Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 13:28

Certaines centrales dites syndicales ont-elles oublié que beaucoup de salariés sont au chômage bien avant les 60 ans et que ce sont donc les plus fragilisés qui vont voir leur retraite amputée durant trois ans ?

 

La secrétaire générale de l’Union des cadres CGT a parfaitement récapitulée la situation en rappelant que cela aboutissait à « faire payer par les ouvriers une partie de la retraite complémentaire des cadres ».


PDF à lire avec intérêt:

VOS RETRAITES COMPLEMENTAIRES AMPUTEES...

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 14:01

Le message d'Inge Thulin du jeudi 22 octobre 2015.

 

1500 postes supprimés "pour le bien de tous", enfin de tous les actionnaires...

Lamentable de voir une entreprise comme 3M, qui fut une référence industrielle, être gérée comme un fond de pensions.

Il nous parle de R&D dans une entreprise qui ne sait plus qu'acheter d'autres entreprises ayant elles, conservé leur pouvoir d'innovation...

*******************************************************************************

Chers collègues, 3M
 
Comme vous le savez, nous sommes en constante évolution pour répondre aux besoins changeants de nos clients et de l'économie mondiale. Aujourd'hui, nous annonçons un plan de restructuration qui permettra de réduire notre main-d'œuvre mondiale en 1500 positions.

(Correction par rapport à Google translate : qui permettra de virer 1500 salariés)
 
Ces réductions seront principalement axées sur les frais généraux de structure - en grande partie aux États-Unis - avec des marchés à croissance plus lente, avec un accent sur l'Europe / Moyen-Orient / Afrique et Amérique latine. (traduction : Seule l'Asie sera épargnée)
 
Cette restructuration va soutenir nos actions en cours pour accroître notre compétitivité et de simplifier notre organisation de l'entreprise. (Traduction : Pour cracher plus de dividendes et attirer plus d'investisseurs afin d'augmenter le prix de l'action 3M...et donc faire grossir le portefeuille des dirigeants)

Le plan s'aligne avec nos efforts pour construire notre entreprise pour le succès à long terme par le renforcement de notre portefeuille, nos capacités de R & D et nos processus d'affaires.

(Traduction : les 1500 sacrifiés n'avaient pas de capacité de travail, étaient des boulets qui nous ralentissaient....)
 

Nous continuons à construire une société plus forte, plus agile et plus compétitif, qui sera en concurrence aujourd'hui et pour les nombreuses années à venir.

(Traduction : Jusqu'à la prochaine annonce)

 

ANNONCE "KICK IN THE ASS"

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 13:11
POUR 100 BRIQUES, T'AS PLUS RIEN

CE PRIX INCLUS :

DEUX SITES INDUSTRIELS

L'OUTIL DE PRODUCTION

LE STOCK

LE SAVOIR FAIRE

ET

150 Salariés Kleenex,

(Jetables après prise de possession

du catalogue clients ! )

 

PAS DE QUOI ÊTRE FIER A 3M

 

Le titre fait référence au film et pas au montant de la vente... Bien évidemment...

 

 

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 10:02

L'indifférence aux souffrances qu'on cause est la forme terrible et permanente de la cruauté. (Marcel Proust)

Selon que vous serez puissant ou misérable... Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. Voilà ce que l'on peut dire du licenciement d'Eric Bar. Au-delà des raisons invoquées (qui ne justifient pas un licenciement), c'est la méthode que nous contestons fermement. Convocation à l'entretien préalable par courrier recommandé recu le samedi matin, la veille, la R.H. avait pris soin de prévenir Eric qu'il allait recevoir un courrier et devant le désaroi du salarié avait demandé au Délégué Syndical d'appeler le salarié le week-end pour prendre de ses nouvelles !!!

Petit rappel, la Direction dispose d'un délai allant de deux jours à un mois pour rendre sa décision suite à l'entretien préalable. On peut considérer que dans le cas d'Eric, comme il n'y avait plus de confiance entre la Direction et le salarié et qu'elle craignait un incident à chaque instant, la décision aurait dû intervenir rapidement. Eh bien NON . Il a fallu 15 jours pour convoquer Eric, un vendredi à 16h00.

Ni la R.H., ni la Direction n'ont pu "bousculer" leurs agendas pour voir Eric avant.

Cerise sur le gâteau, son supérieur hiérarchique n'a pas assisté à l'entretien de licenciement, car retenu, mais a pousser le bouchon en allant ensuite voir Eric sur le parking pour lui demander comment il allait !

GRANDIOSE !

Il y a des boites qui font de la gestion humaine de haut niveau, à Tilloy, 3M fait de la gestion humaine de caniveau !

En janvier, notre collègue sera chômeur.
D'autre qui dans le passé ont commis des choses bien plus graves et inquiètantes pour le site sont toujours là... Dans de beaux placards dorés...

Selon que vous serez, puissant ou misérable....

SELON QUE VOUS SEREZ PUISSANT OU MISERABLE

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 00:11

Les médias nous ont rabattu les oreilles avec les deux chemises arrachées aux Directeurs d'Air France. I

Ils ont été muets sur le la vidéo de l'intervention d'une salariée d'Air France dans la salle du C.C.E. quelques minutes avant que les choses n'explosent.

Le dédain de cette Direction est représentatif de l'attitude de bien des Directions et D.R.H. de grandes entreprises.

La vidéo de l'intervention de cette salariée est ici.

La petite phrase sur les enfants fait référence à une intervention du patron d'Air France à l'Abbaye de Royaumont devant un parterre de "grands patrons" ou il se demandait à quel âge était-on encore un enfant...

Histoire de les mettre plus tôt au travail...

Air France est dans son troisième plan de réduction d'effectif de suite.
Peut être que c'est pas les salariés qui sont nuls, mais ceux qui les dirigent ?

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 00:04

Les médias nous ont rabattu les oreilles avec les deux chemises arrachées aux Directeurs d'Air France.

Ils ont été muets sur le la vidéo de l'intervention d'une salariée d'Air France dans la salle du C.C.E. quelques minutes avant que les choses n'explosent.

Le dédain de cette Direction est représentatif de l'attitude de bien des Directions et D.R.H. de grandes entreprises.

La vidéo de l'intervention de cette salariée est ici.

 

La petite phrase sur les enfants fait référence à une intervention du patron d'Air France à l'Abbaye de Royaumont devant un parterre de "grands patrons"  ou il se demandait à quel âge était-on encore un enfant... Histoire de les mettre plus tôt au travail...

 

Air France est dans son troisième plan de réduction d'effectif de suite. Peut être que c'est pas les salariés qui sont nuls, mais ceux qui les dirigent ?

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 22:33

Le bras de fer entre des salariés motivés et une multinationale qui joue avec les délocalisations.

Le coté social du travail ne l'intéressait pas, sa seule motivation : l'avidité des dirigeants actionnaires.

 

Achetez "1336" est un acte militant, fort, prouvant que le bénéfice de quelques-uns ne peut pas être l'Alpha et l'Oméga dans une société ou tous les intervenants doivent pouvoir vivre dignement du fruit de leur travail.

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 23:15

Les patrons US de 3M n'ont plus, depuis longtemps, de visions industrielle et de recherche pour trouver de nouveaux produits. La principale recherche pour eux est dans l'achat et la vente d'autres entreprises qu'ils pourront vampiriser à loisirs. Activités lucratives pour eux qui se marie parfaitement avec la recherche de réductions des coûts, de délocalisations et de gel des embauches au niveau mondial...

Quelques annonces récentes...

Après avoir annoncé en juin sa plus grosse acquisition : Capital Safety

lire ici

Abandonné une partie de Pouyet communication (leader mondial lors de l'achat par 3M) en abandonnant le site de Cluses

3M annonce la vente en France de 100 % de Faab / Fabricauto

Lire ici :

la cession au niveau mondiale a venir début 2016 dans les logiciels de santé

Lire ici :

Et d'autres annonces devraient venir...

Dans le domaine des réductions de coûts / délocalisations, l'arrivé de SAP va permettre à 3M d'ouvrir plusieurs centaines de postes en Pologne au détriment d'un nombre encore plus important de postes en Europe de l'Ouest qui ne manqueront pas d'être détruits.

Après avoir délocalisé une partie des usines (et c'est pas fini), 3M délocalise les activités en supports.

L'outil informatique SAP est le meilleur ami du capitalisme globalisé, mondialisé, pour des entreprises prêtes à jeter les salariés devenus soudainement un obstacle à l'avidité insatiable de l'actionnariat.

3M a prévu de faire des économies également sur les plans de licenciements. ainsi, durant la phase de mise en place de SAP sur l'Europe, qui va durée plusieurs années avant d'être à pleine maturité, 3M a prévu de se servir de la pyramide des âges pour adapter ses besoins humains aux transferts de compétences vers la Pologne.

Leur avidité ne connaît pas de limite...

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 14:45

I ) Le plafonnement des remboursements de mutuelle :

Le gouvernement a décidé que chaque entreprise du secteur privé devrait proposer une mutuelle d’entreprise à ses salariés. La mutuelle proposée par l’employeur peut être celle de la branche.

Les remboursements de ces mutuelles ne sauraient être inférieurs à un plancher.

D’un autre coté, la loi impose un plafond de remboursement de la mutuelle, d'entreprise suivant les actes.
Ce plafond ne s’applique que par mutuelle.

Mais pour chaque couple de salariés du secteur privés, les deux composants pourront faire jouer sur le même acte les deux mutuelles. Ainsi, un couple travaillant sera mieux remboursé d’une paire de lunette qu’un célibataire, qu’un couple avec un chômeur ou qu’une mère ou un père célibataire…

C’est donc les plus fragiles qui vont être les premières victimes de ces nouvelles lois.
Dans un pays avec six millions de sans emploi, un nombre de smicards en hausse constante, des emplois de plus en plus précaires et de plus en plus de couples séparés avec enfants, le gouvernement limite les remboursements des mutuelles d’entreprises (celles qui sont négociées dans le « paquet sociale » de l’entreprise, à moindre coûts pour le salarié).

Ceux qui ont encore la chance d’avoir deux salaires pourront cumuler les remboursements et même, s’ils en ont les moyens, prendre une sur-assurance pour être encore mieux remboursés…
Les hauts revenus prendront une mutuelle privée et n’auront aucun plafond de remboursement.

Les autres ? Probable qu’ils finiront sans dent.

Il parait qu’en France, le gouvernement est social….

Les lois ubuesques du gouvernement :

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 18:58

De tous les sens, de tous les bords, les politiques accusent le code du travail de tous les maux.

N'ayant plus la main sur la monnaie, sur les possibilités d'emprunt, ils ne trouvent plus que le code du travail comme variable d'ajustement. Supprimer une partie des lois du travail serait donc la solution au chômage et à la précarisation de la société. On ne peut qu'en douter.

 

Le marché, libéré des contraintes serait donc la solution. Mais alors, les pays avec le moins de contraintes et de droits devraient être des pays à forte croissance et à faible chômage, ce qui est très loin d'être le cas, sauf dans quelques dictatures comme la Chine.

 

Le code du travail est-il trop gros, trop complexe ?

Le code du travail est un gros livre, comparé aux codes du travail de beaucoup d'autres pays, mais il a la particularité de contenir l'ensemble des relations et des obligations du travail.
Aussi, en plus des règlements et lois visant à cadrer les relations entre l'employeur et le salarié, il a la particularité de cadrer les licenciements économiques et l'intégralité des obligations liées à la sécurité et la santé au travail.

Premier ministre et ministre de l'économie veulent réformer ce code. C'est avec ce mot de "Réforme" qu'ils ont déjà, eux et leurs prédécesseurs depuis des décennies, laminé et précarisé les salariés.

Le CDI n'est plus un problème, puisque 80% des embauches se font en CDD. Les 35 heures ne sont pas un problème puisqu'elles ne sont en fait qu'un seuil de déclenchement d'heures supplémentaires, lorsque l'annualisation et le modulation ne sont pas utilisées.

On comprend bien la manoeuvre, puisque les lois visées sont celles qui protègent le salarié : faire sauter le SMIC par exemple ou le seuil des 35 heures.

Le MEDEF, qui réclame à hue et à dia, la suppression du seuil des 35 heures sait parfaitement que cela ne créera aucun emploi. Cela va juste permettre aux patrons de grandes entreprises de laisser partir un maximum de salariés vers la retraite sans avoir à en embaucher de nouveaux.
Ceux qui resteront feront plus d'heures pour compenser.

La remise en cause des 35 heures ne donnera aucune amélioration de productivité pour les cadres, qui sont en "forfait jour" et font déjà beaucoup plus de 35 heures par semaine.

Pourquoi ne pas simplifier en interdisant les contrats autres que le CDI (Vacataires, intérimaires etc...) Après tout, ce qui fait le chômage est le manque de croissance intérieure, nous ne consommons pas assez. nous dit-on. 
Mais comment consommer dans la précarité, sans savoir de quoi sera fait le lendemain ? Comment consommer avec des salaires contraints pour des millions de salariés au SMIC ? Comment avoir un logement ou un prêt avec ces problématiques ?

Les contrats de travail non sécurisés sont donc un frein à la croissance, puisqu'ils sont un frein à la consommation de nombreuses familles, à la limite du seuil de pauvreté et souvent sous ce seuil.

 

Nos énarques se trompent de cible et confondent les conséquences et les causes.
Si le travail est trop cher en France, ce n'est pas à cause des salaires, des droits sociaux ou des mesures de sécurité au travail, mais parce que les salariés sont aujourd'hui victimes du dumping, de la globalisation, de la mise en concurrence, sans contrepartie, avec des pays sans ou avec peu de droits et de protections.

Faut-il travailler sans chaussures de sécurité comme dans les fonderies d'Inde ?

Faut-il teinter les vêtements en travaillant pieds nus dans des bains chimiques pour concurrencer le travailleur Bengali ?

Faut-il travailler avec un SMIC à 500 euros comme le travailleur Polonais, si souvent apprécié par le patronat ( 3M par exemple) ?

La réponse est non. Résister, défendre nos droits, ceux de nos enfants, voilà la tâche qui nous est donné et que nous devons accomplir.

 

Les attaques systèmatiques contre le code du travail

Pour rappel, tout travailleur doit pouvoir vivre et faire vivre sa famille dignement, avec son salaire et non avec des aides.

Partager cet article

Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 13:57

Encore une fois, à grands coups de compliments dithyrambiques, la Direction annonce une série de nominations touchant le « gratin » de 3M en France.

L’ancien « petit chef » du Plain Post-It va travailler pour la supply chain et reportera au COE en Suisse. Il reste membre du comité de Direction de 3M France…  Pas certain que ce soit un bon point pour 3M France en cas de conflit d’intérêts entre le COE en Suisse et la Direction de 3M France…

En cas de décision de fermeture d’une usine en France par exemple… Défendra t-il, en tant que membre du comité de Direction France, l’emploi des salariés français, ou se rangera-t-il au coté de sa bienveillante nouvelle Direction Suisse ?….

Pour ce qui est de l’ancien Directeur des usines en France, il va bénéficier d’une mutation aux US.

Une grande partie des salariés de 3M France ne se joignent pas à la Présidente de 3M France dans ses remerciements pour l’œuvre accomplie durant les quatre années. Il n’y a pas de quoi se réjouir de la fermeture des adhésifs de Beauchamp et de celle du site de Cluses.
Quatre années de perdues, quatre années sans nouveaux business pour le site de Beauchamp, quatre années pour détruire encore un peu plus le site, fermer des ateliers et diminuer le nombre de salariés.

Cette non-réussite sera peut-être l’un de ses talons d’Achille…. Souhaitons-lui tout de même  de s’adapter au pays de la Country...

 

*Le titre de cet article fait référence au fait que nos patrons, depuis des années, ne savent que fermer des sites et des ateliers.
Le Cloporte est, en argot, celui qui clôt les portes…(le concierge). Et l’on sait tous combien de portes ils ont définitivement fermé depuis quelques décennies !

Partager cet article

Repost0
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 13:03

COMMENT CA MARCHE ?

QUEL SERA LE MONTANT DE MA RETRAITE ?

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 10:12

Les 500 Français les plus riches possèdent 460 milliards d'euros

.

Comme l'an dernier, le patron de LVMH domine le classement Challenges des plus grosses fortunes de l'Hexagone, avec 34,66 milliards d'euros. Patrick Drahi fait, lui, une entrée remarquée à la 6e place avec 16,7 milliards.

 

Toujours plus riches! Selon le classement annuel publié par Challenges ce jeudi, les 500 premières fortunes professionnelles de France détiennent à elles seules 460 milliards d'euros. Un record depuis 1996, date à laquelle le magazine a commencé à éplucher les rémunérations des plus importantes familles, héritiers, actionnaires et chefs d'entreprises. À cette époque, la France comptait 86 milliardaires contre 74 aujourd'hui mais en 1996, on parlait en francs…

Larticle du FIgaro est ici : http://www.lefigaro.fr/argent/2015/07/09/05010-20150709ARTFIG00079-les-500-francais-les-plus-riches-possedent-460-milliards-d-euros.php

 

LA CRISE ?
VOUS AVEZ DIT "LA CRISE" ?
QUELLE CRISE
?

LES RICHES TOUJOURS PLUS RICHE

LES PAUVRES TOUJOURS PLUS PAUVRE

LORSQUE LES CHOSES NE CHANGENT PAS, C'EST QU'ON EST DANS LE FONCTIONNEMENT NORMAL... PAS DANS UNE CRISE !

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 14:27

Le 30 juin le conseil désignatif a voté pour la constitution du nouveau C.H.S.-C.T.de Beauchamp.

Sur les postes opérateurs et techniciens, ont été élus :

Yann Lavergne (F.O.)

Jean-Marc Michelet (F.O.)

Thierry Mivelaz (F.O.)

Jérôme Dumas (F.O.)

Sur le poste réservé au représentant des cadres (prévu dans la convention collective de la Chimie)

Jean-Claude Carré

Souhaitons bon travail à l'équipe nommée pour les deux années à venir.

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 13:31

Lors du Comité Central d'Entreprise du 25 juin 2015, la Direction est revenue sur le projet de nouveau siège social sur Cergy.

Première annonce : Le C.T.C. de Beauchamp restera à Beauchamp.

Après avoir largement communiqué sur l'intérêt d'un CTC inclus au siège social, et par la même avoir créé l'envie chez un certain nombre de salariés, la Direction fait du rétropédalage et nous explique que le projet ne pourra se faire pour une raison de surcoût.

Un peu naïvement, nous pensions qu’avant de communiquer aux salariés, la Direction avait validé son projet sous les différents angles. C’était peut-être surestimer l’intelligence d’un certain nombre de nos dirigeants.

Comme ces dirigeants ne connaissent rien au travail des salariés, ils ont probablement découvert un peu tardivement les contraintes liées au C.T.C. qui sont assez éloignées de celles d’un immeuble uniquement consacré au tertiaire.

Voilà donc le C.T.C. relocalisé sur Beauchamp.

Au-delà de la déception d’une partie des salariés de ce service et de l’intérêt de proximité avec le siège social, c’est pour Beauchamp une nouvelle réconfortante. Voir le CTC partir, c’était encore des bâtiments à louer et des frais de fonctionnement en plus pour les activités restantes sur le site.

Autre nouvelle, la future tour doit être redessinée… Officiellement, parce que le CTC n’y sera pas…

Mais comment ne pas y voir une relation avec un projet européen de délocalisations de nombreuses activités vers la Pologne ?

Un projet ou l’on est capable de nous dire avec force de précisions que telle activité ouvrira 18 postes en Pologne, telle autre 25, une troisième un peu plus de 30.. Au total aux alentours de 250 postes créés, mais où la Direction est incapable de dire combien de postes seront supprimés dans les différentes filiales d’Europe de l’Ouest !

Après les activités délocalisées en Suisse, c’est en Pologne que partiront de nombreuses autres activités. Combien d’emplois en moins pour Cergy ?

Partager cet article

Repost0
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 16:16

Oui au droit à réparation intégral du préjudice - Non à l'impunité sociale !

Le Gouvernement a intégré en dernière minute UN AMENDEMENT à la LOI MACRON privant les salariés de la réparation intégrale du préjudice en cas de licenciement fautif de l’employeur.

Ce texte foule aux pieds les principes d’égalité et de réparation intégrale du préjudice 

Limiter la réparation du préjudice, c’est remettre en cause le principe selon lequel celui qui cause un dommage par sa faute s’oblige à le réparer entièrement.

N’oublions pas qu’il ne s’agit pas de l’indemnité due pour tout licenciement mais de la sanction des licenciements illégaux et abusifs

Cette mesure accrédite le discours patronal, fondé sur des préjugés consternants sur qui fustige les droits des salariés qui seraient des obstacles à la performance des entreprises.

 

Elle consacre l’idée selon laquelle  moins sanctionner les licenciements abusifs créerait de l’emploi !

 

L’usage du 49-3 n’a pas permis le débat parlementaire sur cette disposition illégitime…pour autant la loi n’est pas encore définitivement adoptée et nous pouvons encore faire changer les choses.  

C’est pourquoi le SAF (Syndicat des Avocats de France) LE SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE 5sm°, les organisations syndicales de salariés  CFDT, CGT SOLIDAIRES, CFE CGC,FO et UNSA  appellent à signer massivement la pétition en ligne (et par tout moyen) pour obtenir la suppression du nouvel article du code du travail instituant une barémisation maximale des dommages et intérêts réparant les préjudices des salariés licenciés abusivement.   Signez et faite signez la pétition pour le retrait de cette disposition et pour soutenir toutes les actions que les organisations signataires continueront de mener si votre voix n’est pas entendue.  

 

Pour signer la pétition cliquez sur ce lien : http://www.petitions24.net/non_au_plafonnement_de_la_reparation_des_licenciements_abusifs

Partager cet article

Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 21:20

Toutes les catégories sont en hausse.

Les chômeurs sans emploi (cat. A) de 0,7% à 3.536.000.

Ceux exerçant une activité réduite courte (cat. B) de 1,9% à 696 900.

Ceux avec une activité réduite longue (cat. C) de 1,4% à 1 111 700

Les catégories D et E sont respectivement à 275 300 et 377 900.

Fin avril 2015, l'ensemble des 5 catégories représente 5.997 800 personnes.

Leur nombre a augmenté de 0,8 % sur un mois.
Sur un an, sur les cinq catégories, la hausse est de 336 600 demandeurs d'emploi !

 

Le rapport de la DARES est ici : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-LJ23SM.pdf

 

Ces chiffres tranchent avec le bel optimisme un peu benêt de nos gouvernants annonçant avec joie : LA REPRISE EST LA ! (0,6% au premier trimestre)

 

Et cela pour plusieurs raisons :

Une fausse reprise :

La reprise n'est grosso-modo que de la mise en stock d'après l'économiste Marc Touati :
"Sur les 0,6%, 0,5 point s'explique par la formation de stocks qui est simple variable d'ajustement. Hors stock, la 'vraie croissance' est de 0,1%". En clair, les entreprises ont rempli leurs entrepôts, mais elles n'ont pas investi et encore moins embauché. "

 

Un fossé catégoriel de plus en plus important :

Le taux de chômage des professions intermédiaires et des cadres oscille de 4 à 5% depuis 30 ans. En revanche, le taux de chômage des ouvriers non qualifiés – soit 3 millions de personnes - progresse continuellement et oscille autour de 20%. Et il n'a cessé d'augmenter même pendant les périodes de croissance.

Ceci s'explique principalement par la concurrence déloyale des pays à "faibles coûts salariaux" et par les délocalisations massives de productions. La solution visant à baisser les salaires ouvriers ne ferait que paupériser encore plus les plus faibles et augmenter une fracture sociale déjà dénoncée il y a 20 ans et qui n'a cessé d'augmenter depuis.

 

Des outils de gestion disparus :

Les droits de douanes et autres possibilités de ré-équilibrer les différences de droits sociaux des pays producteurs ont pratiquement disparu, nous privant d'un outil de protection des professions et des secteurs économiques les plus faibles.

Avec une monnaie unique, il est devenu impossible de ré équilibrer la compétitivité du pays en ré-évaluant ou en dévaluant la monnaie... second outil de protection abandonné !

Les digues ont sauté, les seules variables d'ajustement restantes pour nos politiques sont de nous faire perdre nos droits sociaux et de baisser nos coûts du travail au niveau des salariés polonais ou roumains !

 

Et pourtant.... Ils nous promettaient un avenir radieux...

- "Si le traité de Maastricht était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL) -

- « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche).

- « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France).

- « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2).

- « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter).

- « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune).

- « Si aujourd’hui la banque centrale européenne existait, il est clair que les taux d’intérêt seraient moins élevés en Europe et donc que le chômage y serait moins grave. » (Jean Boissonnat, 15 septembre 1992, La Croix).

 

L'histoire peut en rire... Nous pas !

Partager cet article

Repost0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 22:43

FO a signé un accord sur l’augmentation du temps de travail des salariés sur le site alsacien de Delpierre (filiale du groupe Labeyrie Fine Foods).
Cette signature permet de débloquer les projets d’investissements de la direction du groupe de 1,8 million d’euros dans le saumon mariné. Soumis à la concurrence de la Pologne, dont le coût horaire est près de cinq fois plus faible qu’en France, les 150 emplois de Delpierre étaient sous la menace d’une fermeture du site d’ici à trois ans.

 

Le passé a déjà démontré que ce type d'accord peut parfois se retourner contre les salariés. Pour autant, il faut reconnaitre que dans le cas présent, la Direction apporte et inscrit sa contrepartie en investissement et en sauvegarde d'un site menacé.


Et à 3M, où en est-on ?

Chez 3M, la Direction souhaite "négocier" une augmentation du temps de travail.
Il est difficile de parler réellement de négociation puisque seul compte le point de vue de la Direction... Surtout, il semble difficile de négocier lorsqu'il n'y a aucune contrepartie, lorsque la Direction n'a aucun pouvoir sur l'investissement, aucun pouvoir sur l'emploi, aucun pouvoir sur la volonté de faire perdurer les sites industriels menacés...

La seule proposition de la Direction reste de voler la demi-heure de pause des salariés postés en ne comptabilisant que 7h30 de travail effectif par faction de 8h... sans aucune garantie d'investissement, sans garantie sur l'emploi, sans garantie sur la viabilité des sites...

Difficile donc de prétendre à un dialogue social crédible lorsque l'on a pas le pouvoir de négocier et qu'on a les mains liées aux marionnettistes U.S.

Accord sur le temps de travail : En contrepartie de quoi ?

Partager cet article

Repost0
Published by FO 3M France
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 23:31

Edito de Jean-Claude Mailly du 6 mai 2015.

 

Austérité ? Rigueur ? On peut discuter à l’infini pour connaître, en matière économique et sociale, la différence entre les deux, certaines publications les utilisant même comme synonymes. Le débat est en fait d’un intérêt relatif, sauf à souligner que le mot austérité est plus révélateur de sens que rigueur, plus ambigu.

Ce qui compte le plus, c’est la manière dont les deux mots sont utilisés et par qui, et le contenu de la politique économique et sociale à laquelle ils correspondent dans la réalité.

Ainsi, on se souvient qu’en 1983, au plus haut niveau de l’État, on a décidé de confirmer l’ancrage dans le système monétaire européen et que, du coup, on a mis en place une politique de « désinflation compétitive » avec gel des conventions collectives. Officiellement, à l’époque, la formule utilisée était celle de la politique de rigueur avec comme assimilation : rigueur = bonne gestion. Mais dans les faits c’était un retournement et aucune « bonne gestion » ne peut correspondre à une remise en cause de la liberté de négociation.

À l’époque, un économiste que j’ai déjà cité, Serge-Christophe Kolm, expliquait : « Une mouche sur le front, un gourdin pour tuer la mouche : plan de rigueur. »

Aujourd’hui en France, comme ailleurs en Europe, c’est bien une logique d’austérité qui est en place, logique d’ailleurs condamnée par la Confédération européenne des syndicats.

Le libéralisme économique en vigueur serait intouchable et toutes les souplesses sont donc à rechercher du côté du social : salaires, conditions de travail, protection sociale, emploi ou service public. Et c’est cette logique-là qui conduit à l’échec économique, social et démocratique.

Combattre l’austérité n’est donc pas qu’un slogan : c’est une impérieuse nécessité. Et nous ne lâcherons pas, que ce soit sur nos analyses, nos positions, nos revendications.

Comme toujours, nous serons libres de notre comportement et indépendants.

Partager cet article

Repost0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 23:23

Du 11 au 22 mai Nos spécialistes sont à votre disposition du 11 au 22 mai 2015 de 9h00-12h00 et 14h00-17h du lundi au vendredi uniquement pour répondre à vos questions au 01 40 52 84 00 ou en écrivant à foimpot@force-ouvriere.fr

Partager cet article

Repost0
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 16:20

Le journal « Parisien » du lundi 20 avril 2015 a consacré un article de ses pages « Ile de France » à la marque Spontex et à son éponge cellulosique.

L’usine de Beauvais, leader en France et sur le marché européen, emploie 250 salariés.

Des éponges qui grattent des parts de marché depuis des années à 3M. (44% pour Spontex et 20% pour 3M)

Pour autant, on peut lire dans cet article que Spontex craint fortement l’arrivée prochaine d’un concurrent dangereux avec de faibles coûts de main d’œuvre et d’énergie.
Sous la marque Sponcel, une usine gigantesque se construit en Pologne (à Kleszczow) grâce à des aides de l’Europe ! Elle devrait commencer sa production en 2016.

Spontex mise sur son actionnaire Jarden Corporation pour investir et améliorer la productivité et la qualité des éponges cellulosiques produites à Beauvais..

La questions qui vient à l’esprit est pour nous, salariés de 3M Beauchamp la suivante : « Peut-on compter sur l’actionnaire 3M pour que la partie "éponge cellulosique" venue d'outre Atlantique soit encore compétitive au moment même ou le rapport entre le dollar et l'euro pése sur nos importations de matières premières venues des U.S. ?

Encore une source d’inquiétude pour les salariés de 3M Beauchamp.

L’Europe brade encore des emplois, non seulement elle nous met en concurrence avec les salariés sans protection sociale, « à bas coût », mais en plus, elle finance la construction d’usines ultra modernes, pesant encore plus sur les droits sociaux de ceux qui en ont !

Les salariés de Beauvais et de Beauchamp ont du souci à se faire....

Spontex VS Sponcel... Que restera-t-il de Scotch-Brite ?

L'article du parisien est ici : le parisien

 

Partager cet article

Repost0
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 13:46

Un bel exemple de ce qu’est le syndicalisme d’accompagnement…

 

 

LA CFDT DELOCALISE AU MAROC !!!

 

La C.F.D.T. a signé un marché de contrôle de ses fichiers informatiques, adhésions, prélèvements cotisations, à une boite du nom de NEOXIA, basée au Maroc à Casablanca.

 

Cette confédération « syndicale », à force de côtoyer le MEDEF de trop près, en copie les vices. Elle a donc été contaminée par le virus de la délocalisation, telle une multinationale du CAC 40 !!!

 

Elle a confié la gestion de son fichier appelé « GASEL (Gestion des Adhérents et des Structures En Ligne) » à la filiale marocaine d’une boite française ! ! !
Cette société en plus du suivi comptable des cotisations tient même un registre des communications qu’un syndiqué à pu passer à son délégué ! Un beau coup de canif à la liberté individuelle !

Le royaume des gazelles pour faire tourner « GASEL » aurait été choisi, d’après les responsables de la CFDT, parce que « ce pays possède un droit du travail et la liberté syndicale… »

Emouvant ce plaidoyer pour un pays ou le code du travail s’applique avec une grande discrimination… Rien pour les employés de maison et les travailleurs agricoles par exemple !

الكونفدرالية الفرنسية الديمقراطي دو العناء

Confédération Française Démocratique du Travail =

الكونفدرالية الفرنسية الديمقراطي دو العناء

Partager cet article

Repost0
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 23:27

Depuis une dizaine de jours et pour encore quelques temps, les salariés de Beauchamp regardent une sorte de monstre mécanique géant au long cou, dépecer des morceaux entiers du passé industriel du site.

C’est devenu une habitude sur Beauchamp, lorsque l’une de ces grues pose ses jambes d’acier sur le sol du parc Barrachin, ce n’est pas pour y installer de nouvelles machines, mais pour vider le site de sa capacité de production.

Les plus anciens se souviennent d’un temps ou les démontages de machines non transférées étaient financés dans l’investissement suivant, parfois plusieurs années après. Les dépouilles de la F1 et de la F2 à l’ancienne usine I.G.T. en témoignent encore. Ces monstres d’acier de plusieurs étages semblent endormis, la ventilation des locaux laissant croire aux visiteurs éventuels qu’elles respirent encore. Pourtant, elles ne serviront jamais plus.

Depuis une quinzaine d’années, les machines qui ne sont pas délocalisées sont démontées dans le plan même d’arrêt d’activité. Les petites machines comme les découpeuses ou les presses offset du PMD n’échappent pas à cette règle, même s’il n’y a pas besoin de faire place nette aux machines à venir… Peut-être parce qu’il n’y a justement pas de machines à venir !

La soif de démontage de nos patrons a peut-être commencé avec l’extrudeuse 1, le plan des abrasifs, avec les citernes derrières la chaufferie, avec les silos à grains de l’extrudeuse… Impossible de retrouver la genèse des faits qui aboutissent au final à la vision d’une usine au trois quart vide. Vide de machines, mais aussi vide d’humain.

Le coup de balai final sera moins onéreux pour nos actionnaires. Plus dilué.

Difficile de ne pas se souvenir de ce qu’était la première vision de l’usine TECH il y a 35 ans, un jour d’avril 1980. La densité de machines installées dans tous les recoins possibles. Le fourmillement humain des services de maintenances intervenants dans tous les sens, des contrôleurs de qualité, des approvisionneurs, des opérateurs de production boostés à la prime de rendement, exécutants en gestes saccadés, précis et rapides, la transformation des produits et leurs emballages…

La grue au centre de la cour va continuer encore quelques temps son œuvre de démantèlement. Elle repartira pour d’autres taches, dans d’autres lieux. Mais elle reviendra, n’en doutons pas, se repaitre des oripeaux de nos machines. De celles qui restent encore pour quelques temps. Elle reviendra finir le travail commencé. Elle se moque bien des derniers salariés qui resteront, de ceux qui boiront le calice jusqu’à la lie. Elle est comme nos patrons, elle n’a pas d’état d’âme, elle exécute sa tache sans sourciller.

Comme nous aimerions nous tromper…

Partager cet article

Repost0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 09:19

C'est 2150 salariés qui vont être licenciés dans la même fournée. Direction Pôle Emploi, comme des millions d'autres, victimes du même mal.

Nos gouvernants ont pourtant donné près de 18 millions d'euros au repreneur qui, il y a un an, avait repris Mory Ducros pour le faire devenir Mory Global. Au passage, une première fournée de salariés avait été sacrifiée sur l'autel de la compétitivité.

Le fond du problème, dans le transport comme dans les autres secteurs, c'est la concurrence déloyale. Il y a bien des palettes à livrer, mais pour un prix plus bas....

Dans le cas présent du transport, ce qui tue le travail, ce sont des compagnies comme Norbert Dentresangle qui utilisent des chauffeurs des pays de l'Est, avec des droits sociaux au rabais, qui mettent en concurrence les salariés pour augmenter le profit et donc les dividendes des actionnaires.

A ce rythme là, nous perdrons bientôt le reste de nos emplois. Les actionnaires et les gros comités de Direction se rempliront les poches. Ces derniers pourront prendre sur leurs deniers les assurances (maladie et retraite) privées, puisqu'ils auront fait péricliter le système social français et les baisés seront encore et toujours les mêmes, les salariés, les chômeurs et les retraités du bas !

Les autistes qui nous gouvernent et nous enfoncent profondément une Europe pourtant rejetée par 54% des Français par référendum en 2005, continueront à gesticuler pour faire croire qu'ils gouvernent...

Voilà de quoi se meurt le salariat  de France.

Aujourd’hui c’est eux, mais personne ne sera épargné…
Et sans salarié, plus de protection sociale, ni retraite, ni maladie, ni chômage !

Nous aurons alors la société rêvée par nos élites, avec de grands magasins ouverts tous les jours et plus de pouvoir d'achat faute de travail...

Mory, l'exemple même de la concurence déloyale

Cessons de nous indigner, révoltons-nous !

Partager cet article

Repost0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 10:37

Après les attentats de janvier 2015, beaucoup ont défendu la liberté d’expression et se sont proclamés CHARLIE !

Le lundi 23 mars pour faire connaitre leur mécontentement, certains salariés se sont arrêtés de travailler, d’autres à la demande de FO ont signé une pétition, à chacun son mode d’expression.

Sauf qu’aujourd’hui la direction 3M du site de Tilloy fait le tour des signataires pour, à son tour, manifester son mécontentement de voir des cadres, des techniciens, des ouvriers s’exprimer.

Force Ouvrière 3M France tient à apporter tout son soutien aux salariés signataires, et rappelle son attachement aux valeurs démocratiques fondamentales. Continuer à défendre l’esprit voltairien, le droit à l’insolence, la liberté d’expression comme la liberté syndicale est indispensable.

La Direction fait pression contre la liberté d'expression.

ETRE OU PARAITRE,

il faut choisir !

 

********

 

Tout salarié plongé dans l'environnement
3M Tilloy reçoit une pression de haut en bas...

 

Bref, l'inverse du principe d'Archimède...

Le principe du management de M.... peut-être !

 

Partager cet article

Repost0