Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 12:31

 

Lors de récentes présentations, un certain nombre d’entre nous ont découvert une forme de communication jugée probablement « Fun » par un certain type de management qui consiste à susciter par des smilies les réactions souhaitées de ses subordonnés.

Nous pensons que ce type de communication, peut-être adaptée pour notre Comité de Direction ou pour des discutions futiles sous messagerie instantanée, est un appauvrissement du français pour l’ensemble des salariés. Ainsi, en lieu et place des mots que des siècles de culture ont créé, nous utiliserions des petits symboles. Nous substituerions quelques dizaines de smilies à une langue de 36000 mots.

Messieurs et Mesdames du comité de Direction, vos salariés ont assez de culture pour comprendre le langage parlé, inutile donc de les infantiliser avec des petits visages évoquant uniquement des sentiments* (je suis souriant, je suis fâché, c’est bien, ce n’est pas bien …) qui, au lieu d’expliquer une situation et provoquer la réflexion, indique aux salariés la réaction qu’ils doivent avoir instinctivement.

 

Certes, dans certains ateliers, lors des réunions de module, le dialogue était déjà comparable au langage des « smilies »,

 

http://planetsmilies.net/msn-smiley-6641.gif  Etre souriant avec le Chef

http://planetsmilies.net/msn-smiley-6669.gif   Et surtout, en réunion, ferme là !

 

En fin de réunion... Bravo le Chef ! ...

On comprend pourquoi vous êtes chef, chef !

applaudissement

 

Mais il n’est pas souhaitable à notre avis de le généraliser à l’ensemble de l’entreprise.

 

Espérons qu’ils n’oseront pas abreuver les élus de ces symboles jaunâtres lors des CE et CCE… Ce serait surement une étrange vision du dialogue social…

 

 

* Les smileys ont été créés parce que le langage sous clavier ne permettait pas de sentir les sentiments dans lesquels la phrase écrite sous messagerie instantanée s’inscrivait.  

La communication, si elle est assez développée, doit permettre avec les bons mots de ressentir les sentiments exprimés par l’auteur. Notons que les sentiments exprimés par Hugo, Zola ou Jaures ont toujours été compris sans avoir recours aux émoticônes.

Partager cet article
Repost0

commentaires