Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 18:58

De tous les sens, de tous les bords, les politiques accusent le code du travail de tous les maux.

N'ayant plus la main sur la monnaie, sur les possibilités d'emprunt, ils ne trouvent plus que le code du travail comme variable d'ajustement. Supprimer une partie des lois du travail serait donc la solution au chômage et à la précarisation de la société. On ne peut qu'en douter.

 

Le marché, libéré des contraintes serait donc la solution. Mais alors, les pays avec le moins de contraintes et de droits devraient être des pays à forte croissance et à faible chômage, ce qui est très loin d'être le cas, sauf dans quelques dictatures comme la Chine.

 

Le code du travail est-il trop gros, trop complexe ?

Le code du travail est un gros livre, comparé aux codes du travail de beaucoup d'autres pays, mais il a la particularité de contenir l'ensemble des relations et des obligations du travail.
Aussi, en plus des règlements et lois visant à cadrer les relations entre l'employeur et le salarié, il a la particularité de cadrer les licenciements économiques et l'intégralité des obligations liées à la sécurité et la santé au travail.

Premier ministre et ministre de l'économie veulent réformer ce code. C'est avec ce mot de "Réforme" qu'ils ont déjà, eux et leurs prédécesseurs depuis des décennies, laminé et précarisé les salariés.

Le CDI n'est plus un problème, puisque 80% des embauches se font en CDD. Les 35 heures ne sont pas un problème puisqu'elles ne sont en fait qu'un seuil de déclenchement d'heures supplémentaires, lorsque l'annualisation et le modulation ne sont pas utilisées.

On comprend bien la manoeuvre, puisque les lois visées sont celles qui protègent le salarié : faire sauter le SMIC par exemple ou le seuil des 35 heures.

Le MEDEF, qui réclame à hue et à dia, la suppression du seuil des 35 heures sait parfaitement que cela ne créera aucun emploi. Cela va juste permettre aux patrons de grandes entreprises de laisser partir un maximum de salariés vers la retraite sans avoir à en embaucher de nouveaux.
Ceux qui resteront feront plus d'heures pour compenser.

La remise en cause des 35 heures ne donnera aucune amélioration de productivité pour les cadres, qui sont en "forfait jour" et font déjà beaucoup plus de 35 heures par semaine.

Pourquoi ne pas simplifier en interdisant les contrats autres que le CDI (Vacataires, intérimaires etc...) Après tout, ce qui fait le chômage est le manque de croissance intérieure, nous ne consommons pas assez. nous dit-on. 
Mais comment consommer dans la précarité, sans savoir de quoi sera fait le lendemain ? Comment consommer avec des salaires contraints pour des millions de salariés au SMIC ? Comment avoir un logement ou un prêt avec ces problématiques ?

Les contrats de travail non sécurisés sont donc un frein à la croissance, puisqu'ils sont un frein à la consommation de nombreuses familles, à la limite du seuil de pauvreté et souvent sous ce seuil.

 

Nos énarques se trompent de cible et confondent les conséquences et les causes.
Si le travail est trop cher en France, ce n'est pas à cause des salaires, des droits sociaux ou des mesures de sécurité au travail, mais parce que les salariés sont aujourd'hui victimes du dumping, de la globalisation, de la mise en concurrence, sans contrepartie, avec des pays sans ou avec peu de droits et de protections.

Faut-il travailler sans chaussures de sécurité comme dans les fonderies d'Inde ?

Faut-il teinter les vêtements en travaillant pieds nus dans des bains chimiques pour concurrencer le travailleur Bengali ?

Faut-il travailler avec un SMIC à 500 euros comme le travailleur Polonais, si souvent apprécié par le patronat ( 3M par exemple) ?

La réponse est non. Résister, défendre nos droits, ceux de nos enfants, voilà la tâche qui nous est donné et que nous devons accomplir.

 

Les attaques systèmatiques contre le code du travail

Pour rappel, tout travailleur doit pouvoir vivre et faire vivre sa famille dignement, avec son salaire et non avec des aides.

Partager cet article

Repost 0
Published by FO 3M France
commenter cet article

commentaires