Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 10:13

Plus de 5000 emplois sont concernés.

Les politiques de toutes tendances s'émeuvent et le gouvernement espère sauver 2000 emplois...  Autant dire qu'il accepte déjà la disparition des 3000 autres salariés.

"Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes" disait Bossuet.

La filière du transport en France va mal.

Elle est confrontée à la concurrence, sur son propre marché, de transporteurs de pays européens à bas coût. Certains font 60 heures par semaine pour 600 € par mois.

Face à cette concurrence légale, organisée par des textes européens signés par les différents pouvoirs Français depuis des décennies, les chauffeurs routiers ont accepté de nombreux sacrifices. Ils sont aujourd'hui au bord du précipice.

Dans les années 70, les routiers à l'international gagnaient 2,5 SMIC par mois. Aujourd'hui, ce n'est plus du tout le cas, ils cumulent des heures à la limite de la légalité, pour toucher le SMIC ou un 1,5 SMIC.

La mise en concurrence sauvage profite toujours aux marchés les moins évolués socialement. Ce qui est vrai pour les produits envoyés en Pologne par 3M l'est aussi pour le transport lorsque sur nos routes, des salariés de l'Est de l'Europe viennent rouler aux conditions du droit du travail polonais ou bulgare. Effet "boule de neige" en France, la perte sociale impacte les plus faibles du système, les salariés et leurs familles.

Il est toujours temps de s'émouvoir. Le peuple avait voté contre le traité européen le 29 mai 2005. Ce sont les mêmes émus d'aujourd'hui qui ont changé le "non" du peuple à 54,67 % par un "Oui" au congrès (Sénat + Assemblée Nationale) par 580 voix pour et 181 contre.  

Sans faire de politique, car ce n'est jamais le rôle d'un syndicat, il est parfois bon de faire un peu d'histoire récente.  

En attendant, la destruction sociale continue.

 


Partager cet article

Repost0

commentaires