Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 14:56

Après avoir fait couler pas mal d’encre en début d’année 2015, le projet de réorganisation de la partie  « Marjobert » du Grand Centre de Cergy, avec la convention tripartite signée par 3M, semble au fil des mois devenir de plus en plus flou.

D’abord il y a eu le rétropédalage de la Direction par rapport au Centre Technique Client, qui devait être transféré de l’usine de Beauchamp au nouveau siège social à Cergy. Soudainement, les coûts se sont révélés trop importants. Il est vrai que les normes ne sont pas les mêmes pour un laboratoire et un immeuble tertiaire et que cela à un coût. Il est vrai également qu’au niveau de salaires qui est celui des Dirigeants de 3M, nous aurions pu espérer qu’ils aient pris en compte ces coûts avant toutes annonces.

Depuis, et contrairement à l’échéancier présenté en Comité Central d’Entreprise et Comité d’Etablissement de Beauchamp en février 2015, la consultation sur la destruction du Club House, première étape du projet pour libérer le terrain du futur immeuble semble avoir pris une année de retard. Prévue en septembre, cette consultation n’a pas encore été faite. La Direction de Cergy annonçant même au C.E. de Cergy que le Club House pourrait servir pour la saison 2015/2016 et que les travaux de démolition du gymnase n’auraient pas lieu avant l’été 2016, voire même fin 2016.

Enfin, et c’est peut être le plus inquiétant, le projet de Global Service Centers va transférer nombre de postes de l’Europe de l’Ouest vers la Pologne. 3M Cergy est largement concerné et la Direction à déjà annoncé qu’elle utiliserait le gel des embauches et la pyramide des âges pour diminuer les effectifs au fur et à mesure de l’avancement du transfert polonais.

La Direction attend-elle de savoir le nombre des postes restants à Cergy pour définir le besoin en immeuble tertiaire ?

En tout état de cause, on est loin des informations communiquées lors du conseil municipal de Cergy du 28 mai 2015, où, à plusieurs reprises, Dominique Lefebvre se dit persuadé et insiste pour convaincre les élus de la ville qu’il ne peut y avoir de maintien de 3M et des 800 emplois si l’on ne réalise pas l’opération.

Nous commençons même à nous demander si la Direction de 3M ne va pas faire un rétropédalage sur l’ensemble du projet. 3M vient de regrouper dans un Hub, les filiales Allemande (D), Autrichienne (A), Suisse (S) et Hongroise (H) (Dash… On ne commentera pas le nom de la nouvelle entité 3M, heureusement qu’ils n’ont pas intégré l’Estonie…).
Si ce type de structure voit le jour ailleurs en Europe, on est en droit de se demander si un regroupement de la France avec d’autres filiales n’est pas envisagé et si ce n’est pas une raison pour ralentir les projets annoncés en février 2015.

Affaire à suivre de près donc.

3M / Grand Centre Cergy : Un siège social ou un mirage ?

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 20:15

Le 6 octobre 2015, le Président de la République inaugurait en grande pompe le super porte-conteneurs de la compagnie CMA-CGM: "Le Bougainville".

400 mètres de long, 50 de large, il peut emporter 18000 conteneurs.

Comment ne pas comprendre que les voyages vers l'Asie seront bien moins chargés que les voyages venus d'Asie vers la France ? Comment ne pas comprendre que ce porte-conteneurs est l'un des outils nécessaires à la mondialisation, où des salariés sous-payés produisent à bas coût, sans droits, sans médecine du travail, sans syndicats libres, les produits consommés par les smicards, les pauvres et les chômeurs de France.

Alors comment ne pas faire un lien entre ces outils, ces délocalisations et
l
es 6 127 200 demandeurs d'emploi ? Ce rend-on compte encore de ce que ce chiffre compte d'exclusion ? Plus de la moitié des demandeurs ne sont pas indemnisés...

Les mêmes nous parlent du bilan carbone. Les moteurs de 87000 chevaux du super porte-conteneurs consomment 330 tonnes de fuel par jour ! ! !

Mais pour eux, le chômage, c'est la faute de ceux qui le subissent, les travailleurs... Le travailleur d'ici est trop protégé, trop payé, trop tôt en retraite, ayant trop de vacances, pas assez malléable, trop éloigné du modèle esclavagiste et totalitariste de Chine Populaire.

Ah oui ! J’allais oublier... Le magnifique porte-conteneurs "Français" est sorti des chantiers navals de Corée.

Les statistiques effarantes du chômage publiées par la DARES sont en ligne ici : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-GS16RE.pdf

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 15:55

A travers les attentats du 13 novembre, c’est à notre République que les terroristes se sont attaqués. Depuis plusieurs années, la pression exercée sur les représentants de l’état montre ses limites. Beaucoup d’heures avec peu de moyens, voilà la gestion faite depuis des lustres par les politiques des uns et des autres.

Certes, ce gouvernement avait décidé d’embaucher un millier de fonctionnaires pour le renseignement. Mais faire des fiches « S » est une chose, encore faut-il ensuite que l’information soit utilisée par les services de police ou de gendarmerie. Or les effectifs ont été largement diminués avec le regroupement de ces deux corps. Dans ses effectifs, il y a bien évidemment la partie visible, ceux qui sont dans les rues, mais aussi toute la partie non visible, celle qui traite les informations, qui tape les rapports. Les moyens en voitures et en équipements ont été réduits. Bref, ce sont des forces de l’ordre amoindries qui doivent faire le travail pour le  transmettre ensuite à la justice.

Or, la justice a elle aussi été victime des politiques d’austérité successives.

Avec les réformes de la justice, la fermeture de tribunaux, la diminution des effectifs de « petites mains » qui font avancer le travail des juges, c’est tout le système judiciaire qui s’est en partie paralysé. On a de moins en moins poursuivit les délinquants pour désengorger le système, jusqu’à ne plus être crédible. Traducteurs non déclarés, manques de moyens y compris d’encre dans les copieurs etc…
Pour autant, la partie non paralysée de la justice a fait son travail et fini par condamner les crimes les plus lourds en envoyant les criminels en prison.

Mais c’est oublier que le système carcéral a également  été victime du dogme de l’austérité. La France brille par son manque de place en prison. Alors nous sommes passés par la case laxisme, remettant les délinquants en liberté, masquant ainsi les manques de moyens des uns et des autres. Les bracelets électroniques remplaçants la prison et ses gardiens, en fermant les yeux sur le fait que peu de bracelets sont réellement efficaces.

On a également dépouillé les douanes, malgré les hausses de trafics d’armes, de contrebandes, de drogues et de terroristes. Les postes frontières ont été supprimés  pour faire place à la volante, avec une couverture très parcellaire. Avec Schengen, notre sécurité tient donc à la qualité des douanes de Grèce. (Ces dernieres ayant subi encore plus que nous l'austérité)

Pour avoir laissé dériver depuis des décennies ces fonctions, nous devons donc appeler à la rescousse l’armée.

C’est oublier que l’armée aussi a subi des baisses fortes d’effectifs et de moyens. Avec la fermeture de nombreuses casernes, le maillage n’est plus assuré sur l’ensemble du territoire. Difficile donc de devoir venir en renfort avec un effectif réduit, alors que cet effectif est déjà engagé sur de nombreuses missions externes.

Ainsi, on nous le dit déjà : « il y aura d’autres attentats… »

Heureusement, ce 13 novembre, l’Hôpital Public  a répondu avec efficacité à ses attaques en réagissant parfaitement. Pourtant, lui aussi à été grandement touché par les plans successifs d’économies…

C’est oublier que les attentats se sont produits à Paris, ville ou il y a le plus d’hôpitaux. Que ce serait-il produit dans une ville moyenne de province ?

On peut faire la même remarque pour les pompiers. Ceux de Paris sont des professionnels. Comment aurait été gérée la situation en province  avec des pompiers bénévoles ?

Lorsque les choix de la finance l’emportent sur les choix politiques, c’est le peuple qui paye les pots cassés.

Redisons le haut et fort : Il n’y a pas de République sans service public.

Parce que la sécurité des citoyens est une responsabilité de l’Etat.

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 16:08

Version De Geike Arnaert lors des funérailles de

Bobbejaan Schoepen.

 

 

A la mémoire des victimes

du 13 novembre 2015.

Version De Geike lors des funérailles de Bobbejaan Schoepen

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 23:23

Le mercredi 28 janvier 2015, l’Assemblée nationale a voté en lecture définitive le projet de loi relatif à la modernisation du droit. L’animal est désormais reconnu comme un « être vivant doué de sensibilité » dans le Code civil (nouvel article 515-14) et n’est plus considéré comme un bien meuble (article 528). Ainsi, il n’est plus défini par sa valeur marchande et patrimoniale mais par sa valeur intrinsèque.

 

On ne peut que ce réjouir de cette avancée pour l'animal.

Ainsi, l'animal n'est plus classé dans les meubles et objets.

 

Pour autant, le code du travail ne reconnait toujours pas le droit des salariés à ne pas être vendus comme des meubles lors des reventes d'entreprise. Le salarié n'a pas son mot à dire dans les cessions, il est transféré avec les biens, comme les meubles. Du reste, les acquéreurs ne prennent souvent pas plus de gants pour virer les salariés que pour virer les meubles...

 

Souvenons-nous des transferts vers MEDA ou AEXXiDIS.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 17:50
BONNE ROUTE CAMARADE.

Yann quitte 3M pour se consacrer à la formation syndicale et sociale au sein du centre de formation de la Confédération Force Ouvrière.

Il formera les militants Force Ouvrière à travers toute la France.

Dans un premier temps, il part en congé sabbatique et nous lui souhaitons une pleine réussite dans son activité de formateur afin que l’essai se transforme en réussite totale, pour lui et pour la confédération Force Ouvrière.

Au syndicat F.O. 3M Beauchamp, c’est avec une vraie émotion que nous le voyons partir.

Yann a été parmi les militants de la première heure dans notre syndicat. Stages et Congrès ont été partagés durant presque quinze années.

Yann nous a passé un message pour l’ensemble des salariés :

Soyez militants, soyez vigilants, battez-vous pour votre avenir et celui de vos enfants.

C’est ce qu’il a fait durant toutes ces années au sein de notre syndicat et que nous allons poursuivre.

L’ensemble du Syndicat F.O. 3M BEAUCHAMP souhaite à Yann une bonne route et la réussite de son projet. Nous le reverrons quelque part, en stage ou dans les instances Force Ouvrière, n’en doutons pas.

F.O. 3M BEAUCHAMP

9 novembre 2015

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 12:45

Intervention d'Alain Doublet pour le Syndicat F.O. 3M Beauchamp lors du congrès de l'Union Départementale du Val d'Oise.

...............................................................................................................

 

Camarades, je vous apporte le salut fraternel des syndiqués F.O. de 3M France !

J’aimerai en préambule dire ici le plaisir que j’ai eu à travailler depuis trois ans à la C.E. et au Bureau de notre union départementale.

 

Depuis notre dernier congrès de l’UD 95, 3M, comme de trop nombreuses entreprises, a continué à détruire des emplois.

Aucune difficulté financière n’a motivé ces diminutions d’effectif…

O € d’impôt payé en deux ans et 2 millions d’€uros de C.I.C.E.

La motivation est dans la réduction de ce que les patrons appellent des « coûts »  qui sont nos salaires et nos droits, pour augmenter les profits avec lesquelles ils se gavent et ils gavent l’actionnaire !

Gel des embauches pour ne pas remplacer les départs naturels, plan de départs volontaires, délocalisations de productions, sous traitance… Tous les moyens sont bons pour augmenter les profits des uns au détriment des autres.

Le gain maximum dans un temps minimum !

L’avidité est devenue pour eux une valeur !

Mes camarades, un québécois à écrit :

« Il y a toujours de la sueur de pauvres dans l’argent des riches »

Il faudrait ajouter aujourd’hui :  
« Et pour être toujours plus riche, les riches font travailler des pauvres de plus en plus pauvre !

C’est ainsi que les financiers, les grands groupes industriels, les fonds de pensions US délocalisent le travail dans des zones ou les salaires, les droits sociaux ou les impôts sont au plus bas !

Tout ce qui peut augmenter les profits des uns sur le dos des autres est aujourd’hui autorisé.

Nous sommes nous, à Force Ouvrière, attachés aux valeurs de la République. De cette République ou tous les  salariés, de quelque région de France qu’ils soient, étaient solidaires des salariés chômeurs, malades, retraités ou de leurs familles.
Dans cette République, Ils partageaient la même monnaie, ils avaient les mêmes devoirs et ils avaient les mêmes droits, car ils étaient égaux devant l’impôt et dans leurs droits sociaux, ils avaient un même SMIC, des mêmes congés payés, …

Bref, ils étaient SOLIDAIRES !

Mes camarades, depuis 40 ans, les valeurs de cette République sont mises à mal par les pouvoirs successifs.

Ils vous disent devoir réformer le code du travail ? 

C’est une tromperie pour faire parler les média et faire avaler des couleuvres au peuple. !

Le code du travail ne s’applique qu’aux dimensions de la République, Or, que reste-t-il de cette République dans une Europe sans frontière, ou les capitaux, les marchandises et les salariés sont délocalisables ?

Ils ont créé un espace ou certes, la monnaie est commune, mais ou les droits sociaux et le devoir d’impôts sont inégaux !

Ils ont, les uns et les autres, cédé le pouvoir aux puissances d’argent, aux banques, aux fonds de pension, à une oligarchie.

Comment ne pas appeler « Dumping social » le fait d’avoir dans une zone économique unique, des salariés avec un SMIC à 350 €uros et des travailleurs français à 1450 €uros… Des pays avec une sécurité sociale digne de ce nom et d’autres avec la charité en remède à la pauvreté organisée !

Comment ne pas appeler « Optimisation fiscale » le fait d’avoir dans une même zone économique unique des taux d’imposition à 5 ou 8 % dans certains pays et des taux à 25 ou 30% dans d’autres pays ?

Comment croire que ce dumping social et fiscal soit un hasard ?

Il y a eu l’Europe du charbon et de l’acier… Ils ont fermé les charbonnages et les aciéries !

Il y a eu la politique agricole européenne… Des millions de paysans ont perdu leurs fermes pour laisser place à des agriculteurs suréquipés, surendettés, surexploités par les groupes bancaires, des semenciers et des groupes de  distributions, et qui finissent un jour par se suicider !

Depuis 15 ans, c’est notre industrie qu’ils tuent !

Les productions ont été délocalisées les unes après les autres, à 3M, comme ailleurs.

Les emplois non délocalisables sont aujourd’hui ouverts aux salariés détachés !

Jusqu’ou braderont-ils notre droit à vivre honnêtement et dignement de notre travail ?

Bien sur mes camarades, il est nécessaire et normal de réclamer une meilleure redistribution des richesses et des hausses de salaires, notamment du SMIC, cela fait parti de nos devoirs envers les travailleurs. Mais c’est lutter contre les conséquences du mal, cela ne diminue en rien le mal !

On ne soigne pas une dent avec de l’aspirine on ne fait qu’atténuer la douleur. !

Il est nécessaire, dans une organisation syndicale qui défend les travailleurs, de prendre à bras le corps ce problème de l’Europe du Dumping !

Certaines organisations syndicales sont clairement pro-européenne de part le manque d’indépendance qui est le leur.

Force Ouvrière se doit de porter haut et fort la lutte contre cette Europe là, car elle est le laminoir de nos droits !

Ne laissons pas à d’autres ce combat qui nous revient !

La tromperie a assez durée.

Car c’est bien de tromperie dont-il s’agit !

Et elle ne date pas d’hier !!

Nous avons retrouvé deux phrases de Michel Sapin, notre actuel ministre des finances et ancien ministre du travail qui démontre la lucidité de nos élites.

Voici ce qu’il disait :

Le 2 août 1992, il déclarait au « Journal du Dimanche » : « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. »

Et le 11 septembre 1992 sur France Inter : « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. »

Celui qui dit cela est ou un incompétent, ou un menteur !

Force Ouvrière doit être porteur de ce message :

« Le monde des travailleurs ne veut pas devenir un monde de chômeurs, de précarité et de pauvreté, ce que nous vivons n’est pas une fatalité, c’est le fruit d’un système voulu et organisé pour enrichir les plus riches en appauvrissant les plus pauvres ! « 

L’Europe et la Mondialisation sont les outils de cette exploitation massive des travailleurs.

Nous ne devons pas tomber dans un syndicalisme d’accompagnement vers la pauvreté, mais nous devons haut et fort affirmer nos choix :

Ils veulent nous faire passer du statut d’ouvriers producteurs à celui de consommateur de produits bas de gamme fabriqués par délocalisés dans des pays ou les puissances d’argent exploitent des travailleurs esclaves, sans code du travail, sans médecine du travail, sans syndicat libre !

Notre combat prioritaire doit être nos emplois et la protection des droits qui y sont liés !

Nous devons élevés nos revendications au-delà du simple quotidien des salariés, car la menace n’est plus de la même nature que par le passé. La menace est dans la mondialisation, qui bafoue les droits des peuples et des salariés.
La menace est dans l’abandon de toute souveraineté à la finance mondialisée.

Si des entreprises comme 3M délocalisent ses bénéfices en Suisse, c’est pour payer moins d’impôts.

Si elles délocalisent les productions en Europe de l’est, c’est pour payer moins cher la main d’œuvre, c’est pour avoir des contraintes réglementaires, sociales ou environnementales, moindre.

Et c’est en toute légalité qu’elles le font car les lois mises en place depuis des lustres par les pouvoirs successifs le leur permettent. Nos dirigeants ont inventés et rendu possible le monde rêvé par ces entreprises mondialisées.

Lorsque de nombreuses entreprises comme 3M délocalisent ou crée une nouvelle usine là où la main d’œuvre est moins chère, elles utilisent souvent deux arguments :

Premièrement : Les autres le font, nous sommes obligés de le faire aussi !

Deuxièmement : Une partie du travail restera en France, cela permettra de garder les emplois à forte valeur ajouté !

Alors autant vous dire qu’au Syndicat F.O. 3M France, on ne partage pas l’analyse de la Confédération F.O.  dans Le Point du 11 novembre 2014 qui justifie avec les mêmes argumentaires que nos patrons, la production hors de France vers des pays à faible coût.
C’était pour une usine Renault au Maghreb,

Lorsqu’une usine part de France ou quelle est construite ailleurs, c’est aussi des emplois externes de gardiennage, de maintenance, de restauration, bref, tout un tissus d’entreprises et d’artisans qui meurt…

C’est pourquoi le problème du chômage ne s’arrêtera pas tant que ce monde ouvert aux quatre vents de la mondialisation perdurera.

Il y a dans un système international, une notion de respect des peuples, de leurs droits et de leurs différences, de leur choix de peuple, dans un esprit d’échange entre partenaires économiques.

Il y a dans la mondialisation, le rejet de toutes idées de respect des uns ou des autres, le rejet de toutes idées d’échange ou de partenariat. Seul compte les gains de quelques-uns. Une politique de la terre brulée qui ne laisse rien à la fin pour les plus pauvres.

Nous devons refuser d’être acteur de ce système qui emportera tout sur son passage.

On ne peut pas se plaindre de la concurrence entre salariés créée par les mondialistes et vouloir la mondialisation qui a permis cette mise en concurrence.

Bossuet disait « Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes ».

….

… Nous avons, mes camarades et moi-même, beaucoup apprécié le petit livre de la Confédération Force Ouvrière « Il faut sauver le service public », car le service public est un fondement de notre république, mais nous attendons avec impatience que la confédération publie le tome 2 « Il faut sauvez l’industrie » !

Nous voulons, à F.O. 3M France que les problèmes soulevés dans ce congrès sur l’euro concurrence soient remontés et pris en compte. Les travailleurs de ce pays y sont confrontés au quotidien. Il est de notre responsabilité syndicale d’apporter les revendications nécessaires afin d’en finir avec ce dumping social !

L’Europe sera Sociale ou ne sera pas !

Si nous ne soutenons pas les travailleurs qui subissent cela, alors nous laisserons d’autres formes de contestations prendre notre place, et il ne faudra pas venir pleurer ensuite.

….

Autre sujet que nous souhaitons remonter ici vers notre confédération, ce sont nos outils de syndicalisation.

Force Ouvrière avait un hebdomadaire remarquable, F.O. Hebdo. L’ensemble de nos syndiqués y étaient abonnés afin de les faire devenir progressivement, par l’information, nos futurs militants.

Ce journal était parfois oublié dans les salles de pause, et permettait aussi aux salariés lambda de ne pas avoir QUE la vision «  TF1 « ou « France Télévision » de l’actualité sociale.

Chacun pouvait lire le temps de sa pause, un article complet sur un sujet, échangé avec son collègue de machine ou d’atelier.

A la place, la confédération a transformé le journal des syndiqués en une feuille de choux, invitant le lecteur à « lire la suite de l’article sur le site de la confédération »…

Les camarades de la confédération auraient-ils oublié que lorsque la pause est finie, l’ouvrier ne va pas sur internet, mais sur sa machine, faire sa production… Hé oui, tous les travailleurs ne sont pas devant un écran… 

Et puis entre nous, pour avoir F.O. hebdo gratuitement toutes les semaines, il fallait être syndiqué…
Pour aller sur le site de la confédération, il n’y a pas besoin d’avoir une carte F.O….

Il nous semblait que Force Ouvrière avait besoin de syndiqués, par de lecteurs gratuits !

Il est quand même assez amusant de voir qu’aujourd’hui, la seule fois de l’année ou F.O. Hebdo ressemble à un journal, c’est pour le Tour de France ! Pour mettre en haut de l’affiche des salariés précaires qui se shootent afin de réaliser les performances attendues par leurs employeurs !

Cela ressemble farouchement à ce que nous vivons au quotidien dans nos usines !

Ne serait-il pas plus valorisant d’écrire des articles sur ceux qui, toute l’année luttent contre ces modes de travail plutôt que de faire des héros, ceux qui les subissent ?

Vive le syndicalisme libre et indépendant !

Vive l’Union Départementale Force Ouvrière du Val d’Oise !

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 20:39

La ministre du travail, qui prétend réformer ce code du travail en deux ans ne sait même pas combien de fois il est possible de renouveler un contrat en CDD...

 

... Et dire qu'avec ce niveau d'incompétence elle touchera bientôt une retraite d'ex ministre...  Ad vitam aeternam..

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 13:28

Certaines centrales dites syndicales ont-elles oublié que beaucoup de salariés sont au chômage bien avant les 60 ans et que ce sont donc les plus fragilisés qui vont voir leur retraite amputée durant trois ans ?

 

La secrétaire générale de l’Union des cadres CGT a parfaitement récapitulée la situation en rappelant que cela aboutissait à « faire payer par les ouvriers une partie de la retraite complémentaire des cadres ».


PDF à lire avec intérêt:

VOS RETRAITES COMPLEMENTAIRES AMPUTEES...

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 14:01

Le message d'Inge Thulin du jeudi 22 octobre 2015.

 

1500 postes supprimés "pour le bien de tous", enfin de tous les actionnaires...

Lamentable de voir une entreprise comme 3M, qui fut une référence industrielle, être gérée comme un fond de pensions.

Il nous parle de R&D dans une entreprise qui ne sait plus qu'acheter d'autres entreprises ayant elles, conservé leur pouvoir d'innovation...

*******************************************************************************

Chers collègues, 3M
 
Comme vous le savez, nous sommes en constante évolution pour répondre aux besoins changeants de nos clients et de l'économie mondiale. Aujourd'hui, nous annonçons un plan de restructuration qui permettra de réduire notre main-d'œuvre mondiale en 1500 positions.

(Correction par rapport à Google translate : qui permettra de virer 1500 salariés)
 
Ces réductions seront principalement axées sur les frais généraux de structure - en grande partie aux États-Unis - avec des marchés à croissance plus lente, avec un accent sur l'Europe / Moyen-Orient / Afrique et Amérique latine. (traduction : Seule l'Asie sera épargnée)
 
Cette restructuration va soutenir nos actions en cours pour accroître notre compétitivité et de simplifier notre organisation de l'entreprise. (Traduction : Pour cracher plus de dividendes et attirer plus d'investisseurs afin d'augmenter le prix de l'action 3M...et donc faire grossir le portefeuille des dirigeants)

Le plan s'aligne avec nos efforts pour construire notre entreprise pour le succès à long terme par le renforcement de notre portefeuille, nos capacités de R & D et nos processus d'affaires.

(Traduction : les 1500 sacrifiés n'avaient pas de capacité de travail, étaient des boulets qui nous ralentissaient....)
 

Nous continuons à construire une société plus forte, plus agile et plus compétitif, qui sera en concurrence aujourd'hui et pour les nombreuses années à venir.

(Traduction : Jusqu'à la prochaine annonce)

 

ANNONCE "KICK IN THE ASS"

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 13:11
POUR 100 BRIQUES, T'AS PLUS RIEN

CE PRIX INCLUS :

DEUX SITES INDUSTRIELS

L'OUTIL DE PRODUCTION

LE STOCK

LE SAVOIR FAIRE

ET

150 Salariés Kleenex,

(Jetables après prise de possession

du catalogue clients ! )

 

PAS DE QUOI ÊTRE FIER A 3M

 

Le titre fait référence au film et pas au montant de la vente... Bien évidemment...

 

 

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 10:02

L'indifférence aux souffrances qu'on cause est la forme terrible et permanente de la cruauté. (Marcel Proust)

Selon que vous serez puissant ou misérable... Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. Voilà ce que l'on peut dire du licenciement d'Eric Bar. Au-delà des raisons invoquées (qui ne justifient pas un licenciement), c'est la méthode que nous contestons fermement. Convocation à l'entretien préalable par courrier recommandé recu le samedi matin, la veille, la R.H. avait pris soin de prévenir Eric qu'il allait recevoir un courrier et devant le désaroi du salarié avait demandé au Délégué Syndical d'appeler le salarié le week-end pour prendre de ses nouvelles !!!

Petit rappel, la Direction dispose d'un délai allant de deux jours à un mois pour rendre sa décision suite à l'entretien préalable. On peut considérer que dans le cas d'Eric, comme il n'y avait plus de confiance entre la Direction et le salarié et qu'elle craignait un incident à chaque instant, la décision aurait dû intervenir rapidement. Eh bien NON . Il a fallu 15 jours pour convoquer Eric, un vendredi à 16h00.

Ni la R.H., ni la Direction n'ont pu "bousculer" leurs agendas pour voir Eric avant.

Cerise sur le gâteau, son supérieur hiérarchique n'a pas assisté à l'entretien de licenciement, car retenu, mais a pousser le bouchon en allant ensuite voir Eric sur le parking pour lui demander comment il allait !

GRANDIOSE !

Il y a des boites qui font de la gestion humaine de haut niveau, à Tilloy, 3M fait de la gestion humaine de caniveau !

En janvier, notre collègue sera chômeur.
D'autre qui dans le passé ont commis des choses bien plus graves et inquiètantes pour le site sont toujours là... Dans de beaux placards dorés...

Selon que vous serez, puissant ou misérable....

SELON QUE VOUS SEREZ PUISSANT OU MISERABLE

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 00:11

Les médias nous ont rabattu les oreilles avec les deux chemises arrachées aux Directeurs d'Air France. I

Ils ont été muets sur le la vidéo de l'intervention d'une salariée d'Air France dans la salle du C.C.E. quelques minutes avant que les choses n'explosent.

Le dédain de cette Direction est représentatif de l'attitude de bien des Directions et D.R.H. de grandes entreprises.

La vidéo de l'intervention de cette salariée est ici.

La petite phrase sur les enfants fait référence à une intervention du patron d'Air France à l'Abbaye de Royaumont devant un parterre de "grands patrons" ou il se demandait à quel âge était-on encore un enfant...

Histoire de les mettre plus tôt au travail...

Air France est dans son troisième plan de réduction d'effectif de suite.
Peut être que c'est pas les salariés qui sont nuls, mais ceux qui les dirigent ?

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 00:04

Les médias nous ont rabattu les oreilles avec les deux chemises arrachées aux Directeurs d'Air France.

Ils ont été muets sur le la vidéo de l'intervention d'une salariée d'Air France dans la salle du C.C.E. quelques minutes avant que les choses n'explosent.

Le dédain de cette Direction est représentatif de l'attitude de bien des Directions et D.R.H. de grandes entreprises.

La vidéo de l'intervention de cette salariée est ici.

 

La petite phrase sur les enfants fait référence à une intervention du patron d'Air France à l'Abbaye de Royaumont devant un parterre de "grands patrons"  ou il se demandait à quel âge était-on encore un enfant... Histoire de les mettre plus tôt au travail...

 

Air France est dans son troisième plan de réduction d'effectif de suite. Peut être que c'est pas les salariés qui sont nuls, mais ceux qui les dirigent ?

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 22:33

Le bras de fer entre des salariés motivés et une multinationale qui joue avec les délocalisations.

Le coté social du travail ne l'intéressait pas, sa seule motivation : l'avidité des dirigeants actionnaires.

 

Achetez "1336" est un acte militant, fort, prouvant que le bénéfice de quelques-uns ne peut pas être l'Alpha et l'Oméga dans une société ou tous les intervenants doivent pouvoir vivre dignement du fruit de leur travail.

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 23:15

Les patrons US de 3M n'ont plus, depuis longtemps, de visions industrielle et de recherche pour trouver de nouveaux produits. La principale recherche pour eux est dans l'achat et la vente d'autres entreprises qu'ils pourront vampiriser à loisirs. Activités lucratives pour eux qui se marie parfaitement avec la recherche de réductions des coûts, de délocalisations et de gel des embauches au niveau mondial...

Quelques annonces récentes...

Après avoir annoncé en juin sa plus grosse acquisition : Capital Safety

lire ici

Abandonné une partie de Pouyet communication (leader mondial lors de l'achat par 3M) en abandonnant le site de Cluses

3M annonce la vente en France de 100 % de Faab / Fabricauto

Lire ici :

la cession au niveau mondiale a venir début 2016 dans les logiciels de santé

Lire ici :

Et d'autres annonces devraient venir...

Dans le domaine des réductions de coûts / délocalisations, l'arrivé de SAP va permettre à 3M d'ouvrir plusieurs centaines de postes en Pologne au détriment d'un nombre encore plus important de postes en Europe de l'Ouest qui ne manqueront pas d'être détruits.

Après avoir délocalisé une partie des usines (et c'est pas fini), 3M délocalise les activités en supports.

L'outil informatique SAP est le meilleur ami du capitalisme globalisé, mondialisé, pour des entreprises prêtes à jeter les salariés devenus soudainement un obstacle à l'avidité insatiable de l'actionnariat.

3M a prévu de faire des économies également sur les plans de licenciements. ainsi, durant la phase de mise en place de SAP sur l'Europe, qui va durée plusieurs années avant d'être à pleine maturité, 3M a prévu de se servir de la pyramide des âges pour adapter ses besoins humains aux transferts de compétences vers la Pologne.

Leur avidité ne connaît pas de limite...

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 14:45

I ) Le plafonnement des remboursements de mutuelle :

Le gouvernement a décidé que chaque entreprise du secteur privé devrait proposer une mutuelle d’entreprise à ses salariés. La mutuelle proposée par l’employeur peut être celle de la branche.

Les remboursements de ces mutuelles ne sauraient être inférieurs à un plancher.

D’un autre coté, la loi impose un plafond de remboursement de la mutuelle, d'entreprise suivant les actes.
Ce plafond ne s’applique que par mutuelle.

Mais pour chaque couple de salariés du secteur privés, les deux composants pourront faire jouer sur le même acte les deux mutuelles. Ainsi, un couple travaillant sera mieux remboursé d’une paire de lunette qu’un célibataire, qu’un couple avec un chômeur ou qu’une mère ou un père célibataire…

C’est donc les plus fragiles qui vont être les premières victimes de ces nouvelles lois.
Dans un pays avec six millions de sans emploi, un nombre de smicards en hausse constante, des emplois de plus en plus précaires et de plus en plus de couples séparés avec enfants, le gouvernement limite les remboursements des mutuelles d’entreprises (celles qui sont négociées dans le « paquet sociale » de l’entreprise, à moindre coûts pour le salarié).

Ceux qui ont encore la chance d’avoir deux salaires pourront cumuler les remboursements et même, s’ils en ont les moyens, prendre une sur-assurance pour être encore mieux remboursés…
Les hauts revenus prendront une mutuelle privée et n’auront aucun plafond de remboursement.

Les autres ? Probable qu’ils finiront sans dent.

Il parait qu’en France, le gouvernement est social….

Les lois ubuesques du gouvernement :

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 18:58

De tous les sens, de tous les bords, les politiques accusent le code du travail de tous les maux.

N'ayant plus la main sur la monnaie, sur les possibilités d'emprunt, ils ne trouvent plus que le code du travail comme variable d'ajustement. Supprimer une partie des lois du travail serait donc la solution au chômage et à la précarisation de la société. On ne peut qu'en douter.

 

Le marché, libéré des contraintes serait donc la solution. Mais alors, les pays avec le moins de contraintes et de droits devraient être des pays à forte croissance et à faible chômage, ce qui est très loin d'être le cas, sauf dans quelques dictatures comme la Chine.

 

Le code du travail est-il trop gros, trop complexe ?

Le code du travail est un gros livre, comparé aux codes du travail de beaucoup d'autres pays, mais il a la particularité de contenir l'ensemble des relations et des obligations du travail.
Aussi, en plus des règlements et lois visant à cadrer les relations entre l'employeur et le salarié, il a la particularité de cadrer les licenciements économiques et l'intégralité des obligations liées à la sécurité et la santé au travail.

Premier ministre et ministre de l'économie veulent réformer ce code. C'est avec ce mot de "Réforme" qu'ils ont déjà, eux et leurs prédécesseurs depuis des décennies, laminé et précarisé les salariés.

Le CDI n'est plus un problème, puisque 80% des embauches se font en CDD. Les 35 heures ne sont pas un problème puisqu'elles ne sont en fait qu'un seuil de déclenchement d'heures supplémentaires, lorsque l'annualisation et le modulation ne sont pas utilisées.

On comprend bien la manoeuvre, puisque les lois visées sont celles qui protègent le salarié : faire sauter le SMIC par exemple ou le seuil des 35 heures.

Le MEDEF, qui réclame à hue et à dia, la suppression du seuil des 35 heures sait parfaitement que cela ne créera aucun emploi. Cela va juste permettre aux patrons de grandes entreprises de laisser partir un maximum de salariés vers la retraite sans avoir à en embaucher de nouveaux.
Ceux qui resteront feront plus d'heures pour compenser.

La remise en cause des 35 heures ne donnera aucune amélioration de productivité pour les cadres, qui sont en "forfait jour" et font déjà beaucoup plus de 35 heures par semaine.

Pourquoi ne pas simplifier en interdisant les contrats autres que le CDI (Vacataires, intérimaires etc...) Après tout, ce qui fait le chômage est le manque de croissance intérieure, nous ne consommons pas assez. nous dit-on. 
Mais comment consommer dans la précarité, sans savoir de quoi sera fait le lendemain ? Comment consommer avec des salaires contraints pour des millions de salariés au SMIC ? Comment avoir un logement ou un prêt avec ces problématiques ?

Les contrats de travail non sécurisés sont donc un frein à la croissance, puisqu'ils sont un frein à la consommation de nombreuses familles, à la limite du seuil de pauvreté et souvent sous ce seuil.

 

Nos énarques se trompent de cible et confondent les conséquences et les causes.
Si le travail est trop cher en France, ce n'est pas à cause des salaires, des droits sociaux ou des mesures de sécurité au travail, mais parce que les salariés sont aujourd'hui victimes du dumping, de la globalisation, de la mise en concurrence, sans contrepartie, avec des pays sans ou avec peu de droits et de protections.

Faut-il travailler sans chaussures de sécurité comme dans les fonderies d'Inde ?

Faut-il teinter les vêtements en travaillant pieds nus dans des bains chimiques pour concurrencer le travailleur Bengali ?

Faut-il travailler avec un SMIC à 500 euros comme le travailleur Polonais, si souvent apprécié par le patronat ( 3M par exemple) ?

La réponse est non. Résister, défendre nos droits, ceux de nos enfants, voilà la tâche qui nous est donné et que nous devons accomplir.

 

Les attaques systèmatiques contre le code du travail

Pour rappel, tout travailleur doit pouvoir vivre et faire vivre sa famille dignement, avec son salaire et non avec des aides.

Partager cet article

Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 13:57

Encore une fois, à grands coups de compliments dithyrambiques, la Direction annonce une série de nominations touchant le « gratin » de 3M en France.

L’ancien « petit chef » du Plain Post-It va travailler pour la supply chain et reportera au COE en Suisse. Il reste membre du comité de Direction de 3M France…  Pas certain que ce soit un bon point pour 3M France en cas de conflit d’intérêts entre le COE en Suisse et la Direction de 3M France…

En cas de décision de fermeture d’une usine en France par exemple… Défendra t-il, en tant que membre du comité de Direction France, l’emploi des salariés français, ou se rangera-t-il au coté de sa bienveillante nouvelle Direction Suisse ?….

Pour ce qui est de l’ancien Directeur des usines en France, il va bénéficier d’une mutation aux US.

Une grande partie des salariés de 3M France ne se joignent pas à la Présidente de 3M France dans ses remerciements pour l’œuvre accomplie durant les quatre années. Il n’y a pas de quoi se réjouir de la fermeture des adhésifs de Beauchamp et de celle du site de Cluses.
Quatre années de perdues, quatre années sans nouveaux business pour le site de Beauchamp, quatre années pour détruire encore un peu plus le site, fermer des ateliers et diminuer le nombre de salariés.

Cette non-réussite sera peut-être l’un de ses talons d’Achille…. Souhaitons-lui tout de même  de s’adapter au pays de la Country...

 

*Le titre de cet article fait référence au fait que nos patrons, depuis des années, ne savent que fermer des sites et des ateliers.
Le Cloporte est, en argot, celui qui clôt les portes…(le concierge). Et l’on sait tous combien de portes ils ont définitivement fermé depuis quelques décennies !

Partager cet article

Repost0
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 13:03

COMMENT CA MARCHE ?

QUEL SERA LE MONTANT DE MA RETRAITE ?

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 10:12

Les 500 Français les plus riches possèdent 460 milliards d'euros

.

Comme l'an dernier, le patron de LVMH domine le classement Challenges des plus grosses fortunes de l'Hexagone, avec 34,66 milliards d'euros. Patrick Drahi fait, lui, une entrée remarquée à la 6e place avec 16,7 milliards.

 

Toujours plus riches! Selon le classement annuel publié par Challenges ce jeudi, les 500 premières fortunes professionnelles de France détiennent à elles seules 460 milliards d'euros. Un record depuis 1996, date à laquelle le magazine a commencé à éplucher les rémunérations des plus importantes familles, héritiers, actionnaires et chefs d'entreprises. À cette époque, la France comptait 86 milliardaires contre 74 aujourd'hui mais en 1996, on parlait en francs…

Larticle du FIgaro est ici : http://www.lefigaro.fr/argent/2015/07/09/05010-20150709ARTFIG00079-les-500-francais-les-plus-riches-possedent-460-milliards-d-euros.php

 

LA CRISE ?
VOUS AVEZ DIT "LA CRISE" ?
QUELLE CRISE
?

LES RICHES TOUJOURS PLUS RICHE

LES PAUVRES TOUJOURS PLUS PAUVRE

LORSQUE LES CHOSES NE CHANGENT PAS, C'EST QU'ON EST DANS LE FONCTIONNEMENT NORMAL... PAS DANS UNE CRISE !

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 14:27

Le 30 juin le conseil désignatif a voté pour la constitution du nouveau C.H.S.-C.T.de Beauchamp.

Sur les postes opérateurs et techniciens, ont été élus :

Yann Lavergne (F.O.)

Jean-Marc Michelet (F.O.)

Thierry Mivelaz (F.O.)

Jérôme Dumas (F.O.)

Sur le poste réservé au représentant des cadres (prévu dans la convention collective de la Chimie)

Jean-Claude Carré

Souhaitons bon travail à l'équipe nommée pour les deux années à venir.

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 13:31

Lors du Comité Central d'Entreprise du 25 juin 2015, la Direction est revenue sur le projet de nouveau siège social sur Cergy.

Première annonce : Le C.T.C. de Beauchamp restera à Beauchamp.

Après avoir largement communiqué sur l'intérêt d'un CTC inclus au siège social, et par la même avoir créé l'envie chez un certain nombre de salariés, la Direction fait du rétropédalage et nous explique que le projet ne pourra se faire pour une raison de surcoût.

Un peu naïvement, nous pensions qu’avant de communiquer aux salariés, la Direction avait validé son projet sous les différents angles. C’était peut-être surestimer l’intelligence d’un certain nombre de nos dirigeants.

Comme ces dirigeants ne connaissent rien au travail des salariés, ils ont probablement découvert un peu tardivement les contraintes liées au C.T.C. qui sont assez éloignées de celles d’un immeuble uniquement consacré au tertiaire.

Voilà donc le C.T.C. relocalisé sur Beauchamp.

Au-delà de la déception d’une partie des salariés de ce service et de l’intérêt de proximité avec le siège social, c’est pour Beauchamp une nouvelle réconfortante. Voir le CTC partir, c’était encore des bâtiments à louer et des frais de fonctionnement en plus pour les activités restantes sur le site.

Autre nouvelle, la future tour doit être redessinée… Officiellement, parce que le CTC n’y sera pas…

Mais comment ne pas y voir une relation avec un projet européen de délocalisations de nombreuses activités vers la Pologne ?

Un projet ou l’on est capable de nous dire avec force de précisions que telle activité ouvrira 18 postes en Pologne, telle autre 25, une troisième un peu plus de 30.. Au total aux alentours de 250 postes créés, mais où la Direction est incapable de dire combien de postes seront supprimés dans les différentes filiales d’Europe de l’Ouest !

Après les activités délocalisées en Suisse, c’est en Pologne que partiront de nombreuses autres activités. Combien d’emplois en moins pour Cergy ?

Partager cet article

Repost0
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 16:16

Oui au droit à réparation intégral du préjudice - Non à l'impunité sociale !

Le Gouvernement a intégré en dernière minute UN AMENDEMENT à la LOI MACRON privant les salariés de la réparation intégrale du préjudice en cas de licenciement fautif de l’employeur.

Ce texte foule aux pieds les principes d’égalité et de réparation intégrale du préjudice 

Limiter la réparation du préjudice, c’est remettre en cause le principe selon lequel celui qui cause un dommage par sa faute s’oblige à le réparer entièrement.

N’oublions pas qu’il ne s’agit pas de l’indemnité due pour tout licenciement mais de la sanction des licenciements illégaux et abusifs

Cette mesure accrédite le discours patronal, fondé sur des préjugés consternants sur qui fustige les droits des salariés qui seraient des obstacles à la performance des entreprises.

 

Elle consacre l’idée selon laquelle  moins sanctionner les licenciements abusifs créerait de l’emploi !

 

L’usage du 49-3 n’a pas permis le débat parlementaire sur cette disposition illégitime…pour autant la loi n’est pas encore définitivement adoptée et nous pouvons encore faire changer les choses.  

C’est pourquoi le SAF (Syndicat des Avocats de France) LE SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE 5sm°, les organisations syndicales de salariés  CFDT, CGT SOLIDAIRES, CFE CGC,FO et UNSA  appellent à signer massivement la pétition en ligne (et par tout moyen) pour obtenir la suppression du nouvel article du code du travail instituant une barémisation maximale des dommages et intérêts réparant les préjudices des salariés licenciés abusivement.   Signez et faite signez la pétition pour le retrait de cette disposition et pour soutenir toutes les actions que les organisations signataires continueront de mener si votre voix n’est pas entendue.  

 

Pour signer la pétition cliquez sur ce lien : http://www.petitions24.net/non_au_plafonnement_de_la_reparation_des_licenciements_abusifs

Partager cet article

Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 21:20

Toutes les catégories sont en hausse.

Les chômeurs sans emploi (cat. A) de 0,7% à 3.536.000.

Ceux exerçant une activité réduite courte (cat. B) de 1,9% à 696 900.

Ceux avec une activité réduite longue (cat. C) de 1,4% à 1 111 700

Les catégories D et E sont respectivement à 275 300 et 377 900.

Fin avril 2015, l'ensemble des 5 catégories représente 5.997 800 personnes.

Leur nombre a augmenté de 0,8 % sur un mois.
Sur un an, sur les cinq catégories, la hausse est de 336 600 demandeurs d'emploi !

 

Le rapport de la DARES est ici : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-LJ23SM.pdf

 

Ces chiffres tranchent avec le bel optimisme un peu benêt de nos gouvernants annonçant avec joie : LA REPRISE EST LA ! (0,6% au premier trimestre)

 

Et cela pour plusieurs raisons :

Une fausse reprise :

La reprise n'est grosso-modo que de la mise en stock d'après l'économiste Marc Touati :
"Sur les 0,6%, 0,5 point s'explique par la formation de stocks qui est simple variable d'ajustement. Hors stock, la 'vraie croissance' est de 0,1%". En clair, les entreprises ont rempli leurs entrepôts, mais elles n'ont pas investi et encore moins embauché. "

 

Un fossé catégoriel de plus en plus important :

Le taux de chômage des professions intermédiaires et des cadres oscille de 4 à 5% depuis 30 ans. En revanche, le taux de chômage des ouvriers non qualifiés – soit 3 millions de personnes - progresse continuellement et oscille autour de 20%. Et il n'a cessé d'augmenter même pendant les périodes de croissance.

Ceci s'explique principalement par la concurrence déloyale des pays à "faibles coûts salariaux" et par les délocalisations massives de productions. La solution visant à baisser les salaires ouvriers ne ferait que paupériser encore plus les plus faibles et augmenter une fracture sociale déjà dénoncée il y a 20 ans et qui n'a cessé d'augmenter depuis.

 

Des outils de gestion disparus :

Les droits de douanes et autres possibilités de ré-équilibrer les différences de droits sociaux des pays producteurs ont pratiquement disparu, nous privant d'un outil de protection des professions et des secteurs économiques les plus faibles.

Avec une monnaie unique, il est devenu impossible de ré équilibrer la compétitivité du pays en ré-évaluant ou en dévaluant la monnaie... second outil de protection abandonné !

Les digues ont sauté, les seules variables d'ajustement restantes pour nos politiques sont de nous faire perdre nos droits sociaux et de baisser nos coûts du travail au niveau des salariés polonais ou roumains !

 

Et pourtant.... Ils nous promettaient un avenir radieux...

- "Si le traité de Maastricht était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL) -

- « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche).

- « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France).

- « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2).

- « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter).

- « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune).

- « Si aujourd’hui la banque centrale européenne existait, il est clair que les taux d’intérêt seraient moins élevés en Europe et donc que le chômage y serait moins grave. » (Jean Boissonnat, 15 septembre 1992, La Croix).

 

L'histoire peut en rire... Nous pas !

Partager cet article

Repost0