Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2018 4 04 /01 /janvier /2018 14:34

 

Difficile, pour ne pas dire impossible, de faire des vœux de bonne année aux salariés de 3M Beauchamp pour 2018.

Les apprentis « docteurs » qui se sont succédés au chevet du malade  depuis 20 ans n’ont jamais  réellement cherché de remèdes aux maux du site. Ils ont grassement touché leurs honoraires les uns après les autres, sans jamais obtenir de résultats. Ces chantres d’une pseudo méritocratie ont  souvent été promus alors qu’ils ne faisaient que des incantations. Aujourd’hui avec des têtes de fossoyeurs, ils viennent nous expliquer que les amputations qu’ils ont fait subir au site depuis des années ne l’ont pas sauvé.

Sur le blog d’Ortog en 2009, lors de la fermeture du PMD, dans un article nommé « Agonie », on pouvait lire ceci : « C’est ignorer les racines du mal. La gangrène s’est installée, elle monte le long de la jambe. Le chirurgien fou vient de couper le pied, mais proclame encore que l’on est armé pour gagner le marathon de la grande course au capital. D’ici quelques temps, la maladie gagnera le mollet, puis la cuisse, et enfin, après des années d’agonie, le plus grand site industriel de 3M en Europe partira dans une mort certaine, emporté par une septicémie généralisée. »

On ne peut être plus clair. C’est bien cela qui arrive aujourd’hui au site de 3M Beauchamp et les victimes en sont les salariés.

Les machines de production vont s’éteindre les unes après les autres, comme les organes d’un corps en fin de vie, rongées par le mal inoculé par les prétendus docteurs. Les forces vives que sont les  travailleurs vont quitter, de gré ou de force, le futur défunt pour tenter de reprendre vie ailleurs.

Notre savoir ne valait plus rien pour eux. Nous étions des coûts à leurs yeux. Au Mexique, en Pologne ou en Thaïlande, d’autres salariés, aux conquêtes sociales bien moindres, feront le travail pour moins cher. Il faut dire que chez gens que sont nos patrons, on ne pense pas Monsieur, On ne pense pas…On compte.

D’avenir à 3M, il n’en est pas. Qui peut croire qu’une entreprise qui dépense 50 milliards de dollars en 10 ans pour booster l’action via des rachats d’actions et des versements de dividendes faramineux est une entreprise en bonne santé ? C’est une bulle financière et cette bulle finira bien par exploser. Pour maintenir cette vision financière, ils achètent, vampirisent, puis ils revendent. Les salariés de GPI et de Pouyet peuvent en témoigner. Pour eux aussi, 2018 sera une année particulière.

Les 3M, Whirlpool et autres Tupperware qui délocalisent au nom du profit participent à tuer l’emploi, la cohésion de la société, l’existence même de la démocratie, pour l’intérêt de quelques nantis.

Hugo et Jaures ont-ils fait sortir les misérables de leurs conditions pour que nos enfants et nos petits enfants y retournent ?
Laisserez-vous, en tant que salarié et en tant que citoyen, les droits obtenus par vos anciens, dont vous avez bénéficié, disparaitre pour vos descendants ?

Durant 18 ans, F.O. 3M vous a mis en garde, vous a invité à venir manifester à Paris pour vos droits, pour préserver vos intérêts de salarié. Force est de constater que peu de salariés nous ont accompagné. Des ouvriers, quelques techniciens et deux cadres…

Lorsqu’en 2006, nous avons fait une grève contre les risques qui menaçaient le PMD et le site, vous étiez 40 sur 700 à avoir répondu.

Lorsque le PMD a été supprimé en 2009, l’ensemble des salariés du PMD est passé dans les ateliers pour avoir votre soutien. Ca n’était visiblement que le problème du PMD… Pas une seule ligne ne s’est arrêtée par solidarité.

Les seuls combats que l’on est sure de perdre sont ceux qu’on ne mène pas. Pour 3M Beauchamp hélas, ils ont été perdus depuis longtemps.  Demain, ailleurs, prenez conscience de la fragilité de vos droits, soyez militants et revendicatifs.

Notre syndicat vous accompagnera jusqu’au bout. Nous serons dans le comité de suivi du plan pour défendre vos droits (possiblement jusqu’en avril 2022). Nous sommes fidèles depuis 18 ans et nous le resterons, même si la réciproque n’a pas été toujours vraie.

En ce début 2018, nous vous souhaitons  tout le bonheur possible pour vous, vos familles et vos proches.

Partager cet article

Repost0

commentaires