Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 12:45

Intervention d'Alain Doublet pour le Syndicat F.O. 3M Beauchamp lors du congrès de l'Union Départementale du Val d'Oise.

...............................................................................................................

 

Camarades, je vous apporte le salut fraternel des syndiqués F.O. de 3M France !

J’aimerai en préambule dire ici le plaisir que j’ai eu à travailler depuis trois ans à la C.E. et au Bureau de notre union départementale.

 

Depuis notre dernier congrès de l’UD 95, 3M, comme de trop nombreuses entreprises, a continué à détruire des emplois.

Aucune difficulté financière n’a motivé ces diminutions d’effectif…

O € d’impôt payé en deux ans et 2 millions d’€uros de C.I.C.E.

La motivation est dans la réduction de ce que les patrons appellent des « coûts »  qui sont nos salaires et nos droits, pour augmenter les profits avec lesquelles ils se gavent et ils gavent l’actionnaire !

Gel des embauches pour ne pas remplacer les départs naturels, plan de départs volontaires, délocalisations de productions, sous traitance… Tous les moyens sont bons pour augmenter les profits des uns au détriment des autres.

Le gain maximum dans un temps minimum !

L’avidité est devenue pour eux une valeur !

Mes camarades, un québécois à écrit :

« Il y a toujours de la sueur de pauvres dans l’argent des riches »

Il faudrait ajouter aujourd’hui :  
« Et pour être toujours plus riche, les riches font travailler des pauvres de plus en plus pauvre !

C’est ainsi que les financiers, les grands groupes industriels, les fonds de pensions US délocalisent le travail dans des zones ou les salaires, les droits sociaux ou les impôts sont au plus bas !

Tout ce qui peut augmenter les profits des uns sur le dos des autres est aujourd’hui autorisé.

Nous sommes nous, à Force Ouvrière, attachés aux valeurs de la République. De cette République ou tous les  salariés, de quelque région de France qu’ils soient, étaient solidaires des salariés chômeurs, malades, retraités ou de leurs familles.
Dans cette République, Ils partageaient la même monnaie, ils avaient les mêmes devoirs et ils avaient les mêmes droits, car ils étaient égaux devant l’impôt et dans leurs droits sociaux, ils avaient un même SMIC, des mêmes congés payés, …

Bref, ils étaient SOLIDAIRES !

Mes camarades, depuis 40 ans, les valeurs de cette République sont mises à mal par les pouvoirs successifs.

Ils vous disent devoir réformer le code du travail ? 

C’est une tromperie pour faire parler les média et faire avaler des couleuvres au peuple. !

Le code du travail ne s’applique qu’aux dimensions de la République, Or, que reste-t-il de cette République dans une Europe sans frontière, ou les capitaux, les marchandises et les salariés sont délocalisables ?

Ils ont créé un espace ou certes, la monnaie est commune, mais ou les droits sociaux et le devoir d’impôts sont inégaux !

Ils ont, les uns et les autres, cédé le pouvoir aux puissances d’argent, aux banques, aux fonds de pension, à une oligarchie.

Comment ne pas appeler « Dumping social » le fait d’avoir dans une zone économique unique, des salariés avec un SMIC à 350 €uros et des travailleurs français à 1450 €uros… Des pays avec une sécurité sociale digne de ce nom et d’autres avec la charité en remède à la pauvreté organisée !

Comment ne pas appeler « Optimisation fiscale » le fait d’avoir dans une même zone économique unique des taux d’imposition à 5 ou 8 % dans certains pays et des taux à 25 ou 30% dans d’autres pays ?

Comment croire que ce dumping social et fiscal soit un hasard ?

Il y a eu l’Europe du charbon et de l’acier… Ils ont fermé les charbonnages et les aciéries !

Il y a eu la politique agricole européenne… Des millions de paysans ont perdu leurs fermes pour laisser place à des agriculteurs suréquipés, surendettés, surexploités par les groupes bancaires, des semenciers et des groupes de  distributions, et qui finissent un jour par se suicider !

Depuis 15 ans, c’est notre industrie qu’ils tuent !

Les productions ont été délocalisées les unes après les autres, à 3M, comme ailleurs.

Les emplois non délocalisables sont aujourd’hui ouverts aux salariés détachés !

Jusqu’ou braderont-ils notre droit à vivre honnêtement et dignement de notre travail ?

Bien sur mes camarades, il est nécessaire et normal de réclamer une meilleure redistribution des richesses et des hausses de salaires, notamment du SMIC, cela fait parti de nos devoirs envers les travailleurs. Mais c’est lutter contre les conséquences du mal, cela ne diminue en rien le mal !

On ne soigne pas une dent avec de l’aspirine on ne fait qu’atténuer la douleur. !

Il est nécessaire, dans une organisation syndicale qui défend les travailleurs, de prendre à bras le corps ce problème de l’Europe du Dumping !

Certaines organisations syndicales sont clairement pro-européenne de part le manque d’indépendance qui est le leur.

Force Ouvrière se doit de porter haut et fort la lutte contre cette Europe là, car elle est le laminoir de nos droits !

Ne laissons pas à d’autres ce combat qui nous revient !

La tromperie a assez durée.

Car c’est bien de tromperie dont-il s’agit !

Et elle ne date pas d’hier !!

Nous avons retrouvé deux phrases de Michel Sapin, notre actuel ministre des finances et ancien ministre du travail qui démontre la lucidité de nos élites.

Voici ce qu’il disait :

Le 2 août 1992, il déclarait au « Journal du Dimanche » : « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. »

Et le 11 septembre 1992 sur France Inter : « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. »

Celui qui dit cela est ou un incompétent, ou un menteur !

Force Ouvrière doit être porteur de ce message :

« Le monde des travailleurs ne veut pas devenir un monde de chômeurs, de précarité et de pauvreté, ce que nous vivons n’est pas une fatalité, c’est le fruit d’un système voulu et organisé pour enrichir les plus riches en appauvrissant les plus pauvres ! « 

L’Europe et la Mondialisation sont les outils de cette exploitation massive des travailleurs.

Nous ne devons pas tomber dans un syndicalisme d’accompagnement vers la pauvreté, mais nous devons haut et fort affirmer nos choix :

Ils veulent nous faire passer du statut d’ouvriers producteurs à celui de consommateur de produits bas de gamme fabriqués par délocalisés dans des pays ou les puissances d’argent exploitent des travailleurs esclaves, sans code du travail, sans médecine du travail, sans syndicat libre !

Notre combat prioritaire doit être nos emplois et la protection des droits qui y sont liés !

Nous devons élevés nos revendications au-delà du simple quotidien des salariés, car la menace n’est plus de la même nature que par le passé. La menace est dans la mondialisation, qui bafoue les droits des peuples et des salariés.
La menace est dans l’abandon de toute souveraineté à la finance mondialisée.

Si des entreprises comme 3M délocalisent ses bénéfices en Suisse, c’est pour payer moins d’impôts.

Si elles délocalisent les productions en Europe de l’est, c’est pour payer moins cher la main d’œuvre, c’est pour avoir des contraintes réglementaires, sociales ou environnementales, moindre.

Et c’est en toute légalité qu’elles le font car les lois mises en place depuis des lustres par les pouvoirs successifs le leur permettent. Nos dirigeants ont inventés et rendu possible le monde rêvé par ces entreprises mondialisées.

Lorsque de nombreuses entreprises comme 3M délocalisent ou crée une nouvelle usine là où la main d’œuvre est moins chère, elles utilisent souvent deux arguments :

Premièrement : Les autres le font, nous sommes obligés de le faire aussi !

Deuxièmement : Une partie du travail restera en France, cela permettra de garder les emplois à forte valeur ajouté !

Alors autant vous dire qu’au Syndicat F.O. 3M France, on ne partage pas l’analyse de la Confédération F.O.  dans Le Point du 11 novembre 2014 qui justifie avec les mêmes argumentaires que nos patrons, la production hors de France vers des pays à faible coût.
C’était pour une usine Renault au Maghreb,

Lorsqu’une usine part de France ou quelle est construite ailleurs, c’est aussi des emplois externes de gardiennage, de maintenance, de restauration, bref, tout un tissus d’entreprises et d’artisans qui meurt…

C’est pourquoi le problème du chômage ne s’arrêtera pas tant que ce monde ouvert aux quatre vents de la mondialisation perdurera.

Il y a dans un système international, une notion de respect des peuples, de leurs droits et de leurs différences, de leur choix de peuple, dans un esprit d’échange entre partenaires économiques.

Il y a dans la mondialisation, le rejet de toutes idées de respect des uns ou des autres, le rejet de toutes idées d’échange ou de partenariat. Seul compte les gains de quelques-uns. Une politique de la terre brulée qui ne laisse rien à la fin pour les plus pauvres.

Nous devons refuser d’être acteur de ce système qui emportera tout sur son passage.

On ne peut pas se plaindre de la concurrence entre salariés créée par les mondialistes et vouloir la mondialisation qui a permis cette mise en concurrence.

Bossuet disait « Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes ».

….

… Nous avons, mes camarades et moi-même, beaucoup apprécié le petit livre de la Confédération Force Ouvrière « Il faut sauver le service public », car le service public est un fondement de notre république, mais nous attendons avec impatience que la confédération publie le tome 2 « Il faut sauvez l’industrie » !

Nous voulons, à F.O. 3M France que les problèmes soulevés dans ce congrès sur l’euro concurrence soient remontés et pris en compte. Les travailleurs de ce pays y sont confrontés au quotidien. Il est de notre responsabilité syndicale d’apporter les revendications nécessaires afin d’en finir avec ce dumping social !

L’Europe sera Sociale ou ne sera pas !

Si nous ne soutenons pas les travailleurs qui subissent cela, alors nous laisserons d’autres formes de contestations prendre notre place, et il ne faudra pas venir pleurer ensuite.

….

Autre sujet que nous souhaitons remonter ici vers notre confédération, ce sont nos outils de syndicalisation.

Force Ouvrière avait un hebdomadaire remarquable, F.O. Hebdo. L’ensemble de nos syndiqués y étaient abonnés afin de les faire devenir progressivement, par l’information, nos futurs militants.

Ce journal était parfois oublié dans les salles de pause, et permettait aussi aux salariés lambda de ne pas avoir QUE la vision «  TF1 « ou « France Télévision » de l’actualité sociale.

Chacun pouvait lire le temps de sa pause, un article complet sur un sujet, échangé avec son collègue de machine ou d’atelier.

A la place, la confédération a transformé le journal des syndiqués en une feuille de choux, invitant le lecteur à « lire la suite de l’article sur le site de la confédération »…

Les camarades de la confédération auraient-ils oublié que lorsque la pause est finie, l’ouvrier ne va pas sur internet, mais sur sa machine, faire sa production… Hé oui, tous les travailleurs ne sont pas devant un écran… 

Et puis entre nous, pour avoir F.O. hebdo gratuitement toutes les semaines, il fallait être syndiqué…
Pour aller sur le site de la confédération, il n’y a pas besoin d’avoir une carte F.O….

Il nous semblait que Force Ouvrière avait besoin de syndiqués, par de lecteurs gratuits !

Il est quand même assez amusant de voir qu’aujourd’hui, la seule fois de l’année ou F.O. Hebdo ressemble à un journal, c’est pour le Tour de France ! Pour mettre en haut de l’affiche des salariés précaires qui se shootent afin de réaliser les performances attendues par leurs employeurs !

Cela ressemble farouchement à ce que nous vivons au quotidien dans nos usines !

Ne serait-il pas plus valorisant d’écrire des articles sur ceux qui, toute l’année luttent contre ces modes de travail plutôt que de faire des héros, ceux qui les subissent ?

Vive le syndicalisme libre et indépendant !

Vive l’Union Départementale Force Ouvrière du Val d’Oise !

Partager cet article

Repost 0
Published by FO 3M France
commenter cet article

commentaires

Stéphane 09/11/2015 16:52

MAGNIFIQUE CAMARADE