Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 19:56

Le Comité Central d’Entreprise du 14 décembre 2016 devait voir la Direction Générale nous présenter sa vision de l’entreprise à 4 ans.

La vision présentée ne donne pas à se réjouir… C’est d’abord la continuité de l’hémorragie des effectifs. Dans une vision purement mathématique :
« moins + moins = plus ». Comprenez : Moins de produits + moins de salariés = plus de rentabilité.

Moins de salariés :

La Direction va continuer à supprimer des emplois en ne remplaçant pas les départs.
La Direction utilise du reste le terme « d’attrition » pour qualifier ces départs.
L’Attrition est selon le Larousse :

  • Le broiement d’un tissu, d’origine traumatique
  • la séparation de particules ou usure de matériaux par frottement ou par choc
  • Le regret du péché par crainte du châtiment éternel.

La dernière définition aurait pu, s'ils étaient capables de regrets, concerner ,nos  dirigeants, ne serait-ce que par rapport à l’avarice ou à l’orgueil. Pour les salariés, la Direction utilise la définition d’attrition considérant que les salariés sont des particules dont on se sépare après usure, à la retraite, mais également après usure prématurée par Burn Out, démission et parfois par choc, comme les soixante-dix salariés de Pithiviers.

Ainsi, le salarié partant est remplacé en interne par x ou y.
Jamais de problème de métier, de reconnaissance du savoir, dans un monde standardisé, le métier n’existe plus, il suffit d’appliquer des standards, des consignes, sans oublier surtout d'avoir fait sa formation « Ethique » en ligne pour le devenir. Le travail standardisé peut ainsi être réalisé par des salariés Polonais ou Français, la variable déterminant les choix se situant dans le niveau des salaires et de droits sociaux.
Les Alphas sont irremplaçables, les autres sont permutables à loisirs.
En gérant le personnel comme des particules, la Direction devrait effectivement pouvoir reclasser un certain nombre d’ingénieurs chimistes en D.R.H…

Moins de produit :

La volonté de se séparer de produits ou la marge est jugée trop faible perdure. Même si cela représente du chiffre d’affaire et du bénéfice. A ce jeu là, Beauchamp est dans le rouge immédiatement.

Avenir industriel :

Les produits de Beauchamp perdent des parts de marchés. En face, la Direction affiche son ambition : NE RIEN FAIRE !

Aucun produit à faire venir… 3M c’est 52 000 produits, pas un seul pour Beauchamp.

On peut même lire dans la vision de la Direction, TOUT et son CONTRAIRE.
Pour le Post-It, on peut lire que « la demande s’oriente vers les produits d’entrée et milieu de gamme, au détriment des produits haut de gamme »… Et cinq phrases plus loin : « … pour se différencier avec un produit plus qualitatif visant le segment supérieur du marché de la note repositionnable, 3M France table sur le développement de la notes Super Sticky… »

La Direction affiche clairement que le Post-It souffre des mêmes maux que les rubans adhésifs et rappelle même qu’à cause de cela, elle avait de ce fait stoppé la production sur Beauchamp.

Alors que font-ils pour l’avenir de Beauchamp ?

C’est là que la ligue d’improvisation est intervenue. Voila un Directeur industriel qui nous sort une idée tombée d’on ne sait où. Peut-être de son chapeau…

Cette fois, pour se démarquer, pour ne pas juste recopier ce qui a déjà été fait par le passé, pour y mettre une touche personnelle ou pour faire passer l’idée comme « moderne », le stratège industriel qui, comme la P.D.G. de 3M France, n’a la main sur presque rien en pouvoir décisionnaire, imagine faire venir de l’extérieur ce qu’il est incapable de faire venir en interne 3M. Louer à d’autres entreprises de la surface de 3M Beauchamp, non plus pour du stockage, mais pour produire. Il ira même imaginer proposer d’éventuels prêts de personnel ou des transferts…

Le syndicat Force Ouvrière avait proposé il y a quelques années de mutualiser le restaurant d’entreprise de Beauchamp avec quelques entreprises de la zone industrielle des Châtaigniers afin de conserver assez de personnel Elior, un niveau de qualité suffisant et de ne pas risquer la fermeture du restaurant comme cela a été le cas sur le site de Pithiviers. L’Idée n’avait pas semblé réaliste pour certains, mais étrangement, là, tout devient possible et imaginable. Il faut dire que chez 3M, en haut lieu, la pertinence des idées dépend souvent, non pas de l’idée elle-même, mais du coefficient hiérarchique de celui qui émet cette idée.

Pour le syndicat F.O., 3M veut vider son site beauchampois avec le maximum de départs en retraite, avec un peu de mobilité, limiter l’impact des frais fixes, donc louer pour accompagner le plus longtemps possible cette descente aux enfers, avant de mettre le coup de grâce aux derniers survivants.

Six postes du Centre Technique Client vont également disparaitre sur les non-tissés. C’est vrai que pour la Direction, il y a peu de pertinence à avoir un centre des non-tissés sur un site qui en fabrique. Lorsque le CTC sera devenu compatible avec l’environnement Cergypontain, nos dirigeants trouveront probablement une grande synergie entre Siège social et C.T.C…

Vous aurez donc compris que vos élus n’ont à ce jour pas donné d’avis sur la note stratégique et que le droit d’alerte lancé à la mi 2016 en C.C.E. continu.

Nous continuerons à vous informer. Prochain C.C.E. mi-janvier 2017.

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0
Published by FO 3M France
commenter cet article

commentaires