir. Car ni le plombier polonais, ni le salarié letton, ni l'employé français ne gagnent à ce jeu... Le gagnant est ailleurs, à un autre niveau...

T.V.A. : Le taux normal passe de 19,6 à 20 % ce 1er Janvier.

Le taux intermédiaire passe de 7 à 10 % (Hôtellerie, transports, restauration..)

Le taux réduit à 5,5 % reste à 5,5%.

La TVA sur les places de cinéma, de spectacles vivants et sur les livres passe de 7% à 5,5 %.
Mesure emblématique puisqu'elle vient appuyer les acteurs/auteurs, une corporation très engagée politiquement, qui bénéficie déjà d'une exception culturelle. Pourquoi les salariés et les entreprise de France ne disposent-ils pas d'une même exception salariale face à la concurence déloyale des pays à bas coût ?

La TVA sur les centres équestres passe de 7% à 20%... Au nom de l'uniformité européenne ! Etrange ! ce qui vaut pour les taxes sur les centres équestres ne vaut pas pour les droits sociaux !

Les boissons énergisantes sont taxées de 1€ par litre.(Ils doivent préférer un peuple atonne qu'un peuple énergique...)

La Redevance Télé augmente de deux euros pour passer à 133 €. (+1,55 %)

Tabac : Le 13 janvier, le paquet de cigarettes augmente de 20 centimes, le paquet de tabac à rouler de 50 centimes.

Le timbre poste passe à 0,61 € pour une lettre normale et la lettre prioritaire passe à 0,66 €.

Electricité : La hausse sera en moyenne de 2%. Il faut y ajouter la hausse de TVA qui passe de 19,6 % à 20 % pour l'électricité et le gaz. L'abonnement reste à 5,5%.

Transports : En Île de France, la hausse sera de 3%, sauf pass navigo zone 1-5 qui reste à 113,20 € et le ticket à l'unité qui reste à 1,70 €.

Le Bonus / Malus automobile passe pour le plus faible malus, de 100€ (pour 135 g) à 150 € (pour 130 g) et monte jusqu'à 8000 € (+ de 200 g) au lieu de 6000 €...

Le SMIC passe de 9,43 à 9,53 € de l'heure (+1,1%). Un "Gain" de 12 euros en moyenne si l'on a la chance d'un emploi à temps plein. 

Les retraites AGIRC et ARCCO seront versées chaque mois (au lieu de versements trimestriels).

Les taux de côtisations retraites acquittées par les salariés et les employeurs augmentent, ainsi que celles du régime général.

Les majorations de pension des retraités ayant eu au moins trois enfants sont désormais soumises à l'impôt.

Le RSA augmente de 1,3% passant pour une personne seule à 499 € et pour une personne avec un enfant à 749 €.

Le timbre fiscal nécessaire pour tout justiciable voulant faire entendre ses droits est supprimé.

Voilà pour les nouvelles de ce début d'année.

Difficile de finir ce billet en vous souhaitant, comme il se doit, de la part de l'équipe F.O. 3M Beauchamp, nos meilleurs voeux 2014. 

Bonne année 2014 à vous lecteurs fidéles ou occasionnels de ce blog, à vos familles et à vos proches. 

auguri-anno-nuovo-2014.jpg

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 10:26

D’ici à 2017, 3M veut racheter jusqu’à 22 milliards de dollars de ses propres actions.

Cela représenterait près de 25% de la capitalisation de 3M.

3M prévoit également de relever de 35% son dividende par action au premier trimestre 2014.

En rachetant ses propres actions, 3M doit pourvoir : 

Augmenter le bénéfice net par action (puisqu’il y aura moins d’actions en circulation…)

Augmenter la liquidité de la valeur. La rentabilité de l’action étant meilleure, les futurs acquéreurs d’actions feront monter la demande et donc le cours de l’action…

Fidéliser  la 3M du haut. En distribuant gratuitement ou à très faible coût des actions aux dirigeants de l’entreprise.

 

L’entreprise va donc utiliser la force de travail de l’ensemble des salariés pour financer une double rentabilité aux actionnaires et aux actionnaires dirigeants, puisque le capital investit sera soutenu et que le retour sur investissement sera mathématiquement augmenté.

En utilisant ces milliards dans le développement de nouveaux produits, de modernisation de  l’outil de production, de rachat d’entreprise sur des créneaux porteurs, 3M aurait pu élargir la redistribution du travail de tous, à l’ensemble des salariés.

Ce n’est hélas pas l’option choisie par la 3M du haut qui préfère gaver son actionnariat et se gaver elle-même.

A la redistribution large vers son salariat (en créant de l’emploi par exemple plutôt que de prolonger un gel des embauches dans le monde), 3M préfère flatter la cupidité de quelques-uns.

A  3M, les avides ont de beaux jours devant eux, contrairement aux salariés de base…

Picsous

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 08:13

Dans le déni total, le gouvernement ne trouve rien de mieux comme élément de communication pour commenter cette nouvelle hausse du chômage, que des incantations et un mensonge répété: "L'inversion de la courbe du chômage est bien amorcée"

Ce déni s'ajoute donc au mensonge de la baisse du chômage en octobre (lire notre article ici).

« Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps. » Abraham Lincoln.

Catégorie A : 3 293 000 (contre 3 275 200 en octobre +0,5% (+18200)).
Catégorie B : 640 400 (contre 661 200 en octobre - 3,1 %  (-20800 )).
Catégorie C : 942 700 (contre 946 600 en octobre - 0,4%  (-3900))

Le total des catégorie A, B et C diminue donc de 0,1% (4 876 100 demandeurs d'emploi à fin  novembre contre 4 883 000 en octobre).

Catégorie D : 281 700 (contre 279 200 en octobre +0,9% (+ 2500))

Catégorie E : 378 200 (contre 366 700 en octobre + 3,1% (+11500))

La somme des cinq catégories donne le chiffre record de 5 536 000 demandeurs d'emploi.

Au delà de ces chiffres, le rapport de la DARES montre que la durée dans le statut de demandeurs d'emploi est de plus en plus longue. Cette durée précipite de plus en plus de personnes dans la précarité sociale, le nombre de chômeurs indemnisés diminue à 47,9%.

Cela signifie que plus d'un chômeur sur deux n'est plus indemnisé !

Il y a quand même de quoi s'inquiéter lorsque l'on sait que les emplois dit "d'avenir" minorent la hausse du chômage, que ces emplois sont à durée déterminée, à temps partiel, et que les personnes recrutées reviendront d'ici quelques temps dans les statistiques du chômage !

Pour qu'il y ait de la création d'emploi, il faut de la consommation, que cette consommation soit faite sur des biens produits en local. Ce n'est pas avec des CCD à mi-temps que la consommation va bondir, pas plus qu'avec un nombre record de smicards au pouvoir d'achat exsangue ou en augmentant la TVA au 1er janvier ! ! ! 

 Le rapport de la DARES est : ici

chomeur-emploi.JPG

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 23:20

Depuis quelques jours, se joue sur la Lune un remake chinois de l’épopée des Lunakhods soviétiques. Un petit véhicule chinois au doux nom de « Lapin de Jade » gambade sur le sol poussiéreux de l’astre sélène.

Tous ceux qui furent enfants à la fin des années 60 se souviennent de la course à la Lune entre les USA et l’URSS.

A la nostalgie des trente glorieuses et de l’enfance, vient s’ajouter celle d’une époque ou tout semblait possible, marcher sur la Lune ou voler à Mach 2,2 dans un supersonique des lignes d’Air France, la nostalgie de ce temps où l’on prenait le temps d’avoir envie des choses, sans forcément les posséder un jour.

Aujourd’hui, notre fièvre de consommation a chassé l’envie d’avoir envie, notre leitmotiv est de posséder coûte que coûte. Nous faisons fabriquer nos joujoux technologiques dans ce fabuleux eldorado pour mondialo-capitalistes qu’est la Chine Communiste. Hé oui ! De l’opposition USA/URSS il ne reste rien sinon une alliance entre le capitalisme et le communisme.

C’est dans ce contexte florissant pour les fonds de pensions et les cadres du PC chinois qu’est fabriqué dans l’usine Pegatron de Shanghai la nouvelle merveille d’Apple, «l’Iphone 5C ». C’est là que travaillait Shi Zhaokun, adolescent de quinze ans.

Il n’a pas eu le temps de voir « courir » le Lapin de Jade sur le sol de la baie des arcs en ciel.

Avait-il eu le temps même d’y songer ?

Durant les trois semaines où Shi Zhaokun a travaillé dans l’usine, son temps de travail a dépassé les 12 heures de moyenne par jour. C’est cela le paradis capitaliste, la liberté d’un monde sans entrave car sans droit du travail, dans une dictature sans médecine du travail, sans  formation, sans inspecteurs du travail et sans syndicat libre.…

On meurt énormément dans cette usine de Pegatron, à manipuler sans protection les produits toxiques nécessaires à la fabrication de nos merveilleux Iphones et autres conneries de ce genre.

Shi Zhaokun était jugé en excellente santé, c’est donc  en bonne santé qu’il  est mort d’une pneumonie après trois semaines de travail intense. C’est le cinquième morts dans l’usine en quelques semaines.

Le symbole de la libre entreprise a donc trouvé son espace de liberté dans une dictature stalinienne. De quoi regarder d’ici quelques jours au pied du sapin, les jouets « Made In China » avec la petite amertume de la mauvaise conscience de consommateur et d’avoir une pensée pour Shi Zhaokun.

Les heures de travail de Shi Zhaokun sont sur le site de l’ONG : China Labor Watch

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 23:02

Le syndicaliste CFDT de Florange, Edouard Martin vient d'être reclassé par le parti socialiste à la tête de la liste PS aux prochaines élections européennes pour le grand Est.

On note l'indépendance syndicale que cela demande.

En voilà un qui passera aisément des hauts fourneaux aux petits fours !

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 23:13

Le SMIC va augmenter de 10 centimes de l'heure au 1er janvier.

Pour les smicards, il n'y a pas grand chose à prendre cette année sous le Sapin (Michel).

A la même date, La TVA augmentera de 7% à 10% et de 19,6% à 20%.

L'électricité et le gaz augmenteront également, notamment du fait de la contribution "Climat-Energie".

La SNCF et la RATP vont augmenter. Le Pass Navigo et le ticket individuel devrait augmenter de 3%.

Les tarifs des péages, qui ont pourtant augmentés de 11% en 5 ans vont encore augmentés au 1er février.

Et combien d'augmentation pour les cadres dirigeants des grands groupes ?

Le salariat comme une armée de tondus, les élites comme une caste d'avides. 


Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 17:34

Le nombre de salariés payés au SMIC est en hausse constante.

Au 1er janvier 2013, une faible hausse du SMIC de 0,3% a suffit à faire monter le nombre de smicards à 3,1 millions !

500000 de plus qu’en 2012 !

Selon les données publiées mercredi, ils étaient au 1er janvier 2013 environ 1,9 million dans les entreprises privées, 540.000 dans l'administration, 340.000 dans les associations ou encore 100.000 dans l'intérim.

 

Plus de 28,6 % des salariés à temps partiel cumulent à la faiblesse de la rémunération, la faiblesse du nombre d’heures travaillées, obtenant au final, un salaire ne leur permettant pas de vivre dignement. Le seuil de pauvreté en France pour une personne seule est fixé à 814 ou 977 € selon la source choisie (50% ou 60% du salaire médian).

 

Le SMIC est depuis le 1er janvier 2013 à 1430 € brut pour 35h/semaine soit 1122 € net.

 

Le salaire médian, c’est le salaire qui correspond à ce que 50% des salariés touchent moins et 50% des salariés touchent plus.

En 2011, 50% des salariés touchaient plus de 1712 € et 50% des salariés touchaient donc moins que cette somme.

 

Les 10% les mieux rémunérés touchaient plus de 3400 €.

 

Il est étrange que l’on nous propose une société basée sur la consommation, ou le pouvoir d’achat des plus nombreux est le plus contraint. On comprend que ce système est autodestructeur, surtout lorsque les protections sociales sont assises sur les revenus du travail.


En contraignant le pouvoir d’achat des salariés du bas, on diminue la consommation donc les rentrées de TVA et d’Impôts, on diminue l’activité générale, créatrice de ressources pour l’état, on augmente les prestations sociales à redistribuer alors qu’on a diminué les recettes pour ces mêmes prestations…

 

On va droit dans le mur et ce n’est pas la prochaine hausse de la TVA, l’impôt le plus injuste,  qui va relancer la consommation et l’activité globale !

 

 

Pas de quoi être rassuré pour l’année 2014.

 

Le rapport de la DARES sur le SMIC est ici

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 23:43

Rappelons d’abord que nous avons remis notre courrier a Roberto Tamburrini le 4 novembre, lors de la venue de Chris. D. Holmes à Tilloy. Celui-ci nous a entendu durant une heure et avait promis de remettre la « lettre des salariés de 3M Beauchamp » au V.P. US.

Lire notre article :  V.P. en Visite en France : Les Elus F.O. de Beauchamp s'invitent à 3M Tilloy

 

Cela a été fait et vous pourrez lire ci-après la réponse de Chris. D Holmes aux salariés de 3M Beauchamp.

Bien sur, il n’y a pas d’engagement. Bien sur il n’y a que des mots aimables. Mais nous sommes convaincus qu’après cette « lettre des salariés de Beauchamp », l’image qu’un VP de ce niveau peut avoir du site et de ses salariés est plus positive. 

Ce n’est peut être qu’un grain de sable dans la balance, mais c’est mieux que du vide.

D’un autre coté, nos patrons France savent que nous avons les capacités à faire des actions ciblées ailleurs en France, ou plus loin, avec cette fois un pouvoir de nuisance plus problématique à gérer.

 

Notre revendication reste toujours la sauvegarde du site de 3M Beauchamp.

 

reponse-de-Chris-Holmes.JPG

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 23:25

Nous tenons à disposition des média, les éléments et copies de conventions prouvant le financement public et la contrepartie de 41 emplois.... 

ob f95a5e diapositive1

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 00:43

Le royaume uni repousse l'âge de départ à la retraite à 69 ans !

link

On peut s'attendre à ce que nos dirigeants s'en inspirent dans les années à venir...

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 23:43

Contrairement à ce que les journaux publient depuis ces derniers jours, le nombre de demandeurs d'emploi n'est pas en baisse, mais bien en hausse.

 

Seule la catégorie A est en baisse de 0,6 %

Catégorie A : 3 275 200 (contre 3 295 700 en septembre -0,6%)

Catégorie B : 661 200 (contre 637 500 en septembre +3,7 %)

Catégorie C : 946 600 (contre 910 200 en septembre + 4%)

Le total des catégorie A, B et C augmente donc de 0,8% (4 883 000 demandeurs d'emploi à fin octobre contre 4 843 400 en septembre).

Catégorie D : 279 200 (contre 270 800 en septembre +3,1 %)

Catégorie E : 366 700 (contre 358 800 en septembre + 2,2%)

La somme des cinq catégories donne le chiffre record de 5 528 900 demandeurs d'emploi, soit 1% de plus en un mois.(55900 ! Où est la baisse annoncée dans les médias !)

Au delà de ces chiffres, le rapport de la DARES montre que la durée dans le statut de demandeurs d'emploi est de plus en plus long...

Les radiations administratives sont au plus haut niveau à 52600, seul le mois de juillet cette année a été supèrieur. On est loin des 19 000 de janvier...

Le rapport de la DARES est : ici

Faudrait apprendre aux gouvernants et aux journalistes à faire une addition de 5 nombres...

PHO4c1b0976-5908-11e3-a291-8b232371b5eb-640x230.jpg

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 11:13

 Mercredi 20 novembre en fin de journée, les organisations syndicales Force Ouvrière et C.F.T.C. ont signé l’accord sur les mesures d’accompagnement du plan.

Vendredi, la C.F.D.T. a finalement accepté d’apposer sa signature sur le document.

 L’accord est donc majoritaire.

 Nous pensons que l’accord est d’un bon niveau d’accompagnement pour un plan de départ volontaire. 

Nous publierons par affichage un tableau récapitulatif des mesures d’accompagnement.

L'ouverture du volontariat devrait se faire rapidement.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 10:13

Plus de 5000 emplois sont concernés.

Les politiques de toutes tendances s'émeuvent et le gouvernement espère sauver 2000 emplois...  Autant dire qu'il accepte déjà la disparition des 3000 autres salariés.

"Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes" disait Bossuet.

La filière du transport en France va mal.

Elle est confrontée à la concurrence, sur son propre marché, de transporteurs de pays européens à bas coût. Certains font 60 heures par semaine pour 600 € par mois.

Face à cette concurrence légale, organisée par des textes européens signés par les différents pouvoirs Français depuis des décennies, les chauffeurs routiers ont accepté de nombreux sacrifices. Ils sont aujourd'hui au bord du précipice.

Dans les années 70, les routiers à l'international gagnaient 2,5 SMIC par mois. Aujourd'hui, ce n'est plus du tout le cas, ils cumulent des heures à la limite de la légalité, pour toucher le SMIC ou un 1,5 SMIC.

La mise en concurrence sauvage profite toujours aux marchés les moins évolués socialement. Ce qui est vrai pour les produits envoyés en Pologne par 3M l'est aussi pour le transport lorsque sur nos routes, des salariés de l'Est de l'Europe viennent rouler aux conditions du droit du travail polonais ou bulgare. Effet "boule de neige" en France, la perte sociale impacte les plus faibles du système, les salariés et leurs familles.

Il est toujours temps de s'émouvoir. Le peuple avait voté contre le traité européen le 29 mai 2005. Ce sont les mêmes émus d'aujourd'hui qui ont changé le "non" du peuple à 54,67 % par un "Oui" au congrès (Sénat + Assemblée Nationale) par 580 voix pour et 181 contre.  

Sans faire de politique, car ce n'est jamais le rôle d'un syndicat, il est parfois bon de faire un peu d'histoire récente.  

En attendant, la destruction sociale continue.

 


Partager cet article
Repost0