Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 20:59
ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU MERCREDI 24 MARS 2010

L’éditorial de Jean-Claude Mailly

 Pour la première fois depuis que la statistique existe, l’ACOSS (agence centrale de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale) souligne que la masse salariale a baissé de 1,3% en 2009. Ce qui conduit à deux milliards d’euros de recettes en moins pour la Sécurité sociale.

Outre la gravité de cette situation, cela montre l’effet déterminant des salaires et de l’emploi sur le financement des régimes sociaux, structures de solidarité et d’égalité de droit.

Les retraites sont bien entendu percutées. Rappelons que pour la seule Caisse nationale d’assurance-vieillesse (CNAV) des travailleurs salariés, ce sont ainsi 850 millions de recettes qui se sont évaporées. Rappelons aussi qu’un million d’emplois au SMIC génèrent près de trois milliards d’euros de recettes supplémentaires.

Il est évident – il faut être de mauvaise foi ou aveugle pour prétendre le contraire – que la pression sur les salaires et le poids du chômage pèsent lourdement sur le dossier retraites.

En quelque sorte, on assèche les recettes et après on dit qu’il y a un problème. Le fait que, compte tenu de la progression de l’espérance de vie, le poids des retraites au regard des richesses produites augmente est aussi une évidence. Mais là encore, il faut examiner quels sont les moyens de financement qu’il faut décider pour y faire face.

Il faut également souligner – ce que nul ne fait – qu’outre l’espérance de vie (nombre d’années qu’une personne peut espérer vivre compte tenu de sa date de naissance et de son sexe), il existe l’espérance de vie en bonne santé. C’est-à-dire le nombre d’années que l’on peut espérer vivre en bonne santé. Celle-ci est beaucoup plus courte. Elle est de 63 ans pour les femmes, 64 ans pour les hommes.

Cela signifie que plus on repousse dans les faits l’âge de la retraite à taux plein, plus on diminue les chances d’être en retraite en bonne santé! Raison de plus pour dire que 40 ans c’est déjà trop et qu’il n’est pas question de décaler le droit au départ à 60 ans. Sans parler, qui plus est, des questions liées à la pénibilité du travail.

Toutes ces questions, nous les avons annoncées clairement le 23 mars. Et nous allons continuer. Si l’on veut gagner sur les retraites, il faut des revendications claires et des modalités d’action déterminées.

Nous avons l’expérience de 2003 et de 2009. Pas question d’entamer un steeple chase syndical, qui finit par faire avaler des couleuvres aux salariés. Les manifestations par ricochet finissent toujours par couler.

De ce point de vue, Force Ouvrière maintient sa proposition d’une journée de grève interprofessionnelle.

Et d’ores et déjà, nous disons que le 1er mai 2010 sera un 1er Mai unitaire Force Ouvrière, sous des modalités propres à Force Ouvrière que nous définirons prochainement.

Partager cet article

Repost0

commentaires