Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 16:27

Grâce à la seule signature de Force Ouvrière, une prime d’intéressement sera versée aux salariés en mars 2013 pour les résultats de l’année 2012.

La prime  s’élève donc à un montant moyen de 270€ pour les salariés des usines et  d‘un montant moyen de 75€ pour les autres salariés.

 

Une des revendications de Force Ouvrière était d’inclure un objectif de résultat industriel pour minimiser le seul objectif de chiffre d’affaire (C.A.) non atteint depuis plusieurs années.
Ainsi les efforts dans les usines seraient reconnus.

La Direction avait proposé un objectif en ce sens incluant 3 indicateurs (dont l’absentéisme) qui auraient permis de déclencher la partie résultat industriel.

Ce que vos élus Force Ouvrière ont fermement combattu ; considérant que le salarié en arrêt maladie ne doit pas être, en plus, rendu  « coupable » de la non atteinte d’un objectif !
La Direction a accepté de retirer cet indicateur.

C’est donc sur la base de ces négociations que Force Ouvrière a été la seule organisation syndicale à apposer sa signature sur cet accord.

Vos élus Force Ouvrière sont satisfaits d’avoir signé cet accord et de permettre ainsi aux salariés de recevoir sous forme d’intéressement une partie de leurs efforts fournis en 2012.

La signature de Force Ouvrière avait été jugée par une autre organisation (dite) syndicale –CFDT- comme une compromission avec la Direction...

(lire sur le blog éphémère de la cfdt 3M, qui ne vit que le temps des campagnes électorales à Cergy)

Force Ouvrière prouve ainsi que grâce à ses revendications  tous les salariés vont recevoir une prime d’intéressement !

Tout le monde ne peut pas en dire autant !!!!

Force Ouvrière sera particulièrement vigilant sur la détermination des objectifs 2013 qui seront négociés dans les semaines à venir.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Michel 25/02/2013 08:29

Il ne faut aller très loin, il n'y a que des élus FO qui vont dans les ateliers, pour écouter les revendications des salariés depuis plusieurs années.